Bibliothèque nationale de France. Pour le respect du service public et des usager∙es

Academia relaie ici deux pétitions qui s’alarment de la dégradation du service public à la Bibliothèque nationale de France et de l’atération considérable de ses missions recherche.

→Signer la pétition intersyndicale Tous ensemble, défendons le service public de la BNF

Signer la pétition (lecteurs et lectrices) 

Actions supplémentaiires

https://www.flickr.com/photos/108661836@N08/17179118329/in/photolist-sb4tnk-2Wc2Zx-u3zXV-TTXA4J-dTsfYU-5bxswU-iTkvtW-pxfLTW-2k6Hmf9-phZKBJ-faCDMT-phEGmJ-gzPWxG-faSz5y-6pGCvM-uqg7h-6pGCXr-6pGDnT-6pLL8Y-6pLLW9-4P52AP-2mLof3U-6pGDwp-6pGCGH-4YcK47-QioJEx-4XGUiM-2aC79Uj-r3V3Q7-2mPRrKX-2jgzeAa-PCyFxZ-phoaiy-8KXQeX-JK7mkX-2ha3qsj-99cgTY-EKf6U9-2ha1Eta-2iC6tBJ-gzPWGj-4egUUB-RffLEf-gzPWee-nUcufo-gzPWFh-2iC4EnB-2iBRc1X-gzPWmZ-RffLCm

Bibliothèque nationale de France. Crédit: Manu Dreuil, 2014

Bibliothèque nationale de France. Pour un retour aux communications directes et au respect des usager∙es

À l’attention de Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France
de Kevin Riffault, directeur général de la BNF
de Marie de Laubier, directrice des Collections de la BNF
de  Anne-Elisabeth Buxtorf, directrice des Publics de la BNF

À l’attention de Sophie-Justine Lieber, directrice du cabinet de la Ministre de la Culture

Nous soussigné∙es lectrices et lecteurs de la Bibliothèque nationale de France, apprenons que nos conditions de travail vont être sérieusement compromises à partir du 2 mai et de manière définitive.

 En effet, le Comité Hygiène Sécurité et Conditions de travail (CHSCT) qui s’est tenu le 31 mars 2022 a confirmé deux décisions dont les syndicats avaient fait part1
  • à partir du 2 mai, il n’y aura plus de communication le matin et la communication directe n’aura lieu que de 13h30 à 17h. 
  • à partir de septembre, le pass recherche va passer de 50€ à 55€ et le tarif réduit de 35€ à 38€. 

Nous, chercheurs et chercheuses en Arts, Littératures, Sciences humaines et sociales, titulaires, doctorant∙es et non-titulaires utilisons régulièrement la Bibliothèque nationale de France pour prendre connaissance de la littérature de recherche récente ou accéder à des sources que la BNF est quelquefois seule à posséder. Nombre d’entre nous effectuent des séjours de recherche à Paris, coûteux entre frais de transport et de séjour, pour consulter les collections uniques en France. À l’encontre des pratiques qui ont cours dans toutes les grandes bibliothèques patrimoniales et nationales d’Europe, il est inconcevable de ne pouvoir obtenir des communications dans un délai raisonnable, le jour de la demande de consultation. 
Il s’agit d’un recul sans précédent du service du public, qui entérine ce qui, au départ, ne devait être qu’une réduction provisoire des communications du fait de la pandémie. Depuis de nombreuses années, les syndicats de personnels alertent sur le fait que la direction de la BnF fait le choix de ne pas renouveler les départs à la retraite des personnels et que leurs conditions de travail se dégradent. 
Aujourd’hui, c’est l’une des missions historiques de la Bibliothèque nationale qui se trouve lourdement grevée. La décision de réduire, de manière drastique, l’accès aux ouvrages rend compte d’une méconnaissance totale de la préparation des cours ou du travail de recherche en bibliothèque, qui s’effectue par rebonds d’un ouvrage ou d’un article à l’autre. En ce sens, elle aura un impact direct sur la qualité de production scientifique des chercheuses et des chercheurs.

Nous ne pouvons accepter que nos conditions de travail pâtissent d’une politique de réduction d’emploi. La Bibliothèque nationale de France est un lieu de vie intellectuelle et scientifique : une telle décision de réduction des communication la condamne nécessairement et amplifie la désaffection des usagers et usagères, dont l’avis, généralement ignoré, n’a même pas été sollicité, la direction de la BnF se targuant de l’absence de plaintes des usagers pour imposer cette réduction. Nous exigeons le retour aux communications le jour même et revenir sur les majorations de l’abonnement, pour un service qui ne peut être dégradé.


Pour interpeller directement les responsables décisionnaires

Par expérience, il est utile de multiplier les canaux afin d’être le plus efficace possible. Outre le fait de signer les deux pétitions ci-dessus (intersyndicale agents et usager·es), nous vous invitons à relayer les textes ci-dessous auprès des directions de la BnF.

 

Proposition de lettre standard

Bonjour,

Je prends connaissance avec une très vive inquiétude de la décision du CHSCT de la BnF du 31 mars dernier visant à pérenniser la limitation de la communication directe à la Bibliothèque de recherche, pour la réduire à la plage horaire de 13h30-17h00 le jour même.

Cette mesure témoigne d’une méconnaissance de la pratique du métier de chercheur, et remet en cause ce qui faisait la valeur de la BnF aux yeux des chercheurs : la possibilité d’y mener des recherches complexes, aux ramifications souvent imprévues, qui nécessitent de pouvoir consulter parfois de grandes quantités d’ouvrages dans un délai resserré.

Cette pratique exigeante de la recherche nécessite certes des moyens, et c’est la raison pour laquelle les usagers soutiennent, depuis des années, les demandes des syndicats de personnels visant à limiter la suppression de postes et la précarisation de leurs métiers, qui est inacceptable pour un service public comme la Bibliothèque nationale de France.

En tant que lectrice / lecteur et amie/ami de la BnF, je m’oppose fermement à cette mesure et vous demande de la retirer avant sa mise en oeuvre, prévue pour le 2 mai prochain. J’en informe sur le champ mes contacts au sein des réseaux des usagers de la BnF pour qu’ils fassent connaître auprès de vous, tout comme moi, leur opposition à cette mesure inacceptable de notre point de vue.

Bien cordialement,

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 5 avril). Bibliothèque nationale de France. Pour le respect du service public et des usager∙es. Academia. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj5j

  1. Update 6/4/22: “Cette décision a été prise malgré l’opposition unanime des représentants des lecteurs et des syndicats de la BnF”. []

11 réflexions sur « Bibliothèque nationale de France. Pour le respect du service public et des usager∙es »

  1. Le travail de chercheur nécessite de pouvoir consulter une référence non prévue d’avance. La restriction est un vrai obstacle à la recherche.

  2. Ping : PÉTITION BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE : POUR UN RETOUR AUX COMMUNICATIONS DIRECTES ET AU RESPECT DES USAGER∙ES – Les brèves de Paris 1

  3. Cette décision a été prise malgré l’opposition unanime des représentants des lecteurs et des syndicats de la BnF. C’est un vrai scandale et un déni de démocratie !

  4. C’est une décision qui portera de lourdes conséquences pour nous jeunes chercheurs.
    Nous ne voulons pas d’un service qui limite la recherche.

  5. Pour le maintien de la qualité du service public, nécessaire plus que jamais alors que L’ESR est attaqué !

  6. Impossibilité absolue de faire des recherches sous ses conditions pour ceux qui ne sont pas résident en Ile de France. Une perte tragique pour la patrimoine française.

  7. Ne souestimons pas ces décisions qui peuvent paraître simplement de portée administrative ou de gestion. Cela porte atteinte à la recherche, à sa qualité et aux conditions de sa réalisation.
    Nous ne voulons pas d un service qui limite la recherche au lieu de la servir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.