Sur le blocage des établissements comme mode d’action

À Paris, des jeunes bloquent leurs établissements pour faire entendre leur voix

Les résultats du premier tour de la présidentielle étaient à peine tombés que les appels à la mobilisation se sont multipliés partout en France. À Paris, notamment, cette opposition s’est caractérisée par un blocage massif des universités.

Extraits.

Les étudiant·es, posé·es sur un banc, profitent du soleil et se remémorent les premiers instants du blocage : « Dès le premier jour, Alain Fuchs [président de l’université Paris Sciences et Lettres – ndlr] nous a dit : “Ici, c’est l’élite, et l’élite, ça ne bloque pas” », affirme l’un du groupe. Un autre renchérit, prenant l’exemple d’« HEC, Assas, c’est sûr que ça va pas bloquer là-bas », provoquant le rire de ses camarades. Discutant des blocus démantelés et du manque de mobilisation dans certaines facs, une étudiante relativise, car « c’est aussi une période où deux tiers des Français sont en vacances. On a commencé notre blocus au moment où les vacances ont commencé. » (…)

https://twitter.com/SorbonnePartout/status/1517624414682107908/photo/1

Drapeau noir symbole d’occupation. Crédit: SorbonnePartout, 23 avril 2022

Mais pourquoi faire le choix du blocage comme mode d’action ? « Parce que la rue, on y va depuis cinq ans et on n’a pas de résultats. Donc on se dit que le meilleur endroit pour se retrouver et discuter entre nous, c’est celui qu’on connaît le mieux, donc ici », déclare, dans une salle de cours aménagée en salle de sieste Jules, lui aussi étudiant en troisième année.(…)

À l’approche du second tour, la majeure partie des blocus qui s’étaient formés ont été démantelés. L’ENS-Jourdan fait figure d’exception avec, donc, le campus Condorcet de l’EHESS. Ce dernier est bloqué depuis mercredi, avec pour mot d’ordre : « Pas une voix pour Le Pen, pas de répit pour Macron. » Les étudiant·es souhaitent la réouverture des universités, fermées par le rectorat de Paris pour éviter une propagation du mouvement de contestation universitaire, ainsi que l’inscription automatique des étudiant·es ukrainien·nes réfugié·es par exemple.

Pour lire l’article →



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 25 avril). Sur le blocage des établissements comme mode d’action. Academia. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj6d

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.