#BnFgate. Communiqué des représentants des usagers au Conseil d’administration de la BnF

Le 30 juin 2022, s’est tenu la réunion du Conseil d’administration de la BnF au cours de laquelle la question de la réforme mise en place le 2 mai dernier par la direction de la BnF a fait l’objet d’un long débat.

En tant que représentants élus des usagers, nous venons vous rapporter les points de discussion et de concertation.

Rappelons que les statuts de la BnF ne prévoient pas que les questions liées à son fonctionnement soient soumises au vote du conseil d’administration, même si elles impactent directement les usagers. Lors du CA du 14 mars dernier, nous avions manifesté notre étonnement et demandé à être associés à la prise de décision sur la question de la communication directe des ouvrages.

La réforme mise en place, le 2 mai dernier, par la direction de la BnF consistant à réduire drastiquement la communication directe des documents sans tenir compte de l’opposition exprimée par les personnels et les usagers, a conduit à un mouvement social des agents et à diverses manifestations en soutien menées par les usagers.

Ces actions en opposition ont finalement amené la direction de la BnF à ajouter à l’ordre du jour du CA du 30 juin un point intitulé « 4. Délibération relative aux grandes orientations de la BnF sur l’organisation du service public » dans lequel les modalités de communication des documents (réservation à distance, sur place et communication directe) en rez-de-jardin ont fait l’objet d’échanges nourris.

Chacun (présidente, comité scientifique, CFDT et usagers) a disposé du temps nécessaire pour exprimer son point de vue sur la question. La présidente a formulé plusieurs décisions prises en accord avec les tutelles afin de modifier la réforme en cours et faciliter le travail de recherche en rez-de-jardin. Ces aménagements avaient été partiellement évoqués lors d’une réunion qui s’était tenue le 17 juin entre la présidente et les quatre représentants élus des usagers.

Les représentants élus des usagers rendent compte de leur position sur les diverses avancées actées lors de ce CA.

Après avoir à nouveau appelé les tutelles à soutenir plus fortement la BnF dans ses projets et après avoir rappelé leurs demandes d’un retour aux modalités de communication directe pré-Covid et face à une fin de non-recevoir également réitérée par la direction de la BnF fondée sur des raisons budgétaires, les représentants élus des usagers ont maintenu leur demande formulée lors de la réunion du 17 juin de voir avancer l’heure de communication directe à 11h30 au lieu de 13h30 actuellement.

La raison de cette proposition est justifiée par les aménagements obtenus améliorant les modalités de recherche en rez-de-jardin, à savoir :

  1. La plage horaire de la réservation à distance la veille jusqu’à minuit, au lieu de l’horaire fixé initialement à 17h puis reporté à 20h. Il s’agit sur ce point d’un retour aux modalités de réservation identiques à celle en application avant la crise sanitaire.
  2. La mise en place d’une réservation sur place dès 9 heures avec une communication directe différée à l’horaire mis en place (v. supra point 1). Ce point est un compromis intéressant qui apporte un assouplissement à la rigidité de la plage horaire de la communication directe.
  3. La mise à l’étude d’une procédure dérogatoire pour les titulaires d’un Pass Recherche annuel afin de leur permettre d’avoir accès à la réservation sur place et à la communication directe toute la journée. Toutefois, les services juridiques doivent se prononcer sur le risque encouru d’une rupture d’égalité entre les usagers.

En reprenant à l’identique notre cas pratique exposé lors de la réunion avec la direction de la BnF, le 7 avril dernier, nous pouvons constater que l’usager voit les modalités de sa recherche améliorée par rapport à la réforme initiale mise en place le 2 mai et très pénalisante.

Afin de comparer la réforme initiale du 2 mai et les aménagements obtenus lors du dernier CA, nous avons corrigé les deux hypothèses exposées dans notre cas pratique le 7 avril en indiquant en rouge les aménagements obtenus et en mettant entre parenthèses la réforme antérieure.

Un chercheur prévoit d’aller à la BnF un mardi pour y travailler toute la matinée (hypothèse 1) ou toute la journée (hypothèse 2) et envisage de revenir le mercredi, s’il trouve de bonnes sources bibliographiques.

 

Le lundi (avant 17 heures) avant minuit, il réserve ses ouvrages à distance depuis chez lui.

Le mardi matin, il arrive à la BNF à 9 heures et commence à travailler sur les ouvrages réservés la veille.

Hypothèse 1

  • 11h30 imaginons qu’il ait besoin d’autres ouvrages par effet de rebond, il ne peut pas réserver sur place immédiatement et doit attendre (13h30) 12h pour faire la réservation. Or, il ne dispose que de la matinée et doit partir de la BnF à 14h, (il ne pourra donc pas consulter les ouvrages dont il a besoin et ce, contrairement, aux modalités précédentes) il ne pourra consulter les ouvrages que de 12h45 (temps de la communication) à 14h (heure de son départ).

Hypothèse 2  (la plus problématique)

Le chercheur reste toute la journée à la BnF (et envisage de revenir le lendemain, si besoin) et travaille sur les ouvrages réservés la veille. À 11h30, il a besoin d’autres ouvrages. Il doit attendre (13h30) 12h pour les consulter. Il perd (son temps) 30 mn à attendre. Puis, il réserve à (13h30) 12h, obtient ses ouvrages complémentaires à (15h* si goulets d’étranglement) vers 12h45 et continue de travailler.

A 17h30, il trouve enfin la référence bibliographique incontournable pour sa recherche… (il ne peut même plus réserver pour le lendemain matin…) il peut réserver jusqu’à minuit pour le lendemain matin. Il a perdu un temps précieux pour sa recherche (et ne pourra pas réserver avant le mercredi 13h30 sur place) et pourra réserver soit la veille jusqu’à minuit, soit sur place le mercredi matin (avec communication directe différée dans ce dernier cas).

Même un chercheur aguerri est exposé à une mauvaise gestion de son temps de recherche.

Les représentants élus des usagers constatent que les aménagements obtenus lors du CA du 30 juin constituent une amélioration pour les usagers, sans toutefois présenter les avantages des modalités pré-Covid. Même si la direction de la BnF a avancé l’heure pour la communication directe à 12h, les représentants des usagers maintiennent leur demande de voir l’horaire ramené à 11h30. Cet horaire laisserait 2h30 au chercheur pour travailler sur les documents réservés la veille et qu’il récupère dès son arrivée en rez-de-jardin (9h dans le cas pratique). En cas de rebond, si le chercheur souhaite commander d’autres ouvrages il pourrait le faire dès 11h30 et en disposer vers 12h15. Une situation moins confortable qu’avant la crise sanitaire mais qui est malgré tout moins entravante.

L’avancée de l’heure à 11h30 n’ayant pas été obtenue, par conséquent, les deux représentants élus des usagers ont voté contre la délibération relative aux grandes orientations de la BnF sur l’organisation du service public (point 4 de l’ordre du jour).



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 18 juillet). #BnFgate. Communiqué des représentants des usagers au Conseil d’administration de la BnF. Academia. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj8g

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.