Concours de recrutement ou concours de plagiat ?

Update 28/9/2022 – droit de réponse

La rentrée se prépare et avec elle, les manuels et les articles présentant les enjeux et les contenus des programmes aux concours de recrutement des enseignant·es de l’enseignement secondaire (CAPES, CAPET, agrégation). À quelques jours d’intervalles, deux dénonciations de pratiques s’apparentant à du plagiat ont été rendues publiques, avec le soutien des associations professionnelles : un Tweet de Dylan Simon ci-dessus et un communiqué d’associations professionnelles, reproduit ci-dessous. Alors que ces affaires de plagiat se multiplient, avec des réactions très diverses des employeurs et des éditeurs, il faut contaster que ce n’est plus seulement “publish or perish”, mais bien “plagiarize or perish” qui sévit dans l’enseignement supérieur et la recherche française.

Le plagiat dénoncé par celleux qui en sont victimes touchent ainsi des projets en vue de demander des financements, à l’Agence nationale de la recherche par ex., des programmes de cours entiers (séquence et œuvres), mais aussi des travaux scientifiques ou des introductions aux programmes de concours. Même si les non-titulaires sont le plus majoritairement concerné·es, il concerne aussi des titulaires, voire des professeures d’université.

Tweet de Florie Maurin, doctorante demandant conseil, 6 août 2022

Quel est le bilan de la politique Référent·es Intégrité scientifique, qu sont censé·es être désigné·es dans chaque des universités, sans toujours avoir été formé·es sur le sujet ?  Doit-on s’étonner du faible rôle du CNESER disciplinaire en la matière, et est-ce à mettre au compte du très faible nombre de saisines disciplinaires ? On peut regretter l’absence d’une procédure explicite et interne à l’ESR, qui viserait au règlement rapide,  indépendant, argumenté et collégial de ces litiges qui représentent des atteintes graves aux libertés académiques.

https://www.flickr.com/photos/virtualwayfarer/32611841183/in/photolist-RFNdcR-7PnUZo-2kPRihM-2kHJeu4-2kPMfDE-2kHJeDn-2kPMfN2-9GFL3p-2d3axof-2kPQPDj-2kPRi6p-7ABatu-oy2NRc-7Rjjhc-2kPQPwA-oQvUkK-FRzRZn-ULf6oE-J7RKys-2kPQPrv-J7Rr2M-JU4LGJ-2kPMfRy-2kPMfUQ-2kPRioP-7S3nxX-ebHujB-J7Rr6e-JWmGNV-ebP82u-2kPQPvZ-2kPMfyQ-JU4Le9-2kPRik2-2kPQPhc-2kPQPxH-2kPRiA2-2kPMg5p-2kPQPh7-2kPQPBa-2kPQPwq-dYUG1V-2kHJeMD-2kHJeM8-2kHJeJT-2kHJeFS-2kHJeDs-7PSZ3C-2kPQPkZ-eCjg7S

The Mules of Doinyo Lengai. Credit: Alex Berger, 2016

Le communiqué des associations historien·es qui justifient le recours au terme “intertextualité”. Une telle précaution oratoire interroge également sur la réponse des éditeurs et/ ou des revues au phénomène de plagiat, attentatoire à la qualité scientifique des textes qu’iels publient et partant à leur crédibilité éditoriale. Alors qu’on attendrait un retrait pur et simple, un problème pourrait résider dans l’éventuel procès en diffamation, qui représente une véritable menace, notamment pour les auteurices universitaires — mal couvert·es par la protection fonctionnelle, qui est rarement accordée par l’employeur en cas de plagiat — et inexistant pour celles et ceux qui ne sont pas fonctionnaires.

Alors qu’on forme les étudiant·es de licence et de Master à cette question, comment est-il possible de laisser prospérer ce fléau des libertés académiques, dont on sait qu’il est une conséquence directe de l’évoluation néo-libérale des universités ?


Triste constat d’intertextualité
dans un manuel de préparation à l’agrégation d’histoire

Communiqué commun de l’Association des professeur·es d’histoire-géographie (APHG) et de Historiens et historiennes du contemporaine (H2C)

Le 24 juin dernier, Guillaume Blanc donnait pour l’APHG (Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie) une conférence filmée présentant la nouvelle question d’agrégation externe en histoire contemporaine “Les sociétés africaines et le monde : une histoire connectée (1900-1980)”, titre de la conférence en ligne depuis cette date. Guillaume Blanc a donné la même conférence le 27 juin, lors d’une journée organisée par H2C (Historiennes et Historiens du Contemporain, ex-AHCESR) pour présenter plusieurs thématiques de la nouvelle question de concours. Ces deux interventions constituaient la version préparatoire de l’introduction du manuel que G. Blanc dirige actuellement pour les éditions Atlande, sur la même question d’agrégation.
Puis, le 9 août, est paru aux éditions Ellipses le manuel Les sociétés africaines et le monde : une histoire connectée (1900-1980), dirigé par Yannick Clavé et dont une partie de l’introduction, rédigée par le directeur de l’ouvrage, est en ligne sur le site des éditions Ellipses et d’autres éditeurs depuis le 5 août, sous le titre “Chapitre 1. Une histoire connectée et transnationale des sociétés africaines au XXe siècle”. Il s’avère que des similitudes frappantes avec la conférence de G. Blanc se retrouvent dans plus de la moitié du texte de Y. Clavé, à savoir les trois premières parties du chapitre sur les quatre qui le composent : les détails se situent à la fin de ce communiqué.
Guillaume Blanc et plusieurs collègues ont alors contacté les éditions Ellipses et Yannick Clavé après la mise en ligne de ce Chapitre 1 le 5 août, et avant la parution en librairie le 9 août, leur demandant de bien vouloir reporter la sortie de ce manuel, afin que l’introduction en soit modifiée : leurs mails sont restés sans réponse et l’ouvrage est publié depuis. Un huissier de justice a donc été mandaté pour constater les similitudes entre les deux productions. Le constat est sans appel : les trois premières parties rédigées par Yannick Clavé contiennent 20 paragraphes, parmi lesquels 13 paragraphes (soit environ 65% du texte) sont similaires aux arguments, raisonnements et formules de Guillaume Blanc ; on y trouve plus particulièrement 28 phrases où les similitudes sont de mot à mot, relevant dès lors d’une évidente intertextualité.
L’Association des professeurs d’histoire-géographie (APHG) et Historiennes et Historiens du contemporain (H2C) s’élèvent fortement au nom de la défense du principe même de la mise en accès libre de ressources pour les candidat.es – et ce d’autant plus que, si rien n’est fait, le texte de G. Blanc pourrait passer pour un plagiat flagrant de celui d’Y. Clavé, la sortie du manuel Atlande étant prévue pour la mi-octobre. Nous apportons tout notre soutien à Guillaume Blanc et espérons le retour à des moeurs éditoriales plus déontologiques : ne s’agit-il pas de former de futur.es enseignant.es, auxquels il faut montrer l’exemple ? Qu’un manuel cherche à sortir en librairie le plus vite possible ne peut rien justifier.
_______________
Entre la conférence de Guillaume Blanc (24 juin 2022) et le chapitre introductif de Yannick Clavé (9 août 2022), voici la liste des similitudes (indiquées en gras) et des similitudes mot à mot (indiquées en gras et souligné) constatées par le huissier de justice :
  • Guillaume Blanc (24 juin, conférence APHG) : « Et voilà pourquoi la question d’agrégation ne porte pas sur l’empire français en Afrique […] l’objet ce sont les sociétés africaines. Et vraiment, je me permets d’insister sur ce point, le sujet d’agrégation a trait aux sociétés africaines en elles-mêmes. »
  • Y. Clavé (9 août, manuel Ellipses Chapitre 1, p. 10) : « Ce sont bien les Africains et les Africaines qui sont au cœur du programme, et non les acteurs extérieurs au continent avec lesquels ils ont été en contact »
  • Guillaume Blanc (24 juin) : « pourquoi ce sujet ? […] parce que […] l’Afrique renvoie encore à un ensemble homogène, à un tout qui existerait en tant que tel, comme un monde à part entière. Cette essentialisation de l’Afrique, l’idée d’une essence commune à toutes les sociétés africaines, est encore d’actualité et il faut dépasser cette actualité, c’est l’objectif de cette question d’histoire contemporaine »
  • Yannick Clavé (9 août, Ellipses, Chapitre 1, p. 10) : « Ce programme, dans sa formulation ambitieuse voire audacieuse, permet d’éviter un écueil classique, qui existe parfois encore aujourd’hui, celui de l’essentialisation de l’Afrique et de ses habitants, vus à la fois comme un tout homogène et comme dénués de toute capacité d’action et d’organisation »
  • G. Blanc (24 juin) : « dans le secondaire comme à l’université […] l’histoire contemporaine des sociétés africaines est généralement envisagée par le prisme soit de la dépendance au monde […] : c’est à dire que le monde aurait déterminé l’histoire des sociétés africaines, d’abord en les colonisant à partir de la fin du xixe siècle, puis en leur léguant, depuis les indépendances des années 1960, un héritage colonial écrasant. […] beaucoup d’historiens ont décrit les sociétés africaines comme les sempiternelles victimes du monde extérieur »
  • Y. Clavé (9 août, p. 10) : « l’Afrique et ses habitants ont souvent été abordés (y compris dans les programmes scolaires) à travers le prisme d’un rapport passif et subi – voire victimaire – au monde […] S’y ajoute le poids de l’héritage colonial et post-colonial au moment des indépendances et jusqu’à nos jours [….] C’est comme si l’Afrique était restée une spectatrice passive de l’histoire du xxe siècle et comme si le monde – en l’occurrence les Occidentaux – avait complètement déterminé le destin des sociétés africaines ».
  • G. Blanc (24 juin) : « Et bien c’est ce cliché dont il faut se départir. Il faut bien comprendre que les sociétés africaines n’ont pas subi le monde mais elles se sont construites avec le monde ».
  • Y. Clavé (9 août, p. 10-11) : « Mais cette vision traditionnelle […] doit être renversée désormais […]. En effet, non seulement les sociétés africaines n’ont pas subi le monde, mais leur histoire, tout au long du xxe siècle, s’est faite dans et avec le monde. »
  • G. Blanc (24 juin) : « Mais tout est dans la manière de les étudier […] Il sera donc question d’hybridation plutôt que d’imposition […] Les sociétés africaines et le monde se construisent ensemble. […] l’histoire devient afro-européenne, évoluant au gré d’une hybridation permanente ».
  • Y. Clavé (9 août, p. 11) : « Les sociétés africaines et le monde se construisent ensemble, selon des processus qui, certes, ne sont pas nécessairement symétriques, mais souvent hybrides et donc Afro-européens ou Afro-occidentaux. […] C’est donc notre manière de voir l’Afrique et d’écrire son histoire qui est à repenser ».
  • G. Blanc (24 juin) : « Ces négociations nous amènent à envisager alors des rencontres et des connexions permanentes. […] C’est le cœur du sujet : la domination coloniale et son héritage postcolonial ont intensifié les liens entre les sociétés africaines et le monde. […] Et c’est ainsi qu’on doit appréhender ces deux séquences chronologiques coloniales et postcoloniales ».
  • Y. Clavé (9 août, p. 11) : « Ce sont toutes ces dominations venues de l’extérieur qui créent des connexions permanentes entre les sociétés africaines et le monde. La domination coloniale puis les héritages post-coloniaux au moment des décolonisations et des indépendances intensifient les liens et les circulations entre le continent africain et le reste du monde ».
  • G. Blanc (24 juin) : « Cette approche n’enlève rien à l’ampleur et à la violence des transformations sociales qu’ont générées d’abord l’expérience coloniale puis ses suites postcoloniales. »
  • Y. Clavé (9 août, p. 11) : « Certes, il ne s’agit pas de nier les diverses dominations et violences subies par les Africains »
  • G. Blanc (24 juin) : « Cette nouvelle approche s’inscrit en fait dans le tournant global qu’opèrent les sciences humaines et sociales à la fin des années 1990. […] En histoire, au moins trois domaines vont participer à ce tournant global : l’histoire-monde, lhistoire globale et la nouvelle histoire impériale. Et chacune à leur manière elles se focalisent sur les connexions »
  • Y. Clavé (9 août, p. 12) : « A. Au cœur du tournant global […]. Dans le cadre d’un profond renouvellement historiographique initié à partir des années 1990, les sciences sociales connaissent un “tournant global” […] selon trois nouvelles tendances historiographiques […] : l’histoire monde […], l’histoire globale […] et la nouvelle histoire impériale »
  • G. Blanc (24 juin) : « l’histoire-monde, ou en anglais la world history, elle a vraiment émergé aux Etats-Unis à la fin des années 1960 […] faire rentrer l’histoire de l’Afrique dans l’histoire du monde »
  • Y. Clavé (9 août, p. 12) : « lhistoire-monde ou world history qui a émergé aux États-Unis à la fin des années 1960, et qui permet de replacer les Empires coloniaux dans le contexte mondial »
  • G. Blanc (24 juin) : « Ces approches vont permettre de décentrer le regard […] l’histoire globale, ou global history […] : ce qu’il faut étudier ce sont les connexions […] Cette histoire entend abandonner le grand récit de l’occidentalisation de la planète, s’émanciper alors des frontières étatiques et penser les sociétés en termes de contacts […] des historiennes et des historiens français […] ont substitué au modèle centre-périphérie la notion de « réseau impérial » : et c’est ainsi que l’histoire des empires est devenue l’histoire de mondes interconnectésla métropole n’est qu’un pôle parmi d’autre ».
  • Y. Clavé (9 août, p. 12-13) : « l’histoire globale (global history) ou connectée qui permet de décentrer son regardabandonner le grand récit traditionnel de l’occidentalisation de la planète et s’affranchir des frontières nationales – pour penser les sociétés en termes de rencontres, de contacts et de circulations, et donc mettre en évidence les connexions […] Les Empires coloniaux sont ainsi désormais pensés en termes de réseaux et d’interconnexions les uns et avec les autres, et dans lesquels, au final, la métropole n’apparaît plus que comme un pôle parmi d’autres »
  • G. Blanc (24 juin) : « Cette préoccupation va être au cœur de la « nouvelle histoire impériale ». […] la new imperial history. Alors, son origine est généralement attribuée à la publication d’un ouvrage collectif Tensions of Empire dirigé par Frederick Cooper et Ann Stoler. Leur introduction a été publiée dans Repenser le colonialisme, donc en français. En fait ici les deux historiens invitent à doublement questionner le colonialisme »
  • Y. Clavé (9 août, p. 13) : « La nouvelle histoire impériale ou new imperial history, dont un des ouvrages fondateurs est celui de Frederick Cooper et Ann Laura Stoler publié en 1997, Tensions of Empire, complété par Repenser le colonialisme (traduit en français en 2020). Les historiens renouvellent profondément l’étude du fonctionnement des Empires »
  • G. Blanc (24 juin) : « ces travaux se sont nourris d’autres courants. Le principal est celui des études postcoloniales […] deux apports fondamentaux nous viennent des subaltern studies »
  • Y. Clavé (9 août, p. 13) : « B. L’apport décisif des études post coloniales et des études subalternes »
  • G. Blanc (24 juin) : « je vous invite […] à aborder les études postcoloniales non pas comme un champ de recherche à proprement parler mais plutôt comme un mode d’étude : c’est un mode d’étude qui consiste à envisager le postcolonialisme comme une méthode… »
  • Y. Clavé (9 août, p. 13) : « Les études dites « post coloniales » (post colonial studies) ne sont pas tant un courant historiographique structuré, que, surtout, un mode d’analyse, une méthode historienne pour étudier… »
  • G. Blanc (24 juin) : « Les études postcoloniales s’inspirent du militantisme scientifique qui va animer dans les années 50 60 des intellectuels, comme l’écrivain tunisien Albert Memmi ou le psychiatre martiniquais Frantz Fanon […] ces auteurs insistent sur la domination symbolique que représente la colonisation. Et tout ça va être approfondi dans les années 70 par la science militante que vont porter des philosophes par exemple comme Michel Foucault »
  • Y. Clavé : « Ces études [“post coloniales”] ont pour origine le militantisme anticolonial, du milieu du XXe siècle à l’image d’un Frantz Fanon, repris ensuite dans certains milieux intellectuels aux Etats-Unis puis en Europe ».
  • G. Blanc (24 juin) : « Et, méthode, le postcolonialisme essaie d’interroger la période qui suit les indépendances avec une idée, très simple, celle selon laquelle le passé colonial pèse sur le présent postcolonial : c’est à dire qu’après les indépendances, oui l’indépendance existe mais tout simplement les structures héritées de la colonisation vont peser ; en étant toujours réappropriées par les sociétés africaines, mais elles vont peser sur le présent […] »
  • Y. Clavé (9 août, p. 13) : « Une des idées centrales de cette méthode [les études “post coloniales”] est de montrer que le legs colonial demeure tellement puissant au lendemain des décolonisations qu’il continue à peser sur la manière dont s’organisent les nouveaux États indépendants et se restructurent les sociétés africaines »
  • G. Blanc (24 juin) : « les études postcoloniales […] font beaucoup débat aujourd’hui en société mais je vous invite vraiment à vous départir, à tourner le dos aux débats militants […] »
  • Y. Clavé (9 août, p. 13) : « Il est donc nécessaire de se départir du poids idéologique et militant qui existe dans cette pensée, encore aujourd’hui […] »
  • G. Blanc (24 juin) : « Puis arrive, dans les années 1980, le courant dit des subaltern studies, l’étude des subalternes. […] Le premier [apport] c’est l’attention portée aux sans-voix. […] C’est-à-dire qu’aussi subalternes que les colonisés aient pu être… »
  • Y. Clavé (9 août, p. 13): « Les études postcoloniales font par ailleurs le lien avec un autre courant militant à partir des années 1980, les « études subalternes » (subaltern studies) […] tous les acteurs “subalternes“, habituellement peu voire pas pris en compte »
  • G. Blanc (24 juin) : « Il va s’agir de penser par le bas. C’est une école théorique, notamment portée par la revue Politique africaine… »
  • Y. Clavé (9 août, p. 13) : « initier une histoire « par le bas » […] Ce courant est désormais bien implanté en France (par exemple avec la revue Politique africaine créée en 1981) »
  • I
  • Y. Clavé (9 août, p. 13-14) : « C. Éclairer les sociétés africaines par une attention portée aux sources. C’est pour cela qu’une attention toute particulière doit être portée aux sources, qui ne peuvent se limiter aux sources produites en dehors des sociétés africaines, notamment toutes celles créées par l’ordre colonial. C’est donc une très large variété des sources primaires qui doit être prise en considération, en privilégiant celles produites par les sociétés africaines elles-mêmes »
  • G. Blanc (24 juin) : « les historiennes et les historiens de l’Afrique s’efforcent de retrouver les voix des populations qui sont trop facilement considérées comme silencieuses »
  • Y. Clavé (9 août, p. 14) : « Ces histoires permettent de […] redonner toute leur place à des acteurs habituellementinvisibles” ou, en tout, cas, peu pris en compte »
  • G. Blanc (24 juin) : « aussi dominés qu’ils puissent être les Africains et les Africaines ont toujours une capacité d’action […] Et cette capacité à agir des Africaines et des Africains entraîne des contestations »
  • Y. Clavé (9 août, p. 14) : « eux aussi [des acteurs habituellement “invisibles”] ont une histoire très riche et une capacité d’action (ce que l’historiographie anglo-saxonne appelle l’agency). Cette capacité d’action passe notamment par les luttes et les mouvements protestataires »
  • G. Blanc (24 juin) : « Il faut vraiment adopter au moins trois grands principes pour appréhender cette question d’histoire contemporaine : le premier, c’est qu’il va s’agir, toujours, de penser l’Afrique au-delà de la césure colonisation-décolonisation […] deuxième chose, il va s’agir de penser par le bas […] et ces négociations nous amènent alors à envisager des rencontres, des connexions permanentes, c’est le troisième point »
  • Y. Clavé (9 août, p. 14-15) (en intervertissant l’ordre des deux premières parties sur le temps et le bas) : « III. Une indispensable histoire “par le bas” des sociétés africaines. A. Saisir les africains dans leurs réalités quotidiennes […] en faisant une histoire “par le bas” […] B. Les sociétés africaines face aux situations de dominations sur la longue durée […] C. Au cœur des connexions africaines »
  • G. Blanc (24 juin) : « Méthode, le postcolonialisme vise à restituer la domination coloniale au ras des vies sur lesquelles elle pesait. […] si on se situe à hauteur d’hommes et de femmes, la vie quotidienne des sociétés africaines est davantage rythmée par… »
  • Y. Clavé (9 août, p. 14) : « Ces profonds renouvellements historiographiques permettent ainsi d’ouvrir de nouvelles perspectives en faisant une histoire “par le bas”, à hauteur d’hommes et au ras des archives : les sociétés africaines ne peuvent être approchées que par les réalités quotidiennes des Africains et des Africaines »
  • G. Blanc (24 juin) : « face aux colonisateurs puis face aux représentants des institutions ou des entreprises internationales dont les employés circulent sur le continent depuis les indépendances. »
  • Y. Clavé (9 août, p. 14) : « qu’il s’agisse de l’ordre colonial dans toute la première moitié du siècle ou, au moment et après les indépendances, des rapports de dépendance avec les anciennes métropoles, les grandes firmes transnationales et les représentants des institutions internationales »
  • G. Blanc (24 juin) : « Qu’on soit en situation coloniale, qu’on soit en situation postcoloniale, aucune domination n’est totale »
  • Y. Clavé (9 août) : « Aucune domination extérieure n’a jamais été totale dans l’Afrique du XXe siècle. »
  • G. Blanc (24 juin) : « des résistances, des arrangements qui rendent en fait les rapports de pouvoir plus horizontaux que verticaux. Donc ici il est davantage question de négociation plutôt que de domination »
  • Y. Clavé (9 août, p. 15) : « capacité […] à se mobiliser, à contester, à résister […] Ainsi, les rapports de pouvoirs au sein des sociétés africaines apparaissent davantage horizontaux que verticaux, avec de multiples situations d’adaptations, de négociations, de compromis, d’accommodement chez les Africains face à une domination plus ou moins violente imposée de l’extérieur »
  • G. Blanc (24 juin) : « L’important est de penser en termes d’hybridation. Un exemple : […] un outil de la colonisation et ça va devenir une arme de l’anticolonialisme : hybridation »
  • Y. Clavé (9 août, p. 15) : « Elles se caractérisent par des formes de juxtaposition, d’hybridation et parfois d’invention de formes nouvelles »

Par ailleurs, nous avons eu le déplaisir de constater que Yannick Clavé semble s’être fortement inspiré de la bibliographie introductive réalisée par Aurélia Dusserre, Delphine Peiretti-Courtis et Anthony Guyon pour l’APHG, puis mise en ligne sur notre site le 27 juin 2022, sans même avoir pris le soin d’y renvoyer par une note en bas de page. Toutes les références citées par l’auteur dans un extrait à la page 14 (lignes 4 à 14) figurent dans leur partie “Littérature/Témoignages” (pages 9 à 11). Une faute est même étrangement identique. En effet, Amkoullel, l’enfant peul, de l’auteur malien Amadou Hampâté Bâ, est paru en 1991 et non en 1973 comme l’ont écrit nos trois collègues le 27 juin… puis Yannick Clavé quelques semaines plus tard !


Ajout du 28 septembre 2022

En application des articles 13 de la loi du 29 juillet 1881 et 6, IV de la loi n°2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique ainsi que des dispositions du décret n°2007-1527 du 24 octobre 2007 relatif au droit de réponse applicable aux services de communication au public en ligne, le conseil de Yannick Clavé, Me Pierre-Emmanuel Blard, nous demande, par lettre avec accusé de réception datée du 27 septembre 2022, d’insérer la réponse suivante.

“Le communiqué commun publié le 11 août 2022 par l’APHG et H2C soutient que le chapitre introductif que j’ai rédigé dans l’ouvrage collectif Les sociétés africaines et le monde : une histoire connectée (1900-1980), publié aux Éditions Ellipses, comporterait des “similitudes frappantes” avec les propos qu’a tenus mon collègue, Monsieur Guillaume BLANC, lors de deux conférences retransmises sur internet les 24 et 27 juin 2002.

Je récuse fermement ces accusations de plagiat qui ne disent pas leur nom et qui portent atteinte à mon honneur et à ma considération.

Les prétendues “similitudes frappantes”, qui me sont aujourd’hui reprochées, proviennent en réalité du programme et de la lettre de cadrage élaborés par le Ministère de l’Éducation nationale. Ces derniers mettent l’accent sur des notions, des concepts, des références, un cadrage chronologique, que je me devais obligatoirement de retranscrire dans le chapitre introductif d’un tel ouvrage de préparation au concours de l’agrégation externe d’histoire.

Par ailleurs, les concepts cités et les références utilisées que j’aurais soi-disant empruntés à Monsieur BLANC ne sont l’apanage d’aucun chercheur et sont, au surplus, d’une banalité confondante en ce qu’ils ont déjà été maintes et maintes fois cités et exploités dans la littérature scientifique consacrée à l’histoire contemporaine de l’Afrique.

Je m’étais, enfin, engagé auprès de mon éditeur à relire l’ensemble des contributions des auteurs de l’ouvrage collectif, y compris mon introduction, tout au long du mois de juin 2022 afin de remettre la version finale de l’ouvrage le 1er juillet 2022. Cette lourde tâche a occupé la majorité de mon emploi du temps, en plus de mes fonctions de professeur en CPGE et de la direction en parallèle d’un autre ouvrage collectif. Je n’ai donc eu ni le temps ni la possibilité de “m’inspirer” des conférences de mon collègue avant cette courte échéance.

Je me suis toujours efforcé, tout au long de mon parcours universitaire et professionnel, de faire preuve de la plus grande rigueur intellectuelle et de la probité requise par mes fonctions. Je rappelle à ce titre être agrégé et docteur en histoire contemporaine, géographe, et à l’heure actuelle professeur en CPGE. J’ai également eu l’honneur d’étudier au sein de l’ENS Lyon, d’être membre de plusieurs jurys de concours nationaux (CAPES, agrégation, ENS) et d’avoir accompagné de nombreux candidats dans leurs préparations. Travaillant avec plusieurs éditeurs, j’ai publié de nombreux manuels de concours, ainsi que des ouvrages scientifiques et des articles de recherche.

Les accusations infondées dont je suis aujourd’hui la victime me cause d’importants préjudices et sont à l’origine de débordements sur les réseaux sociaux. J’ai, par conséquent, demandé à mon Conseil de prendre toutes mesures, y compris juridiques, aux fins de mettre un terme définitif à la diffusion de telles allégations et que soit réparée l’atteinte portée à mon honneur et à ma considération.”


Sur Academia

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (11 août 2022). Concours de recrutement ou concours de plagiat ? Academia. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj8p


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.