Cyberattaques masculinistes. Ou comment les contrer

Trois semaines auparavant, c’est un séminaire « Santé, inégalités sociales et rapports de domination »(SIRD) qui avait été l’objet d’une cyberattaque.

Les organisateurices ont publié ce communiqué sur les réseaux sociaux1.

Mercredi 16 février s’est tenu à distance une séance de notre séminaire, séance qui portait sur la question des violences conjugales. Vingt minutes après le début, des personnes connectées sous une dizaine de fausses identités ont interrompu l’exposé de notre invité en projetant des images obscènes, puis celles d’un rassemblement militaire, puis le texte d’une chanson liée à l’histoire du nazisme, puis la vidéo d’une personne nue, tout en saturant le chat d’insanités. En moins de dix minutes, nous avions exclu ces « trolls » du séminaire et la séance a pu reprendre son cours normalement, malgré leurs tentatives vaines de se reconnecter. Leurs avatars ont été signalés au développeur du logiciel que nous avons utilisé.

Cette attaque n’a rien d’anodin. Il s’agit d’une forme caractérisée d’intimidation et d’agression. Elle visait un séminaire qui s’intéresse aux questions de santé sous l’angle des rapports sociaux de domination de genre, de classe, de race, de handicap, de sexualités, d’âge, de manière intersectionnelle. Elle visait une séance qui portait sur les violences conjugales. Cette attaque, mobilisant une imagerie fasciste, sur une thématique qui est régulièrement la cible des mouvements masculinistes, est une attaque politique : non seulement de notre champ de recherche, mais de la possibilité d’une recherche autonome dans son ensemble. Nous ne pouvons pas passer sur cet évènement sans l’inscrire dans un continuum de discours et d’actes qui visent à faire taire les chercheur·euses et les militant·es qui analysent et combattent les formes plurielles des dominations, en particulier sexistes, homophobes et racistes. Nous refusons de nous laisser intimider, nous continuerons à faire de la recherche critique. Nous allons donc poursuivre les séances du séminaire Santé, inégalités sociales et rapports de domination dans des espaces virtuels plus sécurisés, bien que nous regrettions d’en arriver là.

Les organisateurices du séminaire SIRD

https://www.flickr.com/photos/50156663@N00/33342358255/in/photolist-SNmitM

“When you try to stand up and look the world in the face like you have a right to be here, you have attacked the entire power structure of the Western world.” — James Baldwin. Crédit: Kate Harvie, 2017

Nous nous appuierons, pour ce faire, sur la cyberattaque de la conférence de Laura Mary lors de l’événement « Sexisme en archéologie : des vestiges du passé aux enjeux actuels » organisé le 8 mars par le Bureau de l’Égalité de l’université de Lausanne, qui a analysé pour nous ses souvenirs personnels et les messages échangés avec différentes personnes ce jour-là3

1. Le repérage

L’évènement « Sexisme en archéologie : des vestiges du passé aux enjeux actuels »   est hybride. Laura Mary s’apprête à donner sa conférence  à distance via Zoom qui devait être diffusée sur grand écran dans une salle de l’université de Lausanne, où se tiendrait également la table-ronde, elle aussi diffisée sur Zoom.
15h30. Laura Mary se connecte à la salle Zoom. On pouvait accéder à cette dernière librement. Il n’y avait pas de salle d’attente. La conférencière a été nommée comme co-administratrice de la session par l’équipe technique de Lausanne.
15h45. Alors que Laura Mary attend que l’événement commence, quelques participant·es sont entré·es dans la salle. L’un d’entre eux avait le pseudo « Léna Zhi ». Ils étaient là en repérage, probablement pour vérifier si un code d’accès n’était finalement pas demandé pour pouvoir participer à l’évènement.
Ils étaient calmes.

2. Signes de reconnaissance : points médians dans le chat

Entre 15h50 et 16h05. Les participant·es ont commencé à arriver en plus grand nombre sur Zoom et les actions se sont rapidement enchaînées, parfois en se superposant. Léna Zhi a inscrit sur le chat le message « Bonjour.e.s mesd.ame.s ». Un autre participant dont le pseudo lui échappe mais dont le nom ne comportait pas de référence au 3ème Reich a embrayé avec un message dans un style similaire. Laura Mary les a bannis de Zoom, suspectant un début de trolling ou de raid.

3. Invasion : partage d’écran, diffusion de sons et d’images

Un des hommes participant au raid a vraisemblablement demandé le partage d’écran au compte de l’équipe technique en prenant temporairement mes nom et prénom. Laura Mary entendait l’équipe technique dont le micro n’était pas coupé se demander pourquoi « Laura Mary » les empêchait de reprendre le contrôle de leur souris. L’équipe technique a accepté ce partage d’écran. La personne qui avait pris le contrôle de l’écran de l’équipe technique a supprimé leur PowerPoint et a diffusé une première image d’un enfant en train de se curer le nez.

4. Reprendre le contrôle : filtrer les entrées, exclure, mettre un code d’accès

Laura Mary a recommandé à l’équipe technique de se déconnecter immédiatement de Zoom. Un homme du public a allumé sa caméra et son micro pour leur indiquer de mettre un code d’accès à la session afin de pouvoir filtrer les entrées. Quatre personnes avec des pseudos lambdas ont ouvert leur micro pour diffuser de la musique techno mixé à un discours d’Adolf Hitler. Laura Mary les a exclu de Zoom. comme elle l’a fait pour les trois autres personnesqui  ont embrayé pour diffuser des sons similaires.

5. Garder le contrôle : exclure les pseudos fascisants ou étranges

L’équipe technique est revenue sur Zoom et a mis en place le code d’accès. Laura Mary a recommandé à l’équipe de ne plus accepter personne dans l’évènement. La salle d’attente a commencé à se remplir de pseudos à consonnance fasciste, comme par exemple, « AH », « HH » ou étrange, à l’instar d’« Emilie Jolie » ou de « Jeanne D’Arc ». 
16h10. Début de l’évènement. Pendant que la personne chargée du mot d’ouverture faisait son discours, deux personnes ont ouverts leurs micros. Laura Mary les a exclus de Zoom avant qu’ils aient pu dire quoi que ce soit.

6. Expliquer la situation

16h20. Début de ma conférence. Laura Mary a prononcé deux phrases. Un homme a ouvert son micro pour crier que les femmes devaient rester à leur place dans la cuisine. Laura Mary l’a exclu de Zoom avant de reprendre sa conférence depuis le début. La conférencière a expliqué aux personnes du public et de l’organisation qu’il s’agissait d’un raid masculiniste, qu’elle avait déjà exclu plusieurs personnes de la session et qu’il devait probablement en rester d’autres en sous-marin dans la salle.

7. Manœuvres trompeuses

16h20-16h55. Conférence. À mesure que la conférencière fait sa présentation, le chat a se remplit d’insultes à son endroit. Il s’agissait, dans son souvenir, d’une vingtaine de messages rédigés dans un français correct et sans injure, qui lui demandait de partir ou la rabaissait en l’interpelant « la petite Laura ». Un seul comportait une insulte (« sale pute »). Ces messages étaient rédigés sous le nom de participant·es réel·les à l’évènement, mais étaient, en réalité, rédigés par deux ou trois personnes grand maximum, qui s’amusaient à changer de pseudos dès que leur message était posté.
L’équipe technique ne l’a pas compris et a commencé à éjecter les véritables participant·es à l’évènement, laissant les trolls dans la salle. Deux personnes ont ouvert leurs micros pour crier; Laura Mary les a exclues pendant son intervention même. Pendant toute la durée de la présentation, les deux ou trois trolls restant ont envoyé des demandes de partage d’écran dans le but de prendre le contrôle de son écran bien sûr, mais aussi pour l’empêcher de changer de slide. Lorsque la fenêtre de demande de partage était active, la présentatrice ne peut pas, en effet, passer à la diapositive suivante. Il lui a fallu répondre « non » et se dépêcher de passer à la diapositive suivante avant qu’une nouvelle fenêtre apparaisse et ne la bloque. Sur ces fenêtres apparaissaient le pseudo de la personne me demandant le partage d’écran ; les trolls s’amusaient à y mettre des références diverses et variées à leur pénis4.

8. Tenir la distance

16h55-17h45. Table-ronde. Lors de la table-ronde, il ne restait plus que deux trolls sur Zoom. L’un a demandé à prendre le contrôle de l’écran de l’équipe technique ; l’équipe technique a accepté et le troll a diffusé une image scatophile. Laura Mary l’a exclu de Zoom. Un autre est resté en sous-marin jusqu’à la fin de l’évènement. Il n’est ressorti qu’à la toute fin pour diffuser un son de musique techno, avant d’être exclu par Laura Mary.
*
*   *
On peut saluer le courage et le sang-froid de Laura Mary, parfaitement préparée contrairement à l’équipe technique. La conférencière a anticipé la cyberattaque, l’a gérée pendant son intervention et même après, pendant la table-ronde. Son témoignage comme saisi sur le vif invite quelques conclusions :
  • être prêt·e et formé·e à faire des gestes techniques de protection
  • prévoir une salle d’attente dans le dispositif de visio-conférence, avec un code
  • n’y accepter que les participant·es aux pseudo qui affichent des noms 5.
  • exclure de la visioconférence dès que le comportement semble suspect, notamment quand un micro s’ouvre pendant une intervention
  • se préparer à des changements de pseudo
  • préciser aux participant·es qu’il s’agit d’une cyberattaque

Academia prend toute information sur les suites de ces événements, comme les mesures prises par l’Université, plainte, etc. Dans l’attente, rappelons que l’article 40 du Code de procédure pénale enjoint TOUT·E fonctionnaire à rapporter au Procureur de la République des faits relevant de délits. C’est donc en priorité la Direction des affaires juridiques qu’il faut consulter en vue d’une éventuelle plainte. De fait, certain·es collègues ont indiqué avoir pu remonter l’origine du raid à un site de type jeu vidéo en ligne, qui peut ainsi intéresser la police judiciaire, spécialisée en cybercriminalité6.


NDLR : nous pouvons mettre à jour ce billet, à finalité pratique, si vous nous envoyez témoigner ou conseils en commentaires.


Sur Academia

  1. NDLR: Nous soulignons. []
  2. Le fil de Laura Mary a suscité des témoignages, quand ceux-ci n’étaient pas spontanés : Marion Philipp, à l’occasion d’un séminaire doctoral en mars 2022 ; Baka Luna, pour un groupe de lecture queer en 2021. []
  3. Le programme était le suivant : 16h Accueil ; 16h05 Mot d’ouverture ; 16h15 Conférence de Laura Mary ; 16h45 Table ronde ; 17h45 Questions du public ; 17h55 Mot de conclusion. []
  4. « Grosse bite » lui est revenu notamment en mémoire. []
  5. Une collègue enseignante-chercheuse précise ainsi : “Il m’est arrivé de dire : “dans cinq mn je déconnecte tous les participants qui n’ont pas affiché clairement leur nom”. []
  6. Pour les lieux où s’organisent ces raids, le forum de jeuxvidéos.com était très populaire dans les années 2016-2019. Désormais, les responsables des attaques semblent s’organiser davantage à l’abri des regards sur des serveurs privés, sur Discord. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.