Toute honte bue (II): CDD de MCF pour 800€/mois

Après la thèse subventionnée à 700€/mois, à quoi doit-on s’attendre à l’Université? On peut en avoir une idée lorsqu’on lit les annonces d’emploi.
Il existe une  offre d’emploi pour un CDD au sein de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.
192 heures, donc l’équivalent d’heures d’enseignemnts d’un-e maître-sse de conférences, qui a en outre des fonctions de recherche, à l’activité moins mesurable.
Sur le site, les rémunérations sont indiquées de la sorte :
  • Bac+3 : net mensuel d’environ 1420€
  • Bac+5 : net mensuel environ 1620€
  • Bac+8 : net mensuel environ 1640€
Selon l’expérience des collègues palois, ce type de contrat n’intègre que les heures d’enseignement (192h), et non la recherche, d’où le CDD à 50%. Les 1640€ sont donc divisés par deux. Le salaire net mensuel est alors de 820€ par mois. Ces conrats existent ainsi pour remplacer des postes gelés.
Un collègue, docteur, ayant exprimé sa lassitude d’être remunéré très en retard pour des vacations qu’il assure depuis plusieurs années, s’est vu offrir ce pis-aller. Qu’il a joyeusement accepté comme une perspective d’amélioration du quotidien.
820€/mois, pour des enseignements à temps complets de L3, M1 et M2, par une personne diplômée au grade de doctorat : où va l’Université française?

2 réflexions au sujet de « Toute honte bue (II): CDD de MCF pour 800€/mois »

  1. Le pire est que cela représente une grosse augmentation pour ceux qui ne vivent que de vacations. Même si ce cas ne devrait pas exister en théorie, malheureusement, pas mal « d’aspirants chercheurs permanents » ne vivent que de cette activité, prétextant parfois un enregistrement en tant qu’auto-entrepreneur pour sauver les apparences et obtenir la validation de leur dossier de vacations.

    Explicitons les ordres de grandeur.
    Cas 1: CDD
    montant annuel net: 9840€ nets payés (pas d’IR à ce niveau…)

    Cas 2: Vacations, (192h): 7951€ bruts dans le cas rigoureusement équivalent d’un paiement de chaque heure en équivalent TD à 41,41€/h; voire même 5300€ bruts si ces heures sont payées en équivalent TP. Pour obtenir le montant net, retirer 20% fournit un bon ordre de grandeur soit 6432€ ou dans un cas très défavorable (1h = 1HETP) 4288€.

    Il s’agit donc d’une augmentation du paiement net de plus de 50% voire plus de 100%. A cela s’ajoute les droits à la retraite.

    En outre, le paiement des vacations souffre souvent de retards longs, à la fois parce que les universités jouent avec les décalages de débours pour améliorer leur trésorerie mais aussi parce que les dossiers de vacataires peuvent parfois être rejetés pour des motifs fallacieux (« votre RIB n’est pas un original », « Votre autorisation de cumul n’a pas été faite avec le format du document de l’université, etc.). Et donc ce contrat enlève avec tous ces soucis administratifs.

    Triste à dire mais cela pourrait en réalité représenter un gros progrès pour certains (ceux qui pourraient être qualifiés « d’adjuncts » dans nos universités si la terminologie anglosaxonne était employée).

    Questions qui me viennent à la suite de cette réflexion:
    – Pourquoi ne pas avoir recours à des CDI de chantier si l’on veut à tout pris éviter le recrutement au statut ? Au moins la personne recrutée aurait un gain en matière de logement ou tout autre dossier où le CDI joue un rôle très important sur l’attribution. Un contrat d’un an renouvelable ne semble pas vraiment optimal tant pour les équipes que l’enseignant.
    – Puisqu’il s’agit d’un mi-temps, comment les cours seront arrangés et répartis sur l’année ? La réalité du travail d’enseignant chercheur oblige bien souvent à gérer l’enseignement de manière quotidienne, le jeu étant de parvenir à dégager des plages de temps suffisantes pour la recherche. Comment cela s’organiserait-il en pratique ?
    – Est-ce qu’en France, les permanents seraient prêts à voir leurs collègues non-permanents bien mieux payés qu’eux, comme le cas peut se rencontrer de l’autre côté du Rhin ? (cela récompensant la précarité et la rareté des profils)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.