Un.e enseignant.e = une voix

© AFP

Republication d’une motion des enseignant.e.s-chercheurs contractuel.le.s, en espérant faire écho plus sytématique du mouvement de protestation des agents contractuels enseignants-chercheurs, hommes et femmes, qui ne sont rémunéré.e.s qu’après de longs mois d’attente, quand ils ou elles le sont.

Motion des enseignant.e.s précaires du Département d’histoire de Paris-Nanterre

Un.e enseignant.e = Une voix.

Nous, enseignant.e.s précaires du département d’histoire de l’Université de Paris-Nanterre tenons, par la présente, à manifester notre incompréhension et notre désaccord face à la décision prise par le département de nous écarter du vote sur les modalités d’application de la réforme dite de Parcoursup.
Sans le vote des enseignants précaires, ce vote est biaisé et ne peut espérer représenter la position de la  majeurepartie des personnels du département d’histoire. En effet, nous représentons entre le quart et la mo itié de l’effectif enseignant du département. Certes, contrairement à nos collègues titulaires, nous n’assurons ni laresponsabilité administrative de la mise en oeuvre de la réforme Parcoursup, ni la charge de sa  réalisation pratique. Nous n’en serons pas moins bel et bien en première ligne face aux nouveaux entrants à l’université, puisque nous prenons en charge les séances de TD de Licence 1, et plus généralement du cycle Licence. C’est souvent à nous qu’il reviendra de gérer, au quotidien, les groupes et les problématiques concrètes qui se poseront dans les salles à la rentrée prochaine.
Nous sommes donc concerné.e.s au premier chef par la mise en oeuvre de cette réforme et les effets qu’elle ne manquerait pas d’avoir si elle était appliquée à Paris-Nanterre. Même si nous sommes engagés de manière contractuelle et temporaire, nous sommes pleinement partie prenante d’un travail pédagogique qui, dans le cadre de la licence, est essentiellement un travail d’équipe.

Compte tenu de ce travail, et de notre engagement au service du département d’histoire de l’université de Nanterre, nous vivons cruellement le rôle contraint de spectateur passif et souhaitons être reconnu.e.s en tant qu’acteurs d’un département qui ne pourrait fonctionner grâce aux seul.e.s titulaires. D’autre part, nous sommes de jeunes chercheurs.ses, inscrit.e.s en doctorat ou docteur.e.s depuis peu de temps. Nous vivons directement et  dramatiquement la baisse tendancielle des moyens alloués à l’enseignement supérieur et à larecherche. Nous devons lutter tous les ans pour trouver un poste temporaire, un contrat court ou quelquesheures de vacations.
Nous sommes donc, à ces deux titres, particulièrement inquiet.e.s et concerné.e.s, au même titre que nombre de collègues titulaires, de parents, d’étudiant.e.s et de lycéen.e.s, par les réformes en cours à l’Université, dont fait partie Parcoursup, et l’avenir réservé à l’Université en général, et à la nôtre, Paris-Nanterre, en particulier.
En somme, nous dénier le droit de participer au vote et d’exprimer ainsi la parole de celles.ceux qui font aujourd’hui tourner à parts égales le département est un manque de considération pour notre travail et les difficultés que nous rencontrons dans notre carrière. Nous réclamons la tenue d’un nouveau vote pour y participer au même titre que nos collègues titulaires. Nous demandons également que, désormais, tous .tes les enseignant.e.s précaires soient associé.e.s aux votes du département, comme cela se pratique déjà dans lesconseils d’UFR et comme cela s’est déjà fait lors de précédents votes au sein de notre département.
C’est donc une espérance démocratique, rendue légitime par nos missions, que nous portons ici. C’est précisément parce que nous nous soucions de l’avenir de nos étudiant.e.s et futur.e.s étudiant.e.s, du département d’histoire et de l’université, que nous avons été amené.e.s à formuler ces revendications.
Alors même que nous sommes sollicités pour participer à l’organisation des examens et mettre en place des solutions d’évaluation alternatives pour répondre aux enjeux du contexte actuel, nous comprendrions difficilement que cette demande légitime de participation à la vie démocratique de notre département puisse être rejetée, car notre implication dans la fin de cette année universitaire dépend étroitement de la manière dont nous sommes considéré.e.s.
Nous sommes, au même titre que nos collègues titulaires, l’université et la recherche !

Premier.e.s signataires
[Nous invitons nos collègues précaires qui n’auraient pas eu connaissance de notre démarche à prendre contact avec nous pour que leur nom soit ajouté s’ils / si elles le souhaitent : ferrerbartomeu@gmail.com]
Guillaume Bazière, doctorant contractuel (Histoire moderne)
Julien Faguer, doctorant contractuel (Histoire ancienne)
Jérémie Ferrer-Bartomeu, ATER (Histoire moderne)
Aude-Marie Lalanne Berdouticq, enseignante vacataire (Histoire contemporaine)
Cédric Le Cocq, doctorant contractuel (Histoire contemporaine)
Lola Legrand-Sibeoni, ATER (Histoire ancienne)
Boris Leval-Duché, ATER (Histoire contemporaine)
Elie-Benjamin Loyer, ATER (Histoire contemporaine)
Lise Manin, ATER (Histoire contemporaine)
Servane Marzin, enseignante vacataire (Historiographie)
Axelle Neyrinck, ATER (Histoire médiévale)
Alexandre Vlamos, doctorant contractuel (Histoire ancienne)
Emeline Vezzu, doctorante contractuelle (Histoire contemporaine)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *