Dans le Canard: une élection problématique de professeur à Paris-IV

Le Canard enchaîné a publié, dans son édition du 20 juin 2018, un commentaire acidulé sur une élection contestée de professeur à Paris-IV (Sorbonne Université). Dans cette élection, c’est la relative compétence des candidats (4 hommes retenus à l’audition, dont un maître de conférences habilité,  sur 7 dossiers reçus), qui est discuté, comme les éventuels conflits d’intérêt posés par la composition du comité de sélection. Nous en retranscrivons le texte ici Nous postons ci-dessous un cliché de l’article et reprenons les éléments du Wiki Suivi des recrutements en histoire de l’Association français d’histoire économique.

Drôle de sélection à la Sorbonne

Tandis que les grandes universités occidentales se battent (façon mercato) pour attirer les enseignants le plus réputés, Sorbonne Université (Paris-IV alliée à Paris-VI) vient, à l’inverse, de s’attirer de sérieux soupçons de favoritisme.

Souhaitant recruter un historien de l’économie au – prestigieux – poste de professeur, la fac parisienne a choisi le candidat le moins diplômé et le moins coté dans le domaine de la recherche ! Sidérés, deux enseignants ont écrit, le 1e mai, pour comparer, chiffres à l’appui, les mérites des deux « finalistes ».

Histoire de famille

 

« Certes », écrivent-ils, « tous deux ont parfaitement le profil du poste ». Mais le recalé, Olivier Feiertag a publié deux fois plus que le vainqueur, Jean-Pierre Williot. Il a aussi supervisé deux fois plus de thèses, contribué à beaucoup plus d’ouvrages et enseigné à l’étranger, au contraire de son rival. C’est tou ? Non : le gagnant est titulaire du Capes, le perdant normalien et agrégé d’histoire.

Pourquoi ce choix ? La raison, insinuent les mécontents, est peut-être à chercher du côté de la composition du comité de sélection désignant le meilleur candidat (décision presque toujours confirmée par la fac) : les membres venus d’universités extérieures ont massivement votés pour le futur vainqueur, au contraire de ceux de Sorbonne Université.

Les partisans de Williot se seraient-ils composés un jury sur mesure ? Si les défenseurs de son rival ne vont pas jusque là, ils observent que, contrairement à tous les usages, le « garant » (tuteur des recherches ») et son épouse faisaient partie du comité de sélection.

Rien d’illégal a priori, ainsi que l’ont certifié au « Canard », les responsables de Sorbonne Université, mais assez extravagant pour que le candidat malheureux prépare un retour en Conseil d’État, afin de contester cette désignation. L’Histoire est souvent injuste : il n’a pas appris ça dans les manuels ?

J.F. J.

 

Image de l’article

Liens:

Information sur le poste reprise du Wiki histoire.

SORBONNE UNIVERSITÉ

Profil : Histoire économique des sociétés contemporaines : La France et l’Europe dans la mondialisation.
Autres sections :
Référence Galaxie : 45
date limite de candidature : 26/02/2018 (16h)
Composition du comité de sélection : Internes : Eric Bussière (PR, Président), Roseline Letteron (PR), Jacques-Olivier Boudon (PR), Olivier Dard (PR), Olivier Forcade (PR), Cyril Grange (DR), Pascal Griset (PR), Catherine Mayeur-Jaouen (PR). Externes : Christophe Bouneau (PR, Bordeaux Montaigne), Ana Cardoso de Mattos (PR, Evora), Florence Bourillon (PR, Créteil), Eric Godelier (PR, Polytechnique), Laurence Badel (PR, Paris 1), Emanuela Scarpellini (PR, Milan), Leen Van Molle (PR, Leuven), Denis Varaschin (PR, Chambéry).
Dates de réunions : 29 mars (dossiers), 10 avril (auditions).
Nombre de dossiers reçus : 7.
Candidat.e.s auditionné.e.s : Michel-Pierre Chélini, Olivier Feiertag, Gabriel Galvez-Behar, Jean-Pierre Williot. [parvenu après les auditions]
Classement [sous réserve de validation du CA] : 1. Jean-Pierre Williot. 2. Olivier Feiertag. 3. Michel-Pierre Chélini. 4. Gabriel Galvez-Behar.
Résultat validé par le CA :


Une réflexion au sujet de « Dans le Canard: une élection problématique de professeur à Paris-IV »

  1. Indépendamment de tout avis sur le résultat en lui-même, je trouve très choquant que le Canard revienne, surtout pour un recrutement de professeur, sur les questions de CAPES, d’agrégation ou d’ENS. Qu’est-ce que prouve un concours (portant sur autre chose) réussi ou non 20 à 40 ans plus tôt ? Sans parler du nombre de thèses supervisées (est-ce toujours très bon signe d’en superviser une dizaine à la fois…) ou de l’appréhension du nombre des publications plutôt que de leur qualité. Je pense qu’il y aurait de bien meilleurs arguments pour défendre la candidature d’Olivier Feiertag…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.