Soutien à l’Ukraine et aux opposant·es russes à la guerre dans l’ESR français

https://pxhere.com/fr/photo/1456491

Ukraine, Kiev.Statue de la mère-patrie

Soutien de l’EHESS et du CERCEC aux chercheurs et étudiants d’Ukraine

Lien html

L’EHESS et le CERCEC expriment leur profonde solidarité avec les chercheurs et étudiants ukrainiens, et avec l’ensemble de la société ukrainienne, victimes de l’intervention militaire en cours de la Russie.

L’entrée des forces armées russes et les bombardements sur l’Ukraine, engagés ce 24 février 2022, constituent une tragédie historique qui fait écho aux drames du passé. Nul ne sait quand et comment finira cette guerre mais nous connaissons déjà son coût pour la paix en Europe.

Face aux usages belliqueux de l’histoire et à l’étouffement du pluralisme politique, les chercheurs doivent plus que jamais élever la voix pour refuser une instrumentation infondée de l’histoire et faire valoir la raison civique.

En partenariat avec les chercheurs ukrainiens, l’EHESS et le CERCEC continueront à porter la parole des sciences sociales face à la violence armée et à la négation des crimes du passé. Ils apporteront aussi leur soutien aux voix critiques et courageuses qui tentent de se faire entendre en Russie et dans la région.

Paris, le 24 février 2022


Déclaration collective du CREE de l’INALCO
en soutien à l’Ukraine et au peuple ukrainien

Nous, chercheurs du Centre de recherche Europes-Eurasie de l’Institut national des langues et civilisations orientales, condamnons l’agression de l’Ukraine libre et souveraine décidée par Vladimir Poutine le 22 février, avec la reconnaissance des « républiques » séparatistes, puis l’invasion militaire le 24 février. Cette attaque contre l’Ukraine indépendante et son peuple frappe l’ensemble de notre communauté de stupeur et d’inquiétude, d’autant qu’elle fonde ses justificatifs sur des falsifications historiques et une négation de la nation ukrainienne qui a sa propre histoire, sa propre culture, sa propre langue et par-dessus tout sa propre identité.

Les images nous parvenant d’Ukraine sont insoutenables : quartiers d’habitations bombardés, civils en fuite et paysages défigurés. Équipe de recherche travaillant de longue date aussi bien sur l’espace russe que sur l’Ukraine, nous exprimons notre plus vif soutien à la population ukrainienne. Nous sommes plus particulièrement inquiets du sort de nos collègues et des étudiants ukrainiens, notamment de ceux qui, politologues, sociologues, historiens ou d’autres disciplines, ont contribué à renouveler la recherche en Ukraine depuis plusieurs décennies. Nous demandons aux autorités françaises, et plus largement aux pays de l’Union européenne, de prendre sérieusement en considération leur situation et de les aider. Nous soutenons toutes celles et tous ceux qui en Russie, en Ukraine et ailleurs s’opposent activement à cette guerre.

https://twitter.com/cliffordlevy/status/1497598143684354048?s=20&t=G7b_or3ymeX6FcCbazXwnA

Julia, enseignante et volontaire ukrainienne, pleure dans l’attente de son déploiment pour combat contre les troupes russes autour de Kiev ce samedi [26 février 2022]. Dans toute la capitale, les civil-es prennent les armes
Civilians are taking up arms. Crédit: @lynseyaddario, pour The New York Times

UKR

Колективна заява Центру Європейських і Євразійських Студій (Centre de recherche Europes-Eurasie, CREE) Національного Інституту Східних Мов і Цивілізацій – INALCO на підтримку України і українського народу

Ми, дослідники Центру Європейських і Євразійських Студій (Centre de recherche Europes-Eurasie, CREE) Національного Інституту Східних Мов і Цивілізацій – INALCO, засуджуємо акт агресії проти України, вільної і суверенної держави, який вчинив Владімір Путін, визнавши 22 лютого так звані “республіки” і вчинивши напад на Україну 24 лютого. Ця атака проти незалежної України і її народу, надзвичайно вразила нашу спільноту і спричинила занепокоєння, тим більш сильне що вона спирається на історичних фальсифікаціях і запереченні існування української нації, яка має свою власну історію, власну культуру, власну мову і, перш за все, свою власну ідентичність.

Неможливо дивитись на кадри, які надходять з України : зруйновані житлові квартали, відток цивільного населення, пошматовані пейзажі. Наш колектив, який вже не один рік досліджує як Росію, так і Україну, висловлює свою повну підтримку українському народу. Ми особливо хвилюємося за наших колег та українських студентів, зокрема тих політологів, соціологів, істориків та представників інших дисциплін, які останніми роками сприяли відновленню фахових досліджень в Україні. Ми звертаємось до французької влади і, більш широко, до країн Європейського Союзу, з проханням серйозно розглянути їх ситуацію та надати їм необхідну допомогу. Ми підтримуємо всіх тих, хто в Україні і Росії, активно противиться цій війні.

https://twitter.com/Kum0kun/status/1497491906728767488?s=20&t=pWmN_q9eW0NvkFg3pYperw

Du colorant rouge vient d’être déversé par des opposants sur le canal Griboïedov à Saint Pétersbourg. Crédit: Kum0kum, 26 février 2022

RUS

Коллективное обращение Центра европейских и евразийских исследований Иналько в поддержку Украины и украинского народа

Мы, научные сотрудники Центра европейских и евразийских исследований (Centre de recherche Europes-Eurasie) Национального института восточных языков и цивилизаций (Institut national des langues et civilisations orientales) в Париже, осуждаем агрессию против свободной и суверенной Украины, предпринятую правительством Владимира Путина 22 февраля, с признанием сепаратистских «республик», за которым последовало военное вторжение 24 февраля. Эта атака на независимую Украину и её народ вызывает у нас негодование и крайнюю озабоченность, принимая во внимание то, что российское правительство обосновывает агрессию путем исторических фальсификаций и отрицания украинской нации. Украина, вне всякого сомнения, обладает своей историей, культурой, языком и, конечно, своей идентичностью.

Нам больно читать новости, которые приходят из Украины: разбомбленные жилые кварталы; мирные жители, покидающие свои дома и бросающие имущество; пейзажи, изуродованные бомбардировками. Как сотрудники научного центра с долгой традицией изучения российского и украинского обществ, мы выражаем искреннюю и всецелую поддержку украинскому народу. Мы особенно обеспокоены судьбой наших украинских коллег и студентов, особенно тех, кто способствовал обновлению исследований в Украине на протяжении последних десятилетий: политологи, социологи, историки и специалисты других дисциплин. Мы просим французские власти, а также государства-члены Европейского союза, серьезно отнестись к их положению и оказать им всестороннюю помощь. Мы поддерживаем всех тех в России, Украине и других странах, кто активно выступает против войн


Déclaration du Snesup, 25 février 2022

 

https://twitter.com/anissaeljabri/status/1497197993883279374?s=20&t=7SmLYJCAq8MGXLMJnHHQ0A

« Non à la guerre » : Ilya Petrova, avant son arrestation par deux policiers et deux militaires le 25 février, à Rostov, Elle a été condamnée le lendemain à 100 heures de “rééducation par le travail”. Tous droits réservés


Le GDRus en solidarité avec les chercheur.e.s d’Ukraine, la société ukrainienne
et les voix courageuses en Russie contre la guerre

Lien html

Le GDR Empire Russe URSS et monde post-soviétique exprime sa profonde solidarité avec les chercheurs, les étudiants, et avec l’ensemble de la société ukrainienne, victimes de l’intervention militaire de la Russie. L’entrée des forces armées russes et les bombardements sur l’Ukraine, engagés le 24 février 2022, constituent un événement historique d’une violence et d’une ampleur inouïe qui fait écho aux drames du passé. Nul ne sait quand et comment finira cette guerre mais nous connaissons déjà son coût pour la paix en Europe et dans l’espace post-soviétique. Face aux usages belliqueux de l’histoire et à l’étouffement du pluralisme politique, les chercheurs doivent plus que jamais élever la voix pour refuser une instrumentalisation infondée de l’histoire et de la mémoire et faire valoir la raison critique. En partenariat avec les chercheurs ukrainiens, le GDRus  continuera à porter la parole des sciences humaines et sociales contre la violence armée et la négation des crimes du passé. Il apportera aussi son soutien aux voix indépendantes et courageuses qui tentent de se faire entendre en Russie et dans la région.


Pétition à l’initiative du Cercec

Signer la pétitiont de Soutien de la communauté scientifique solidaire de l’Ukraine

Soutien aux chercheurs et étudiants d’Ukraine

Nous exprimons notre profonde solidarité avec les chercheurs et étudiants ukrainiens, et avec l’ensemble de la société ukrainienne, victimes de l’intervention militaire du gouvernement de la Russie. L’invasion des forces armées russes et les bombardements sur l’Ukraine, depuis le 24 février 2022, est une entreprise criminelle historique qui fait écho aux destructions du passé. Nul ne sait quand et comment finira cette guerre mais nous connaissons déjà son coût exorbitant pour les civils et les militaires. Ce qui se joue dans ce pays européen est la destruction de l’ordre en Europe. Face aux usages belliqueux de l’histoire et à l’étouffement du pluralisme politique, les chercheurs doivent plus que jamais élever la voix pour refuser une instrumentalisation infondée de l’histoire et faire valoir la raison civique. En partenariat avec les chercheurs ukrainiens, nous continuerons à porter la parole des sciences humaines et sociales face à la violence armée et à la négation des crimes du passé. Nous apporterons aussi son soutien aux voix critiques et courageuses qui tentent de se faire entendre en Russie et dans l’espace postsoviétique.



Déclaration intersyndicale, 1er mars 2022


Bombardement de l’Université de Kharkhiv
Crédit: Olena Muradyan, doyenne de la faculté de sociologie


Nous, Européen·ne·s de l’Est…

par un collectif, 1er mars 2022

Jeunes est-européen.ne.s, nous appelons nos ami·es, concitoyen·nes de l’UE, à se mobiliser à nos côtés pour l’Ukraine. L’Ukraine a besoin de notre soutien, symbolique et matériel, et d’une pression sur les gouvernements occidentaux qui peuvent faire plus pour contrer la Russie. La cause ukrainienne doit désormais devenir la boussole qui guide les choix politiques des citoyen·nes de l’UE.

La guerre a éclaté en Europe. Nous, qui sommes né.e.s en Europe de l’Est après 1989, dans un monde de paix et de liberté, voyons aujourd’hui se recomposer devant nos yeux nos mémoires familiales. Un empire, qui aurait dû appartenir au passé, réclame par la violence militaire un territoire et un peuple qui ne lui appartiennent point.

La Russie a envahi l’Ukraine. La Russie bombarde des villes ukrainiennes. À Kyïv, Marioupol, Kharkiv, et dans bien d’autres lieux du territoire ukrainien, les victimes, y compris civiles, se comptent déjà en centaines. Poutine est un criminel. Face à lui, l’Ukraine – un État souverain au cœur de l’Europe – se défend avec courage et ténacité.

Il est utile de rappeler ces quelques vérités, car le mensonge s’est avéré une arme clé dans l’arsenal du régime de Poutine. Il a menti pour justifier sa guerre, il ment sur les violences que son armée commet. Il ment au monde et surtout à son propre peuple.

Il n’est pas inutile de rappeler aussi quelques autres vérités. La Russie avait déjà envahi la Géorgie en 2008. Elle a attaqué l’Ukraine en 2014, en annexant la Crimée et en soutenant les séparatistes du Donbass. La guerre qui a sévi depuis dans l’Est du pays a déjà fait 14 000 morts. Les voix d’Europe centrale et orientale s’élevaient à chaque fois contre ces agressions et appelaient à de fermes réactions. Les réactions des Européens de l’Ouest ont toutefois été trop molles, les sanctions n’ont pas suffi et le business as usual a continué, ce dont le gazoduc Nord Stream 2 est un honteux témoignage.

Aujourd’hui, neuf pays de notre région: la Finlande, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie et la Moldavie sont ceux qui partagent les frontières de la Russie, de la Biélorussie et de l’Ukraine. Cette guerre est à nos portes. Celles et ceux d’entre nous qui vivent en Pologne se démènent, chaque jour et à toutes les heures, pour accueillir des Ukrainien.ne.s qui affluent par milliers. Les services médicaux polonais s’organisent pour accueillir des personnes ukrainophones et russophones, mais aussi non-ukrainiennes qui fuient la guerre. Rechercher un logement, accueillir quelqu’un sous son toit, participer à des collectes d’habits, de médicaments, de produits hygiéniques et de nourriture, participer aux dons de sang pour les blessés et prendre des nouvelles de nos proches ukrainien.ne.s resté.e.s sur place, voilà notre nouveau quotidien. Un quotidien dont le lendemain est fait d’incertitudes, augmentées par la présence de troupes russes à nos propres frontières.

Et si l’Europe de l’Ouest s’unit, sa réaction doit se renforcer davantage, et fédérer l’ensemble de ses gouvernements et de ses sociétés. Surtout, aux yeux de celles et ceux d’entre nous qui vivent en France, la réaction et l’engagement au sein des sociétés occidentales, dont celle française, demeurent trop éloignés. Un rassemblement, jeudi dernier, place de la République à Paris, réunissait surtout des est-européens, venus soutenir l’Ukraine et les Ukrainien.ne.s, ce qui demeure une image forte de cet éloignement.

Cela doit changer. Les Ukrainien.ne.s qui défendent vaillamment leur pays, défendent en réalité toute l’Europe, menacée par une guerre d’envergure et par la puissance d’un empire autoritaire.

Nous appelons donc nos ami.e.s, concitoyen.ne.s de l’UE, à se mobiliser à nos côtés pour l’Ukraine. L’Ukraine a besoin de notre soutien, symbolique et matériel, et d’une pression sur les gouvernements occidentaux qui peuvent faire plus pour contrer la Russie. La cause ukrainienne doit désormais devenir la boussole qui guide les choix politiques des citoyen.ne.s de l’UE.

Du Portugal à l’Estonie et de la Grèce à l’Irlande, les Européen.ne.s doivent agir pour l’Ukraine: il n’est plus temps de préférer des intérêts commerciaux particuliers à la liberté et aux vies des Ukrainien.ne.s, ou de ne pas se sentir concerné par leur combat.

Nous appelons les gouvernements et dirigeants occidentaux à fournir à l’Ukraine les armes dont elle a besoin pour se défendre, ainsi que l’aide médicale et humanitaire nécessaire.

Nous appelons l’UE et ses Etats membres à accueillir sans réserve les réfugié.e.s d’Ukraine, et à prolonger indéfiniment les titres de séjour de celles et ceux résidant déjà sur leurs territoires.

Nous demandons la saisie des biens appartenant aux oligarques russes.

Nous acclamons le blocage annoncé des chaînes de propagande russe en Europe, ainsi que l’exclusion de la Russie du système bancaire Swift.

Nous exprimons notre admiration aux citoyen.ne.s de Russie qui, malgré la censure et la répression, ont le courage de manifester pour la paix. Eux aussi ont besoin aujourd’hui de notre solidarité.

De même, nous affirmons notre plein soutien à la diaspora biélorusse, à la présidente légitime de la Biélorussie, Svetlana Tikhanovskaïa, et aux citoyen.ne.s de Biélorussie qui protestent contre la guerre: ils représentent le vrai visage de leur pays, malmené par un dictateur complice de Poutine.

Cette solidarité, que nous affirmons aujourd’hui avec l’Ukraine et tous ceux qui se battent pour la liberté et pour la paix, est complète et inébranlable. Elle doit s’étendre à l’ensemble de l’Europe et ne peut pas se limiter aux mots. Il est temps que les voix d’Europe centrale et orientale, et surtout les voix des Ukrainien.ne.s eux-mêmes, soient écoutées et guident l’action commune des européen.ne.s. Car Poutine ne sera jamais le tsar des Ukrainien.ne.s, ni le nôtre.

Слава Україні! Героям слава!

Liste des signataires


Pour aller plus loin

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.