Klaus Kinzler veut-il tuer Science Po Grenoble ?

Au Sénat, 15 décembre 2021

Mme Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. L’université est au coeur de notre société : la première n’est pas étanche aux courants qui traversent la seconde. Du reste, la controverse fait avancer la connaissance.
Néanmoins, depuis trop longtemps, des établissements sont perturbés sur des fondements partisans, idéologiques, voire extrémistes. Des enseignants-chercheurs et doctorants sont empêchés de mener leurs travaux.
Plusieurs voix à droite Et donc ?
Mme Frédérique Vidal, ministre. – Le Sénat ne s’y est pas trompé, puisque la mission d’information présidée par Étienne Blanc et dont le rapporteur était André Gattolin1 a enquêté sur les influences extra-européennes qui menacent les libertés académiques.
Nous avons refondu le cadre réglementaire de l’intégrité scientifique. Ma main n’a jamais tremblé quand il s’est agi d’envoyer une inspection ou de faire évacuer des perturbateurs. Et cela faisait trop longtemps que les mains tremblaient…
L’inspection générale a créé une mission d’appui aux établissements pour intervenir lorsque la liberté académique n’est pas respectée. (M. François Patriat applaudit.)

À l’occasion de la parution de L’islamogauchisme ne m’a pas tué, Academia revient sur la séquence des événements tels que les documente l’Inspection générale, missionnée par Frédérique Vidal, dans le rapport remis à la Ministre le 8 mai2.

https://www.flickr.com/photos/paulafunnell/34457303052/in/photolist-UuSFHW-ZLscAu-FUB4gV-YLs2Yu-abjJp-f5uCcr-aC1pNw-UKbMQP-UuTcCq-cW86gU-UKaXUD-TsGrau-YLs2i1-Tvx5WH-2emVQU-YLssaf-f28UeV-UKcnv4-UxCEET-TvBSZM-f5JSjq-MLfc8W-a2GxE-UFtRXN-TsEWeW-2hPGeZR-Ua3FA9-FUB5R8-YLsiBy-abjJr-FUB6n8-51X39G-UuRmy5-UuNnih-FUB7d6-9dnv9n-TvBaZk-UxzKMx-UuNkbG-TsBZXJ-9iHUJP-9iHRjM-2eBntvU-QVCh3K-TvAWqg-51SMBZ-TsBFjG-UKb3i8-UFumfj-UFv5iC

Grenoble. Paula Funnel, 2017

À l’origine de l’affaire Sciences Po Grenoble — qu’on appellera désormais « affaire Kinzler », il y a l’organisation annuelle d’une « semaine de l’égalité et contre les discriminations » à l’IEP de Grenoble, qui se tient chaque année. Dans le cadre de la préparation de cette semaine, un groupe de travail intitulé « Racisme, islamophobie, antisémitisme » réunit des étudiant∙es et des enseignant∙es. Dans ce groupe qui comporte dix membres, on trouve 8 étudiant∙es et 2 enseignan∙tes : Claire M. (CM) et Klaus Kinzler (KK).

Allumer la mèche

Il se trouve que KK a publié sur son site internet, de sa propre initiative, les échanges de courriels qu’il a eu avec ce groupe de travail. Tous ces échanges de mails se font avec les membres du groupe en copie, y compris les étudiant∙es. Ainsi est-ce bien KK qui lance les hostilités

Ce premier courriel établit trois choses :

  1. KK n’a choisi de rejoindre ce groupe de travail que pour venir faire de la provocation en contestant l’intitulé du groupe de travail.
  2. À aucun moment KK ne parle — et la suite de l’échange le confirme — des travaux de ce groupe de travail.
  3. Il a des « choses » à dire sur le sujet, commençant déjà à dérouler les éléments de langage habituels des personnes qui refusent de reconnaître la notion d’islamophobie et les pratiques islamophobes.

La réponse de CM est impeccable.

CM garde un calme olympien face à un collègue qui n’était là que pour la provoquer. Elle explique pourquoi elle trouve que l’utilisation d’ « islamophobie » est légitime, sans fermer la porte à une remise en question de son utilisation.

On peut s’étonner de l’interprétation que fait l’Inspection de ce premier échange : elle a considéré que le premier mail de KK était irréprochable et que la réponse de CM mettrait le feu aux poudres. Sans rire.

Affiche de la manifestation grenobloise “Mois décolonial”, juin 2021

Logorrhée anti-“islamophobie”

La réponse de KK ne tarde pas.

Analysons cette première séquence.

Dire que l’affirmation de KK que « Le Monde est un journal de gauche », nous informe plus sur le positionnement politique de KK que sur celui du Monde. Tout ce que KK oppose à sa collègue, ce sont des attaques ad hominem à son endroit et sur le sociologue qu’elle avait cité. Il lui dit que sa position est une « imposture », que ses arguments sont « légers » — comme si sa collègue avait prétendu faire une thèse sur le sujet — et, parce qu’elle a écrit qu’il était légitime d’utiliser le terme d’« islamophobie », qu’elle est un « exemple parfait du champ académique partisan et militant ».

KK continue sa logorrhée en trois points.

KK semble ignorer que les “militant∙es” sont bien souvent des témoins et des victimes. L’extrait établit une nouvelle fois son manque total de respect pour le groupe de travail qu’il vient polluer. Il poursuit sa diarrhée verbale :

Sans vergogne, KK se drape dans la mémoire de Samuel Paty. KK adopte totalement la propagande gouvernementale ciblant les personnes et associations qui dénoncent l’islamophobie, sans paraître être capable d’envisager une opinion différente. Il poursuit ses attaques ad hominem. Qui plus est, il tente un sophisme de la double faute — « dans l’histoire il y a eu plus grave que l’islamophobie actuelle, donc l’islamophobie actuelle c’est pas grave et il ne faut pas utiliser ce mot — pour justifier son refus de comparer les notions d’antisémitisme et d’islamophobie. Pour montrer à quel point il est ouvert au débat et aux opinions contradictoires, il menace de quitter le groupe s’il n’obtient pas satisfaction. En bref, KK est typiquement un négateur de l’islamophobie : non seulement il refuse d’utiliser le mot « islamophobie », mais il interdit que d’autres l’utilisent et n’hésite pas à inventer des néologismes au goût plus que douteux, comme « pétro-arabes ». Au nom de la liberté d’expression, naturellement3

Un ami caché

Précisons — pour bien comprendre ce qui se joue ensuite — que, pour sa “réponse en trois points”, KK a mis en copie cachée4 le maître de conférences Vincent Tournier (VT), autre enseignant de l’IEP de Grenoble et membre du laboratoire Pacte.

https://www.flickr.com/photos/djou/37259004824/in/photolist-YLs93U-ZRaK86-ZNtRiA-CKcXrw-YLs1Au-YLrZiE-9iM3mN-CKcMzY-9iHTTK-hb7aWE-UuNwsj-a2Gxz-9iHSLt-ZLscAu-UuSFHW-FUB4gV-YLs2Yu-YLrYyJ-abjJp-f5uCcr-aC1pNw-9TPYjp-UKbMQP-UuTcCq-cW86gU-UKaXUD-TsGrau-YLs2i1-Tvx5WH-2emVQU-CKcMXG-YLssaf-f28UeV-UKcnv4-UxCEET-TvBSZM-f5JSjq-MLfc8W-a2GxE-UFtRXN-TsEWeW-2hPGeZR-Ua3FA9-FUB5R8-YLsiBy-abjJr-FUB6n8-51X39G-UuRmy5-UuNnih

Grenoble. Crédit: Julien, 2017

Bien évidemment VT rebondit sur le mail dont il n’était pas officiellement destinataire en faisant la fonction “Répondre à tous”; il envoie donc sa réponse à l’ensemble du groupe de travail, trahissant ainsi la basse manœuvre de KK. Notons aussi que KK qui avait publié sur son site internet l’ensemble des échanges de mails, a malencontreusement omis non seulement d’indiquer qu’il avait mis VT en copie cachée, mais aussi de publier le mail envoyé par VT au groupe de travail. Nous n’en avons la trace que par l’extrait qu’en donne l’Inspection dans son rapport5. Concernant les attaques ad hominem, « ressenties » (sic) par CM, l’Inspection précise

d’emblée que, quel que soit le ressenti de Mme [CM], les propos de ses deux collègues, et notamment de M. [KK], ne sont pas des attaques personnelles violentes au regard de la liberté d’expression des enseignants de l’enseignement supérieur réaffirmée par l’article L. 9522 du code de l’éducation tel qu’éclairé par la jurisprudence administrative.

On peut s’étonner d’une interprétation partiale des inspecteurices  au regard de l’article 222-33-2 2 du Code pénal6, comme si les libertés académiques protégeaient du harcèlement professionnel, ce qui est une interprétation un peu hâtive.

Dans sa réponse, VT désigne « des universitaires […] enfoncés dans le militantisme et l’idéologie », et que VT appelle à « ne pas associer l’IEP de Grenoble au combat mené par des islamistes, en France et dans le monde »7.

https://www.flickr.com/photos/djou/26193216969/in/photolist-FUB5R8-YLsiBy-abjJr-FUB6n8-51X39G-UuRmy5-UuNnih-FUB7d6-9dnv9n-TvBaZk-UxzKMx-UuNkbG-TsBZXJ-TvAWqg-51SMBZ-TsBFjG-UKb3i8-UFumfj-UFv5iC-UFuF53-TvCpEp-UxBkjv-9iHUJP-9jekNb-9iHQjF-JviEB6-Ua5zrw-abjJs-UuShtj-Ua3BLq-51SNae-9iHRjM-TsBQwE-yHVh4-TsGsPS-UxCSoH-UFuMjh-TvAPW4-8vZNX-Dho1S-UuQfob-Ua3Wt5-Dho1P-TsGiuE-UxEoWz-TsGvt9-TsC5JY-5mSPxk-9jbekP-JAp56

Grenoble. Crédit: Julien, 2017

Le calme de la réponse que fait CM, à l’ensemble du groupe de travail « Racisme, antisémitisme et islamophobie » pour la préparation d’une Semaine de l’égalité et contre les discriminations est stupéfiant de mesure.

Elle ajoute une réponse en mettant VT en copie.

La réponse de KK complète l’archive manquante du message de VT. Elle fait 3 pages.

L’affaire Will Knowland, enseignant renvoyé de Eton pour des thèses antiséites et masculinistes exprimées en vidéo, et ici mobilisé comme un martyr de la liberté d’expression, s’est conclue en 2021 par l’absence de sanction à l’endroit de l’enseignant.

Pour résumer brièvement la pensée de KK, « L’islamophobie n’existe pas ; les musulmans sont les vrais racistes » : cette réflexion est inopérante quand on entend démontrer que l’islamophobie n’existe pas ou qu’il ne faut pas utiliser le terme.

Nous avons ainsi confirmation que KK nie bien l’islamophobie, c’est à dire la haine envers des personnes en raison de leur religion. Pour lui, il n’existe pas de haine envers des personnes à raison de leur appartenance à l’islam ; le racisme que subissent les musulman∙es8, dont KK nie totalement les spécificités, est en fait du racisme anti-Arabes.

Dans ce dernier extrait, KK stigmatise les musulman∙es, en affirmant qu’ils ne condamnent pas les attentats, laissant entendre que les musulman∙es dans leur ensemble font preuve de complaisance envers les terroristes, voire en cautionnent les actes : idée reçue — voire mensonge,  car il ne sait rien de la religion des personnes qui manifestent — qui s’entend après chaque attentat. Tout cas, pour demander le retrait d’ « islamophobie » dans le titre de la table ronde.

https://www.flickr.com/photos/paulafunnell/34576922146/in/photolist-UFrLj7-UFuzfN-SxStdj-Ua3nXU-ajrbLZ-TvB41R-UK5Xsr-2hPDvjm-TsGmUL-2hPDBr1-SxStbq-2hPDBSX-2hPDopz-ajtYcu-2hPDCSC-2hPFWyy-2hPFYN3-UK7Qsk-2hPHduW-2hPHbwT-2hPGeu7-2hPDxQt-UK7Ayt-UKaUWe-2hPDuNb-2hPG6Tv-2hPDyTW-UuTfuN-Ua2Ucd-2hPH8tt-2hPDtD2-2hPH9um-2hPFZEo-2hPH7qM-2hPDucM-2hPHc6i-2hPDqvd-2hPG454-ajtUn1-8zS3P-51SMH4-2hPHb2K-UuStQY-8zS42-TvBn2a-2hPFXSf-2hPG87s-2hPDscE-CKiJP-2hPFX2h

Grenoble. Crédit: Paula Funnell, 2017

Une direction de Science Po et une Inspection générale énigmatiques

On peut se demander pourquoi la direction de l’IEP, face au comportement de KK qui cherche à intimider avec arrogance, avant de rameuter son ami caché dans la conversation, n’a pas pris plus fermement la défense de CM et des étudiant·es exposé·es à ces propos harceleurs. Comment la direction de l’IEP a-t-elle pu prétendre que ces échanges de courriels relèvaient du « débat académique » ? On ne lit que des mails fleuve, vindicatifs, agressifs, d’un harceleur totalement incompétent sur le sujet.

De son côté, l’IGESR ne préconise aucune sanction contre VT. Il serait ainsi permis d’envoyer des courriels, agressifs de surcroît, à un groupe de travail dont on ne fait pas partie, en accusant une collègue d’être « enfoncée dans le militantisme et l’idéologie » et « d’associer l’IEP de Grenoble au combat mené par des islamistes, en France et dans le monde » sans encourir les foudres de ta hiérarchie9.

En février 2021, des étudiants de l’Union Syndicale (US) diffusent sur les réseaux sociaux un appel à témoignages concernant le cours sur l’iIslam de VT, l’accusant d’islamophobie. VT indique alors à la direction de l’IEP qu’il va envoyer un mail à tous ses étudiants pour « sommer ceux qui font partie de l’Union Syndicale de quitter immédiatement ses cours et de ne plus jamais y remettre les pieds ». La direction l’informe qu’il s’agirait d’une discrimination en raison d’activités syndicales, répréhensible pénalement.

Cela ne retient pas VT d’envoyer ce mail. Et bien sûr, l’IGESR, qui pourtant recommande à la direction de l’IEP d’effectuer un signalement au procureur contre les étudiants de l’Union Syndicale10, ne recommande pas que ce fait de discrimination commis par VT soit signalé au procureur. Il est possible que le signalement déjà effectué par la direction de Science Po ait été classé sans suite. Il ne reste pas moins qu’interdire l’accès à ses cours à des étudiant·es appartenant à un syndicat représente une discrimination syndicale ; ce classement sans suite, intervenu une fois l’affaire rendue publique, est une décision politique plus que juridique.

*
*  *

Le 4 mars 2021, les noms de Kinzler et de Tournier sont affichés sur les murs de Sciences Po comme étant islamophobes. L’enquête n’a à ce jour pas établi par qui. Dans les jours suivants, KK fait la tournée des plateaux télévision, désignant l’échange initial de mails et le soutien à CM de la part de son laboratoire de recherche comme la source de l’affichage. CM et la directrice du laboratoire subissent en conséquence un grave harcèlement sur les réseaux sociaux ainsi que des menaces de mort11.

Aujourd’hui, KK fait paraître sa version de l’affaire dans un ouvrage où, vantant son amour des Alpes et de la musique, il se campe en valeureuse victime de la direction de Science Po Grenoble, qui a fini par le suspendre — à plein traitement — en attendant la décision de la section disciplinaire devant qui elle a souhaité le déférer après de nouveaux faits : avoir comparé Science Po, son employeur, à un camp de rééducation.

 

 

 

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 2 mars). Klaus Kinzler veut-il tuer Science Po Grenoble ? Academia. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj4j

  1. Mieux protéger notre patrimoine scientifique et nos libertés académiques. Rapport d’information de M. André GATTOLIN, fait au nom de la MI Influences étatiques extra-européennes n° 873 (2020-2021) – 29 septembre 2021. []
  2. Nous nous appuyons très lourdement sur l’analyse de Sartorius,que nous remercions de nous avoir autorisé·es à le faire. []
  3. Sartorius propose un rappel sur ce qu’est l’islamophobie, en théorie et en pratique, avant de développer sur les arguments fallacieux des personnes qui refusent l’utilisation du terme et les sens d’ « islamophobie », selon l’usage qui en est fait par les instances nationales et internationales de lutte contre les haines?. []
  4. Destinataire du mail dont les autres destinataires ne voient pas l’identité. []
  5. Rapport, op. cit. p. 13. []
  6. L’article 222-33-2-2, introduit par la loi pour légalité réelle entre les femmes et les hommes qui dispose que « Le fait d’harceler une personne par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de vie se traduisant par une altération de sa santé physique ou mentale est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende lorsque ces faits ont causé une incapacité totale de travail inférieure ou égale à huit jours ou n’ont entraîné aucune incapacité de travail », notamment « lorsqu’ils ont été commis par l’utilisation d’un service de communication au public en ligne ». []
  7. Vu la façon dont l’IGESR a minimisé la gravité des propos de KK, on peut faire l’hypothèse que le mail de VT a été en réalité beaucoup plus virulent. []
  8. Cf. lettre posthume de Charb, qui soutient la même position en janvier 2015. []
  9. Sur le harcèlement professionnel et son absence de sanction, voir, sur Academia, De John Comaroff, d’Arjun Appadurai, des hiérarchies universitaires et du harcèlement, de Paula Chakravartty, 23 février 2022. []
  10. Des étudiant∙es, jugé∙es en section disciplinaire dépaysée, ont été blanchi∙es. Voir, sur Academia, Contre l’avis de la Ministre, relaxe disciplinaire des étudiants de Science-Po Grenoble, 29 novembre 2021. []
  11. Sur Academia, voir Impostures médiatiques ou postures politiques ? À propos de l’affaire Sciences Po Grenoble, d’un article de Mediapart et du Sénat, 12 mars 2021. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.