#BnFgate. Communiqué de presse de l’AluBNF, 8 avril 2022

Les usagers et les usagères de la Bibliothèque nationale de France exigent le retour à des conditions de travail dignes

Communiqué de presse de l’AluBnF (Association des lectrices, lecteurs, usagères et usagers de la BnF), 8 avril 2022

Le 31 mars dernier, le CHSCT de la Bibliothèque nationale de France (BnF) a adopté, sur proposition de la direction, une mesure visant à limiter drastiquement la communication d’ouvrages en bibliothèque de recherche. À partir du 2 mai prochain, si cette mesure s’applique, il sera impossible de demander le jour même des livres des magasins de la BnF en dehors du créneau réduit 13h30-17h00, ce qui va altérer radicalement les conditions de recherche. Cette mesure témoigne d’une méconnaissance complète de la pratique des chercheurs et chercheuses qui travaillent dans ses collections, et remet en cause ce qui faisait la valeur de la BnF aux yeux de ses usagers et usagères : la possibilité d’y mener des recherches complexes, aux ramifications imprévues, qui nécessitent de pouvoir consulter parfois de grandes quantités d’ouvrages non repérés à l’avance, dans un délai resserré. Cette pratique exigeante de la recherche nécessite certes des moyens, et c’est la raison pour laquelle nous soutenons, depuis des années, les demandes des syndicats de personnels visant à enrayer la suppression de postes et la précarisation de leurs métiers, qui est inacceptable pour un service public comme la Bibliothèque nationale de France, institution centrale pour l’enseignement supérieur et la recherche française, mais aussi pour la communauté scientifique européenne et internationale.

Cette mesure de dégradation du service public s’accompagne, en outre, de l’annonce d’une augmentation à partir de septembre prochain de 10 % du tarif de la carte Recherche. Où sont passées les promesses pourtant réitérées de la direction de la BnF de tendre progressivement vers la gratuité d’accès ? Faut-il inlassablement rappeler qu’entre les murs de la BnF sont conservées des collections publiques pour l’essentiel issues du dépôt légal et pour partie acquises sur des fonds publics ou grâce à des donations faites aux collections publiques ?

Deux pétitions ont été lancées pour s’opposer à cette mesure, initiées par l’Intersyndicale des personnels la BnF pour l’une, et par des lecteurs pour l’autre1. La pétition des lectrices et lecteurs a recueilli plus de 11 500 signatures ce jour et continue d’augmenter rapidement (https://urlz.fr/hUMO), sur un total de 23 000 lectrices et lecteurs inscrits en 2019, témoignant de la très vive inquiétude d’une vaste majorité d’usagères et usagers. Ces pétitions demandent le retrait de cette mesure incompréhensible (si ce n’est pour d’obscures raisons budgétaires), ainsi que le recrutement et l’amélioration des conditions de travail des personnels.

Les premières réponses de la direction de la BnF ne semblent pas prendre la mesure de cette mobilisation massive et inédite et se contentent de justifier cette décision par une vision comptable et tronquée des statistiques de consultation, et un argumentaire tendancieux présentant cette réduction définitive des possibilités de consultation directe comme une « amélioration », les mesures sanitaires provoquées par la pandémie ayant entraîné une suspension temporaire de toute consultation directe. Nous demandons le rétablissement, a minima, des conditions de recherche pré-pandémiques.

En l’absence de réponse à la hauteur de ces enjeux et de cette opposition massive des lecteurs et lectrices et des personnels, nous poursuivons notre mobilisation afin d’obtenir le retrait de cette mesure et l’engagement de consultations élargies, pour défendre un service public digne de ce nom à la BnF.

(Contact : alubnf@gmail.com / @alubnf)

  1. Liens ici. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.