Plagiat à l’Université de Lorraine. Quand la Délégation à l’intégrité scientifique vient au secours du plagiaire

  • par un·e spécialiste des media studies

Un scandale politique au Luxembourg

Le 27 octobre 2021, Pol Reuter, journaliste de Reporter.lu, quotidien en ligne luxembourgeois, révélait que le mémoire de DEA soutenu en 1999 par Xavier Bettel, actuel Premier ministre du Grand-Duché, était presque entièrement plagié :

Près de 96% du mémoire de Xavier Bettel est plagié. Crédit: reporter.lu

L’Université de Lorraine s’était aussitôt engagée à lancer une “instruction”, dont elle a confié la charge à sa Délégation à l’intégrité scientifique.

Deux mois plus tard, le 1er février 2022, un communiqué de presse de l’Université de Lorraine déclarait cette suite de plagiats serviles, un travail original de compilation de documents et de synthèseet ne lui reprochait que quelques défauts, “tolérables” en 1998 mais plus aujourd’hui.

Conclusions des deux rapporteurs de la Délégation à l’intégrité scientifique de l’Université de Lorraine. Extrait de la Décision du président de l’Université de Lorraine concernant la suspicion de plagiat dans le rapport de DEA de M. Xavier Bettel

Le Président de l’Université de Lorraine conclut à l’intention du Premier ministre du Grand Duché que:

L’Université de Lorraine demande à Monsieur Xavier Bettel de reprendre son mémoire de DEA dans les meilleurs délais pour y inclure l’ensemble des références manquantes et de le mettre en conformité avec les pratiques actuelles de citations. Sans cette mise à jour, l’Université de Lorraine se verra contrainte de saisir ses instances avec comme conséquence le possible retrait du diplôme de DEA.

Xavier Bettel a mis fin à cette comédie en rendant son diplôme de DEA et en le rayant de son CV sur le site du Gouvernement du Luxembourg.

D’une affaire Bettel à une affaire “Université de Lorraine”

Depuis le 1er février, l’affaire Bettel est ainsi devenue l’affaire de l’Université de Lorraine et de l’intégrité scientifique de sa Délégation à l’intégrité scientifique. Comment 60 pages de plagiats serviles ont-elles été expertisées pour devenir un travail original de compilation de documents et de synthèse” ?

Jérôme Quiqueret, journaliste francophone du journal luxembourgeois Tageblatt, a suivi cette affaire. On lira avec intérêt et stupeur ses deux derniers articles :

On attend maintenant la réaction de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, qui s’est si souvent affichée sourcilleuse sur le respect de l’intégrité scientifique.

Documents



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 24 février). Plagiat à l’Université de Lorraine. Quand la Délégation à l’intégrité scientifique vient au secours du plagiaire. Academia. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj4a

Une réflexion sur « Plagiat à l’Université de Lorraine. Quand la Délégation à l’intégrité scientifique vient au secours du plagiaire »

  1. Ping : Université de Lorraine : une Délégation à l’intégrité scientifique très complaisante | Le plagiat ( ISSN 2494-4254 )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.