Transphobie : lettre ouverte à l’Université Picardie Jules Verne

Academia reproduit une lettre ouverte qui a circulé sur les listes professionnelles de l’Université de Picardie Jules Verne1, suite à la parution d’une tribune, à l’initative de l’Observatoire de la Petite Sirène. Cette publication de cette tribune a délà eu pour conséquence l’officialisation de la démission du Conseil scientifique de l’Observatoire de la Petite Sirène du sociologue Smaïn Laacher, le président du Conseil scientifique de la Dilcrah.

Update 18/7/2022. Nous ajoutons en vert les signatures qui nous parviennent après la date de publication de la tribune

Lettre ouverte aux collègues et au président de l’Université Picardie Julie Verne

C’est avec autant de surprise que d’indignation que nous avons découvert le nom de cinq de nos collègues de l’UPJV parmi les signataires d’une tribune pseudo-scientifique et transphobe publiée par Le Point le 7 juillet : Anna Cognet, Bernard Devauchelle, Céline Masson, Olga Megalakaki et Véronique Quaglino, directrice de l’UFR Sciences Humaines, Sociales et Philosophie. L’UPJV se trouve ainsi être l’université française la plus représentée parmi les signataires. Cette tribune, « Changement de genre des mineurs : l’appel de personnalités aux médias », est publiée à l’initiative de l’« Observatoire de la Petite Sirène », lobby groupusculaire voué à soutenir et diffuser la transphobie la plus crasse sous un douteux vernis scientifique, codirigé par Anna Cognet et Céline Masson, et dont les liens avec l’extrême-droite catholique sont bien établis. Le groupe est aussi lié au collectif « Vigilance Université »2 dont plusieurs membres, comme Gilles Denis ou François Rastier, signent aussi cette tribune. Ce collectif s’est fait connaître ces dernières années par des articles répétés et répétitifs dans Le Point et Marianne sur le spectre d’une pensée « woke », « islamogauchiste » ou d’une « cancel-culture » qui se répandraient dans l’université française, prenant ainsi pour cible la liberté académique en général et les études de genre et postcoloniales en particulier. La même mouvance avait déjà publié une tribune le 9 novembre 2021, dans L’Express, où signaient déjà Bernard Devauchelle, Céline Masson et Anna Cognet, co-directrices de l’Observatoire de la Petite Sirène, sur le même thème que celle publiée par Le Point le 7 Juillet et avec les mêmes «arguments». Il s’agit là d’une stratégie de sape concertée, insistante, où se retrouve la frange la plus réactionnaire de l’Université française, et qui trouve, à notre consternation, une attention apparemment grandissante à l’Université de Picardie.

Université de Picardie Jules Verne. Campus de la Citadelle,

Nous ne nous attarderons guère sur le contenu atterrant de cette tribune, qui se limite pour l’essentiel à une apologie d’un ordre moral du genre, en toute ignorance de l’actualité des études de genre telles qu’elles sont par exemple pratiquées dans un axe transversal du laboratoire CURAPP-ESS de l’UPJV – domaine dont les signataires semblent ignorer tout des travaux. Les auteurs/ices y favorisent une panique morale sur une prétendue épidémie de transitions des mineur.e.s. Ce type de tribune est si récurrent qu’il a déjà occasionné une réponse de la part de professionnel.le.s de santé dans Mediapart en avril dernier, lesquel.le.s ont rappelé le caractère très contrôlé et progressif des transitions des mineur.e.s, ne donnant lieu à aucune modification irréversible avant la majorité. Les collègues signataires ne paraissent pas non plus avoir pris connaissance de cet article ni plus généralement de la réalité de terrain des soins pratiqués à destination des mineur.e.s trans en France ou ailleurs (qui avait pourtant pu être présentée récemment lors de la journée « Les Transitions à l’adolescence », organisée le 8 octobre 2021 par la maison des adolescents de la Somme). Leur tribune entretient un savant flou (qui est bien tout ce que leur article a de savant) en évoquant des transitions « trop précoces », une « médicalisation trop rapide » (trop ? de combien de temps ?). Ces allégations ne correspondent pas aux pratiques cliniques et ne servent qu’à soutenir une dépossession des mineur.e.s trans de toute décision et agentivité quant à leur vie et à leur corps, sous le couvert d’un discours de protection de l’enfance qui recycle les mêmes arguments que sur le danger d’une exposition des enfants à l’homosexualité, mais en l’appliquant à la transitude. L’« éducation à la sexualité » elle-même est critiquée au nom d’une prétendue « immaturité psychique des enfants » et d’un « rythme » psychique tout aussi flou, rejoignant ainsi l’argumentaire de La Manif Pour Tous et du mouvement connexe des « Journées de retrait de l’école » contre les « ABCD de l’égalité » en leur temps. La totale absence de scrupule scientifique de la tribune culmine dans une tonitruante déclaration (et pétition) de principes : « On ne choisit pas son sexe et il n’y en a que deux. On naît fille ou garçon », sexe qui serait fixé par les chromosomes. On (re)passera sur l’ignorance de la réalité biologique de l’intersexuation par ces postulats, sur l’absence totale de prise en compte de la complexité des facteurs biologiques de la sexuation qui ne se limitent pas aux chromosomes (peut-être pourrait-on conseiller à nos collègues la lecture, par exemple, de l’ouvrage Des sexes innombrables, de Thierry Hoquet, ou encore des travaux d’Anne Fausto-Sterling). Le fond et la visée pratique est plus grave que cette ignorance qui la soutient, puisqu’elle consiste à promouvoir « une approche non affirmative » des mineur.e.s trans, contraint.e.s à accepter leur sexe d’assignation à la naissance. Ainsi, sous couvert de protection de l’enfance, la tribune soutient une pratique clinique répressive envers les jeunes trans, qui confine avec la thérapie de conversion, dont il faut rappeler l’illégalité dans le droit français (loi du 31 janvier 2022), et dont les effets lorsqu’elle est mise en pratique sont une augmentation des suicides de ces jeunes trans, comme, par exemple, dans l’Arkansas. Il est d’autant plus tragiquement ironique que les signataires de cette tribune s’appuient sur leurs titres académiques et se proclament « scientifiques, professionnels de l’enfance et universitaires » en ne faisant ici œuvre que d’idéologues conservateurs, opposé.e.s à l’autonomie des enfants et adolescent·es et défendant des pratiques dangereuses pour celles/ceux-ci.

Suite à cette tribune, nous faisons part de notre inquiétude. Inquiétude à ce que des collègues de psychologie défendant cette idéologie transphobe et mortifère enseignent à de futur·es psychologues, soignant·es et RH notamment. Inquiétude à ce que la transphobie de ces collègues n’informe leur rapport aux nombreux/ses étudiant·es et agent·es trans de l’UPJV, dégradant ainsi leurs conditions d’études et de travail.
Cette idéologie n’est pas, loin s’en faut et fort heureusement, représentative du département de psychologie. Davy Castel, maître de conférences dans le département de psychologie s’est d’ailleurs immédiatement désolidarisé de ses quatre collègues signataires en publiant une réponse à leur tribune.
De ce fait, nous avons saisi la Délégation à l’égalité entre les femmes et les hommes et lutte contre les discriminations de genre de l’UPJV et la présidence de l’UPJV pour signaler cette situation dérangeante.
Enfin, le fait que l’une des signataires dirige une UFR pose un problème grave de déontologie. Signer une tribune tenant ces positions clivantes et dangereuses nous paraît en effet incompatible avec sa fonction de directrice ainsi qu’affecter sa représentativité et sa capacité à permettre à tous les personnels sous sa responsabilité de bénéficier d’un environnement de travail serein et respectueux des personnes, dans toute leur diversité.

Premiers/ères signataires

Christophe Al-Saleh, maître de conférences HDR en philosophie de la connaissance et du langage à l’Université de Picardie
Annabelle Allouch, maîtresse de conférences en sociologie (département de sciences de l’éducation) à l’Université de Picardie
Pierre Boutillier, PAST en études cinématographiques, UFR des arts, UPJV
Manon Brouillet, MCF en Littérature Classique, référente égalité

femmes hommes et lutte contre les discriminations de genre, UFR de
lettres, UPJV
Rémy Caveng, professeur des universités en sociologie à l’Université de Picardie
Pauline Clochec, maîtresse de conférences en philosophie à l’Université de Picardie
Agnes de Cayeux, PAST en arts numériques, UFR des arts, UPJV
Virginie Descoutures, maîtresse de conférences en sociologie à l’Université de Picardie
Pierre Eugène, MCF en études cinématographiques, Directeur du
département des Arts du spectacle, UFR des arts, UPJV
Philippe Fauvel, MCF en études cinématographiques, UFR des arts, UPJV

Estelle Ferrarese, professeure des universités en philosophie à l’Université de Picardie, directrice de l’Institut du Genre
Vincent Gebel, PAST en design graphique, UFR des arts, UPJV
Jérôme Hankins, MCF en études théâtrales, UFR des arts, UPJV
Charlie Hewison, ATER, études cinématographiques, UFR des arts, UPJV
Stéphanie Guyon, maîtresse de conférences en science politique à l’Université de Picardie
Céline Hervet, maîtresse de conférences en philosophie à l’Université de Picardie, co-présidente de l’assemblée collégiale du Collège international de philosophie
Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sciences de l’éducation à l’Université de Picardie
Igor Krtolica, maître de conférences en philosophie à l’Université de Picardie
Daniel Lê, PRAG en arts plastiques, UFR des Arts, UPJV
Nathalie Le Bouteillec, professeure des universités en démographie à l’université de Picardie
Fabien Lerat, PAST en arts plastiques, UFR des arts, UPJV
Lise Lerichomme, maîtresse de conférences en arts plastiques à l’Université de Picardie, déléguée à l’égalité femmes hommes et lutte contre les discriminations de genre UPJV
Emilie Loup-Escande, professeure des universités en ergonomie et en psychologie du travail à l’Université de Picardie
Androula Michael, MCF-HDR en Histoire de l’art, Directrice du CRAE,
UFR des arts, UPJV
Pascaline Morincôme, ATER en arts plastiques, UFR des arts, UPJV
Aymeric Parant, maître de conférences en psychologie sociale à l’Université de Picardie
Federico Pierotti, PR en études cinématographiques, UFR des arts, UPJV
Elisabeth Piot, MCF en arts plastiques, Directrice du département arts plastiques, UFR des arts, UPJV
Marie-Domitille Porcheron, MCF en Histoire de l’art moderne et contemporain, UFR des arts, UPJV
Jeannine Richard-Zappella,
professeure honoraire de sciences du langage et anciennement chargée de mission à l’égalité femmes/hommes à l’Université de Picardie
Marine Schutz, Mcf en Histoire de l’art contemporain, UFR des arts, UPJV
Arnaud Timbert, PR en Histoire de l’art médieval, Directeur de l’UFR des Arts, UPJV
Eric Valette, PR en arts plastiques, vice-Directeur de l’UFR des arts, UPJV
Justin Wadlow, PRCE, UFR d’Eco-Gestion, Co-responsable de la Licence Bande Dessinée, UFR des arts, UPJV


Droit de réponse (Smaïn Laacher, 14 juillet 2022)

Vous avez reproduit, le 13/7/2022, dans Académia « … une lettre ouverte (…)  suite à la parution d’une tribune, à l’initiative de l’Observatoire de la Petite Sirène. » Vous dites que la «  publication de cette tribune a déjà eu pour conséquence la démission du Conseil scientifique de l’Observatoire de la Petite Sirène du sociologue Smaïn Laacher, le président du Conseil scientifique de la Dilcrah. » Cette assertion est totalement inexacte.
La proposition qui m’a été faite d’intégrer le Conseil scientifique de l’Observatoire de la Petite Sirène (OPS) date de la fin avril 2022.
J’ai été membre du CS de l’OPS de  la fin avril jusqu’au 23 juin 2022, date précise, à laquelle je me suis officiellement retiré du CS de l’OPS.
Il n’y a donc aucune relation, d’aucune sorte, entre la tribune évoquée par vous et ma démission du CS de l’Observatoire de la Petite Sirène.

NDRL: nous corrigeons le chapeau en conséquence

  1. La lettre a été adressée aux UFR de SHS et d’Arts, à la présidence, au Service Santé Universitaire, à tout le CURAPP. []
  2. NDLR: À propos de Vigilances universités, voir sur Academia, le Manifeste des 100. []

2 réflexions sur « Transphobie : lettre ouverte à l’Université Picardie Jules Verne »

  1. J’ai juste à vous dire merci. Étant moi même dans ce cas je me retrouve dégoûté que des professeurs que j’adorais on signé pour la transphobie..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.