La syndicalisation des apprenti·es, un aspect essentiel de l’activité du SELA 31

L’apprentissage en France existe formellement depuis le XXe siècle, et il consiste en la mise en relation de phases pratiques en entreprise et de phases théoriques en centre de formation. Un·e apprenti·e, en tant qu’employé·e par l’entreprise dans le cadre d’une formation en alternance, est donc considéré·e comme un·e salarié·e. À ce titre, la CGT a toujours aspiré à la syndicalisation des apprenti·es, à la base dans les syndicats professionnels et de branche correspondants aux domaines de formation des apprenti·es. En réalité, la syndicalisation des apprenti·es n’est jamais parvenue à vraiment se développer au sein de la grande centrale des travailleuses et des travailleurs en France, à part aux moments où la CGT se trouvait hégémonique dans tous les secteurs professionnels et dans la société civile. Le taux de syndicalisation des moins de 30 ans en France, de 2,7% seulement, nous renseigne sur le mal que rencontre la CGT concernant la syndicalisation des travailleurs “jeunes” ; de plus, nos observations sur le terrain valident l’idée que la syndicalisation des apprentis est difficile de nos jours.

Les réformes dernières de l’apprentissage en France, sous le quinquennat Macron notamment, propulsent le nombre d’apprenti·es : en 2021, on recense plus de 700 000 nouveaux contrats d’apprentissage. Cette évolution suit particulièrement la loi de 2018 relative à la “liberté de choisir son avenir professionnel”. Tout ceci s’inscrit plus généralement dans un processus de professionnalisation de l’enseignement, avec le développement des licences professionnelles, l’importance grandissante des acteurices privé·s dans les établissements de formation, la sélection de plus en plus importante à l’université, etc. Dans un objectif de maximisation de la plus-value pour les capitalistes, l’investissement dans la formation professionnelle est accru dans l’optique d’augmenter les qualifications des travailleuses et des travailleurs. Également, le besoin en main-d’œuvre qualifiée se développe en suivant les transformations du mode de production capitaliste contemporain, comme l’explique la majeure partie des études sociologiques du travail à ce sujet1. Ces considérations conduisent à la forte mise en avant politique de l’apprentissage en alternance, pour lutter contre le chômage par exemple2.

https://www.flickr.com/photos/nebarnix/4107188977/in/photolist-7fWqc4-aTbapt-ocUQBr-3YMfMT-7Yhw8D-pph19S-p4Rkzh-4U5oRg-KZ6bP-csy2kL-cfCkbG-2FzvxZ-56RN2X-9KX8KX-9HJXtT-METC-5Be6g-8PHG7Y-UdpZh5-5tenQB-9JLTxk-cD9275-ag3pLP-7WQLSQ-ijpAq-H6KXTq-2dnXHE2-7Cnjed-sMNniL-7TWUBN-77tsdA-83ycd2-csy2Z1-EejVUW-6qEC3h-Rv4q-rYPTfb-5yJFLp-GqAXJy-a8kMye-dWnzV6-5iK3kt-5YLHbt-bBiA2H-N3BimD-aBxTMe-KZ6bH-bAS6gj-8HpTm9-gAMwps

Bourgeonnement. Credit: Jasper Nance, 2009

Étant donnée la faiblesse relative de la CGT concernant la syndicalisation des apprentis et leur nombre grandissant, la démocratisation de l’alternance et l’accent politique mis sur les formations dites “professionnalisantes”, le patronat a les mains libres pour exploiter au mieux les apprentis. En parallèle, le syndicalisme apprenti représente un terrain vierge de luttes, dans un contexte particulier où les apprentis auraient le plus besoin de représentation syndicale pour défendre leurs intérêts matériels et moraux. En effet, l’ensemble des réformes contemporaines de l’apprentissage suit la libéralisation économique et sociale capitaliste défavorable au camp des travailleuses et des travailleurs, comme l’illustre par exemple le rôle de plus en plus important que jouent les acteurices privé·es dans la formation des apprenti·es.

L’apprenti·e, un·e travailleur ou travailleuse en formation

Des mains qui pensent. Travailleurs en formation et modèle de lutte syndicaleLe SELA 31 se base sur le concept de “travailleur en formation” pour orienter son activité syndicale, concept pleinement développé dans l’ouvrage de deux camarades Des mains qui pensent. En tant qu’apprenant, un apprenti se forme en vue du salariat : le salariat conditionne donc sa formation. En tant que salarié, l’apprenti est un travailleur “au sens propre”, et il est donc directement soumis aux vicissitudes du salariat et de son exploitation. C’est grâce à ce concept que le SELA 31 a pris conscience de l’importance de la syndicalisation des apprentis, considérés comme faisant partie du prolétariat.

Le terrain syndical concernant les apprenti·es est vaste, à la fois sur les entreprises et les centres de formation. Notre activité se base surtout sur les centres de formation, étant donné que le syndicat n’est pas encore assez développé pour mener efficacement des actions de terrain sur les entreprises.

La première étape est d’engager le dialogue avec les apprenti·es, leur faire connaître le syndicat, leur présenter leurs droits et leurs perspectives d’engagement : des actions de distribution de carnets conçus par la CGT et intitulés Guide de l’apprenti ont pu être menées. Au-delà d’approcher les apprentis, il s’agit surtout de leur donner les clefs de la défense individuelle et collective de leurs droits et de leurs intérêts matériels et moraux ; les formations que nous proposons avec le syndicat et en lien avec la CGT sont une autre facette de notre activité qui vont dans ce sens. La perspective, actuellement, est de reconquérir un terrain délaissé, un pan entier du monde du travail, celui des apprenti·es. C’est ce travail de terrain qui permet de connaître les problèmes liés aux apprenti·es, à la fois dans le travail et dans la formation, pour ensuite aborder plus spécifiquement des cas syndicaux (des individus rencontrant des problèmes concernant leurs contrats, leurs rémunératifons, leurs conditions de travail, etc.) grâce au dévouement de nos militants. Jusqu’ici, plusieurs cas syndicaux ont été pris en charge par le syndicat et ont pu être traités en suivant les revendications légitimes des apprenti·es concerné·es. En ce sens, ces cas syndicaux permettent au SELA 31 de revitaliser d’autres syndicats professionnels au sein de la CGT en leur demandant de l’aide ou des conseils (pratiques ou même juridiques). Le SELA 31 agit donc doublement : comme un syndicat de lutte en faveur des apprenti·es, mais aussi comme une courroie de transmission entre les travailleuses et les travailleurs en formation et les autres travailleuses et travailleurs de la CGT. La possibilité pour les syndicats de branche de syndiquer les apprentis peut même conduire le SELA 31 à renvoyer des apprenti·es vers leurs syndicats de branche, toujours dans une perspective interprofessionnelle.

Par rapport aux besoins du syndicat actuellement, le développement de notre activité vis-à-vis des apprenti·es est essentiel : le SELA 31 aspire à pleinement représenter la catégorie des travailleuses et des travailleurs apprenti·es en Haute-Garonne. Notre syndicat se rend compte de la nécessité historique de la syndicalisation des travailleurs en formation, à l’heure de l’affaiblissement des grandes centrales syndicales et de la professionnalisation toujours plus importante de l’enseignement.

  1. Voir les travaux du sociologue Michel Lallement, ou encore Le Nouvel esprit du capitalisme, de Luc Boltanski et d’Ève Chiapello, 1999. []
  2. Voir les aides financières récentes importantes pour soutenir le développement de l’apprentissage, notamment le Guide pratique à destination de l’employeur. Ministère du travail, novembre 2021. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.