Regard d’Australie sur les « universités entrepreneuriales »

  • par Agnès Vandevelde

Un article/grand entretien vient de paraître dans la revue de l’Association internationale de sociologie Global Dialogue (n°12.1, avril 2022) sur l’évolution des universités australiennes depuis 30 ans : « Universités entrepreneuriales et injustices épistémiques. Entretien avec Jill Blackmore », par Johanna Grubner.

« Le monde universitaire et la science sont l’objet de profondes mutations liées à leur marchandisation ou quasi-marchandisation imposées par la gouvernance néolibérale »,

soulignent les rédacteurs en chef de la revue, Brigitte Aulenbacher et Klaus Dörre, ajoutant que

« Jill Blackmore décrit les profondes restructurations qu’ont connues les universités australiennes au cours des dernières décennies, ce qui les a motivées, et les effets qu’elles ont sur la production de connaissances et la justice épistémique. »

Un éclairage utile pour questionner ce qui se passe aussi ailleurs dans le monde…

https://www.flickr.com/photos/126483205@N08/45113448714/in/photolist-2bJwdzh-2ecuV6w-2CqGvN-XTJrJi-28uM2Mu-6fB1DY-dETx1W-2b1ZEgT-6fB3P7-o1bB6a-6fwTkH-6fB4GS-6fwS9t-6fwReg-6fB22J-atkGY2-2inPW6P-S52bU2-22xTr6H-2hud5ua-2miLTBP-6fwSuv-2d4Xgnk-6fB2Rq-6fwSjv-6fB2co-6fB3af-6fwSYV-4jzE5-6fB2wd-6fB4ky-4jAj7-4jzSn-6fB2Gu-oz6vYh-4jzST-6fwRPx-6fB3Z5-4jA9k-21gXehc-2iaEU1M-2hvjipe-2htHRko-2ikRFT6-2htMLfr-2huQF7N-2mDbq77-2htLRDt-4RnAGG-2htJgzB/

Graffiti Tunnel. University of Sydney,
Australia. Crédit: Martin Snicer, 2018

Voici un avant-goût de l’article, avec deux extraits de l’entretien :

Johanna Grubner : Pouvez-vous nous en dire plus sur les modalités structurelles et politiques de l’injustice épistémique produites dans les universités entrepreneuriales australiennes, et sur leurs répercussions ?

Jill Blackmore : La logique entrepreneuriale signifie que les connaissances ne sont valorisées qu’en fonction de leur caractère quantifiable et potentiellement commercialisable. Cette logique de quantification entraîne une injustice épistémique. Premièrement, elle ne tient pas compte des conditions sociales et matérielles de la production de connaissances – les relations sociales de collégialité et de collaboration, le travail émotionnel qu’implique l’enseignement et la recherche, et le travail domestique de reproduction qui rend possible ce travail. Deuxièmement, elle est fondée sur le contractualisme du marché, qui fait peu de cas de ces relations qui permettent la production de connaissances (la collégialité). Troisièmement, cette logique part du principe que l’innovation n’est que ce qui peut conduire à un processus ou un produit, et traite les relations économiques comme si elles étaient distinctes des relations sociales plutôt que d’en dépendre. L’entrepreneurialisme alimente donc une politique conservatrice et toxique en matière de genre, qui dévalorise les travaux universitaires axés sur le social et le relationnel. Cela est dangereux pour les démocraties, car les gouvernements en Australie, conservateurs au plan social mais néolibéraux, se sont montrés hostiles au milieu universitaire à une époque de post-vérité où l’expertise et la science sont remises en question non seulement par les théoriciens du complot mais aussi par les gouvernements. »

 

JG : Selon vous, quel pourrait être le point de départ pour améliorer la situation des universités australiennes, à la fois pour les employés et les étudiants, et renforcer le rôle des universités dans la société ? Quels sont les points clés susceptibles d’entraîner des changements positifs ?

JB : Un point essentiel consiste à trouver comment faire évoluer la perception culturelle des Australiens pour qu’ils prennent conscience de l’importance des universités et des SHS pour l’avenir culturel, social et politique du pays. Il s’agit de faire comprendre à la population et au gouvernement que les universités se distinguent par le fait qu’elles ne se contentent pas de rendre les diplômés “aptes au travail”. Les vice-chancellors ont laissé passer l’occasion (ou manquent de volonté collective) de mener des débats sur l’importance des universités pour les démocraties ou de convaincre les gouvernements que la recherche universitaire est essentielle à la transition vers un avenir durable.

Sur le plan interne, les dirigeants universitaires doivent regagner la confiance de leurs employés en leur offrant un emploi stable et un environnement de travail sûr. […] »

Le texte est accessible gratuitement, en français, sur le site Global dialogue  (1er article) et ici en anglais.


Pour approfondir

  • Connell Raewyn, 2019, The Good University: What Universities Actually Do and Why it’s Time for Radical Change, Clayton, Victoria, Monash University Publishing.
  • Fleming Peter, 2021, Dark academia: how universities die, London, Pluto. Compte rendu sur LSE Review of Books, par Rosemary Deller.


Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 25 avril). Regard d’Australie sur les « universités entrepreneuriales ». Academia. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj6c

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.