Et après on fait quoi ? Retour sur le colloque Et maintenant on fait quoi ?

Les 23-24 mars derniers – sur deux demi-journées (“de 13 heures à 13 heures !”) –  s’est tenu à Grenoble le colloque “Et maintenant on fait quoi?”.

Le point de départ de ce colloque – et des discussions qui l’ont précédé pendant plusieurs mois au sein du collectif “Et Maintenant On Fait Quoi ?” – peut se résumer par une question simple : comment sortir du cycle récurrent un peu désespérant dans lequel nous sommes piégé.e.s depuis trop longtemps à l’université, “subir – dénoncer – lutter – perdre” ? Ce cycle est bien entendu auto-entretenu pour notre plus grand malheur, puisque les défaites d’aujourd’hui préparent les démobilisations de demain et les défaites suivantes d’après-demain … Et le cycle concurrent, “réformiste”, alternant dialogues et compromis, ne nous satisfait pas plus, puisque nous considérons largement que ce cycle troque de très faibles progrès de contenus contre de très forts reculs de principes, qui, là encore, préparent les défaites de demain, tout aussi sûrement.

Pour sortir de ces cercles vicieux, l’enjeu nous a semblé alors de ré-ouvrir des espaces et du temps pour (1) discuter, réfléchir en commun, s’informer, (2) imaginer des solutions, construire des alternatives viables et des actions utiles pour faire progresser ces alternatives, (3) se donner des objectifs de succès acceptables sans renoncer à quelques grands principes de base, tout en veillant à (4) dialoguer, décider, gérer les conflits pour que si possible jamais – ou le moins possible – le processus ne s’enraye sur des divergences bloquantes.

Belledonne vu de l'IMAG

La chaîne de Belledonne vue depuis le campus de Grenoble

Le colloque a regroupé 80 personnes de Grenoble et d’ailleurs – et notamment deux collègues d’Université Ouverte qui ont intensément relayé ce colloque sur Twitter, merci à eux !  Ce colloque a permis, non seulement de commencer à réfléchir sur le fond de ces questions, mais aussi et surtout de les mettre en pratique, dans une ambiance ouverte, créative, plaisante et souvent passionnée, autour de conférences et d’ateliers de réflexion, sur des thèmes aussi divers que :

  • Quelles conditions de travail après 6 années de fusion ? La place des composantes et les laboratoires depuis les fusions qui ont eu lieu à l’UGA, et l’éloignement avec les services centraux ; la sur-hiérarchisation politique et organisationnelle ; la qualité de vie au travail des personnels ; la précarisation des personnels

  • Comment j’ai traîné mon université en justice. Les conditions de la judiciarisation de l’accès à l’enseignement supérieur au temps de Parcoursup [Conférence d’Annabelle Allouch, analysant comment Parcoursup a modifié la perception qu’ont les étudiants et leur environnement familial de ce qu’est l’université]
  • Y aller ou pas, boycotter, participer, infléchir Comment choisir et agir entre nos principes et notre vision de ce que devrait être l’ESR, et les multiples situations où nous sommes sommé.es de nous engager à rebours de ces principes et vision – travail en atelier « théâtre-forum »
  • Mieux que le classement de Shanghai, un (dé-)classement de Grenoble ? Ou comment combattre un classement contestable sur l’enjeu (pourquoi classer, pour quelles mauvaises raisons) et sur le contenu (des critères souvent délétères, inadaptés et incomplets) et remettre en avant ce qui compte vraiment dans la qualité d’une université
  • L’insertion des low techs dans l’enseignement supérieur Pour une technologie utile, accessible, durable ; retour d’expérience sur un projet académique grenoblois, et discussion sur les enjeux des low techs, pour une prise de conscience et de décision dans le milieu académique autour des enjeux socio-environnementaux, qui pourrait faire émerger une communauté interdisciplinaire sur ces thèmes
  • Exil, frontières, migrations, notamment (mais pas seulement) depuis le contexte de la guerre en Ukraine : Une réflexion sur les conditions d’accueil des étudiants étrangers et migrants, discutant de dysfonctionnements passés, de structures et de mécanismes mis en place pour l’accueil et l’intégration – RUSF, Réseau université sans frontières, Espace Colibri, Patio Solidaire, des liens et des insuffisances de liens avec le Schéma Directeur de la Responsabilité Sociale et Environnementale, et faisant le point sur la situation de collègues et étudiants ukrainiens et russes dans le contexte présent
  • Responsabilité des chercheur.e.s et problèmes climatiques En utilisant, pour aborder cette question générale des contradictions possibles entre recherche et exigences écologiques de soutenabilité, la démarche des ateliers « Sens » mis en place par des collègues d’Inria. Nous avons joué une des séquences de ces ateliers pour montrer comment ils fonctionnent
  • La politique sociale de l’UGA Ou comment réarticuler l’outil CAESUG d’action sociale pour les personnels géré par les syndicats avec abondement des tutelles, et les actions de la Direction de l’Environnement Social de l’UGA
  • L’Université : 50 ans de massification et après ? Conférence de Julien Gossa, visant à faire le point sur l’articulation entre Enseignement Supérieur et emploi depuis 50 ans, à analyser les mécanismes cachés ou implicites, à tracer des perspectives et à proposer des pistes de réflexion.

Et alors, « et après, on fait quoi ? ». That is the question, sur laquelle nous allons continuer à travailler ensemble, de plus en plus nombreux.euses, nous l’espérons. Dans le débat final du colloque, plusieurs pistes ont été proposées, alliant proposition de formes originales de discussion et d’interaction – avec par exemple un atelier « théâtre forum » très instructif –, questions ouvertes sur de nombreux aspects de l’université, ses problèmes et ses objectifs, et formes d’actions que nous pourrions y entreprendre.

La question de l’élargissement a été également posée, avec l’idée d’un relais de ce type de colloque vers d’autres universités, de la coordination avec d’autres lieux et formes d’actions et de luttes. Nous savons que des initiatives similaires ont eu récemment ou auront lieu dans plusieurs établissements – cela nous semble précieux et nécessaire. Dans un contexte où “l’autonomie” des universités est utilisée contre nous, il nous semble important d’en faire aussi un moyen de lutte, pour identifier les enjeux spécifiques à chaque lieu, ainsi que les leviers d’action efficaces localement, ici et maintenant, en construisant les liens et les enrichissements mutuels avec d’autres lieux et d’autres échelles de lutte, nationales et internationales.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.