Violences sexistes et sexuelles : les missions Égalités en souffrance, sur Rapports de force

Après les scandales qui ont éclaté dans les Instituts d’études politiques et d’autres grandes écoles, les établissements du supérieur ont renforcé leurs dispositifs de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Ces derniers se matérialisent le plus souvent par la formation de cellules d’écoute destinées à recueillir les signalements de violences, préalables à l’ouverture d’enquêtes internes. Dans les faits, les chargées de mission et référentes Égalités, personnages centraux de ces dispositifs, ont bien du mal à remplir les tâches auxquelles elles sont affectées.

Extraits. Au tout début, il y a l’excitation de la prise de poste, renforcée par les discours institutionnels promouvant plus que jamais l’égalité, ainsi que la lutte contre toutes les formes de discriminations et de violences : sexistes, sexuelles et racistes. « Quand on parvient à obtenir un poste à temps plein, plutôt bien rémunéré, sur ce sujet, qui plus est à l’université, ça nous met dans une dynamique vraiment positive », se souvient Georgia, recrutée comme chargée de mission Égalités dans une université française. (…) Or, de nombreux témoignages font état d’un rapport difficile entre les victimes et certains membres des services de santé universitaire et révèle que ce fonctionnement tend à médicaliser une question éminemment sociale et politique. Si les établissements de l’enseignement supérieur programment des webinaires et autres sessions de sensibilisation sur la question, les remontées de terrain indiquent que les obligations de formation sont souvent à moitié respectées.

Collages féministes Lyon, sd

Des violences sexistes et sexuelle encore banalisées

Différentes chargées de mission et référentes Égalités mettent également en cause la gestion des enquêtes internes, et l’absence de dispositif garantissant la neutralité dans le traitement des différentes affaires. (…) Si ce sujet fait débat, au-delà de l’aspect financier et des interrogations légitimes quant à la privatisation de ces enjeux, c’est aussi parce que les établissements souhaitent souvent garder la main.

Pour Amar, qui a occupé le poste de référent Égalités au sein d’un prestigieux établissement d’enseignement supérieur, il ne faut pas attribuer à la malveillance ce qui peut être dû à l’incompétence. « C’est difficile de tirer les fils et de comprendre ce qui relève juste d’une surcharge de travail – il est possible que la présidence soit surchargée – et ce qui relève d’une mauvaise compréhension des mécanismes à l’œuvre dans les violences sexistes et sexuelles. Certaines personnes de la direction ou de l’administration n’ont pas fait ce que nous avons fait, n’ont pas écouté en profondeur récit après récit… » Pour lui, il est facile de ne pas être au courant de l’étendue et des conséquences de ces violences, parce que ce sont encore des sujets tabous. « Qu’est-ce qui relève de cette incompréhension, d’un manque de sensibilité ? Et qu’est-ce qui relève d’un sexisme banal, ordinaire, poussant à considérer qu’il est parfaitement possible de poursuivre ses études en s’étant faite violer ? », questionne-t-il.

Mal-être, découragement, burn-out

Cette difficulté à traduire leurs engagements en actes conduit nombre d’entre elles à jeter l’éponge. Pour son mémoire concernant les missions Égalité femmes-hommes dans les universités et l’institutionnalisation de ces missions, Anissa Benaissa s’est entretenue avec une vingtaine de chargées de mission et de référentes Égalités. Elle raconte qu’une bonne partie des personnes interrogées n’étaient déjà plus en fonction l’année suivante. (…)

« On ne construira pas une université féministe en restant dans le paradigme de la compétition et de l’excellence.

Pour éviter que ces missions ne se transforment en machine à broyer, il faut des postes et des moyens – ce dont l’université manque cruellement. Mais il faudrait aussi traduire dans le langage des institutions les luttes et discours des militantes féministes. « Ces sujets doivent devenir prioritaires, abonde Marie. Le respect des lois, le travail dans la dignité, c’est juste la base en fait. » Pour cette ancienne chargée de mission Égalité dans une autre université française, les établissements du supérieur sont encore dans la peur du scandale qui pourrait ternir leur image, malgré les récentes médiatisations. « Les universités se font beaucoup concurrence aujourd’hui pour obtenir des financements et rayonner. Elles craignent donc que les signalements et les enquêtes internes, en s’ébruitant, ne ternissent l’image qu’elles s’efforcent de construire et qu’elles peinent en conséquence à recruter des enseignants chercheurs. » (…)

Pour lire l’intégralité de l’article →

Sur Academia


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.