#BnFgate. Pour défendre le service public, pour les créations de postes nécessaires et contre l’ultra-précarité : grève à partir du 23 mai

Deutsch-ÜbersetzungEnglish translationTraducción al españolTraduzione in italiano

Toute la BnF en grève à partir du 23 mai pour défendre le service public,

pour les créations de postes nécessaires et contre l’ultra-précarité :

L’Intersyndicale CGT-FSU-SUD Culture des personnels de la BnF, les représentants élus des lecteurs et usagers au Conseil d’Administration de la BnF, l’ALUBnF et le public mobilisé réaffirment leur opposition totale à la réduction drastique de la communication directe des documents conservés en magasins aux usagers de la Bibliothèque de recherche, ainsi qu’aux mesures qui l’accompagnent : augmentation du tarif d’entrée pour les lecteurs, réorganisation des plannings et dégradation des conditions de travail des personnels, politique de recrutement de contractuels ultra-précaires pour travailler en service public…

La direction de la BnF a choisi de passer en force en mettant en place dès le 2 mai cette réforme qui ne répond qu’à une logique budgétaire et comptable (comme le reconnaît désormais elle-même la direction), la BnF souffrant d’un manque massif de postes pour assurer à la fois ses missions essentielles et les nouveaux chantiers en cours. En effet, en 10 ans, la BnF a perdu plus de 400 postes, dont 270 de magasinage, ces pertes continuant ces dernières années avec 122 postes de catégorie C perdus entre 2017 et 2021, malgré une relative stabilité des effectifs globaux, montrant bien le choix marqué de la direction de la BnF de continuer à supprimer des postes pourtant nécessaires au service public. La réduction des services rendus au public est donc la conséquence directe d’une politique d’embauche délétère que l’intersyndicale CGT-FSU-SUD dénonce depuis des années. De plus, la mise en place précipitée de cette réorganisation, imposée sans concertation et contre l’avis de l’unanimité des organisations syndicales, des représentants élus des usagers, de l’ALUBnF et de plus de 18 000 lecteurs, usagers et amis de la BnF, s’avère déjà concrètement intenable, provoquant une désorganisation de plus en plus grave des services aux lecteurs et une dégradation inquiétante des conditions de travail des personnels.

Tout cela était, malheureusement, prévisible. Les organisations syndicales et les lecteurs n’ont cessé d’alerter la direction sur ces problèmes depuis des mois, et sur les dangers que cette réforme fait peser sur l’ensemble des personnels et des usagers de la BnF, mais aussi sur son image nationale et internationale, aujourd’hui fortement écornée par cette réforme et par le refus de tout dialogue entretenu par la direction.

En conséquence, l’Intersyndicale CGT-FSU-SUD Culture et les personnels, avec le soutien total des représentants élus des usagers, de l’ALUBnF et des lectrices et lecteurs mobilisés, appellent à une grève reconductible des personnels à partir de ce lundi 23 mai, qui vise à obtenir :

  • le retrait immédiat de la réforme actuelle et le retour aux conditions de communication directe en vigueur avant mars 2020
  • la suspension des chantiers internes supplémentaires pour permettre à la BnF d’assurer ses missions essentielles au public
  • la mise en place immédiate de toutes les mesures nécessaires pour pourvoir les postes dont la BnF a besoin, en particulier de magasiniers titulaires, avec la publication dès maintenant des postes vacants, puis l’organisation rapide d’un recrutement direct conséquent.
  • l’abandon immédiat du recrutement des contractuels à temps incomplet sur besoins permanents sur des CDD d’un an, contrats ultra-précaires sans droit, et retour à leur recrutement en CDI.
  • – l’augmentation des moyens en personnel et financiers de la BnF pour pouvoir remplir dans de bonnes conditions l’ensemble de ces missions.
  • – la révision du fonctionnement prévu pour le site de Richelieu et la fermeture des salles de recherche à 18h. Le recrutement du personnel titulaire nécessaire pour le musée, la salle ovale et les salles de lecture.
  • l’ouverture de consultations élargies sur les priorités de la BnF

Contacts : cgt@bnf.fr ; fsu@bnf.fr ; sud@bnf.fr ; lecteurs.ca.bnf@gmail.com ;  alubnf@gmail.com


Traduction allemande #BnFgate – Pressemitteilung


Traduction anglaise

The Bibliothèque nationale de France will be on strike from May 23 on for the defense of public service, for creating the jobs needed and against employement insecurity

The CGT-FSU-SUD Culture Intersyndicale at the Bibliothèque nationale de France, the elected readers’ and users’ representatives on the BnF’s Board of Directors, the AluBnF and the mobilized public reaffirm their full objection to the drastic reduction to half a day of the direct communication of store-held documents to Research Library users, as well as to the accompanying measures: increase of the admission fee for readers, reorganization of working schedules and degradation of the working conditions of the staff,  recruitment policy of casual short-termcontracts to work in public service…

BnF management has decided to press these major changes on  May 2, 2022, solely grounding its policy  on budgetary and accounting considerations (as BnF president has recently acknowledged), as the BnF suffers from major undersemployment to carry out its core missions and its new projects underway altogether. In fact, over the pas 10 years, the BnF has lost more than 400 jobs, including 270 in storage, and these losses have continued in recent years with 122 category C posts lost between 2017 and 2021, despite a relative stability in overall staffing levels, clearly demonstrating the marked choice of the BnF’s management to continue to eliminate posts that are necessary for public service. The reduction in services to the public is therefore the direct consequence of a deleterious hiring policy that the CGT-FSU-SUD trade union has been denouncing for years. Moreover, the hasty implementation of this reorganization, imposed without consultation and against the unanimous opinion of the trade unions, the elected representatives of the readers-users, of the AluBnF and more than 18,000 readers, users and friends of the BnF, is already proving to be concretely untenable, provoking an increasingly serious disorganization of the services to the readers and a worrying deterioration of the working conditions of the staff.

Moreover, the reopening of the Richelieu site in September with new opening hours that in fact bring almost nothing to readers, but which require more staff, has led to a transfer of posts from the Tolbiac site to the Richelieu site (because no specific posts have been created), which has worsened the situation on the Tolbiac site.

All this was, unfortunately, predictable. The trade unions and readers have been alerting management to these problems for months, and to the dangers that this reform poses for all the staff and users of the BnF, but also for its national and international image, which has been severely damaged by this reform and by management’s refusal to engage in dialogue.

Consequently, the CGT-FSU-SUD Culture Inter-union of the staff, with the full support of the elected representatives of the readers-users, of the AluBnF and of the mobilized readers, is calling for a reconductible strike of the staff from this Monday 23 May, which aims to obtain

  • the immediate withdrawal of the current reform and the return to the conditions of direct communication in force before March 2020
  • the suspension of additional internal worksites to allow the BnF to carry out its essential missions to the public
  • the immediate implementation of all necessary measures to fill the positions that BnF needs, in particular for permanent storekeepers, with the immediate publication of vacant positions, followed by the rapid organisation of a consequent direct recruitment
  • the immediate abandonment of the recruitment of contractual staff for permanent needs on one-year fixed-term contracts with no rights, and a return to the recruitment of permanent staff.
  • an increase in the BnF’s personnel and financial resources to be able to carry out all of its missions in good conditions.
  • the revision of the operation planned for the Richelieu site and the recruitment of the permanent staff necessary for it to take place under good conditions.
  • the opening of wider consultations on the BnF’s priorities

Traducción al español  – #BnFgate – comunicade de prensa


Traduzione in italiano – #BnFgate – communiucatostampa


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.