Le corps de MCF contractuels : vous connaissiez?

Une annonce récente de l’Université de Strasbourg propose un poste de maître.sse de conférences contractuel, pour 3 ans renouvelable. La fiche de poste souligne les qualités du ou de la candidat.e : un doctorat en droit, 5 ans d’expérience professionnelle, enseignement en langue anglaise, une spécialité en « spécialisé en droit européen et international de la propriété intellectuelle, droit des brevets, droit du contentieux et mise en œuvre des droits de propriété intellectuelle ». Ses missions : « Coordination d’appels à projets nationaux, européens et internationaux », mais surtout « Responsabilité pédagogique de formation ».

Tout est légal, à ceci près que la loi désigne ce type de poste sous le titre d' »agent contractuel ». Merci la LRU !

Il reste à savoir si la responsabilité d’un diplôme peut être du ressort d’un agent contractuel de l’Université. Et s’il existe quoi que ce soit sous le nom de « corps de maîtres de conférences contractuels ».

Liens :

CEIPI_-_Fiche_de_poste_MCF_contractuel_campagne_2018

 

 


Une réflexion au sujet de « Le corps de MCF contractuels : vous connaissiez? »

  1. Cette annonce n’est pas une annonce isolée et témoigne sans doute de transformations du précariat et, au-delà, des formes d’emploi, dans l’ESR.
    Certains d’entre vous se rappellent peut-être d’une offre de poste de Maître de conférence contractuel (à Nantes si mes souvenirs sont bons) et qui avait indigné la liste des politistes : quantité de travail (plusieurs cours différents de L1), précariat et salaire peu élevé (toujours si mes souvenirs sont bons).

    Si l’on cherche le net, on trouve assez facilement des annonces similaires. Parfois assez anciennes, comme cette annonce datant de 2008 – « 1 an renouvelable susceptible et susceptible d’évoluer vers un poste de titulaire  » http://www.umr-amure.fr/news/mcf_eco_gestion.pdf ou celle-ci « http://www.ensfea.fr/2010/12/09/recrutement-maitre-de-conferences-contractuel-detat/ » -là pour une durée assez courte de quelques mois.
    Parfois beaucoup plus récentes comme, par exemple, celle-ci https://emploi.etudes-sup.com/recrutement/ecole-centrale-de-nantes-nantes-array-maitre-de-conferences-contractuel-section-cnu-6260/ (on ne peut malheureusement plus télécharger la fiche de poste) ou celle-ci https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:4IFOGa4PeB4J:https://www.univ-valenciennes.fr/sites/default/files/pdf/mouvement-enseignant-non-titulaire-2016-ipag-1.pdf+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr&client=firefox-b. Cette dernière annonce est intéressante parce qu’elle indique qu’il faut que la personne recrutée se prépare à faire des heures complémentaires – et donc plus d’heures que les 192h00 ETD annoncées.

    Cette annonce est aussi intéressante parce qu’elle ressemble à une annonce d’ATER sauf que le poste n’est pas présenté comme un poste d’ATER. Le changement de dénomination ne me semble pas simplement cosmétique. Dans certains comme cas, comme celui-ci https://www.espci.fr/fr/espci-paris/recrutement-et-concours/2017/maitre-de-conferences-contractuel-ater-cdd-en-8308, il est précisé que l’offre de Maître de conférence contractuel est un poste d’ATER. L’ATER apparaît donc comme un type d’emploi d’enseignement-chercheur contractuel mais plus le seul possible. Par là, les possibles garde-fou associés au statut d’ATER d’un poste précaire peuvent potentiellement être contournés.
    Ce phénomène est particulièrement visible sur ce site qui recense des offre « Emplois d’enseignant et d’enseignant-chercheur contractuels » en droit : https://univ-droit.fr/actualites-de-la-recherche/vie-academique/26400-emplois-d-enseignant-et-d-enseignant-chercheur-contractuels#_Toc513034158
    En regardant la catégorie « type de poste », on s’aperçoit que certaines annonces sont des ATER, mais qu’il existe aussi d’autres catégories « LRU XXX », « enseignant-chercheur contractuel », « enseignant »…, avec des conditions annoncées de rémunération (quand elle est indiquée) et de charges de travail (notamment d’enseignement) très variables.

    Même si toutes ces catégories peuvent potentiellement poser des problèmes, la catégorie « enseignant » doit particulièrement alerter. Si, comme moi, vous suivez des comptes Twitter de précaires ou si, simplement vous discutez avec des collèques, amis, de ce qui se passe en matière de recrutement de précaires dans leurs établissements/départements, alors vous avez déjà entendu parlé de ces offres à moins de 1000 euros de salaires net mensuels (parfois 600, 700, 800 euros) qui, à la différence d’un ATER ne rémunèrent que l' »enseignement », considérant que la personne occupant le poste doit trouver un autre employeur ou financer autrement la partie « recherche » – ou faire autre chose pour arriver à avoir un salaire lui permettant de vivre/survivre. Nous savons tous que les dit mi-temps ou temps partiel seront de facto en volumes horaires de travail bien plus importants, que les emplois-du-temps éclatés de l’enseignement ne permettent que difficilement de prendre un autre emploi – même des emplois à temps partiel de recherche s’ils existaient…

    Mais il y a encore pire dans les annonces parues ces dernières années. Le vieux système, interdit par la loi Pécresse, des bourses (que je connais bien parce que j’en ai, il y a longtemps, « bénéficié » ou « été victime », selon la perspective adoptée) est réapparu (bien qu’illégal). La bourse n’est pas un salaire et n’ouvre donc droit à aucune cotisation et protection sociale (pas de sécu, pas de chômage, pas de cotisation retraite), mais les conditions associées à l’octroi de la bourse sont souvent proches de celles d’un emploi salarié. L’Université de Bordeaux a publié des bourses doctorales et post-doctorales de ce type. Je m’étais alors indignée sur twitter et des personnes m’avaient alors contactée pour m’indiquer que cette université, n’était pas la seule, à avoir cette pratique (illégale).

    Nous pouvons dénoncer ces offres et les dérives et transformations plus systémiques dont elles sont les signes – les précaires contractuels payée à l’heure de CM/TD qu’ils donnent et payés très en retard, voir jamais, faisant partie de ce mouvement. Cependant, des collègues (EC et chercheurs parce que les contrats précaires seulement orientés recherche me semblent changer aussi, notamment avec des annonces qui ressemblent plus à des postes IE que des postes de chercheurs contractuels), acceptent de recourir à ces dispositifs et acceptent des changements qui ne sont pas seulement sémantico-cosmétiques.

    Je me rappelle des discussions avec des collègues, pourtant engagés sur de nombreuses questions, reconnaître du bout des lèvres, lorsque j’insistais un peu, qu’il y avait un problème, ajoutant aussi, immédiatement, « il faut bien que la boutique tourne tant bien que mal ». Toute la question, collective, me semble-donc être : jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour que « la boutique tourne » ?

    Nathalie Jas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *