#BnFgate. Fin de non-recevoir du MInistère de la Culture ?

https://www.flickr.com/photos/cpakmoi/11000233463

Ministère de la Culture. Crédit: CpaKmoi, 2013

De : GOURDIN Jean-Baptiste
Date: lun. 18 juil. 2022 à 11:10
Subject: RE: Association des Lecteurs et Usagers de la BnF –
To: Association ALUBnF

Madame la Présidente,

En réponse à votre courriel du 11 juillet, je tiens d’abord à vous assurer que le ministère de la Culture a pris toute la mesure, sans la minimiser1, de la mobilisation des usagers de la BnF issus du monde de la recherche. Il a pu apprécier la réalité des inquiétudes qu’elle exprimait en évaluant à leur juste valeur la caution que lui apportaient les noms et signatures d’éminents scientifiques, souvent éloignés de la culture militante, et le soutien de personnalités du monde politique, aux côtés de nombreux chercheurs représentant une grande diversité d’universités et d’instituts sur l’ensemble du territoire.

Il a confronté, en lien étroit avec son homologue de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, leurs arguments aux raisons avancées par l’établissement dont il assume la tutelle à l’appui de la réforme envisagée, raisons qui ont fait l’objet, par ailleurs, d’un examen critique serré du conseil scientifique, dont l’indépendance est totale.

Le conseil d’administration du 30 juin a constitué, à cet égard, une étape décisive dans la résolution de ce conflit, en permettant aux instances de gouvernance démocratiquement élues ou désignées de débattre, puis de se prononcer. J’observe de ce point de vue que le vote des représentants des lecteurs, responsabilité qui fut naguère la vôtre, exprime moins une opposition absolue aux principes même d’une adaptation du service public aux usages que le regret de n’avoir pu faire prospérer l’un des amendements qu’ils soutenaient.

Le ministère de la culture estime que les aménagements substantiels apportés à la réforme lors du conseil d’administration du 30 juin dessinent un compromis raisonnable et acceptable entre la nécessité d’adapter l’offre à l’évolution des usages, les enjeux de maîtrise des effectifs, et les préoccupations légitimes des usagers. Ce compromis est rendu possible par un effort significatif et inédit de l’Etat, qui a autorisé l’établissement à recruter 20 agents de catégorie C supplémentaires.

Dès lors, il ne nous paraît opportun ni de revenir sur le principe de la réforme des modalités de communication des documents au public, ni de convoquer les « états généraux » que vous appelez de vos vœux.

Je vous prie d’agréer, Madame la Président, l’expression de mes salutations distinguées.

Jean-Baptiste GOURDIN

Directeur général des médias et des industries culturelles
182 rue Saint-Honoré, 75001 PARIS
Tél. : 01 40 15 32 33

www.culture.gouv.fr

 


Ne considérant pas le “conflit” comme terminé, l’ALUBnF répond.

Monsieur le Directeur général des Médias et Industries culturelles,

L’ALUBnF vous remercie pour votre réponse du 18 juillet dernier à notre
second courriel en date du 11 juillet.
Nous nous réjouissons d’apprendre la vive attention que vous avez portée à la mobilisation des usagers et à la liste des signataires de la tribune parue dans le Monde le 20 juin dernier. Puisque vous avez, sans la minimiser, pris la mesure de leur inquiétude pour le devenir des conditions de recherche en bibliothèque de recherche, vous ne serez pas complètement surpris d’apprendre que les usagers mobilisés ne considèrent pas le “conflit” comme résolu dès lors que l’aménagement proposé pour ce qui relève des communications directes ne correspond en rien à la demande unanimement partagée d’un rétablissement de ces communications directes à l’ouverture de la bibliothèque de recherche (soit 9h du mardi au samedi). Vous soulignez vous-même dans votre courriel que les représentants des usagers au conseil d’administration, co-initiateurs de la tribune du Monde, ont voté contre les aménagements proposés, vote symboliquement très fort puisqu’ils sont les seuls de ce conseil à avoir assumé jusqu’au bout leur opposition à cette réforme (nul n’a la naïveté de penser que leur vote “contre” n’était motivé que par une petite demi-heure de différence dans le début des communications directes).
Nous souhaitons par ailleurs vous faire part de notre étonnement face à ce que nous interprétons – mais vous nous détromperez en cas de malentendu – comme une fin de non-recevoir à notre demande de rencontre. Nous en avons fait part à nos adhérents et en informerons aussi l’ensemble des signataires de la tribune du Monde ainsi que les dizaines de sociétés savantes et associations disciplinaires qui ont manifesté leur soutien et leur entière solidarité à la mobilisation des usagers. Eux aussi seront probablement étonnés de ce refus de dialogue, et de se voir traités par là même, au sein de la plus grande bibliothèque patrimoniale et de recherche française et par son ministère de tutelle, comme des variables d’ajustement de la politique culturelle globale de l’établissement.
Nous saluons enfin l’effort budgétaire consenti par le ministère de la Culture, après plus d’une décennie de réduction des postes de fonctionnaires titulaires à la BnF, et formulons le souhait que ces postes soient des recrutements pérennes qui permettent d’assurer à long terme l’ensemble des missions de la bibliothèque. Nous déplorons cependant que cet effort qui n’est pas sans lien avec l’intense mobilisation des usagers pour le rétablissement des communications directes, manque son but en ignorant la revendication fondamentale émanée tant des usagers que des personnels de la BnF mobilisés depuis plusieurs mois et qui ont eu l’occasion de vous exposer de visu leurs revendications.
L’ALUBnF s’est donnée comme mission dans ses statuts de “défendre la qualité de l’accès des lecteurs et usagers aux collections et aux services de la Bibliothèque nationale de France”. Face à une réforme qu’elle considère comme préjudiciable à cette qualité d’accès aux collections et aux services, et tenue par la confiance que des milliers d’usagers de la bibliothèque de recherche ont placée dans son action, elle ne peut considérer comme “raisonnable et acceptable” un compromis issu d’un monologue de la direction de la BnF avec elle-même.
Pour toutes ces raisons, nous renouvelons notre demande d’être reçus par le ministère de la Culture.Au nom de l’ALUBnF, je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur des Médias et Industries culturelles, l’expression de ma considération la plus distinguée,
Nathalie Sage Pranchère,
présidente
  1. NDLR: La rédaction souligne. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.