« Dépasser les polémiques militantes »… pour mieux retomber dans l’idéologie À propos d’un « débat » sur la transidentité

Le réseau ESPAS, GHU-Sainte-Anne psychiatrie & neurosciences et la Société internationale d’histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse ont annoncé la tenue le 20 mai 2022 d’un débat sur « la transidentité, histoire, clinique, éthique », animé par Serge Hefez et Elisabeth Roudinesco. Que la SIHPP et sa présidente Madame Roudinesco, psychanalyste et essayiste, organisent ce débat n’est pas étonnant. La participation de plus en plus réduite de psychanalystes aux protocoles pluridisciplinaires de soins prenant en charge les transitions de la partie des personnes trans passant par ces protocoles hospitaliers plutôt que par le secteur libéral, réduction qui s’est confirmée à l’échelle internationale au cours du XXe siècle et a aussi, quoique plus tardivement que dans d’autres pays, touché la France, si elle a été accueillie avec un enthousiasme et soulagement explicites par la majorité de la patientèle trans, a occasionné des plaintes de la part de plusieurs psychanalystes, probablement soucieuses et soucieux de voir un secteur de soin de plus en plus échapper à leur corporation.

Plus surprenantes sont l’organisation et la participation à cet événement de la part d’un certain nombre de praticien∙nes de santé suivant des personnes trans dans les protocoles hospitaliers ou le secteur libéral : Messieurs et Mesdames Serge Hefez, coorganisateur, David Cohen, Agnès Condat, Jean Chambry et Patrick Landman. On s’étonne en effet de ce que ces soignant∙es au contact de la transidentité acceptent comme interlocutrice Mme Roudinesco, qui n’est nullement spécialiste de la transidentité, et dont la seule réputation à ce sujet provient d’une sortie médiatique ordurière invoquant une « épidémie de transgenres », allégation qu’un certain nombre de soignant∙es ont d’ores et déjà réfuté dans un récent article1.

Pinel, médecin en chef de la Salpêtrière, délivrant les aliénés de leurs chaînes , huile sur toile par Tony Robert-Fleury, 1876. Wikicommons

Il semble que l’acceptation d’un tel débat relève d’un pari de bonne foi : celui que Mme Roudinesco, et sans-doute avec elle les autres psychanalystes et essayistes divers qui inondent depuis quelques années les librairies de pamphlets transphobes dépourvus de travail scientifique sur leur objet, sont simplement ignorant∙es, et le pari que des soignant∙es, en témoignant « enfin » (pour citer l’argumentaire du débat) de leur pratique clinique auprès des personnes trans, apaiseraient les craintes exprimées par Mme Roudinesco.

Un tel pari est compréhensible et bien intentionné, de la part de ces soignant∙es. Il est malheureusement affecté de naïveté et d’une erreur.

NaÏveté ou erreur ?

La naïveté consiste à croire que l’inquiétude exprimée par Mme Roudinesco, comme par d’autres intellectuel∙les, relève d’une position rationnelle, prête à entendre des raisons adverses et à changer en fonction de celles-ci. Ce n’est hélas pas le cas. Les réactions et propos virulents représentés par Mme Roudinesco ne relèvent pas de la crainte mais de l’hostilité envers les personnes trans, et ne relèvent pas de l’ignorance mais du préjugé envers la transidentité. Une telle position militante contre la transidentité ne cherche pas le débat et n’évoluera pas par lui. ∙elle cherche à s’imposer pour des raisons politiques et à peser sur le soin apporté aux personnes trans, dans le but de restreindre les transitions.

L’erreur consiste en premier lieu, en acceptant le dialogue avec Mme Roudinesco, à faire d’elle une interlocutrice valable sur le sujet de la transidentité, malgré son absence de spécialisation et la nature strictement subjective — et injurieuse — de ses propos sur le sujet. L’acceptation d’une telle interlocutrice condamne toute prétention de ce débat à la scientificité. Il est ainsi tout aussi scientifiquement absurde d’organiser une journée avec Mme Roudinesco sur la transidentité qu’il le serait d’organiser un colloque sur la mécanique des fluides en invitant un∙e géographe ou un colloque sur la réception médiévale d’Aristote en invitant un universitaire ne parlant pas arabe ou grec.

En second lieu, l’erreur consiste à accepter qu’un « débat » (ou que tout autre colloque, journée d’études ou séminaire) puisse se dérouler avec pour intervenants seulement des personnes cis, et donc sans la ou le moindre intervenant∙e trans. Signaler la faiblesse d’une telle sélection ne procède pas nécessairement ni seulement d’une raison politique, voulant faire entendre les voix des personnes trans voire, épistémologiquement, soutenant cette revendication par la thèse d’un privilège épistémique des dominé∙es, mais d’une raison historique et scientifique : si les théories sur la transidentité adoptées par le corps médical ont évolué, et avec elle les pratiques de soin que ces théories justifient, c’est au moins en grande partie, d’une part, du fait des conceptions de la transidentité élaborées par la patientèle trans et par les mouvements trans, ainsi que par la pression que les revendications de ces mouvements ont placées sur le corps médical, et, d’autre part, du fait des théories sur la transidentité qui ont été et sont développées par des chercheur∙ses trans, et ce tout au moins depuis les années 1990. Ne pas inviter de chercheur∙ses trans à un événement se voulant scientifique sur la transidentité (ou, dans le cas d’autres événements, ne les inviter que pour fournir un témoignage et non une expertise) aboutit non seulement à effacer l’existence de ces recherches, mais aussi à effacer les effets théoriques que ces recherches ont eu sur le corps médical, et ainsi à s’approprier leurs résultats en en invisibilisant les auteurices. Pourtant, et pour l’affirmer brutalement, sans les innovations théoriques et conceptuelles apportées par les recherches situées de chercheur∙ses trans, dans le monde universitaire ou en dehors, les théories psychiatriques, sexologiques, endocrinologiques et parfois même chirurgicales au sujet de la transidentité seraient aujourd’hui totalement arriérées. Les organisateurices de ce « débat » ne l’auraient par exemple pas nommé en employant le terme de « transidentité » — qui, qu’on lui accorde – comme le font en l’utilisant les organisateurices de ce colloque – ou non une pertinence, a été inventé et diffusé par des personnes trans — mais peut-être celui de « transsexualisme » ou encore de « transvestisme » ou, pour plus d’originalité », d’ « éonisme » ou de « metamorphosis sexualis paranoica ». Sans les contributions de chercheur∙ses trans, les ouvrages publiés aujourd’hui par des soignant∙es dont l’un est organisateur de cette journée, en resterait sans-doute aux théories – qui certes furent une avancée en leur temps ! – d’un Harry Benjamin. La sélection d’un panel exclusivement cis de contributeurices fait fi de ces contributions décisives, et en constitue donc un effacement autant qu’une appropriation. Elle contrevient donc à l’exigence scientifique d’exhaustivité bibliographique à laquelle doit répondre tout travail et tout débat de spécialistes

Une simple reprise de clichés de tabloïds

Un tel manque de scientificité est hélas lisible dans l’argumentaire du « débat ». Cet argumentaire est en effet rendu particulièrement confus par la montée en généralité qui y est opérée à partir de la transidentité. Celle-ci devient le nom (ou le prétexte ?) d’une polémique apparemment centrale « pour le présent et l’avenir des sociétés d’aujourd’hui » — que les personnes trans qui s’apprêtent à prendre leur première dose d’hormones songent bien à ces lourdes conséquences ! — et qui, bien au-delà des seuls trans, opposeraient les camps très abstraitement désignés comme, d’un côté, « les ‘traditionnalistes’ » opposés au fameux wokisme, et, de l’autre, la « Cancel culture » qui déboulonne des statues et soutiendrait « le culte de la repentance et de la victimisation ». On ignorait que les personnes trans étaient le nom d’aussi larges phénomènes ainsi agrégés. Et, surtout, on s’étonne de ce qu’un événement organisé en grande partie par des universitaires se donne pour argumentaire la simple reprise de clichés de tabloïds, se contentant, à la manière d’une mauvaise dissertation de philosophie, de les organiser en deux points de vue unilatéraux et rivaux qu’il s’agira bien évidemment de dépasser dans une troisième partie.

La recherche sur la transidentité demande un sérieux, un travail bibliographique et/ou de terrain, qui répondent aux exigences et critères scientifiques et déontologiques qui s’appliquent à toute autre recherche. Faute de répondre à ces exigences, elle sombre dans la simple idéologie. Ce n’est pas autre chose qu’une telle idéologie qu’exprime la position de Mme Roudinesco au sujet de la transidentité. Faire de l’idéologie une position avec laquelle la discussion a un sens n’est en rien scientifique, pas plus que l’oblitération de tout un champ de recherche sur le sujet discuté. Si la bonne intention d’un tel « débat » (si tant est que « débattre » de l’existence de personnes ait un sens) est évidente de la part des soignant∙es qui ont fait le choix d’y participer, les raisons qui viennent d’être énumérées n’en montrent pas moins que ces intentions sont hélas vouées à l’échec.

Pauline Clochec, maîtresse de conférences en philosophie à l’Université de Picardie
Élise Escalle-Dyachenko, ATER et doctorante en philosophie de l’art, HAR, Université Paris Nanterre
Karine Espineira, Legs, Université Paris 8
Nur Noukhkhaly, doctorant en sociologie à l’ENS de Lyon
Maud-Yeuse Thomas, chercheuse indépendante en anthropologie comparée, Observatoire Des Transidentité

  1. Rozenn Le Carboulec, « Comment les mineurs trans sont pris en charge : face à la désinformation, des médecins racontent », Mediapart, 4 avril 2022. []

2 réflexions sur « « Dépasser les polémiques militantes »… pour mieux retomber dans l’idéologie À propos d’un « débat » sur la transidentité »

  1. Cher(e)s ami(e)s, ne nous trompons pas d’ennemi(e)s
    Je lis avec intérêt vos craintes exprimées ici concernant le débat qui doit avoir lieu au GHU Paris Neurosciences le 20 mai portant sur la transidentité.
    En voici la genèse.
    J’ai été personnellement contacté par Elisabeth Roudinesco alertée par la parution des livres des psychanalystes Céline Masson et Caroline Eliacheff (La Fabrique de l’enfant transgenre) et de Charles Melman et jean Pierre Lebrun (La Dysphorie de genre), livres qui conjuguent une ignorance totale du sujet, alliée à une transphobie particulièrement hostile.
    Elle s’opposait farouchement au contenu de ces livres ainsi qu’au travail de sape mené par le collectif de la Petite Sirène auprès des familles et des professionnels.
    Je rappelle ici que nous avions défendu Elisabeth et moi le Mariage pour tous et le filiation homoparentale sur les bans de l’Assemblée Nationale il y a quelques années contre une partie de ces mêmes psychanalystes.
    J’avais par ailleurs félicité Mme Roudinesco pour sa tribune parue dans Le Monde qui fustigeait le colloque honteux organisé les 7 et 8 janvier à la Sorbonne contre la supposée « pensée Woke » qui vouait aux gémonies les meilleurs penseurs de notre siècle.

    Bien des psychanalystes et des professionnels de la santé mentale sont aujourd’hui interpellés par cette question de la transidentié et ne savent plus à quel saint se vouer, tant les prises de position des uns et des autres deviennent cacophoniques. Ces psys ne sont ni « pour » ni « contre », ils s’interrogent.
    Or la demande est exponentielle, vous le savez bien, et au delà de la libre détermination de chacun(e) à choisir son genre et sa sexualité, elle fait intervenir de nombreux champs de la médecine, de la chirurgie, de la génétique….
    Vous savez aussi que si la plupart des personnes concernées ne relève en rien du champ de la santé mentale, nous recevons chaque jour des adolescents et des jeunes adultes pour qui le questionnement de genre s’inscrit dans un malaise psychique très profond nécessitant une prise en charge spécialisée.
    Bref le besoin de se rencontrer et de débattre est énorme notamment au sein du GHU dont ESPAS (où nous recevons actuellement plusieurs demandes chaque jour) fait partie, tout comme le service de pédopsychiatrie du Dr Chambry.
    Je reçois par ailleurs des familles concernées par la transidentié dans le service du Pr Cohen à la Salpétrière où le Dr Agnès Condat organise des RCP mensuelles regroupant professionnels et associations, et coordonne le comité de pilotage de la plateforme Trajectoires Trans avec plusieurs associations.

    Mme Roudinesco, au nom de l’Institut souhaitait donc par mon intermédiaire organiser une rencontre principalement destinée aux psys intéressés et j’ai donc demandé à mes collègues d’intervenir. Je précise qu’il ne s’agit pas d’un colloque mais d’une rencontre de deux ou trois heures au sein d’un hôpital spécialisé destiné à laisser les questions des uns et des autres émerger.
    Mme Roudinesco ne se positionne ici aucunement en « spécialiste de la transidentié » mais en interlocutrice ravie de s’informer et d’interroger.
    Pour avoir longuement parlé de ce sujet avec elle, et même si nous sommes loin d’être d’accord sur tout, elle ne fait à mon sens pas partie de ce vaste mouvement de psychanalystes profondément hostiles à ce passionnant décloisonnement du genre auquel nous assistons aujourd’hui, et qui ont plébiscité ce fameux colloque de La Sorbonne auquel un bon nombre a participé, et que notre ministre de l’éducation avait inauguré.
    Reste le mot malheureux d’« épidémie » qui m’avait fait aussi avaler de travers et mis en colère surtout dans le contexte sanitaire que nous vivons aujourd’hui. Je lui accorde de ne pas avoir employé ce terme comme il est écrit dans le blog de Médiapart dans le sens « d’une angoisse de la contamination et de la désrusturation de soi » mais dans son acception la plus ordinaire, comme j’entendais l’autre jour un professeur évoquer une « épidémie de vocations pour le théâtre » dans sa classe, le sens d’un phénomène qui prend de l’ampleur et qui déconcerte.
    J’avais moi-même évoqué un « raz de marée » de demandes de prises en charge de personnes transgenres à ESPAS depuis un an pour signifier nos interrogations et parfois notre désarroi face à cette spectaculaire augmentation.
    Et je le redis ici , si je me réjouis de la rencontre avec de nombreux jeunes prenant joyeusement en mains leur destin en bousculant les codes du genre et en dynamitant notre ordre patriarcal, je ne peux pas ne pas être alerté par la fait que ce mouvement nous met aussi en contact avec d’autres jeunes très empêtrés dans des processus d’adolescence extrêmement complexes et douloureux qui alertent les professionnels, et pour lesquels la reconnaissance d’une autodétermination à laquelle j’adhère totalement n’est pas une réponse suffisante.

    Bref je vous l’accorde, « la recherche sur la transidentité demande un sérieux, un travail bibliographique et/ou de terrain, qui répondent aux exigences et critères scientifiques et déontologiques qui s’appliquent à toute autre recherche », et notre service à la Salpétrière est largement engagé dans cette voie.
    Cette rencontre du 20 mai sera en ce sens bien loin d’être exhaustive, et nous souhaitions simplement entamer un dialogue entre nos collègues qui s’interrogent, et des professionnels qui sont déjà engagés dans cette recherche.
    Il est toujours possible d’ajouter du bruit au bruit, et je suis sûr que des membres de la Petite Sirène vont venir exprimer leur hostilité.
    Les portes sont ouvertes. Vous y êtes les bienvenu(e)s. Nous aimerions que chacun puisse s’exprimer sereinement et librement, ce qui est peut-être un vœu pieux.
    Et de grâce, encore une fois, ne vous trompez pas d’ennemi(e)s !
    Solidairement,

    Serge HEFEZ
    Psychiatre des Hôpitaux

    • La rédaction d’Academia prend note que vous avez bien reçu la critique formulée à l’endroit du projet scientifique de votre journée d’études et que vous n’avez aucun souhiait de modifier le programme des interventions.
      Les auteurices de la tribune estiment que la mise au point de M. Hefez ne répond en rien sur le fond aux problèmes soulevés, ou plutôt rappelés, par leur tribune. Elles considèrent à ce titre ne pas avoir à apporter de réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.