De la stratégie du boa constrictor à l’université : le plan social que nous refusons de voir

  • Magali Nachtergael, professeure en études françaises et francophones

Update 10/3/2022

Cette année, une fois encore la baisse généralisée des recrutements pérennes frappe l’enseignement supérieur – et le CNRS1. Ce fait s’explique parfaitement par le programme annoncé du président Macron en 2017 : supprimer 100.000 fonctionnaires. Les fonctionnaires en question, inutile de chercher plus loin, c’est nous. Cette idée devrait éclairer les opérations de réduction qui sont mises en place depuis le vote de la LRU et qui participent de la « clarification » de l’offre de formation et surtout de l’austérité pour limiter le déficit public.

Il faut donc voir cette politique similaire à celle qui frappe l’hôpital public et auparavant qui a frappé France Telecom : un plan social à échelle nationale. Ne pas regarder la situation froidement et avec lucidité a de lourdes implications : penser que la situation va s’améliorer (spoiler : non) et qu’il y aura un jour des recrutements, à nouveau, entraîne de mauvais choix, qui mettent en péril et la structure qui les encadre, et les personnels qui les appliquent. Ces mauvais choix quels sont-ils ? le premier est de continuer comme avant en espérant que la situation se rétablisse. Elle ne se rétablira pas. Qu’on parte de ce postulat, et l’on clarifie les choses. Ensuite, croire en l’autonomie de l’université. C’est une illusion : c’est le Ministère qui pilote et attribue les dotations de fonctionnement, notamment pour la masse salariale. Il faut donc lui « plaire » en fonction des politiques explicites ou implicites qui sont mises en place pour obtenir des labels, Idex, Isite, EUR, PIAx, bref les dispositifs qu’il met en place pour identifier les établissements « excellents ». Ceux qui se restructurent (en fusionnant par exemple) peuvent avoir un bonus. Mais la fusion doit présenter un projet d’excellence ou d’avenir. Ce sont ces quelques bons élèves – les universités qui se tiennent sages – qui seront récompensés par des postes. Cela peut sembler abrupt mais c’est ainsi.

https://www.flickr.com/photos/feuilllu/14729141397/in/photolist-oryGzK-orx94h-oHMhBr-orx4hc-2hqjFjm-cAWMDw-YkGpDC-GRjmw9-t1Uurm-oryygF-2ksudLF-eSMQEC-orxt86-orvEav-oruZ3A-hNRYVq-orxwQt-oFXQay-hBjy4k-oJ1jpj-orxug8-hBj6ys-eSMM3m-eSA1cT-oJ3czr-vN2yR6-eSBSq6-eSNMw1-orxFhu-eSBgWe-eSBzY2-hNRY2m-vvqp6W-eSNAzs-oruV8R-eSNX1m-hNRcLD-s58iNU-hBmS2t-eSBDJM-eSB7JH-mkmVhk-kjotRx-eSMFbj-eSBPWM-eSA75x-eSCupa-eSN77o-2hmtjQT-eSCxpa

Mucem, Marseille. Crédit: Pierre Metivier, 2013

1. Le spectre du « collegium » : éviter la périphérisation voire la disparition

Selon le principe de « savoir situé », j’aimerais juste partager mon expérience et mon analyse, loin d’être unique comme en témoignent les discussions avec les collègues, pour énoncer explicitement cette nouvelle configuration dans laquelle nous nous sentons fort impuissants – et pour cause – mais qui n’est pas forcément sans issue. Des concessions de taille sont à prévoir, hélas mais il en va aussi de nos conditions de travail, qui se sont dégradées au point d’entamer santé et motivation de beaucoup d’entre nous. Car ce n’est pas seulement l’accueil des étudiant·es qui est au cœur de l’université de demain, c’est aussi notre capacité à fournir un travail de qualité, de ne pas mettre notre santé en péril et enfin, de préparer un avenir pour les EC et chercheur·es qui viendront après nous.

Je vais partir de mon expérience de directrice de département à l’université Paris 13 (Université Sorbonne Paris Nord) de 2017 à 2019, année de conception d’une nouvelle offre de formation, licence et master. Mon point de vue est partiel mais dans cette université, nous avons toujours discuté de façon directe et été informés de façon je pense très transparente, ce qui a permis une vision nette des enjeux financiers et humains et des demandes du ministère, malgré une certaine opacité sur les arbitrages finaux de leur part (c’est le jeu politique, la part qui échappe). Aussi nous avons rencontré et discuté avec les vices présidents chargés des moyens et de la formation et de la vie étudiante, de sorte que malgré quelques épisodes en langues de bois, les choses étaient claires. La pression du Ministère était forte. Nous devions donc faire nos choix en connaissance de cause : on nous laissait la possibilité de nous restructurer, avant de nous faire restructurer, de façon bien moins diplomatique et potentiellement pertinente, selon le principe du redéploiement. En résumé, il fallait que nous choisissions ensemble ce que nous allions sacrifier et ce que nous allions renforcer, maintenir, lier à nos projets de recherche, tout simplement pour pouvoir continuer à travailler librement, ce qui n’est pas un enjeu secondaire. Cette expérience ressemble, je le sais, beaucoup à celle d’autres collègues, avec des nuances, et témoigne aussi de la pression qui repose sur les personnes chargées de faire ces coupes, toujours à contrecœur.

L’université sortait d’un gros déficit découvert de façon inopinée et qui avait fait prendre le risque de la mise sous tutelle, que nous venions de voir appliqué à l’UVSQ. La conséquence fut une année blanche, un régime que Paris 8 a aussi connu un peu après et d’autres universités. Ce n’était ni une fiction ni une vague menace. L’Université Paris 13 qui venait d’être brutalement éjectée de la COMUE Paris Cité après son échec au renouvellement de l’IDEX, bouc émissaire parfait, a cependant fait un choix, celui de viser l’excellence en recherche afin de garantir sa survie dans le milieu très concurrentiel de l’Ile de France et malgré une dotation toujours faible par rapport à d’autres établissements, alors que l’environnement socio-économique nécessite (et pour Paris 8 aussi), à nos yeux, des investissements supplémentaires. Il s’agissait également de ne pas devenir un « collegium », université territoriale destinée à absorber l’enseignement post-bac (voir le programme Bac – 3 / + 3) et à laisser les masters et la recherche à des pôles « excellents » extérieurs.

https://www.flickr.com/photos/dalbera/51457860957/in/photolist-2mp9Zig-2mRCFSy-2mq2kAx-2mpmWJ2-2jsd4mC-2do1kWn-2acNR3W-2aGPbY7-aJN22z-2hffKEN-7QJJgM-dPiFyr-2kWz3Q9-2kWEJrx-dMtJMw-QiH7k1-2cfjGMF-fq7hUj-2aK9p4N-2aK9p5j-e3AxiJ-2aK9p5u-dMo8DZ-2n4uXgh-7QJJuX-rkTx1S-dMtzhL-dQPjyA-dMtyMo-orCshG-dPiKTe-2kWvAeR-RffSfm-qhyqmP-2iDU3za-aGYztv-qfjntw-awBBUy-dQHKdc-8pzJVf-qhTkfF-29ranPk-9vk51X-dJ7d8K-dJc9NU-dJc6tq-dJ6Qpn-dMogoa-dMoaj2-dMnXEi/

La façade sud-ouest de l’Arc de Triomphe
empaqueté J-6 (Paris). Crédit: Jean-Pierre Dalbéra, 2021

2. La technique du boa constrictor : un étouffement lent et progressif

Si j’explique tout cela, ce n’est pas, au contraire, pour parler d’un cas « particulier » mais bien d’une logique générale à l’œuvre. Nous avons donc dû refaire une offre non pas à coût constant mais techniquement, à coût réduisant. C’est à cette occasion que j’avais demandé à notre directeur d’UFR, qui était lui en lien direct avec la présidence, si l’université Paris 13 était soumise à un plan social, ce à quoi il m’a répondu « oui » (nous sommes en 2018) : ce fut à la fois un choc et l’occasion d’un changement de perspective total, car nous n’étions plus dans la logique du maintien d’un service public mais de la liquidation.

Cependant, l’UFR Lettres Langues et Sciences Humaines n’était pas tout à fait soumis au même régime d’austérité que d’autres UFR, en sciences dites dures ou droit, que les IUT ou de l’UFR InfoCom, tout petit mais « excellent » (lié à un Labex notamment). Plusieurs légendes circulaient : l’UFR LLSHS coûtait cher et nous étions une « petite » UFR. De fait, en regardant les chiffres des années précédentes (ceux de 2017 n’étaient plus disponible publiquement, bizarrement), il apparaissait que l’UFR LLSHS émargeait juste après SMBH soit médecine, et représentait la 2e UFR en nombre d’étudiants à égalité avec l’Institut Galilée, les deux fers de lance de cette petite université de banlieue. On nous minorait donc volontairement, phénomène que l’on retrouve désormais au plan national mâtiné d’attaques sur l’intégrité scientifique des SHS. Ensuite nous coutions cher. Faux puisque nous n’avons besoin que de peu d’équipement de recherche : nous coûtions cher en masse salariale « inerte » du point de vue du projet scientifique (ERC, ANR, Labex, EUR, etc.) où nous n’avions juste pas de place. Ce dernier visait à terme, tout simplement, à réduire l’UFR LLSHS à portion congrue pour en faire, ce que nous redoutions, des prestataires en langues et culture générale au service des autres UFR. Dans cette période, il n’y avait plus d’argent pour recruter des vacataires, ni même pour payer des heures complémentaires. J’insiste sur ce point : nous devions calculer l’offre en fonction des forces en présence et pas une heure de plus. Car il était plus probable que nous allions perdre encore des services d’EC qu’en gagner, le moindre départ en retraite ou la moindre mutation n’étant évidemment pas remplacé.

https://fr.wiktionary.org/wiki/fa%C3%A7adisme#/media/Fichier:Charleville-M%C3%A9zi%C3%A8res-FR-08-%C3%A9cole_de_marionnettes,_en_construction-01.jpg

Conservation de la façade d’un ancien magasin (ici étayée) pour bâtir l’École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette à Charleville-Mézières (Ardennes, France). Crédit: François Goglins, 2016

3. Quelle solution a été apportée ?
Sauver les meubles, imaginer une suite

À vrai dire, on ne nous a guère laissé le choix. Ce n’est pas une solution choisie qui a été appliquée, et encore moins de gaîté de cœur. Il fallait faire une offre de formation entièrement à l’image des demandes du ministères (majeure / mineure, transversalité des premières années), mutualiser parfois à l’excès, supprimer les cours à effectifs réduits ou justifier par plusieurs facteurs le maintien d’une formation, en priorité les masters : un projet scientifique (que nous avons monté en parallèle), un bon taux d’attractivité, un bon taux de réussite, d’insertion professionnelle, des taxes professionnelles (encore mieux), de la formation continue et bien sûr, last but not least, le tout avec le sourire.

Dans le contexte de la Seine Saint Denis, il était éthiquement encore plus difficile de mettre de côté l’accueil en licence ou même des concours, où nous étions parfois les seuls à proposer certaines formations dans un des départements les plus jeunes et les plus peuplés de France. La question se pose de la même façon avec les petites antennes universitaires, alors que dans de plus grandes villes le coût du logement a explosé. Mais les concours d’enseignement, nous le savions de près n’allaient en aucun cas être une quelconque planche de salut, au contraire : du point de vue des STEM et SMBH, où ces derniers n’existent pas dans le cadre de la recherche, ils n’ont aucune espèce de valeur, ce qui explique aussi pourquoi ils sont progressivement confiés aux INSPE, avec une part disciplinaire en baisse pour assécher notre vivier étudiant. C’est le modèle « sciences dures » qu’on a mis en avant, mais qui est aussi le cas dans bien des disciplines SHS sans concours, comme la psychologie et le droit, à très forts effectifs, combinant attractivité et taux d’encadrement faible, donc plutôt prioritaires en matière de recrutement. Cela dit nous avons vu que cela ne suffisait pas, il faut aussi être « excellent ». Ainsi la disparition du modèle Arts Lettres Langues basé sur la préparation aux concours est programmée politiquement, sauf pour quelques pôles réservés : il est urgent de sortir de ce système pour espérer tirer *un peu* son épingle du jeu.

On peut lire le fil d’Anne Valérie Dulac pour en saisir les enjeux de la distinction voire l’absorption des Arts Lettres Langues dans les SHS, déjà mises à mal3

Pour rappel, aucune formation politique au pouvoir ces dix dernières années n’a prévu de revenir sur la LPR.

4. Que peuvent les universités ALL – LSHS ?
Se repenser, repenser missions et rôles

Quelques réflexions ici, à partir de cas particuliers mais qui valent sur un plan plus général : car une autre erreur est de se croire encore protégé (si ce sentiment existe encore). En arrivant à l’Université Bordeaux Montaigne, j’ai constaté des problématiques comparables, et je ne doute pas que la situation soit similaire à beaucoup d’autres endroits. La région est certes plus grande, le contexte différent mais du point de vue ministériel, le projet est le même. Aussi, il faut s’imaginer l’université comme notre petite UFR de Paris 13 au niveau national : nous n’étions pas un cas spécifique, loin de là, nous étions juste à l’avant-garde de ce qui se passe désormais partout. Cela ne fait certes pas plaisir. En termes de regroupements par exemple, je parierais bien sur une Université *Nom-de-la-Grande-Région* d’ici 2027. Ce qui est plus inquiétant, ce sont ces 7 postes offerts à l’UBM en 2022 alors que l’université est vue comme un gros pôle4. Elle n’est pas déficitaire, ce qui aurait pu être un bon point pour elle, mais cela n’a pas joué en sa faveur. Ce signal du peu de postes est à prendre très au sérieux et il faut identifier la cause du point de vue ministériel pour y répondre de façon concertée.

Lors de cette campagne synchronisée de février 2022, un collègue a rassemblé des chiffres en comparaison de notre situation, en comparant avec Créteil qui twittait sur le nombre de postes offerts à l’UPEC cette année, je le remercie d’avoir fait ce travail. L’université a 2.2 fois notre nombre d’étudiant·es, mais 5.7 fois notre nombre de postes au recrutement, « c’est politiquement intéressant » souligne-t-il. On peut s’intéresser aux autres universités Arts Lettres Langues et Sciences Humaines et sociales, mais je ne ferai pas le tableau complet, juste à titre d’exemple Lyon 2 a 1.55 fois notre nombre d’étudiants, 1.35 fois notre nombre d’enseignant·es, recrute 15 MCF et 12 PR, soit près de 4 fois notre campagne et surtout Paris 3 Sorbonne nouvelle, 0.9 fois notre nombre d’étudiants, 0.8 fois notre nombre d’E(C) qui obtient 16 MCF, 15 PR soit 4.4 fois notre campagne5

Victoria, Canada, Building Reconstruction. sn, sd.

Que l’on m’objecte taux d’encadrement, je balaie l’argument d’un revers de la main : ce n’est pas ainsi que voit le ministère, et c’est lui qui garde le pré. Les indicateurs d’attribution ne reposent pas sur cette façon très limitée de voir l’avenir des Lettres, langues, arts et SHS : les postes viennent avec des projets sur 5 et 10 ans, avec un potentiel fort à mettre en avant. C’est le pilotage à long terme qui donne de l’air et des perspectives. Si l’on maintient une offre à coût constant mais avec des personnels réduisant, les conditions d’enseignement pour les étudiants vont se dégrader implacablement et les personnels vont s’épuiser à une vitesse encore plus grande. Est-ce souhaitable ? Pourquoi ne pas juste regarder la réalité en face ? Il faut faire avec ce qu’on a, faire des projections, et préparer un avenir plus convergent entre disciplines, plus solidaire et peut-être moins disciplinaire.

Cela implique aussi notamment de repenser l’attribution des contrats doctoraux dans le cadre d’une politique globale de recrutement en recherche, pour créer un appel d’air vers des projets d’avenir, que nous pouvons construire aussi à notre manière, et où des recrutements pourraient éventuellement intervenir. Il faut se former à cette nouvelle configuration et réorganiser nos forces, en expliquant clairement la situation, sans se draper dans le déni. Il faut aussi bien sûr un projet qui donne envie de travailler ensemble, ce qui implique une certaine générosité et d’accepter de mettre de côté certains aspects de son travail que l’on aimait bien, afin d’en sauver une partie.

Bien sûr, repenser les finalités des LLA-SHS, et les moyens que nous souhaitons mettre en œuvre : c’est toute la téléologie de la recherche qui est à revoir. Loin des évidences et des « ça a toujours été ainsi », ou en déplorant un bon vieux temps qui porte aussi sa mauvaise part — un patrimoine à défendre, mais lequel ?, un élitisme ou une distinction symbolique qui n’a plus beaucoup de sens, relations maître-élève asymétriques ou considérer les étudiant-es comme des interlocuteurs adultes ? — et dont nous pouvons aussi nous débarrasser, pour être plus près des étudiant-es, les former réellement au monde d’aujourd’hui et ne pas avoir peur de changer dans la mesure où nous serons les acteurs de notre propre évolution.



Citer ce billet
Magali Nachtergael (2022, 9 mars). De la stratégie du boa constrictor à l’université : le plan social que nous refusons de voir. Academia. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj4w

  1. Je remercie Lionel Larré pour m’avoir incitée à mettre au clair une réflexion commencée il y a plusieurs années sur le sujet. Ce billet, rédigé dans le peu de temps disponible d’une EC lambda, a été relu par Cédric Brun, que je remercie chaleureusement. []
  2. Il y a, un peu, plus de marge de manoeuvre sur cette partie mais elle n’est évidemment pas du même ordre de grandeur. []
  3. Billet à venir sur Academia. []
  4. Je ne commenterai pas la répartition de ce maigre butin en interne, qui relève de la cuisine locale. []
  5. Ces chiffres sont publics : https://data.enseignementsup-recherche.gouv.fr/explore/dataset/fr-esr-enseignants-titulaires-esr-public/information/  Et pour 2022 bien sûr le portail Galaxie. []

3 réflexions sur « De la stratégie du boa constrictor à l’université : le plan social que nous refusons de voir »

  1. Ping : Parutions récentes – La science en mouvement

  2. Ping : Comment une université détermine-t-elle le nombre de ses postes ouverts au concours ? – Les brèves de Paris 1

  3. Ping : Université : le plan social que nous refusons de voir – Les brèves de Paris 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.