HCERES : vague C, vague scélérate

Les marins connaissent bien les vagues scélérates. Longtemps confinées au folklore marin, ces vagues monstrueuses sont aujourd’hui une réalité parfaitement démontrée et documentée, à l’origine d’un certain nombre de catastrophes maritimes sur toutes les mers et océans du monde. Une vague scélérate est définie comme une vague dont la hauteur verticale, crête à creux, est supérieure à au moins deux fois la hauteur significative des vagues. Les vagues scélérates se forment sans raison évidente au milieu des autres vagues.

Pas besoin d’être un grand marin pour saisir le parallèle frappant qui existe entre une vague scélérate et la vague C d’évaluation du HCERES qui va s’abattre d’ici quelques mois sur un grand nombre de laboratoires français. Des unités de recherche comme autant de navires déjà secoués par la houle et les vents mauvais de la loi de programmation de la recherche (LPR) dont les effets d’usure et de destruction lente commencent à se faire ressentir, même sur les coques les plus solides.

S’accordant parfaitement avec la définition d’une vague scélérate, la vague C sera ainsi deux fois plus importante que toutes les vagues passées d’évaluation puisque l’on achemine, après plusieurs mois d’errements et de tergiversation, vers une évaluation totalement disjointe des bilans et des projets des laboratoires. Pour « faire simple », le HCERES ne s’intéressera qu’à l’évaluation ex post des labos (en gros, un bilan comptable passé au crible de 57 critères d’évaluation les plus invraisemblables) ; à charge aux établissements-tutelles d’évaluer leur projet via une procédure spécifique (à construire) pour fin 2022 – début 2023…

La Grande Vague de Kanagawa, de Hokusai, vers 1830. Metropolitan Museum of Art. 「冨嶽三十六景 神奈川沖浪裏」 [Fugaku Sanjūrokkei – Kanagawa oki nami ura, « Trente-six vues du mont Fuji – Sous la vague au large de Kanagawa »]. L’auteur a sans doute voulu représenter non un tsunami, mais une “vague scélérate”.

La grande improvisation

Cette usine à gaz inédite est en train de se mettre en place dans la plus grande improvisation entre le HCERES, France Universités (le nouveau nom ronflant de la CPU) et les organismes de recherche (CNRS, INSERM, INRA,…). Cela signifie donc, dès l’automne prochain pour la vague C, 2 processus en série quasiment indépendants qui vont occuper les labos, a minima jusqu’au printemps 2023 : il y aura donc 2 documents à rédiger pour les chercheurs, 2 comités distincts à mobiliser (comité HCERES puis comité des tutelles), 2 visites des laboratoires à financer et à organiser, etc… De l’avis à l’unisson de tous les acteurs de terrain de la recherche, c’est une vraie dinguerie, digne de l’époque soviétique !

Une dinguerie administrative doublée d’une gabegie financière (en temps de travail directement soustrait à la recherche et en frais occasionnés) inspirée par l’un des plus brillants bureaucrates de l’enseignement supérieur et de la recherche, nous parlons bien sûr du Grand Stratège du HCERES, l’Étoile Polaire de l’évaluation française… un certain Thierry C. A n’en point douter, notre champion a dû abuser des colloques anti-woke et de la feuille Excel pour oublier aussi vite les fondamentaux de la recherche, à savoir que bilan et projet ne peuvent être considérés distinctement car consubstantiels à toute activité de recherche sur le long terme. Depuis la tour de contrôle du haut conseil, ce sera donc : rien à cirer du projet ! Il faut dire que depuis sa nomination fin 2020, l’Astre-évaluateur mène sa barque de façon totalement solitaire, habité par une vision quasi messianique de son propre rôle au sein de l’ESR français. Et tant pis pour l’arrogance et la condescendance qui transpirent à chacune de ses déclaration ou passage dans les médias en ligne. Le bonhomme a de qui tenir ; plusieurs années sous les dorures du Château laissent des traces… On appelle cela le mimétisme comportemental, très courant dans les cercles du pouvoir.

https://blogger.googleusercontent.com/img/a/AVvXsEiSlIoGNxZP4HaVcoUtNdafR5RJbobzW-p7f0Lw_esMtbHuiUyuSn0CLeA5FmWlT1jSlXVrJxsYG343P9kAb02gRcgj-wyKGeAeaAFQLy8qobmUqhdnsQ1b_mhXvVFUKPgs0LRUQT4Gxzk64qJwaQJxXDrWiEa6S6X7hoZV0aZ4K0lF_vZ4Bq7IbXaz=s4032

Présentation du colloque par le Collègue de philosophie. Ce colloque a été présenté comme un orocès du wokisme à la Sorbonne sous l’égide du ministre Blanquer et clôturé par le président du HCERES (7-8 janvier 2022)

Bref, notre évaluateur-en-chef a décidé qu’à partir de la vague C, « ce sera ainsi ». Entérinée par un Collège fantoche, la nouvelle procédure n’est en pas pour autant sur les rails : tout est encore au stade du bricolage, de l’improvision, et de nombreuses incertitudes demeurent quant au déroulement exact des opérations à venir. Mais ces questions d’intendance sont laissées aux petites mains du HCERES, pas question d’encombrer le présidentiel agenda avec des discussions et des réunions de bas-étage sur le terrain. L’homme a un penchant pour des rencontres « petits fours, champagne » plus reluisantes : en dehors des colloques sous les ors de la Sorbonne, son agenda est garni de causeries dans les think tanks des grands boulevards parisiens, encore qu’il se fasse plus discret ces temps-ci à l’Institut Montaigne… Pas insensible non plus aux fastes de la présidence française de l’union européenne, comme cet « évènement » estampillé « PFUE 2022 » et organisé par le HCERES le 16 mars dernier sur le thème de « L’évaluation, étape indispensable vers l’espace européen de l’enseignement supérieur et de la recherche ». Rien que ça ! On en verserait presque une larmichette, entre deux coupes millésimées.

De la vague à la crise

Et tant pis pour l’Ukraine en guerre, le silence du HCERES depuis fin février est assourdissant. Aucune initiative pour afficher sa solidarité ou affecter une petite partie de son budget à l’accueil de chercheurs ou enseignants-chercheurs ukrainiens. Ce serait pourtant faire un meilleur usage des deniers publics que de claquer des fortunes dans des manifestations à la mords-moi le nœud ou dans des recrutements gadgets. L’un des derniers en date fait bondir, le HCERES ayant le luxe insensé de se payer dorénavant une « directrice de la communication ». Prochaine étape : des huissiers à chaînette ? Toujours est-il que la fiche de poste de la dircom a été vite retirée du site web. Parmi les missions du titulaire, on pouvait lire « gérer les situations de crise ». En prévision de la vague C ?

À moins qu’une autre vague, plus politique cette fois, se forme sans prévenir au mois de juin prochain et déferle sur le Hcéres, l’ANR et tutti quanti. Avouez-le, être débarrassés d’un coup de tous ces bureaucrates inutiles à l’incompétence crasse, ça fait rêver !

https://www.clubdiena.fr/8-decembre-2021quelle-universite-pour-demain-avec-thierry-coulhon-president-du-haut-conseil-de-levaluation-de-la-recherche-et-de-lenseignement-superieur/

Réunion think-tankienne en non-mixité pour bavasser sur l’université française. Capture extraite  de la vidéo de la dernière séance 2021 du Club d’Iéna, où “Thierry Coulhon, président du Hcéres, et Thierry Mandon, ex-secrétaire d’Etat chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, ont partagé leur vision de l’université de demain”.

En attendant la vague…

 

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 6 mai). HCERES : vague C, vague scélérate. Academia. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj6o

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.