Censure à la Revue d’Histoire Littéraire de la France

  • par Élise Rajchenbach, maîtresse de conférences en littérature de la Renaissance, Université Jean-Monnet Saint-Étienne, Laboratoire IHRIM – UMR 5317,Membre junior de l’Institut Universitaire de France

Au mois d’octobre 2021, j’ai été contactée par la Revue d’Histoire Littéraire de la France pour effectuer le compte rendu de l’édition des Œuvres de Louise Labé fraîchement publiée dans la collection de La Pléiade. Cette édition est l’aboutissement d’une polémique initiée par la publication d’un ouvrage par Mireille Huchon en 2006, Louise Labé, un créature de papier, dans lequel la chercheuse, reconnue pour ses travaux de référence sur Rabelais, désattribue les Œuvres de Louise Labé1. Un nouvel opus, publié fin 2019, Le Labérynthe 2, prolonge la thèse selon laquelle Louise Labé ne serait qu’une prostituée moquée par un groupe de poètes, essentiellement lyonnais, unis par le goût des « folâtries » homosexuelles3.

Vitrail par Lucien Bégule (1848-1935) de Louise Labé, 1899. Crédit: Patrick Janicek, 2013

Je suis spécialiste de la poésie lyonnaise, de l’imprimerie lyonnaise, des femmes, des réseaux et de Charles Fontaine, qui est au cœur de la démonstration du livre de 2019. Par ailleurs, je suis l’éditrice des Rymes de Pernette du Guillet, une autre poétesse lyonnaise dont le recueil est publié de manière posthume en 1545. J’ai donc toute compétence pour lire cette édition dans le détail. Déjà sollicitée par la RHLF en janvier 2020, j’ai refusé à cette époque de rédiger un compte rendu du Labérynthe. Si j’ai toujours évité de prendre officiellement part à cette polémique jusqu’à ce jour, je n’ai toutefois jamais fait mystère, à l’oral, de ma position sur la question.

J’ai longuement hésité, cette fois-ci car peu de collègues pouvaient se charger de l’édition proposée par la prestigieuse collection de la Pléiade : parmi les quelques spécialistes de Labé, deux chercheurs, Michèle Clément et Michel Jourde, préparent une édition qui doit paraître au mois de mars 2022 chez GF – ils ne pouvaient donc se charger du compte rendu de l’édition concurrente. J’ai fait état de mes hésitations et j’ai prévenu mon interlocutrice que, dans le cas où je le rédigerais, mon compte rendu ne serait probablement pas élogieux. Si cela posait le moindre problème, je préférais que la revue s’adresse à quelqu’un d’autre.

La collègue souhaitait une spécialiste, elle savait d’où je parlais, elle a accepté mes conditions. J’ai passé mes vacances de la Toussaint à lire de près l’édition et le mois de novembre à rédiger le compte rendu. Je n’avais à ma disposition que 6000 signes (j’ai dû effectuer des choix drastiques)4. J’ai également sollicité collègues et amies pour me relire afin de trouver les formules les plus diplomates. Mon désaccord sur Louise Labé est scientifique mais je nourris une sincère estime intellectuelle et humaine pour Mireille Huchon. Par conséquent, ce travail m’a demandé beaucoup de temps et d’énergie, aux dépens d’autres projets.

J’ai finalement envoyé mon compte rendu à la RHLF, qui en a accusé réception le 6 décembre 2021 en précisant que ma « précieuse contribution » serait publiée rapidement. Le vendredi 17 décembre 2021, veille des vacances de Noël, j’ai trouvé un courrier postal dans ma boîte aux lettres, rédigé par Sylvain Menant, président de la SHLF, société savante qui publie la RHLF 5. Sylvain Menant m’y informait que mon compte rendu ne serait pas publié afin que « soit préservé l’esprit de la société qui […] s’efforce de se tenir à l’écart des polémiques et d’informer ses membres et les lecteurs de sa revue sans exprimer de jugements négatifs ». Cette censure ne repose sur aucun fondement scientifique. Si la revue souhaitait se tenir à l’écart des polémiques, elle n’aurait pas dû commander le compte rendu d’un ouvrage fondé sur une thèse notoirement polémique. Mon compte rendu est scientifiquement critique, comme l’exige l’exercice.

On aurait pu attendre que la revue, soucieuse de ménager certaines susceptibilités, me contacte pour suggérer une récriture ou certains aménagements. Cela s’est déjà vu, en particulier à la RHLF, bien que le procédé puisse être discutable à partir du moment où le compte rendu est scientifiquement étayé et qu’il respecte les règles attendues de la politesse. Cette possibilité ne m’a pas été offerte. Par ailleurs, mon interlocutrice initiale a, semble-t-il, elle-même été écartée du dossier dès la réception de mon texte par la revue.

Le 4 janvier 2022, j’ai adressé ma réponse à Sylvain Menant.

Cher collègue,

J’ai bien reçu votre courrier postal du 14 décembre dernier, par lequel vous m’informez que vous vous êtes « opposé, en tant que responsable de la publication », à l’impression de mon compte rendu de l’édition, par Mireille Huchon, des œuvres de Louise Labé dans la Bibliothèque de la Pléiade.  Cette décision, écrivez-vous, est motivée par le fait que la SHLF « s’efforce de se tenir à l’écart des polémiques et d’informer ses membres et les lecteurs de sa revue sans exprimer de jugement négatif ». J’estime que ce geste, qui exhale de forts relents de censure, est profondément irrespectueux et grave.

Lorsque X m’a sollicitée, j’ai demandé quelques jours de réflexion. Connaissant intimement le dossier, je l’ai également prévenue de la très forte probabilité que mon compte rendu de cet ouvrage résolument polémique ne soit pas élogieux. X m’a confirmé que la revue souhaitait que cette recension soit prise en charge par une spécialiste de la question. Soucieuse de servir la communauté scientifique, j’ai par conséquent accepté.

J’ai également pris en charge cette mission en considérant que la RHLF était une revue scientifique sérieuse. Si j’avais su qu’on attendait de moi un compte rendu de complaisance, j’aurais immédiatement décliné la proposition. Une recension est un travail exigeant. Celle-ci a demandé de nombreuses heures de lecture, de vérifications et de rédaction, afin de proposer une présentation équilibrée et rigoureuse, motivée et intègre. Le compte rendu présente un jugement scientifique sur un ouvrage et non un discours polémique sur le même ouvrage ou sur la personne de Mireille Huchon, que je connais et que j’estime profondément en tant que chercheuse, et que je n’imagine en aucune façon cautionner votre procédé.

Ce compte rendu sera publié dans une autre revue. Par ailleurs, choquée par un procédé qui malmène vigoureusement la déontologie, je ne puis m’engager à taire la censure de la RHLF.

Vous souhaitant une belle année nouvelle, je vous prie de bien vouloir agréer, cher collègue, l’expression de mon exacte considération.

Élise Rajchenbach

Mon compte rendu est désormais publié en ligne, dans les Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes. Il est augmenté d’une contextualisation, que je ne pouvais proposer dans le nombre de signes très restreint que m’octroyait la RHLF. Je remercie vivement les CRMH de leur confiance. Dans un souci archéologique, j’ai conservé le texte initial, celui qui a été censuré, auquel j’ai seulement adjoint les §2 et 3, qui présentent des notes.

Le comportement de la SHLF et de sa revue la RHFL est indigne d’une société savante. Un directeur de la publication peut-il censurer purement et simplement un texte commandé par sa revue, dans le cas d’un désaccord scientifique – sur lequel, par ailleurs, il n’est pas compétent6 ? Peut-il refuser la publication d’un positionnement scientifique, qui a été annoncé en amont à la revue et qui est conforme à la position très largement majoritaire des spécialistes de la question ? Le comité de rédaction de la revue a-t-il été consulté ? A-t-il pris part à cette décision ?

Pétrarque de Guillaume Rouillé (1551) censuré par l’Inquisition. Crédit: Élise Rajchenbach, 2021

L’éthique doit demeurer au cœur de notre métier et ces comportements mandarinaux sont à bannir de l’ESR. En tant que chercheuse, je refuse de cautionner ces pratiques : cela passe par leur publicité ainsi que par un choix actif des revues avec lesquelles nous acceptons de collaborer. Nous avons un rôle à jouer pour marginaliser ces comportements. L’ESR est une communauté où les publications sont évaluées par les pairs. Surtout, elle s’autorégule. C’est à nous de fixer les limites de ce qui est tolérable / toléré et de ce qui ne l’est pas.

  1. Mireille Huchon, Louise Labé, une créature de papier, Genève, Droz, 2006. []
  2. Mireille Huchon, Le Labérynthe, Genève, Droz, 2019. []
  3. Pour un résumé de la polémique et des réactions et discussions suscitées par ces publications, en particulier le première, voir l’état finalement publié de mon compte rendu, donné ci-dessous. Par ailleurs, une partie de la bibliographie née de la polémique est accessible via le site de la SIEFAR. []
  4. Dans un entretien, Sylvain Menant indique que les comptes rendus publiés par la RHLF sont de longueur variable : « d’une demi-page à quatre ou cinq pages » (Marina Mureşanu Ionescu, « Il existe sans nul doute un “esprit SHLF”. Entretien avec Sylvain Menant », Revue Roumaine d’Études Fracophones 11, 2019, p. 401). []
  5. La composition du bureau de l’association est accessible sur le site de l’association. []
  6. Sylvain Menant est professeur émérite de l’Université Paris-Sorbonne (ancienne Paris IV- Sorbonne), spécialiste du dix-huitième siècle. Son domaine de spécialité figure sur la page que l’annuaire de son laboratoire lui consacre. []

1 réflexion sur « Censure à la Revue d’Histoire Littéraire de la France »

  1. Ping : Parutions récentes – La science en mouvement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.