Expérience non-binaire. À propos d’un tweet du CNRS

https://twitter.com/INS2I_CNRS/status/1528650863971119104?s=20&t=oMspLNuuHPtPPuyreuICtg

Que peut-on observer quand le CNRS publie sur Twitter le profil d’une nouvelle recrue non-binaire, illustré avec une photo où on peut la voir en robe avec des cheveux multicolores ?

“De mon temps quand on voyait ça on sortait le fusil”.

 “Prions la sainte météorite”.

 “On est dans un episode de South Park. C’est pas possible autrement.”

Une avalanche de commentaires parfois violents à partir d’une photo qui aurait dû rester aussi méconnue que le reste des profils des nouvelles recrues en informatique du CNRS (qui ont quelques retweets dans le meilleur des cas). Mais, par les hasards de l’algorithme, la publication de ce bref profil fut le sujet de milliers de retweets, likes et commentaires. Mon confrère Marc Jahjah ayant tweeté que ces interactions pourraient former un corpus intéressant sur l’analyse de la transphobie, de l’anti-intellectualisme et de la place des scientifiques dans l’espace public, j’ai décidé de jouer le jeu. Voici donc un essai d’analyse à chaud de ce que j’ai pu y voir. Ce texte préliminaire intègre volontairement des éléments qui s’apparentent probablement plus à une volonté de réponse1, mais certaines analyses me semblaient difficiles à effectuer sans donner plus de contexte sur ma situation.

https://www.flickr.com/photos/brokentaco/4490914437/in/photolist-7QR7pg-7UWHnT-NJJJQT-2ibqd5b-QLFpyV-2i9EaYA-QmuwJd-Jyw7tJ-JRa7zc-ZVozLd-TCUXqu-2ii2LGn-2mpVpEg-2bqGzTh-2ibsz3h-2i93Q2G-7SBYUk-5wx88t-2kxCoyG-28wjy9V-dA174n-6C7S53-6BzSc1-5hygTA-7JaQvb-caR8nd-FZHRzJ-8HSUGD-Gg1NE-5i8ZvA-5v4D74-5xP7Hs-6jNe5t-2g9UEPR-QoTV9W-VSk1k9-2crdPJJ-2i8B4Z7-z4FPBH-W6K6rE-VA1GcL-2ibtE2j-25LHU3q-W88QM6-2ibFhu1-2eoRhyZ-z4F67c-bQia26-2ibCWWj-2eAR2SG

Infrared, Colorado Springs. Credit: David, 2010

Diversité et répétition des réactions transphobes

Tout d’abord, on tombe sur un premier groupe assez imposant de messages exprimant une transphobie élémentaire (un éventail de commentaires est présent à la fin de ce texte). Ici, pas question de nuance, le terme du jour est travesti. L’homme en robe qui aime se déguiser en fille, le pervers, le fils de la femme à barbe. La preuve en est quelques poils qui sont visibles en zoomant un peu sur la photo. La biologie est ce qui compte, et elle se limite aux connaissances de lycée sur la drosophile et le XX/XY (les discussions sur la construction sociale du genre ou les complexités de la sexuation n’ayant aucune prise ici).

Enka Blanchard est une chercheuse transdisciplinaire au CNRS (affiliée au Laboratoire d’Automatique, de Mécanique et d’Informatique Industrielles et Humaines de l’UPHF, au Centre Internet et Société et à la Chaire d’Intelligence Spatiale de l’UPHF). Ses travaux vont de l’utilisabilité de la sécurité (notamment pour le vote) aux études du handicap en passant par la géographie.

Vient ensuite, dans un continuum, la critique de l’apparence. Le poil qui dépasse de la robe (qui constitue une faute professionnelle) et qu’il faudrait épiler. Le ridicule de l’accoutrement (la robe). Le fait d’avoir une photo faite devant un mur. Le problème n’est plus “qu’un homme puisse prétendre être une femme” mais que son passing ne soit pas parfait. Si tous les efforts ne sont pas fait pour être femme (ou alors que le résultat n’est pas satisfaisant2 ), cela constitue une preuve d’illégitimité. Certains prennent enfin cette apparence comme signe d’un défaut psychologique, et s’inquiètent (faussement ?) de la santé mentale d’une telle personne. Le haut taux de suicide des transgenres est alors érigé en preuve que c’est bien une maladie méritant d’être traitée (ou éradiquée).

Le troisième lot de messages change d’objet et ne contient plus d’attaques ad hominem. Le but n’est plus alors de se plaindre de l’existence de personnes trans, mais de critiquer le fait qu’elles prennent la place des femmes cisgenres. Le recrutement d’une telle personne servirait à fausser les statistiques hommes/femmes de la recherche publique, et donc à éviter des accusations de misogynie institutionnelle.

Le point intéressant est que la parole de la personne visée par les critiques ne peut aucunement affecter les messages de ces trois premières catégories. Peu importait ainsi le fait qu’à aucun endroit je ne me prétendais femme (étant non-binaire), à part un choix d’accords au féminin — l’accord grammatical, le pronom utilisé et l’identité de genre n’ayant qu’une corrélation imparfaite [McGlashan & Fitzpatrick, 2008]. De même, à ma connaissance, je ne compte dans les statistiques du CNRS que pour la catégorie homme. On revient donc à la question des quotas et des pressions exercées sur celles et ceux qui peuvent en bénéficier, que ce soit pour des raisons de genre, ethnique, de caste ou de handicap, selon les sociétés. Le point crucial ici est que la réalité d’une discrimination positive a peu d’impact sur la critique : même lorsqu’aucun quota n’est appliqué, les accusations d’illégitimité abondent [Hulett et al., 2008]. Cela fut d’ailleurs déjà le cas pendant mes études3.

La quatrième catégorie de messages relève plus de l’anti-intellectualisme mentionné par Marc Jahjah. On y retrouve ainsi les nombreuses accusations de “wokisme”. Ici aussi, la parole importe peu, la simple existence d’une personne visiblement trans étant preuve du wokisme (sans considération de ses travaux de recherche). On retrouve donc plusieurs commentaires sur les dérives des sciences sociales, ce recrutement (présumé en SHS vu mon identité) étant preuve qu’il faudrait fermer les départements correspondants, voire le CNRS lui-même — en omettant que mon affiliation principale est en informatique. On trouve aussi des commentaires selon lesquels l’identité elle-même est gage du non-sérieux des travaux : être queer (ou plutôt LGBT justement) ne poserait pas de problème tant que cette identité n’est pas revendiquée (notamment par une photo), la simple visibilité valant manifestation idéologique.

Le genre contre la science

La dernière catégorie ne mériterait peut-être pas une mention — étant réduite à quelques longs threads sur Twitter — si ce n’est qu’elle vient d’un autre bord politique. Alors qu’une grande majorité des messages des types précédents ont des auteurs affilié à l’extrême droite4 (avec un soutien à Éric Zemmour affiché explicitement dans de nombreux profils), les critiques qui suivent viennent principalement d’un compte revendiqué à l’extrême-gauche. Déplorant les attaques inutiles sur l’identité ou l’apparence, on y voit justement une critique de cette déferlante comme un “effet de diversion néolibéral5. Il y a cependant une différence entre la revendication du droit de vivre sa vie et son identité sans se cacher et une inquisition basée sur des prémisses infondées.. La personne trans n’y est alors qu’une idiote utile qui attise la haine avec de mauvais prétextes pour attirer l’attention loin de ses travaux “promouvant le néolibéralisme”. L’accusation est alors non pas d’être transgenre mais de se servir de cette identité pour noyer dans la masse transphobe des critiques légitimes de mes travaux. Ces derniers — sur le vote électronique et l’authentification — ayant selon l’accusation pour seul but de faciliter le traçage des individus par les GAFAM et l’État. Il est parfaitement légitime — et sain, dans les contextes appropriés — de poser des questions sur le respect de l’éthique par les chercheuses et chercheurs du domaine. Cependant, travailler sur le traçage des individus par les GAFAM n’est heureusement pas synonyme de travailler à l’amélioration de ce traçage — d’autant plus lorsqu’on travaille pour la recherche publique. On tombe dans dans une dérive consistant à penser que toute recherche — particulièrement celles financées par l’État — sur des sujets sensibles a obligatoirement un but néfaste. Pour donner un exemple, les recherches sur le vote électronique rencontrent parfois des difficultés à être publiées car “tout travail sur le sujet le légitimise et le vote électronique est trop dangereux”, y compris quand ces travaux sont des critiques des systèmes étudiés. Cela laisse aujourd’hui libre champ à certaines entreprises, la recherche publique n’osant pas toujours se saisir des sujets ou n’en ayant pas toujours les moyens matériels et humains).

Une réaction parfaite du CNRS

Après cette analyse rapide, j’aimerais conclure sur quelques points. Tout d’abord, si l’immense majorité des personnes ayant commenté négativement semble n’avoir lu que le tweet initial (sans même ouvrir l’article référencé), cela a pour conséquence heureuse l’absence totale de harcèlement en dehors de Twitter. Ensuite, je tiens à mentionner la réaction de l’équipe du CNRS qui m’appela pour me prévenir du problème en soulignant qu’il n’était pas nécessaire que j’aille lire moi-même ce qui était écrit et me demandant mes préférences sur la manière dont ils devaient gérer la situation : modération des commentaires/suppression des messages haineux/conservation des tweets pour signalement sur PHAROS ou à la police. Leur délai de réaction, de quelques heures, fut l’objet de critiques de la part d’autres internautes qui ne me paraissent donc pas justifiées.

Ces messages haineux ne m’ont d’ailleurs pas tant surprise. J’ai hélas l’habitude d’attirer l’attention depuis mon plus jeune âge. Non pas pour ma transidentité (qui ne fut publique que tardivement), mais par un handicap plus que visible et attirant de nombreuses questions dans l’espace public6. Jouissant depuis quelques années d’une certaine sécurité (garantie notamment par des supérieures et supérieurs hiérarchiques qui m’ont toujours soutenue), j’ai fait le choix d’être visible et de servir si besoin de paratonnerre pour mes camarades n’ayant pas la même chance. Sans chercher à provoquer, mais sans cacher pour autant mes identités. Mon problème récent est donc d’un autre ordre : quand je suis dévisagée avec dégoût dans la rue (ce qui n’est pas rare), est-ce à cause du handicap, de la transidentité ou d’un autre sujet ?

Pour finir, cette affaire n’était qu’un exemple parmi tant d’autres de campagnes visant à limiter les voix des minorités. Si les critiques varient, il ne faut pas oublier que se plier aux exigences de personnes intolérantes n’est pas une stratégie viable quand les critères changent arbitrairement afin de toujours interdire l’accès (à la parole légitime, aux institutions, aux droits humains). Des cas similaires autour de moi me laissent penser que le soutien massif que j’ai pu recevoir ne m’aurait probablement pas été accordé en d’autres circonstances (si par exemple j’avais commis une faute visible dans le passé). Je pense donc judicieux d’insister que c’est le harcèlement lui-même qui mérite condamnation, sans considération de la “qualité” de la cible du torrent de haine. Nous nous devons de garantir les droits de nos pairs sans exigence aucune. C’est ce qui en fait des droits inaliénables et non pas des privilèges.


Morceaux choisis du torrent de boue, reproduits tels qu’écrits en ligne (parmi plus de 700 commentaires, certains étant positifs) : 

“”Qui est Enka Blanchard?” Un garçon qui aime se déguiser en fille”, 

“On as enfin retrouvé le fils de la femme à barbe… Apparemment son enfance difficile à laissé des traces psychologiques… Il travaille au CNRS et au cirque Pinder !”, 

“Mais cest un mec bande d’escrocs ! Pervers !”

“Personne ne moque son intelligence. Juste son accoutrement et son apparence ridicule.” 

“Faut être peu intelligente pour s’afficher comme ça.” 

“On se doit d’être présentable et ne pas avoir des poils qui dépassent du torse, désolé.”

“Technique intéressante pour arriver à la parité h/f en informatique.”

“Vous êtes misogyne car au lieu de mettre une femme en avant on met un homme grimé en femme, c’est affligeant de devoir expliquer des trucs aussi basiques.” 

“L’invasion de l’idéologie woke dans les universités françaises est une chimère de l’extrême drouate.” 

“Mais le wokisme à l’université n’existe pas.” 

“Cette personne est grassement renumérée par l’impôt des français pour des recherches fumeuse.” 

“”Spécialisée dans l’analyse des interactions entre les humains et leurs environnements” ou comment les woke obtiennent des emplois fictifs et inutiles financés par nos impôts.” 

“Le CNRS en guerre la biologie! Bravo il faut mettre un terme à cette science réactionnaire sans oublier la génétique !” 

“Depuis des lustres je trouve que le CNRS s’éloigne de la science”

“Nul ne conteste les découvertes de #MarieCurie, pour les génies incompris des sciences “sociales” du #cnrs on peut légitimement se poser des questions..”

“Non, cette personne semble être un expert en cybersecurité qui s’est orienté vers les sciences humaines à cause de son expérience personnelle. De plus, ce n’est pas sa présence au CNRS que je critique, c’est le fait qu’il y affiche son idéologie et sa sexualité.” 

“La recherche française est à ce point désoeuvrée qu’elle raccole ce type de specimens ?”

“Je me demande si elle trouve vraiment grand chose ????”

 

Références bibliographiques

  • Hulett, D. M., Bendick, M., Thomas, S. Y., & Moccio, F. (2008). A national report card on women in firefighting. Madison, WI: International Association of Women in Fire & Emergency Services.
  • McGlashan, H., & Fitzpatrick, K. (2018). ‘I use any pronouns, and I’m questioning everything else’: transgender youth and the issue of gender pronouns. Sex Education, 18(3), 239-252.

Pour aller plus loin

  1. Répondre directement aurait pu faire empirer la polémique, et je refuse de toute façon d’avoir un compte Twitter (notamment à cause du potentiel de harcèlement). []
  2. La possibilité d’un passing éventuel et la capacité à être hétérosexuel dans son genre identifié étaient des critères utilisés par la SOFECT (organisme ancêtre de la FPATH qui accompagnait les personnes transgenres et était accusé de transphobie médicale) pour donner accès à une transition médicale. Voir pour plus d’informations:  https://entousgenresblog.wordpress.com/2018/02/19/la-sofect-histoire-dune-triste-institution/ []
  3. Un élément compliquant cette affaire est que personne ne savait si une discrimination positive avait effectivement eu lieu. []
  4. Comme dans des cas similaires, la vague initiale de commentaires tient probablement son origine dans un forum ou blog de la fachosphère (comme celui-ci, quoiqu’une analyse chronologique montre qu’il n’est pas la source première). []
  5. La diversion peut absolument être un problème, et certaines accusations récentes d’islamo-gauchisme relèvent probablement d’une telle stratégie visant à créer un débat futile afin d’empêcher des discussions de fond (https://www.snirs.fr/la-ministre-et-lislamo-gauchisme-une-triste-manoeuvre-de-diversion/). []
  6. J’ai d’ailleurs eu l’occasion d’intervenir sur ce sujet dans un séminaire intitulé “Un corps public : du handicap en société” disponible en vidéo ici : https://www.youtube.com/watch?v=MiMaQ4zdwxM []

2 réflexions sur « Expérience non-binaire. À propos d’un tweet du CNRS »

  1. Ping : Juin – Féminisme/LGBT+ | Revue de presse Emancipation

  2. J’ai assisté une fois à une soirée ou il y avait des nageuses qui jouaient aux sirènes avec des gestes très lents et plusieurs minutes en apnée dans un grand aquarium. Moi j’ai flashé, j’ai immédiatement trouvé ça magnifique et au delà des mots, une des plus belles choses que j’ai vues dans ma vie.

    Mais j’ai regardé autour de moi, et j’ai vu beaucoup de gens très mal a l’aise avec les dents serrées, le regard haineux et des réflexions de l’ordre de celles que vous avez du recevoir. Ils étaient très mal a l’aise de voir un truc qu’ils ne comprenaient pas, trop inhabituel, et ça déclenchait des comportements haineux.

    Mes connaissances en psycho sont limitées, je n’ai aucune subtilité pour «lire le mood» et mes enfants ne me classent pas dans les «neurotypiques» mais je vois bien que cette photo est très ambiguë à plusieurs égards, et beaucoup de gens détestent ça. Ils ont horreur de ça. Ils haïssent se sentir déstabilisé par quelque chose qu’ils n’arrivent pas à analyser et qui remet en question le confort de leurs certitudes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.