Un professeur de la Vrije Universiteit Brussel accusé de comportement inapproprié: licenciement à VUB

“Un professeur de la VUB mis à la porte pour comportement transgressif : “J’ai fait votre carrière, je peux aussi la briser”.

Il existe un important point commun important entre les femmes qui ont accusé le professeur d’archéologie D.T. de comportement inapproprié1. Elles ne sont pas satisfaites de la gestion de l’affaire par la VUB. “Une université  2n’est pas une cour de justice”, retorque la rectrice Caroline Pauwels. “Les gens méritent une seconde chance.”

Début juin 2020. Le centre de signalement des comportements transgressifs de la VUB reçoit un rapport sur D.T., le professeur populaire du département d’archéologie. Il est question de comportement inapproprié, d’intimidation et d’abus de pouvoir. Cet été-là, trois autres rapports sont reçus. À l’automne 2020, quelques autres rapports s’ajoutent, dont celui d’une étudiante. L’université reste silencieuse.

Entre-temps, certaines des femmes ayant fait un signalement ont été conseillées par Punt. asbl, organisation qui soutient les victimes de violences sexists et sexuelles. Là, on leur conseille de contacter l’Institut pour l’égalité des hommes et des femmes (IVGM). Le 7 décembre 2020, une première réunion a lieu. La directrice Liesbet Stevens est présente, tout comme sa collègue Charlot Bonte, représentant Punt. asbl, une représentante de la VUB et quatre femmes qui ont effectué un signalement.

“Ce n’est que lorsqu’on a fait appel à l’Institut que les choses ont commencé à bouger”, raconte l’une d’elles à De Morgen.

Quelques jours plus tard, le professeur D.T. est invité à une réunion avec le doyen et le directeur du département. Entre-temps, l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes a reçu au moins sept témoignages.

Ce que les femmes ne savent pas à ce moment-là, c’est que plus de dix ans auparavant, des plaintes similaires étaient déjà parvenues à la direction de l’université. Des doctorantes s’étaient alors adressées au doyen de la faculté de lettres et de philosophie de l’époque, mais aucune mesure n’avait été prise. Les plaintes sont toujours les mêmes : D.T. envoie des messages inappropriés aux étudiantes et partage des histoires personnelles. Parfois, cela débouche sur une relation sexuelle. Quiconque rejette ses avances est intimidé ou menacé.

“Tu es très belle dans cette robe. Nous devrions aller boire un verre un jour cet été. Il m’a dit ça pendant un examen oral”, raconte Stefanie De Wolf, aujourd’hui âgée de 38 ans mais alors étudiante de 24 ans. Elle a finalement eu une relation avec lui pendant quelques semaines. “Il me disait déjà à l’époque qu’il avait régulièrement des relations sexuelles avec des étudiantes”, dit-elle.

“Il m’a demandé sans détour si je voulais avoir des relations sexuelles avec lui”, raconte Valentine Verrijken (35 ans). D.T. était à l’époque le directeur de sa thèse. Elle a refusé. “Et puis, d’un coup, une carrière en archéologie s’est révélée être hors de question pour moi. Un emploi qu’on m’avait promis ? Soudain, il est allé à un autre étudiant. J’ai bien terminé mes études, mais un doctorat n’était plus envisageable.”

De Wolf et Verrijken connaissent toutes deux des étudiantes qui ont reçu des messages inappropriés de sa part. Ou qui ont entamé une relation sexuelle avec lui. “Je réalise maintenant qu’il a en fait suivi le même schéma pendant près de vingt ans”, dit De Wolf.

Les deux femmes sont contactées par une ancienne camarade de classe à l’automne 2020 pour voir si elles ne souhaitent pas apporter leur témoignage. Finalement, elles témoigneront toutes deux devant la commission disciplinaire.

La procédure disciplinaire débute à la fin du mois de janvier. Les témoignages sont recueillis, les dossiers sont déposés et à la fin du mois de mars dernier, le dossier disciplinaire est transféré à la VUB. “Après cela, tout est devenu calme”, raconte une femme. “Nous n’avions absolument aucune idée du déroulement de l’enquête. Encore et encore, nous avons dû supplier pour obtenir des informations.”

La rectrice Caroline Pauwels reconnaît que la communication pourrait être meilleure et que le fonctionnement de la hotline doit être amélioré.

“Nous travaillons sur ce point. Je ne peux que souligner que nous avons immédiatement pris des mesures lorsque les premiers rapports sont arrivés. Une enquête interne approfondie a été menée et l’homme a également été licencié. Cela montre à quel point nous prenons cette affaire au sérieux.”

Fin novembre, après une nouvelle procédure d’appel de D.T., le verdict final est tombé : licenciement. Mais pour les femmes, une douche froide a suivi. “On nous a dit qu’il avait été licencié, mais aussi qu’un accord avait été passé avec lui. Nous n’avons pas été autorisées à en connaître le contenu exact.”

La rectrice Pauwels et D.T. admettent également qu’il y a eu un accord. D.T. n’a pas pu être joint pour un commentaire vendredi, mais a précisé à De Morgen jeudi que selon lui, il ne s’agit que de “ragots et de rumeurs non confirmées”.

“Pour nous, il était particulièrement important qu’il ne puisse pas faire d’autres victimes”, ont déclaré les femmes. “Mais la VUB a indiqué qu’elle n’était pas autorisée à communiquer à ce sujet”. Plus que cela, c’est la rectrice Caroline Pauwels elle-même qui incite plusieurs femmes à faire preuve d’une discrétion absolue. “La rectrice a dit que nous devions nous taire, que les gens méritent une seconde chance”. Pauwels le confirme. “Une université n’est pas une cour de justice.”

“Est-ce à nous de faire en sorte que quelqu’un ne puisse pas bénéficier d’une seconde chance ? Je ne sais pas si c’est notre boulot. Il a été licencié, c’est une décision très grave.” Pour les femmes [qui ont témoigné], le mécontentement demeure. “C’est quelqu’un qui commet le même genre d’abus depuis des années. Il ne devrait plus être autorisé à entrer en contact avec des étudiantes. Mais maintenant, il peut postuler ailleurs sans être inquiété.” Un autre journaliste confirme : “J’ai l’impression que tout a été fait pour rien. La façon dont la VUB a réagi m’a fait plus de mal que le comportement transgressif lui-même.”


There is an important common thread in the women who accused professor of archaeology D.T. of cross-border behaviour. They are not satisfied with the approach of the VUB. A university is not a court of law’, rector Caroline Pauwels emphasizes. People deserve a second chance’.

Early June 2020. The VUB’s Reporting Centre for Transgressive Behaviour receives a report about D.T., the popular professor of the archaeology department. It is about transgressive behaviour, intimidation and abuse of power. That summer, three more reports were received. In the autumn of 2020, a few more reports were added, including one from a student. The university remained silent.

In the meantime, some of the women who reported them have been counselled by Punt vzw, an organisation which supports victims of transgressive behaviour. There, they are advised to contact the Institute for the Equality of Men and Women (IVGM). On 7 December 2020 there will be a first conversation. Director Liesbet Stevens is at the table, just like her colleague Charlot Bonte, someone from Punt vzw, a confidant from the VUB and four women who made a report.

“It was only when the Institute was called in that things got going”, one of the women tells De Morgen. A few days later, Professor D.T. is invited for a meeting with the dean and the department chair. Meanwhile, the Institute for the Equality of Women and Men has received at least seven testimonies.

What the women do not know at that moment is that more than ten years earlier similar complaints had already reached the top of the university. Some PhD students then approached the then dean of the Faculty of Arts and Philosophy, but no action was taken. The complaints are always the same: D.T. sends inappropriate messages to students and shares personal stories. Sometimes this leads to a sexual relationship. Whoever rejects his advances is intimidated and made to feel uncomfortable.

“You look very handsome in that dress. We should go for a drink sometime this summer. He said that to me during an oral exam,” says Stefanie De Wolf, now 38 but then a 24-year-old student. She would eventually have a relationship with him for a few weeks. “He told me even then that he regularly had sex with female students,” she says.

“He asked me straight out if I wanted to have sex with him,” says Valentine Verrijken (35). D.T. was the supervisor of her thesis at the time. She refused. “And then, suddenly, a career in archaeology turned out to be out of the question for me. A holiday job that I had been promised? Suddenly it went to another student. I did finish my studies, but a doctorate was no longer an option.”

Both De Wolf and Verrijken know of students who received inappropriate messages from him. Or who started a sexual relationship with him. “Now I realize that he has actually been following the same pattern for almost twenty years,” says De Wolf.

Both women are contacted by a former classmate in the fall of 2020. If they do not want to tell their story. Eventually, they will both testify before the Disciplinary Committee.

The disciplinary procedure starts at the end of January. The testimonies are collected, files are submitted and at the end of March last year, the disciplinary file was transferred to the VUB. “After that it became quiet,” says one woman. “We had absolutely no idea how the investigation was going. Again and again we had to beg for information.”

Rector Caroline Pauwels acknowledges that the communication could be better and that the operation of the hotline needs to be improved. “We are working on that. I can only emphasise that we immediately took action when the first reports came in. There was a thorough internal investigation and the man was also fired. That shows how seriously we take this.

At the end of November, after another appeal procedure by D.T., the final verdict came: the cooperation was stopped. But for the women, a cold shower followed. “We were told that he had been fired, but also that an agreement had been made with him. We were not allowed to know the exact content of it.”

Rector Pauwels and D.T. also admit that there was a settlement. D.T. could not be reached for comment on Friday, but clarified to De Morgen on Thursday that according to him it is only about “gossip and unconfirmed rumours”. And then a quote? “For us it was especially important that he cannot make any more victims”, the women said. “But the VUB indicated that it was not allowed to communicate about it.” More than that, it is rector Caroline Pauwels herself who urges several women to show absolute discretion. “The rector said that we should keep quiet, that people deserve a second chance.” Pauwels confirms this. “A university is not a court of law.

Is it our job that someone cannot get a second chance? I do not know if that is our task. He has been terminated, that is a very serious decision.”

For the women, the displeasure remains. “This is someone who has been committing the same kind of abuse for years. Surely he should not be allowed to come into contact with students anymore? But now he can apply elsewhere without being disturbed.” Another reporter confirms: “It feels like everything has been for nothing. How the VUB reacted hurt me more than the transgressive behaviour itself.”

De Morgen spoke to seven of the 23 women who reported transgressive behaviour and abuse of power. Some wished to remain anonymous, but their names are known to the editors. Mail traffic, messages, screenshots and confidential documents confirm their stories.

https://www.flickr.com/photos/philippephotos/24463564021

Bâtiment du rectorat de la VUB à Bruxelles – Architecte : Renaat Braem. Crédit: #PhilippeCPhoto, 2015


Un professeur de la VUB accusé de comportement inapproprié: « Tout le monde savait comment il était », De Standaard, Kubra Mayda, Klaas Maenhout, 28 Janvier 2022 – traduction Paye ta truelle

Un professeur de 49 ans a été mis à la porte de la VUB après plusieurs signalements de comportements transgressifs. « Le fait qu’il ne soit plus professeur me donne le sentiment que nous avons réussi quelque chose », déclare l’une des femmes qui ont porté plainte.

La Vrije Universiteit Brussel (VUB) a mis fin à sa collaboration avec le professeur D.T. après une procédure disciplinaire interne. L’homme de 49 ans, actif au sein du département des sciences de l’art et de l’archéologie et depuis 2015 maître de conférences à la VUB, est accusé d’avoir agressé sexuellement plusieurs étudiants ces dernières années. Au total, 23 plaintes ont été déposées, selon De Morgen.

L’une des étudiantes, qui a étudié l’histoire de l’art et l’archéologie, a abandonné ses études après son baccalauréat en raison du comportement du professeur, dit-elle dans une interview accordée à De Standaard. « Nous avions des contacts étroits, parfois un peu trop amicaux », dit Sarah. « Si nous allions ensemble à un congrès, il demandait dans la voiture si nous pouvions partager une chambre d’hôtel. C’était très inconfortable et je n’ai jamais accepté ».

“18 sur 20 est soudainement devenu 13 sur 20”

« Lorsque je travaillais sur mon mémoire, j’ai décidé de changer de sujet pour que D.T. ne me guide plus », poursuit Sarah. « Lorsqu’il l’a découvert, il m’a contactée sur Facebook et m’a dit que ma carrière était désormais terminée. En tant que jeune femme de 20 ans, je l’ai cru, car je sais aussi à quel point il est influent dans le monde universitaire de l’archéologie. J’ai ensuite remarqué que mes notes pour ses cours étaient passées de dix-huit à treize. Comme les examens étaient oraux, je ne pouvais pas le contester. J’ai alors décidé de ne pas poursuivre mes études à la VUB ». Sarah a continué son master à l’UAntwerpen (Université d’Anvers). En 2020, une étudiante de la VUB l’a contactée pour lui demander si elle voulait ajouter son témoignage au dossier sur D.T.

La VUB confirme qu’« en 2020, elle a reçu plusieurs rapports concernant, entre autres, des comportements inappropriés. Ceux-ci ont été pris très au sérieux », selon l’université. Lorsque l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes (IGVM) a également contacté l’Université de Bruxelles au sujet du professeur, une enquête préliminaire interne a débuté.

Fin 2020, l’asbl Punt, une organisation qui soutient les victimes de violences sexistes et sexuelles, nous a contacté, explique Liesbet Stevens de l’IGVM. Plusieurs femmes avaient déposé des plaintes anonymes auprès de la hotline de la VUB, mais elles étaient inquiètes de la manière dont leur histoire serait traitée. IGVM a recueilli les témoignages et les a apportés à la VUB. « Nous avons soutenu et guidé ces femmes », dit Stevens. Au départ, il ne s’agissait que de plaintes datant de 2020. Plus tard, des témoignages plus anciens ont également fait surface.

Des propos ambigus

M.D. (26 ans), diplômée en 2019, a également témoigné d’avances non désirées pendant trois ans de la part de ce même professeur d’archéologie. D’après les documents que De Standaard a pu inspecter, il apparaît que D.T. a régulièrement contacté l’ex-étudiante via les reseaux sociaux. Par exemple, il lui a demandé de prendre un verre avec lui à plus d’une occasion. « Il m’a également envoyé un message une fois vers onze heures du soir en disant qu’il ne pouvait pas dormir et si je pouvais le « réchauffer »  », raconte M.D.. « Les messages portaient sur l’étude et sur des sujets privés. J’ai toujours répondu de manière amicale parce que je faisais un stage à cette époque et qu’il était mon tuteur. Je voulais réussir dans ses cours ».

Pendant les cours, M.D. a reçu des « remarques ambiguës » de la part de son professeur de l’époque. « Il venait souvent s’asseoir à côté de moi pendant le cours ». M.T. (23 ans), camarade de classe de M.D., confirme son témoignage.

« Des histoires sur le professeur circulaient déjà au début de mes études », dit-elle. « J’ai aussi vu ce qui se passait avec mes camarades de classe. Tout le monde savait comment il était. Il s’adressait principalement aux étudiants qui s’intéressaient à son domaine, l’archéologie. J’ai plusieurs connaissances qui ont été harcelées par le professeur. »

 

Règlement à l’amiable

La VUB a passé un accord avec le professeur concerné, ce qui fait qu’elle communique très peu sur cette affaire. Plusieurs personnes, dont le doyen de la faculté des arts et des lettres, Alex Housen, et Jan Danckaert, vice-recteur pour l’enseignement et la politique des étudiants, qui est en charge de la commission disciplinaire, n’ont pas pu être joints pour faire des commentaires. La rectrice Caroline Pauwels n’a pas non plus répondu pour le moment. Le professeur D.T. n’a pas voulu répondre également.

Parce qu’elles veulent éviter d’être identifiées comme des victimes de D.T., les étudiantes qui nous ont parlé souhaitent rester (partiellement) anonymes. Elles ne veulent pas que ce dossier continue à les hanter dans leur vie privée. Leurs noms complets sont connus de la rédaction. Des captures d’écran de conversations entre les étudiantes et le professeur, ainsi que des courriers avec l’université, confirment leurs récits.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 27 mars). Un professeur de la Vrije Universiteit Brussel accusé de comportement inapproprié: licenciement à VUB. Academia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj5d

  1. De Morgen a parlé à sept des 23 femmes qui ont fait état de comportements inappropriés et d’abus de pouvoir. Certaines ont souhaité rester anonymes, mais leurs noms sont connus de la rédaction. Les courriers, les messages, les captures d’écran et des documents confidentiels confirment leurs histoires. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.