Épuisement professionnel à l’université(1). Tomber

Academia commence aujourd’hui une série de billets sur l’épuisement professionnel. Plusieurs lectrices ou lecteurs nous ont fait part de leur expérience. Certain·es avaient souhaité donner un peu plus, par altruisme, par souci du collectif, pour faire vivre un projet pédagogique ou scientifique ou pour gagner une récompense professionnelle ou financière. Ces collègues nous ont dit avoir découvert trop tard que la limite avec laquelle iels flirtaient était dépassée ; nous ont fait part de leurs difficultés — de l’impossibilité à vrai dire — à mettre en place des stratégies pour ne pas être broyé·e, ou de ne pas faire reporter la charge sur les collègues. Iels ont fait entendre les hurlements de rage devant le développement de formations continues à base de sophrologie, de yoga, ou de ateliers de méditation en pleine conscience sur Zoom  — autant de façons pour les établissements de nier la surcharge de travail qui pèsent sur les personnels. Iels ont essuyé des larmes à l’évocation d’un suicide ou d’un cancer qui a touché trop tôt une collègue très engagée dans ses activités de recherche et d’enseignement. Et tous et toutes ont tenté des stratégies : de défense ou de sortie.

Nous proposerons dans les semaines à venir des témoignages et des conseils, en vue de susciter une discussion collective de ce que nous accepterons encore de nos employeurs — et de ce que nous n’accepterons plus.

https://www.flickr.com/photos/arttmiss/16291000207/in/photolist-qPzCMV-2uqU4u-6SVCaC-5bkdmc-8xGbgq-bv46zF-7cdzCH-ADFzb-u9nKa1-8xGbAu-9fUKmj-48WUxw-pqhEXm-boaF4D-8xD7Uc-dt5wkT-rA83g-Ub9Trf-6SWpoq-8mEYFe-8953pp-at3Yg1-LjQY7p-r7Lok-s5PdT9-d3SAnf-8XiL5J-6Su6oe-Epx2U-q9ZPSU-7bX1Qu-SeG4kW-6J6nwo-4f7LHn-5dfTg8-Ep2Vt-rA83C-rA8u5-e994d-77qMwa-59fGnp-bvtJQ1-rA839-cgKRe-EpxpG-jcKAj1-pdeJZA-8xD988-SeG5bo-3wREJ

Océan. Crédit: Arttmiss, 2011

Tomber

Témoignage de Myriam Houssay-Holzschuch, professeure de géographie

J’ai une fois poussé le bouchon trop loin. Responsable de la géographie à Lyon, l’année de masterisation de l’agrégation, alors que se mettait en place la fusion COMUE, des réformes : j’étais épuisee.J’avais 38 ans allant sur mes 39 et j’avais bénéficié l’année précédente d’une année de délégation. Pour tenir le coup, j’ai pris un cocktail de vitamines

Lors d’une soutenance de master, assise, je me suis sentie mal. J’ai voulu me passer de l’eau sur le visage. Je ne suis pas arrivée au robinet. Je suis restée je ne sais combien de temps couchée par terre dans le couloir.

Trois jours plus tard, j’ai passé le week-end chez mes parents. Mon père médecin me voir sortir de la voiture, me demande ce qu’il y a. J’explique. Il me dit :

« Toi, ma fille, il y a dix jours, tu as commencé à prendre des vitamines.  Tu étais dans le rouge. Tu t’es dopée. Tu es allée dans le noir. Le corps a lâché ».
Dont acte.
Je crois que nous sommes hélas nombreux à savoir désormais où est notre limite. Je joue les lignes, comme on dit au tennis et je vise.

Sur Academia


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.