Contrat LRU 192h : retour d’expérience (2021-222)

  • par LL, docteure en langues et littératures anciennes

Titulaire d’un doctorat depuis 2017, j’ai réalisé plusieurs contrats de recherche après le doctorat. Mon post-doctorat à l’université de Lyon 3 s’est terminé le 28 février 2021. Je me suis donc retrouvée au chômage. J’avais une vacation à l’université de Dijon pour le S2, qui s’est terminé le 30 avril 2021, vacation qui a été déduite de mon chômage.

À la recherche de solutions, j’ai contacté les responsables des licences Lettres classiques, Histoire dans la plupart des universités françaises de métropole de Corse, et même d’outre-mer car il n’était pas certain que la rentrée universitaire aurait lieu en présentiel. Beaucoup d’universités m’indiquaient pouvoir proposer des vacations, à condition que je trouve un emploi principal de 900 heures sur l’année. Ayant travaillé dans un magasin Spar durant 6 ans (durant ma thèse et l’année suivante) à raisons de 15 heures semaines, j’ai essayé, en vain, de trouver un mi-temps me permettant d’accepter les vacations. Hélas, le Covid est passé par là et on me propose de l’intérim ou des CDD inférieur à 900h… Deux universités seulement m’indiquent pouvoir recruter pour une vacation durant l’année de chômage. J’ai accepté une vacation d’une vingtaine d’heures à l’université de Lyon 2 sur le S1 et une vacation de 36 heures à l’université catholique de Nantes pour le S1 et un nombre d’heures non défini, mais plus important pour le S2.

Les universités proposent peu de contrats d’enseignement et/ou de recherche, veulent recruter des vacataires, mais les vacataires1 doivent avoir un emploi principal. Une de mes collègues, docteure et bien courageuse, a accepté un CDI à temps partiel dans une enseigne du groupe Inditex afin de pouvoir assuré des vacations dans deux universités différentes, ce qui implique des déplacements, à sa charge, car les universités publiques ne sont pas tenuesde participer aux frais de transports des vacataires. Pour 2021-2022, j’ai redoublé d efforts pour trouver un emploi principal dans l’ESR.

https://www.flickr.com/photos/llansades/32094744361/in/photolist-QU6Xkp-QRcYAB-dpEAMM-BnxQy-R2cDoU-R2aWKw-R5ySJv-QU4VWX-dpEMsU-BnorS-R5BW4a-R5z7xT-PQYn4a-iGRF3u-EmfAJq-iGQJ2g-218LvRe-R2E8zR-RcfVfM-2z2s35-2yX4m2-2zN4HS-QU5M1D-2z2p8C-2z2oJf-PN6dSp-PN65fK-PN5ytF-QYkDNd-R2Ge16-QRtAKS-QRdDqv-R5yGjn-2zN4M7-2z2LCG-dpECJ2-2zN4EY-iQavd-dpEC38-PXE4gv-dpEN31-R2dNz7-2jtxo1-2zN5d7-2zN4Rq-dpEAAP-dpEAae-dpECqZ-2zN4XU-2zN52d

URBEX 2016. Faculté de Géographie, Université de Grenoble. Crédit: Thierry Llansades, 2016

Un recrutement sur le fil… de la rentrée

Le 28 juin, on me parle d’un :

« CDD dit LRU titre 1, mi-temps

: 192h de cours. (C’est une espèce de PRAG temporaire et à mi-temps). Les cours seront sur les deux semestres. La rémunération brute est de 1480€ ».

Il s’agit d’un contrat à l’Université de H2. Je postule.

Le 12 juillet, on me répond que le poste ne me sera pas attribué car, selon les personnes ayant évalué ma candidature, mon CV, qui fait état de compétences en histoire, ne fait pas état d’une pratique des textes anciens et de leur traduction vers le français, ce qui semble nécessaire pour la charge de cours en question. On m’indique que mes connaissances sont tournées vers le grec, alors que le CDD comprend essentiellement du latin.

Le 26 août, je reçois un mail me demandant de renvoyant les pièces envoyées au moment de ma candidature et l’on m’informe de la tenue de la commission de recrutement le lendemain (soit le 27 août).

Le 27 août, j’apprends que ma candidature est retenue. Début du contrat le 1er septembre début des cours le lundi 13 septembre. Le vendredi 27, à 19h passée, je reçois un SMS me demandant mes disponibilités téléphoniques durant ce week-end.

Le casse-tête du planning : H – M – P la même semaine

J’ai accepté ce contrat car il me sortait du chômage et c’était l’occasion d’acquérir de l’expérience d’enseignement à l’université. Toutefois, je ne me voyais pas laisser tomber, à deux semaines de la rentrée universitaire, les deux universités qui m’avaient proposées des vacations, une se trouvant dans la ville où je réside et l’autre qui présentait des conditions salariales avantageuses. Donc j’ai fait les trois.

Pour le premier semestre, cela faisait 120 heures à Grenoble, une vingtaine d’heures à M et 36 heures à P. Mes cours à H avaient lieu le lundi et le mardi, les cours à P, non hebdomadaires, avaient lieu le jeudi et le vendredi à plus de 800 km de H et j’ai dû demander à décaler mes cours de M le mercredi. Les semaines où j’enseignais dans les trois villes, je passais une quinzaine d’heures dans les transports en commun (train, métro, tram, bus).

L’épineux problème de l’hébergement et des frais de transport

Le 27 août vers 20h, j’apprends que je dois dispenser 120h sur le premier semestre, que mes cours finiront à 19h30 le lundi soir et que mes cours commenceront le mardi à 8h30, ce qui implique une nuit à mes frais à H  à plus de 2h de ma résidence et qu’il me semblait peu raisonnable d’arriver à la gare de mon domicile le lundi à 21h39 et de repartir le lendemain matin avec le train de 6h22. J’ai donc réservé l’auberge de jeunesse de H les lundis soir du premier semestre. Après ma première nuit à l’auberge de jeunesse, je me suis rendue que je devais trouver une solution d’hébergement pour les autres lundis soir du semestre car « en raison du covid », l’auberge de jeunesse a fermé les toilettes et les douches des dortoirs, ne laissant que 3 toilettes et 4 douches pour l’ensemble des dortoirs de l’auberge. Je me vois donc contrainte de réserver des nuits en Airbnb pour les lundis suivants (ce qui m’a coûté 286,42€ pour le S1). J’ai bien sûr recontacté l’auberge de jeunesse durant le semestre, qui m’a répondu que la réouverture des sanitaires des dortoirs n’était pas prévue. Contrairement à l’hébergement, à ma charge, j’espérais que mes frais de transport seraient en partie couverts.

Faute d’information claire à ce sujet, j’ai d’abord cherché à limiter le coût des transports. Le 27 août, à l’annonce de mon recrutement, je me précipite sur le site de la SNCF pour obtenir la carte de réduction TER illico SOLIDAIRE, qui me permet une réduction de 75%, soit l’aller-retour à seulement 11,80€ (306,80€ pour les 26 semaines d’enseignement). J’introduis donc mes demandes de remboursement, puis l’on m’apprend, au bout de plusieurs semaines, que, hélas, mes frais de transport ne seront pas pris en charge car l’université prend en charge les abonnements dans une limite de 80,21€, or, mon abonnement coûterait 207,40€ sans le métro et le tram et 279,80€ avec le métro et le tram, ce qui fait respectivement 1659,2€ et 2238,4€ pour 8 mois), ce qui aurait laissé minimum 1017,52€ de frais de transport à ma charge. Je me suis rapprochée d’un des syndicats de l’université, qui s’est bien occupé de mon dossier et qui a réussi à obtenir une prise en charge des frais de transport de septembre 2021 d’un montant de 14,75€, qui m’ont été remboursés en décembre.

1480,79€ brut / mois pour 192h d’enseignement à l’Université (et un doctorat)

Concernant la rémunération, elle m’a été annoncé dès le départ : 1480€ brut, ce qui fait, concrètement, sur mon compte, à la fin du mois 1189,27€ pour 192 heures d’enseignement sur l’année universitaire. Cela signifie donc que la rémunération de ce contrat est inférieure au SMIC (1589,47€ brut pour octobre 2021 : 1603,12€ brut depuis le 1er janvier 2022). Comment est-ce possible ?

  • Le CDD LRU 192h : un CDD 50%

Mon contrat (192h d’enseignement) est considéré comme un CDD à 50% (384h pour un temps plein). La dimension recherche, pourtant constitutive d’un emploi équivalent à une maîtrise de conférences, est ainsi ignorée3

  • Une rémunération niveau master

La rémunération du CDD LRU varie en fonction du diplôme (master ou doctorat) mais, cela dépend de la quotité travaillée. En effet, un niveau de rémunération majoré en cas de doctorat, est réservé au “volet 1 (au-dessus de 50%)”. La reconnaissance du doctorat pour la majoration de la rémunération dépend donc de la quotité travaillée.  De plus, les personnes en CDD LRU ne sont pas concernées par la prime de recherche et d’enseignement supérieur (PRES), ni par la PES (prime de l’enseignement supérieur). n pratique, il s’agit d’une valorisation d’heures au-delà des 192h du contrat, qui ne me concernaient pas.

Matériel : en CDD mais sur son PC personnel ?

Au moment de l’embauche, il n’est pas question de matériel. Le 13 septembre 2021, je commence à dispenser mes heures d’enseignement à l’université de Grenoble sur mon PC personnel, les salles n’étant pas équipées d’un ordinateur pour l’enseignant (ce qui était le cas à Lyon 2 et à l’UCO Nantes). Est-ce normal ? Je ne sais pas. Mais, prise dans le tourbillon de la rentrée, je continue à enseigner avec mon PC personnel.

Mardi 12 octobre, durant un cours de latin, au moment de débrancher le câble HDMI qui me sert à projeter le Powerpoint du cours, celui-ci se casse : une partie du câble HDMI obstrue donc le port HDMI de mon ordinateur. Les étudiants me conseillent de téléphoner au numéro indiqué à côté du tableau. Les informaticiens m’indiquent qu’ils ne peuvent pas intervenir sur mon PC personnel, ce qui peut sembler logique, mais qui est problématique dans une telle situation. J’insiste, j’explique ma situation et finalement la partie du câble obstruant le port HDMI de mon ordinateur personnel est retiré.

J’ai envoyé des mails aux responsables et l’on m’a prêté un ordinateur pour le reste de l’année.

Du positif tout de même : expérience, aide financière et santé mentale

N’ayant pas été recruté sur des postes d’ATER, ce contrat, bien que précaire, m’a permis d’acquérir de l’expérience d’enseignement à l’université. Les cours confiés étaient variés : latin, littérature latine, mythes grecs, histoire romaine ; le public aussi : lettres classiques, lettres modernes, histoire, arts du spectacle, etc et de la L1 jusqu’au doctorat.

En CDD LRU, il est possible de demander des RDV avec l’assistante sociale (ce qui n’est pas le cas quand on est vacataire), après deux entretiens avec deux assistantes sociales, j’ai pu introduire une demande d’aide exceptionnelle qui m’a été accordée et qui a permis d’éponger des frais à ma charge.

Ce n’était pas facile. Il fallait être solide, avoir du soutien, être organisée. Ayant fait un burn out après ma thèse, je connaissais mes limites. Sans cette expérience douloureuse, j’aurai été moins vigilante concernant mes limites et qu’il aurait été probable que je fasse un burn out cette année.

Sur Academia

  1. NDLR: Qui ne sont pas doctorant·es.Texte de référence : décret de 1987, modifié en 2015. []
  2. NDLR: Nous avons préféré anonymiser les établissements. []
  3. NDLR: voir Toute honte bue (II): CDD de MCF pour 800€/mois. []

1 réflexion sur « Contrat LRU 192h : retour d’expérience (2021-222) »

  1. Bonjour,
    Je souhaite partager un petit témoignage qui va dans le même sens.

    L’an dernier, j’ai été recruté sur un contrat LRU. J’ai envoyé ma candidature le 12/07 et été informé le 17/07 de ma prise de poste au 01/09.

    Agrégé, docteur, fonctionnaire depuis 2012, j’ai été rémunéré 811€ net par mois pour faire 192h de cours : des cours de L1 à une promotion de 460 étudiant⋅e⋅s, impliquant un gros travail de correction et une multiplication des situations individuelles spécifiques à gérer, et des cours de M2 qui me demandaient chacun une à deux journées de préparation. L’annonce de recrutement mentionnait qu’il était nécessaire d’avoir un doctorat pour candidater, mais l’activité de recherche n’était pas prise en compte pour autant : je l’ai faite, mais bénévolement.

    Comme j’aurais dû être en lycée mais qu’il m’était impossible de cumuler LRU + lycée en raison de la quantité de travail, j’ai demandé un détachement au Rectorat. J’avais facilement obtenu ce dernier quand j’étais ATER ou PRAG, mais cela posait un problème pour un contrat LRU. Le rectorat m’a répondu : « on ne peut pas vous trouver de motif valable de détachement pour un contrat LRU, le seul motif possible serait pour reprise d’étude ou recherche, ce qui ne correspond pas au contrat ». J’ai donc été mis en disponibilité… pour “études ou recherche” ! Comme j’ai été mis en disponibilité, je n’ai eu droit à aucune aide (APL, etc.), malgré mon salaire de 811€, puisque la dispo est considérée comme un caprice personnel pendant lequel on s’offre du bon temps.

    En fin de compte, c’est une année pendant laquelle j’ai dû puiser dans mes économies pour pouvoir enseigner à l’université. Les concours de fonctionnaire que j’avais obtenus durement ne m’ont apporté aucune protection face à cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.