#BnFgate. 13 000 signataires, mais la direction reste sur ses positions anti-service public

Suite à l’importante mobilisation des lecteurs, lectrices, usagers et usagères de la Bibliothèque nationale de France, la direction des Publics a répondu la même langue de bois à ses correspondant·es. La BnF s’est fendue d’un entretien à l’Actualitté1
L’AluBNF fait de nouveau entendre sa voix.et participera demain au Comité technique de la BnF. Elle vous invite à reprendre la campagne de mailing dès aujourd’hui.
Pour signer les deux pétitions en cours

La direction de la Bibliothèque nationale de France refuse d’entendre le mécontentement et la mobilisation massive de ses lectrices et lecteurs  #BnFGate

Communiqué de presse de l’AluBnF
(Association des lectrices, lecteurs, usagères et usagers de la BnF)

12 avril 2022

La mobilisation massive contre la restriction des conditions de consultation et de travail à la BnF se poursuit. A ce jour, ce sont plus de 13 000 personnes qui ont signé la pétition des usagères et usagers et plus de 2500 personnes celle de lIntersyndicale des personnels, pour la défense de conditions de travail et de recherche dignes en BnF.

Les actuelles représentantes et représentants élus, alertés par l’AluBnF et de nombreuses lectrices et lecteurs, constatent également dans un courrier que « la direction de la BnF n’associe pas suffisamment les représentants des usagères et usagers à la prise des décisions qui ont un impact sur les services au public », décisions que la direction adopte sans concertation et sans tenir compte de leur opposition comme de celle des personnels (comme en témoigne le vote unanime contre la mesure de restriction de la consultation directe lors du CHSCT du 31 mars, vote écarté dun revers de main par la direction).

Face à cette mobilisation inédite contre une mesure incohérente et injustifiable, la seule réponse de la direction est de botter en touche, comme le fait Laurence Engel dans un entretien accordé à Actualitté le 11 avril et reprenant les éléments de langage du courrier de réponse standard envoyé par la directrice des publics aux plaintes reçues par mail.

Cette nonréponse témoigne dune logique comptable inaudible et sans lien avec le service public rendu par la BnF, qui semble seulement destinée à pallier le manque de
moyens supplémentaires pour assumer dautres projets, comme la réouverture du site
Richelieu ou la création du centre de conservation dAmiens. Cette nonponse est par
ailleurs contradictoire quand elle affirme que les effectifs de la BnF sont constants, alors quà certains postes cruciaux les effectifs sont bel et bien en baisse depuis 15 ans (388 ETPT en 2021 dagents de catégorie C à la Direction des collections, contre 517 en 2009, soit une baisse de presque 25%). La seule concession marginale proposée pour linstant est un report de lhoraire de réservation du jour pour le lendemain de 17h à 19h, ce qui ne répond en rien aux demandes formulées par les lectrices et lecteurs.

LAluBnF appelle donc à la poursuite et à lamplification de la mobilisation, en lien avec
lIntersyndicale des personnels. Nous exigeons :

  • le retrait définitif de la mesure limitant la consultation directe à certains horaires.
  • le retour aux conditions de consultation directe prépandémie, avec possibilité de
    demande directe d’ouvrages le jourmême, sur toute l’étendue des horaires d’ouverture des salles de lecture.
  • l’ouverture de consultations élargies sur les conditions de consultation (tarifs d’inscription, nombre d’ouvrages, politiques d’acquisition…) et les conditions de travail et recrutements de personnels.

(Contact : alubnf@gmail.com / @ALUBnF)


Campagne de mailing proposée

  • Liste mail pour le mailing mise à jour

sophie-justine.lieber@culture.gouv.fr, nicolas.georges@culture.gouv.fr, jean-baptiste.gourdin@culture.gouv.fr, laurence.engel@bnf.fr, kevin.riffault@bnf.fr, marie.de-laubier@bnf.fr, anne-elisabeth.buxtorf@bnf.fr, patrick.belaubre@bnf.fr, jerome.le-scanff@bnf.fr, accueil@bnf.fr, lecteurs.ca.bnf@gmail.com, alubnf@gmail.com

  • Proposition de texte 

Madame la Directrice de cabinet,
Madame la Présidente de la BnF,
Mesdames et Messieurs les Directrices et Directeurs,

J’ai pris connaissance de la réponse standard adressée par la direction de la BnF à ses lectrices et lecteurs et à mon message personnel de protestation face à la restriction programmée des conditions de consultation et donc de recherche à la bibliothèque de recherche à partir du 2 mai prochain.

Malheureusement, cette réponse est tout à fait insuffisante et ne semble pas prendre la mesure de l’inquiétude, du mécontentement, et même de la colère d’une très grande majorité de lectrices et lecteurs face à cette modification radicale des conditions de travail à la BnF, pour les usagères et usagers comme pour les personnels.

Les arguments que vous déployez confirment la pertinence de nos alarmes. Nous ne souhaitons pas de « nouveaux services » que nous n’avons pas demandés, mais bien le maintien de la mission essentielle de service public de la Bibliothèque nationale de France, qui est de permettre à toutes et tous la consultation des collections patrimoniales de la BnF, dans les conditions les plus ouvertes et accessibles possibles. C’est pourquoi nous demandons toujours le retour aux modalités de communication directe antérieures à la pandémie, sans limitation de durée. Pour ce faire, un respect des conditions de travail des agentes et des agents, qui passe par des embauches concrètes et la résorption de la précarité, nous semble indispensable. Nous refusons également l’augmentation de 10% du tarif de la carte recherche, alors que la BnF avait pris l’engagement, il y a quelques années, de tendre vers la gratuité.

En 2017, Mme Engel affirmait à L’Express (2 mars 2017) qu’ “il n’a jamais été question et il n’est pas question de diminuer  le service qui est rendu aux chercheurs. La BnF est une bibliothèque de recherche.” Restreindre les communications reviendrait à désavouer profondément cet engagement, qui fonde l’identité de la Bibliothèque nationale de France, ses relations avec ses lectrices et lecteurs, son rayonnement international ainsi que le dynamisme de la recherche française en SHS.

Bien cordialement,

XXX


Commentaire d’une lectrice anglophone au fil Twitter d’Elise Rajchenbach, 13 avril 2022

Lettre de Anne-Elisabeth Buxtorf à plusieurs lectrices et lecteurs mobilisés, 11 avril 2022

Madame, Monsieur,

Nous avons pris connaissance de votre message avec toute l’attention qu’il méritait.

La Bibliothèque va effectivement faire évoluer ses modalités de communication des documents dans les salles Recherche du site François-Mitterrand. Après de longs mois où seule la réservation à l’avance des documents était possible, nous revenons à un système qui ménage chaque jour la possibilité de réserver sur place et à l’avance.

Évidemment pleinement conscients des exigences attachées à la pratique de la recherche, nous avons défini ce système de communication en tenant aussi compte des usages de nos lecteurs, lesquels préparent de plus en plus leur venue, arrivent très progressivement au fil de la matinée et sont depuis plusieurs années nombreux à ne pas demander des collections des magasins.

Nous sommes toujours très attentifs à nos lecteurs et à leurs besoins, dont nous discutons avec vos représentants élus, et nous mettons ainsi ou allons mettre en place de nouveaux services. Nous adapterons dans ce cadre certains éléments comme les quotas de documents et les horaires limites de réservation.

Vous pourrez en retrouver un descriptif complet dans les prochains jours sur le site bnf.fr.

Par ailleurs, cette organisation, dans un contexte d’emplois stable, permet aux agents magasiniers d’être moins en travail posté et de pouvoir participer aux chantiers de collections nécessaires à l’avenir de la Bibliothèque en leur assurant de bonnes conditions de travail.

Nous vous remercions de l’attachement que vous portez à la Bibliothèque nationale de France.

Je vous prie d’agréer l’expression de toute ma considération.

Anne-Elisabeth Buxtorf

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 13 avril). #BnFgate. 13 000 signataires, mais la direction reste sur ses positions anti-service public. Academia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj5v

  1. ““Faire des choix, en tenant compte des usages” : la BnF répond aux chercheurs”, entretien par Antoine Oury, Actualitté, 11 avril 2022. []

Une réflexion sur « #BnFgate. 13 000 signataires, mais la direction reste sur ses positions anti-service public »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.