Comprendre les changements majeurs qu’a connus le recrutement universitaire. Une étude britannique

L’explosion mondiale des taux d’inscription à l’université et de la taille des établissements a transformé leurs schémas de dotation en personnel et leur structure organisationnelle. Une nouvelle recherche du Policy Institute du King’s College de Londres offre la première étude approfondie des changements du 21e siècle dans le secteur universitaire britannique, et souligne l’ampleur et l’impact de ces changements.

Financé par la Nuffield Foundation, le rapport est rédigé par la professeure Alison Wolf, baronne, membre de l’Augar Review of Post-18 Education & Funding, et le Dr Andrew Jenkins.

Les observateurs de l’enseignement supérieur contemporain se plaignent souvent d’un “managérialisme” croissant et de l’augmentation des contrats d’enseignement précaires de courte durée. En s’appuyant sur la base de données du Royaume-Uni sur la main-d’œuvre et sur des enquêtes sur six établissements distinctifs, les chercheur·ses ont examiné dans quels changements ont eu lieu et cherché à en comprendre les raisons. Le rapport confirme des modifications majeures dans l’emploi administratif et académique, ainsi qu’une centralisation poussée et le déclin de l’autonomie du département universitaire.

Depuis le début du siècle, le nombre de postes de direction et d’administration a augmenté de façon très marquée. Le personnel classé comme “managers et professionnels non académiques” dans les universités britanniques a augmenté d’environ 60 % en 12 ans, passant d’un peu moins de 32 000 pour l’année universitaire 2005/06 à près de 51 000 en 2017/18. Dans le même temps, le nombre de techniciens et de postes de secrétariat, qui soutiennent les universitaires, a diminué. Les cadres et les professionnels de la gestion représentaient un cinquième de l’ensemble du personnel non universitaire en 2005/06, mais ce chiffre est passé à plus d’un quart en 2017/18. De plus en plus, les décisions relatives au personnel sont prises au siège de l’établissement, ce qui a pour effet de réduire le nombre de départements universitaires traditionnels.

Au sein des universités, la croissance continue des nominations non académiques se justifie à la fois par la nécessité de faire face à la concurrence et de commercialiser les diplômes à l’échelle mondiale, et par l’importance de “l’expérience étudiante” telle qu’elle est mesurée par les enquêtes gouvernementales telles que la National Student Survey. Cependant, les auteurices concluent que la structure des équipes de direction signifie qu’il y a peu d’obstacles à la “dérive ascendante” (upward drift) en matière de rémunération et d’ancienneté — “contraste frappant avec la situation des postes universitaires, où l’évaluation [en matière de promotion] est approfondie”.

Parmi les universitaires, les postes réservés à l’enseignement dans les universités britanniques ont augmenté cinq fois plus vite que les postes universitaires “traditionnels” entre 2005/06 et 2018/19. Les postes d’enseignement ont augmenté de plus de 80 %, contre une hausse de 16 % sur la même période pour les rôles plus traditionnels comportant à la fois des responsabilités d’enseignement et de recherche. La croissance a été la plus marquée dans le Russell Group et plus une université s’est développée rapidement, plus elle a augmenté son recours au personnel uniquementenseignant.

Toutefois, l’évolution vers un personnel enseignant vacataire ou à temps partiel a été assez limitée par rapport aux systèmes universitaires “concurrents”, tels que ceux des États-Unis ou de l’Australie. Le rapport attribue cette situation au dispositif Research Excellence Framework du gouvernement, qui détermine la dotation financière directe mais aussi la réputation internationale d’une université. Plus la réputation de l’université en matière de recherche est élevée, plus les frais qu’elle peut demander aux étudiant·es étranger·es sont élevés. Les universités britanniques ont donc tout intérêt à embaucher des universitaires “actifves dans la recherche”, mais elles ont recours à du personnel enseignant uniquement pour compenser les postes vacants, y compris ceux créés par des universitaires qui sont “rachetés” pour la recherche, et pour lisser la dotation en personnel lorsque le nombre d’étudiants change.

La baronne Alison Wolf CBE, professeur de gestion du secteur public au King’s College de Londres, a déclaré :

“Il est frappant de constater à quel point des changements coûteux semblent s’être produits sans stratégie claire pour les sous-tendre. L’accroisseemnt de la centralisation constitue également un sujet de préoccupation. Les grandes bureaucraties centralisées ne sont pas propices à l’innovation, qui nourrit profondément les universités.”

Trad. d’après Deepl.com

Pour lire le rapport

Pour prendre connaissance du projet “Pourquoi les universités ont transformé leur politique de recrutement ?”



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 23 mai). Comprendre les changements majeurs qu’a connus le recrutement universitaire. Une étude britannique. Academia. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj7e

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.