Enseignements : Avez-vous apprécié notre service ?

  • par Agnès Vandelde-Rougale

Dans un récent article publié sur The Conversation, Jean-François Amadieu interroge une pratique « frappée au coin du bon sens », celle de l’évaluation des enseignements par les étudiants. On est bien sollicité pour évaluer les livraisons, les hôtels et restaurants, les toilettes publiques etc. en tant que consommateurs. Pourquoi pas les cours ? Au risque d’une lecture toujours plus consumériste des relations sociales.

Comme les enseignements sont des “services” incarnés, évaluer les enseignements n’est évidemment pas loin d’évaluer les enseignants, plutôt que les apprentissages… c’est même surtout évaluer les enseignants, semble-t-il. Et le temps ne ferait rien à l’affaire. Sur la base d’enquête, il souligne que : « L’évaluation est bel et bien largement déconnectée de la qualité réelle de l’enseignement et marquée par des biais considérables. L’avis des étudiants se forge en effet en quelques instants et ne changera pas au bout d’un semestre d’enseignement. »

https://www.flickr.com/photos/wcouch/2310010885/in/photolist-4w8pKT-9c1kA9-69hBR5-75cThv-6rTPSM-2dHW3ja-2mvmjKr-2j8ptpb-8kR7M2-ALDKuq-2m8oQ7h-68R9i-25LWXcr-FtoR6-dMAyAn-XyF82s-4bqWqf-21ynazA-SJ63Nt-2mTpDFb-Vf5SSZ-dSB711-6rajQ6-4aww39-dDRksH-UWvops-jUopY-9LAjai-2bz4693-9kavVc-4r3VzP-NchQa6-GhUERb-4APEso-Hj7nHh-LoueYC-5N5E4R-2nA7e-4kPeix-acpSXW-cy3gz-9stbJr-pQyXhA-acpSfS-4DLHJj-4DLJLC-acn2RR-9LA5C8-HJPyza-HpncnZ

Scored. Credit: Bill Couch, 2008

Comme l’avait déjà souligné un article de Anne Boring dans le même média, les stéréotypes de genre entrent en jeu, et ce ne sont pas les seuls : « il apparaîtrait que, dans l’ensemble, les hommes seraient mieux notés que les femmes, les jeunes que les vieux, les blancs que les noirs, les beaux seraient jugés plus compétents, les homosexuels mal évalués… » souligne Jean-François Amadieu.

Si « les évidences scientifiques accumulées depuis des décennies livrent un diagnostic sombre et préoccupant sur ce type d’évaluation », d’autant que « satisfaction et apprentissage ne sont pas liés », les évaluations bibliométriques ne sont pas non plus la panacée… ni exemptes de discrimination d’ailleurs, comme la pandémie de Covid-19 a permis de le souligner. En 2009, Christophe Charle écrivait déjà que « aucun système d’évaluation ne peut fonctionner correctement dans le climat et la perspective de rétraction et de précarisation de l’emploi scientifique et universitaire que nous connaissons aujourd’hui. ». En 2020, Bastien Soulé pointait que « devoir se plier à des critères d’évaluation auxquels on n’adhère pas, pour espérer se réaliser et obtenir une satisfaction professionnelle à côté, est à l’évidence délétère quant au bien-être au travail ».

Et si on questionnait l’allant-de-soi des évaluations ?

Articles cités

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 28 mars). Enseignements : Avez-vous apprécié notre service ? Academia. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj5e

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.