Université de Lorraine: le mauvais western

Le Républicain Lorrain, 25 mai 2022

Le lundi 23 mai 2022, le Conseil d’administration devait élire le ou la nouvelle présidente de l’Université de Lorraine. Ce ne fut pas le cas. L’affaire a fait la Une du Républicain Lorrain daté du mercredi 25 mai 2022, sous le titre “Le duel viré au western. L’article relate qu’Hélène Boulanger, qui se pose en héritière de la présidence Mutzenhardt, n’aurait pas obtenu les voix nécessaires pour être élue.

Les quatre autres candidats à la présidence se sont fendus d’un communiqué que nous reproduisons.


À la sortie du premier conseil d’administration, le cabinet de la présidence de l’université a envoyé un communiqué officiel disant

 « Après 2 tours de scrutin, le Président de séance a estimé que les conditions n’étaient pas réunies pour organiser un 3ème tour de scrutin ».

Cette phrase mérite une explication.
Rappelons qu’il faut 16 voix pour être élu·e.

Après deux tours de scrutin la majorité ne s’est portée sur personne. Entre les tours, aucune discussion n’a été possible.

Non pas que des espaces n’étaient pas disponibles mais le temps et la volonté des parties n’étaient pas réunis.

Après plus de 6h de présentations, discussions, discours pendant cette séance de grande importance pour l’université de Lorraine, un administrateur qui avait dû quitter la séance à 17h avant les deux premiers tours, est soudainement revenu juste avant le dernier vote alors que nous attendions pour voter, sans explication du président de séance des motivations de l’attente.

Si le procédé est réglementaire, la méthode pour emporter l’élection nous a stupéfait. Devant cette manipulation de l’expression démocratique, nous avons fait le constat que les débats n’étaient plus sereins en cette heure tardive. Nous avons alors quitté la séance, marquant notre opposition à de telles pratiques.

Il apparaît que le président de séance a alors convenu de l’absence de sérénité et a ajourné la séance renvoyant l’élection au 31 mai à 9h.

Une majorité pour l’université de Lorraine ne se construit pas par des manipulations électorales. Nous espérons une sortie de crise rapide pour le bien de l’université.

Pierre Bravetti, Olivier Garet, Jean-Marc Martrette, Christophe Schmitt


 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.