Ecouter « les chercheuses de demain »

Les vidéos de la demi-journée organisée le 8 mars au siège du CNRS sont en ligne (si vous cliquez ici, vous aurez le PDG du CNRS, et le reste de la demi-journée dans la colonne de droite).

Un mélange intéressant de formats : témoignages de jeunes (où l’on découvre que beaucoup ont des mères chercheuses… mais aussi une gamme variée d’obstacles et quelques manières de les surmonter), de moins jeunes (avec des propositions) et résultats d’études empiriques, notamment sur les post-doctorant.e.s. Je dispose de notes écrites détaillées, vous pouvez m’écrire (mon e-mail est facile à trouver) pour les allergiques à la vidéo.

Voici comment je résumais ce que j’avais retenu de la journée à des collègues des diverses sections et conseils scientifiques du CNRS.

Parmi les problèmes particulièrement mis en avant :
– ne donner que des images de femmes en sciences superwomen / parfaites / Marie Curie peut avoir un effet décourageant – il faudrait diversifier les modèles donnés ;
– le problème clé est la demande de consacrer toute sa vie à la thèse puis au postdoc (mobilités notamment mais aussi plus généralement absences de congés, etc.). En tendance, les femmes – mais aussi les personnes d’origine plus populaire, etc. – le vivent moins bien pour la conciliation avec la vie personnelle (qui ne concerne pas que le fait d’avoir des enfants). [réflexion personnelle : et ce n’est sans doute bon pour personne…] ;
– lorsque l’on promeut la mobilité géographique ou qu’on la considère comme nécessaire, être plus clair.e.s sur pourquoi elle est vue comme positive et quels types de mobilité « comptent » (autre langue, autre continent, autre spécialité… ?)

Marie Curie [qui ne s’appelait pas encore ainsi !] à 16 ans (pour changer) (Wikimedia Commons)

Parmi les mesures mises en avant :
– recommandations du COMETS [comité d’éthique du CNRS] à venir très prochainement sur souffrance au travail et harcèlement sexuel : elle est parue depuis ;
– plusieurs personnes ont dit avoir été initialement hostiles aux actions sous forme de parité ou quota, mais converti.e.s par la pratique ;
– on s’est demandé si les sections ne devraient pas délibérément recruter plus de femmes que leur part dans les candidatures ;
– c’est bien d’avoir des référent.e.s parité, mais il faut leur donner des moyens ; leur rôle est d’inviter des spécialistes à informer/former, ils et elles ne peuvent pas se substituer à ces spécialistes (ex. d’une référente physicienne qui a besoin d’inviter des sociologues ou spécialistes de ressources humaines : mais sur quel budget ?) ;
– pour le traitement des questions de harcèlement, notamment sexuel, il faut faire intervenir les associations ; il est en effet difficile d’aller voir pour évoquer ces faits une personne qui appartient à la hiérarchie de l’Université/du CNRS ;
– tout le monde insiste sur le fait d’inviter de manière volontariste des femmes dans les comités, colloques, etc. Note intéressante : si on veut avoir 1/3 de femmes, il faut parfois demander à 2/3 de femmes au départ (car beaucoup refusent) ;
– promouvoir le mentoring, mais aussi offrir des espaces de solidarité horizontale (entre doctorant.e.s / postdoc), à la fois pour parler conditions de travail et pour promouvoir la jeune recherche (nouveaux thèmes etc.) ;
– appliquer les congés maternité, et paternité, même pour le personnel temporaire, mais aussi se préoccuper de ce qui se passe quand on en revient ;
– intervenir dans l’enseignement secondaire non seulement auprès des élèves mais aussi dans la formation des profs – spécialement des profs de prépa.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.