Huit questions sur les relations intimes et la séduction entre directeur·rice de thèse et doctorant·e

À l’occasion de la promotion  sur Twitter de l’article deFarah Deruelle,« La sexualité en colloque, une « parenthèse enchantée » ? Violences et rituels professionnels à l’épreuve de l’égalité des carrières scientifiques», paru dans “Dire la sexualité”,  ed. Pierre Brasseur, Milena Jakšić,Cécile Thomé, Terrains & Travaux n°40, (1/ 2022)1, une controverse très vive a conduit plusieurs personnes à s’interroger sur la possibilité et le cadre réglementaire régissant les relations entre directeurices de thèse et doctorant·es, en reconnaissant l’insuffisante formation des encadrant·es. Anne GE nous en propose ci-après une exposition pédagogique et conclut en partageant de précieux recommendations. Nous la remercions. 

  • par Anne GE, doctorante

Ce billet est tiré d’un fil rédigé dans le cadre d’échanges sur Twitter sur les relations amoureuses et sexuelles entre DT et doctorant·e.

Peut-on consentir à une relation avec son ou sa directeur·rice de thèse ?

Oui, dans l’absolu, il est possible de donner un consentement non seulement valide, mais volontaire et enthousiaste, même si vous n’êtes pas dans une position d’égalité (de statut ou de pouvoir) vis-à-vis de votre directeur·rice de thèse.

De la même façon, un·e étudiant·e peut, dans l’absolu, désirer, souhaiter et consentir dans le cadre de relations avec un·e enseignant·e.

Affirmer le contraire par postulat et construire un argumentaire contre ces relations en jetant un soupçon de principe sur la validité du consentement me semble dangereux et paternaliste : cela revient à nier l’importance des choix, des sentiments, des désirs et des décisions des personnes autonomes que sont les doctorant·es et les étudiant·es. Ces choix, ces sentiments, ces désirs, ces décisions comptent et il est important de reconnaître leur valeur.

L’inégalité de la relation entre doctorant·e et directeur·rice soulève-t-elle des problèmes liés au consentement ?

Oui, et ce n’est pas en contradiction avec l’affirmation précédente. Il s’agit d’un contexte dans lequel les violations du consentement sont très fréquentes, sous la forme de viols, d’agressions sexuelles ou de harcèlement sexuel. Ce contexte facilite aussi des formes d’abus qui ne seraient pas nécessairement reconnus comme des délits mais qui limitent la possibilité de choisir et contrôler la relation pour la personne qui a le moins de pouvoir. Par exemple, il est « facile » de se plaindre de harcèlement sexuel si le ou la DT conditionne la poursuite de la direction à une relation sexuelle (au sens où la caractérisation du chantage est très évidente), beaucoup moins facile de se plaindre parce que vous avez l’impression que votre DT vous fait la tête et se conduit très froidement à la suite de vos refus, qu’il se désintéresse de votre travail ou se montre beaucoup plus critique sur sa qualité.

On peut aussi rappeler que le fait qu’une relation soit consentie dans son ensemble ou qu’un·e doctorant·e soit très profondément amoureux·se de sa ou son directeur·rice n’empêche pas, bien au contraire, que des violences surviennent dans cette relation et qu’elles soient facilitées par l’asymétrie existante.

Peut-on interdire des relations entre adultes consentant·es ?

Il faut en fait distinguer deux questions.

https://www.flickr.com/photos/dionhinchcliffe/3021217860/in/photolist-5AYwP7-5AYugU-HpyTm9-5sC4sg-HpyWRW-8asEzY-9aosJy-5sGtp1-ELBUo-ELAVD-ELBSu-NF6Wm-5AUdy2-5AYtq9-spwcPm-8aszKy-gYuA9-n76ku-dZC8Ba-ELBUC-93eb-boAwqU-8apo4e-f1inf-HGnEq-f6Arg-HGsC6-ELBVs-ELBTs-w7ebui-2mWsPzw-2iEEf3J-2mMzXfD-RCKQ1c-AGEMSp-mLSbkF-8riRnm-7zeaif-GNbGx-93ee-6Zupa-5V3LC-4DNT4q-6UtkGg-fcUr79-bSSrGn-bSSu8P-bSSw5P-bDXMg9-vFsphC

Conference. Credit: Dion Hinchcliffe, 2008

Qu’une situation inégalitaire présente davantage de risques pour le consentement par rapport à une autre ne justifie pas à mon avis, dans le cas de la relation d’encadrement de thèse, d’interdire pour cette raison toute séduction ou relation intime entre doctorant·e et directeur·rice. Autrement dit, on ne peut pas interdire a priori toutes les relations au motif que certaines pourraient facilement ne pas respecter le consentement des doctorant·es (ce serait un peu comme interdire toutes les relations hétérosexuelles pour protéger les femmes des violences sexuelles).

Pour autant, il peut être légitime d’encadrer voire d’interdire ces relations pour d’autres raisons, en particulier si l’on se place du point de vue d’une université, d’une école doctorale ou d’un laboratoire dont une des missions – assurée ensuite plus directement par le ou la DT – est de former ses doctorant·es, de leur permettre de réaliser un travail de recherche, de valider un diplôme et éventuellement de débuter ensuite une carrière dans l’ESR. La question sera donc notamment de savoir si ces relations ou même leur simple possibilité sont compatibles avec l’intérêt des doctorant·es sur un plan professionnel et pédagogique.

Est-ce qu’un·e directeur·rice de thèse qui drague ou engage une relation avec un·e doctorant·e continue de lui assurer les meilleures conditions pour mener à bien sa thèse et poursuivre une carrière universitaire ?

On peut raisonnablement (et fermement) dire que la réponse est non. Dans ce type de relation, ce sont bien les doctorant·es qui ont tout à perdre si quelque chose se passe mal, et dire cela n’est pas les assigner à une position de victime. Il s’agit simplement de rappeler qu’un·e doctorant·e n’a pas de position professionnelle installée dans l’ESR contrairement à la personne qui le ou la dirige. Pour avoir la moindre chance de poursuivre une carrière dans la recherche, le ou la doctorant·e doit achever sa thèse et voir sa contribution à la recherche reconnue par ses pairs. Si la thèse est abandonnée ou si le ou la doctorant·e n’est pas recruté·e, cela a peu d’incidence sur la position professionnelle du ou de la DT.

Cette asymétrie distingue ce cas précis de la précaution de sens commun souvent énoncée sous la forme « no zob in job » qui dit en substance que la séduction ou les relations intimes dans un contexte professionnel peuvent être une source de complications ou de conflits dans une équipe ou pour une collaboration. Celles et ceux qui adhèrent à ce principe ne souhaiteraient pas nécessairement que cela entraîne une interdiction ferme pour tous et toutes et on voit par ailleurs bien l’absurdité voire l’injustice que cela représenterait dans un milieu universitaire très endogame, où les postes sont rares et où l’éloignement géographique des couples est déjà un problème. Deux personnes qui collaborent étroitement et s’engagent dans une relation savent que cela peut avoir des conséquences négatives pour leur vie professionnelle, mais si elles sont globalement de même statut, ces risques sont à peu près assumés à égalité.

Or dans le cas de l’encadrement d’une thèse, les risques concernent exclusivement le ou la doctorant·e.

Ce qui peut mal se passer et détériorer la relation pédagogique ne relève-t-il pas de comportements déjà interdits ?

Certes, il est très facile pour un·e directeur·rice de thèse de « punir » le ou la doctorant·e qui refuse ses avances ou qui décide de rompre, mais on peut objecter que le harcèlement sexuel, qui est un délit puni par la loi et que ses formes plus discrètes pourraient être prises en charge par la voie disciplinaire. C’est un comportement non seulement déviant mais déjà disciplinairement ou pénalement répréhensible. On peut considérer que ces comportements ne sont pas « normaux », autrement dit qu’ils ne sont pas inhérents à une relation amoureuse, sexuelle ou à la séduction, même s’ils surviennent malheureusement trop souvent et sont mal sanctionnés.

La relation amoureuse et la séduction impliquent en revanche des affects et des comportements très courants et qui n’ont rien de moralement condamnable (se disputer, être en désaccord sur des choix importants…). La question est alors de savoir si ces affects et ces comportements menacent la relation pédagogique et les conditions de travail en thèse.

Il arrive par exemple très souvent dans une relation amoureuse de rompre, d’avoir le cœur brisé d’un côté ou de l’autre, au point où il peut être difficile de se parler normalement. Si cela arrive avec son ou sa directeur·rice, cela détériorera directement la relation pédagogique.

Pour prendre un autre exemple, peut-on être à la fois celui ou celle qui a besoin de la présence de son ou sa conjoint·e et celui ou celle qui doit encourager son ou sa doctorant·e à partir plusieurs mois en école d’été, à prendre un poste d’ATER ou à postuler pour un post-doctorat à l’étranger ou à l’autre bout du pays ?

Dans des relations normales et respectueuses entre êtres humains, faire des avances à quelqu’un qui les rejette, même dans une situation idéale où chacun·e se sent libre et respecte scrupuleusement le choix de l’autre, crée en général de la gêne en particulier si l’on ne s’attendait pas du tout à être vu·e par l’autre comme un·e partenaire amoureux·se ou sexuel·le potentiel·le. Il me semble très probable, et d’autres doctorant·es partagent mon avis, que cela affecte la qualité de la relation pédagogique qui est absolument essentielle à la thèse.

Comment « mettre un peu de distance » en cas de rejet, de rupture, de dispute, comme on le ferait dans un tout autre contexte quand la stabilité de la relation pédagogique est aussi centrale pour la réalisation de la thèse ? Comment savoir si l’on est valorisé·e pour son travail intellectuel ou pour ses qualités d’amant·e (potentiel·le) ou de conjoint·e ?

Au-delà de ces affects propres aux relations amoureuses et intimes, l’existence conjointe d’une relation amoureuse et d’une relation pédagogique constitue une situation de conflit d’intérêt. Le conflit d’intérêt résulte directement de la coexistence de ces deux types de liens : il ne s’agit pas d’une action volontaire qui consisterait à favoriser ou entraver, à abandonner toute honnêteté intellectuelle ou critères de jugement professionnel – c’est un état de fait.

Comme l’a rappelé Sylvie Pommier, le ou la DT donne l’avis pour la réinscription en thèse et propose en soutenance son ou sa doctorant·e, même si son évaluation du travail de thèse est indépendant de l’évaluation que fera in fine le jury de thèse. Cette situation de conflit d’intérêt se manifeste aussi dans la reconnaissance de la valeur du travail par les pairs, comme l’a souligné Claire Mathieu : les lettres de recommandation risquent d’être écartées, la qualité des travaux pourra être remise en question par celles ou ceux qui penseront que le ou la DT y a contribué au-delà de la direction, le soupçon de favoritisme accompagnera le début de carrière du ou de la doctorant·e. C’est une menace considérable pour sa carrière de chercheur·se.

 

Soulignons enfin que si les doctorant·es peuvent parfaitement consentir à ces relations, ces implications plus indirectes ne leur sont pas nécessairement bien connues alors qu’elles sont assez évidentes pour des personnes qui ont déjà été confrontées à ces situations ou qui connaissent bien le fonctionnement du milieu universitaire.

Existe-t-il des bases légales pour interdire ces relations ?

Le ou la directeur·rice de thèse a des obligations professionnelles spécifiques qui correspondent au cadre légal des obligations du fonctionnaire, et aux missions précises qu’il ou elle assure dans ses fonctions.

Les obligations du fonctionnaire consistent en particulier à traiter les personnes de façon égale et à se prémunir ou faire cesser des situations de conflit d’intérêt.

Les arguments que j’ai développés correspondent pour moi à l’obligation d’un·e DT de traiter également les usagèr·es du service qu’il assure (c’est une obligation des fonctionnaires) et de bien faire son travail qui est de permettre au/à la doctorant·e de mener à bien sa thèse. Un·e doctorant·e qui travaille dans des conditions dégradées du fait d’être traité·e comme partenaire ou conjoint·e potentiel·le de son ou sa DT ne bénéficie donc plus de ce traitement égal (cela est particulièrement évident pour des doctorantes qui verraient que les doctorants de leur DT bénéficient de relations non érotisées mais la remarque reste valable à plus large échelle). Le ou la directeur·rice de thèse, de son côté, n’agit plus dans l’intérêt du travail du ou de la doctorant·e en faisant peser de tels risques sur sa thèse ou sa carrière.

L’existence du conflit d’intérêt a déjà été abordée dans le point précédent et ne nécessite pas davantage de développement : c’est l’argument le plus massif pour affirmer que les relations intimes ne peuvent coexister avec la relation pédagogique. Or il est bien du devoir professionnel du ou de la DT de prévenir ou faire cesser ces conflits d’intérêt.

Bien qu’il n’existe pas à l’heure actuelle d’interdiction explicite de ces relations, on voit qu’il y a des bases légales très solides pour encadrer ce qui est possible ou non entre un·e DT et un·e doctorant·e.

Est-ce qu’on ne devrait pas aussi s’intéresser au problème des étudiant·es qui cherchent à être favorisé·es en utilisant leurs charmes ?

Eh bien, non : de quelque côté qu’on prenne le problème, c’est le ou la DT qui a le devoir de traiter également les personnes et de se prémunir des situations de conflit d’intérêt (le ou la doctorant·e, de son côté, ne se trouve pas en conflit d’intérêt dans ce cas)2. Le favoritisme existe et il est choquant, mais on ne peut aucunement en imputer la responsabilité aux doctorant·es.

On peut également rappeler qu’un favoritisme ou des conflits d’intérêt manifestes aux yeux des collègues (prenons l’exemple des contrats d’ATER qui font l’objet de peu de régulations des conflits d’intérêt) finissent en général par se retourner contre le ou la doctorant·e, en particulier lors des recrutements pour des postes de titulaire.

Quelles règles, concrètement, pourrait-on mettre en place ?

Je présente rapidement la proposition à laquelle a abouti un petit groupe de réflexion auquel je contribue dans mon laboratoire. Cette proposition n’a pas encore été discutée ni adoptée par les membres du laboratoire, qui en ont cependant pris connaissance. Elle préconise dans les grandes lignes les règles suivantes :

  1. En cas de relation amoureuse ou sexuelle, la direction de thèse doit s’interrompre immédiatement. Il est de la responsabilité du ou de la directeur·rice de thèse de trouver une direction de qualité scientifique et pédagogique équivalente et il ou elle a l’interdiction de poursuivre une direction informelle (par exemple en relisant le manuscrit ou en échangeant de façon approfondie sur la thèse tout en confiant une pure fonction administrative à un·e collègue qui accepte de dépanner). Ce principe est pensé par un groupe de travail dans un laboratoire de LSHS, qui a estimé qu’il est difficile, mais pas tout à fait impossible, de trouver un·e autre directeur·rice pour le travail de thèse sur le sujet choisi. Il n’est pas exclu que cela soit totalement impossible en STEM compte tenu du fonctionnement différent du travail de recherche.
  2. En raison de ces difficultés et de ces conditions, il est fortement déconseillé – mais pas interdit – aux directeur·rices de thèse de répondre favorablement à des avances venant de leur doctorant·e.
  3. Parce que faire des avances, initier une relation ou une dynamique de séduction revient à signifier que l’on est prêt·e à abandonner la direction de la thèse et peut dégrader la qualité de la relation pédagogique, le ou la DT a l’interdiction de le faire.

Pour le dire autrement, la relation ne serait possible qu’à l’initiative exclusive du ou de la doctorant·e, qui en connaîtrait alors précisément la contrepartie pour la suite de sa thèse si son ou sa directeur·rice souhaite également cette relation et est en mesure de prévoir une alternative satisfaisante pour l’encadrement de la thèse.

Voici donc la base de réflexion qui a été proposée et qui est à mon sens la plus à même d’une part d’éviter une logique paternaliste qui nierait le droit des doctorant·es à faire dans leur vie privée des choix peu favorables à leur formation doctorale ou à leur carrière dans la recherche, d’autre part de rendre beaucoup plus claires les obligations de l’université et du ou de la directeur·rice de thèse vis-à-vis de ses doctorant·es sur ce point.

https://twitter.com/VBeaulande/status/1545700099405250560?s=20&t=cdzYLUV-G-yIMV0rS7SVMg

 

  1. Et en particulier, une note 11. []
  2. NDLR. Des discussions ont mis en évidence l’intérêt de mettre en œuvre des comités d’éthique formels ou informels en vue de trouver des solutions dans les relations pédagogiques prennent une tournure problématique sous ce rapport. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.