Polytechnique ou le pouvoir… masculin

À Polytechnique, des violences sexuelles révélées par une enquête interne, par Jessica Gourdon et Marine Miller, Le Monde, 11 avril 2022

Extraits.

Après Supelec en septembre 2021, qui déclarait une centaine d’agression sexuelle, voici une enquête interne de l’École Polytechnique, qui, accessible aux femmes depuis 1972, accueille toujours 83% d’hommes.À comparer avec les 72% d’hommes pour l’ensemble des écoles d’ingénieurses.

L’enquête, conduite auprès de 2 100 par une questionnaire envoyé à 3 400 jeunes entrés à l’école entre 2018 et 2021, tous cursus confondus, présentée en mars 2022, rélève l’ampleur des violences sexistes et sexuelles au sein de l’établissement, dont onze viols ou tentatives de viols.

Ainsi, 23 % des interrogées disent avoir été victimes d’une agression sexuelle pendant leur scolarité à Polytechnique : sans leur consentement, on leur a touché les seins, les fesses, on s’est frotté à elles ou on les a embrassées ; 11 % des femmes ayant répondu à l’enquête affirment avoir reçu des propositions sexuelles insistantes « malgré leur refus ». Trois jeunes disent avoir été droguées à leur insu pendant une fête étudiante. Et onze personnes (dont dix femmes) affirment avoir été victimes d’une tentative de viol ou d’un viol durant leur scolarité à l’X.

Campus de l’École polytechnique . Crédit: École polytechnique – J.Barande, 2020

La question est donc des mesures prises ou à prendre pour lutter contre la “culture sexiste”.

Depuis le début de son mandat en 2017, [François Bouchet, directeur général de l’école] souligne avoir pris des sanctions individuelles dans de nombreux domaine : interdictions de soirées, jours d’arrêts, obligations de travaux d’intérêt généraux… « Nous avons aussi démis de ses fonctions un cadre militaire, qui avait un comportement inapproprié avec les jeunes femmes. Il est également arrivé que des militaires de renfort, qui viennent pendant la Courtine [le mois de formation militaire au moment de l’arrivée des élèves sur le campus] , soient signalés à leur hiérarchie en raison de propos déplacés envers les filles. (sic) »

Dès février 2017, en amont du séisme #metoo, l’école avait été secouée par des affaires de violences sexistes et sexuelles. Le magazine hebdommadaire des élèves, l’ IK , avait publié un hors-série sur les femmes avec de nombreux témoignages d’étudiantes. Des remarques d’encadrants militaires donnaient un indice de la culture sexiste qui règnait lors des stages dans l’armée : « Il faut faire attention à la tenue que vous portez, surtout devant un parterre d’hommes, ça peut brouiller le message. Moi, j’ai eu du mal à me concentrer pendant votre présentation » , disait par exemple un responsable militaire lors d’une soutenance de stage à une élève qui portait un tailleur.

Le sexisme prévaut donc, tant du côté des étudiant·es que des enseignant·es, dans une école qui enseigne avant tout le pouvoir et son impunité. La médiatisation va-t-elle faire bouger la direction de l’École ?

Sur Academia


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.