De John Comaroff, d’Arjun Appadurai, des hiérarchies universitaires et du harcèlement

Je suis une chercheuse spécialisée dans les études interdisciplinaires sur les media : je me concentre actuellement, tant bien que mal, sur la rédaction d’un livre qui donne des éléments de contexte historique à l’histoire violente des interventions économiques et politiques étatsuniennes dans le Sud mondialisé, à ce qui est souvent considéré, aux États-Unis, comme des querelles de clocher au sujet des réseaux sociaux et de la fin des temps. La semaine passée1, mon travail d’écriture sur les histoires macroéconomiques et institutionnelles a été interrompu par le constant bombardement de mon propre micro-univers de réseaux sociaux par les conflagrations d’une controverse #MeToo qui a frappé ma « base ». Par « base », je veux dire l’université — mon lieu de travail depuis mes années doctorales au début des années 1990 à l’Université de Wisconsin Madison ; à partir de 1999, j’ai été professeure dans différentes « bases » universitaires, University of California San Diego (UCSD), University of Massachussets Amherst et New York University.

La controverse qui a mis le feu au milieu universitaire porte sur des allégations faites par des doctorantes au sujet d’un anthropologue mâle blanc, John Comaroff. Ce dernier est accusé de s’avoir eu un comportement de harcèlement sexuel au cours d’une longue et remarquable carrière à Harvard University, et avant cela, à l’Université de Chicago. Harvard a pris de sanctions légères envers Comaroff, ce qui a conduit à la publication de deux lettres dans le Harvard Crimson and le Chronicle of Higher Education, signées par un total de 90 célèbres membres du corps professoral d’Harvard et hors Harvard. Les deux lettres louent Comaroff, tout autant reconnu comme un « excellent collègue, encadrant et citoyen de l’université engagé » que comme un « universitaire dévoué et accompli ».

La majorité des signataires de Harvard, noms célèbres de l’establishment médiatique libéral, ont retiré leur signature de la lettre de soutien à Comaroff originale, en déclarant qu’iels « n’avaient pas pris la mesure de l’influence que cela aurait sur nos étudiant∙es ».

Beckwithia andersonii, White Mountains, California. Crédit: Jim Morefield, 2017

La violence physique et émotionnelle du harcèlement sexuel exige notoriété et réparation, mais il faut rappeler que si le harcèlement sexuel en question se produit dans l’espace élargi de l’université — que ce soit dans les bureaux, les salles de cours, les hôtels de colloques ou dans les bars et les cafés — le harcèlement sexuel est bien par définition un harcèlement professionnel2

Le harcèlement sexuel s’explique par les hiérarchies et les cultures du star system et du harcèlement, mais ces dernières le dépassent. En d’autres termes, nous devons reconnaître — ce que ne font pas les lettres de soutien à Comaroff — que la frontière entre les manifestations du harcèlement sexuel qui ne sont pas sexuelles — comme l’intimidation bienveillante, le harcèlement au travail, les menaces explicites et implicites de représailles à la réputation qui sont sans doute des dimensions plus fréquentes et plus insidieuses du harcèlement professionnel — est floue. C’est ce harcèlement flou — au sens où il ne s’exprime pas de manière ouvertement sexuelle — et les atteintes répétées qu’il porte au sentiment de compétence et de confiance en soi, qui m’ont empêchée de terminer mon livre, dont le manuscrit, avant d’être publié, sera encore être évalué par des pairs réputés, manuscrit qui m’a déjà demandé bien trop de temps d’écriture.

La plupart des professeur∙es qui ont signé ces lettres élogieuses d’un genre nouveau, défendant leurs ami∙es titulaires célèbres en butte à des plaintes d’étudiant∙es inconnu∙ues n’ont pas nécessairement commis des délits de harcèlement sexuel. Mais sans doute ont-iels détourné le regard quand ils ont eu connaissance de faits plus communs de harcèlement professionnel. Le fait que nombre de ces gens, au sommet de la hiérarchie universitaire, ne parviennent pas à envisager comment leurs actions « influencent les étudiant∙es », atteste de la frontière floue entre harcèlement sexuel et harcèlement professionnel, maintenu par de puissants réseaux de mandarinat. Ce sont ces réseaux que la publication de telles lettres met dans une lumière crue.

Dans mon cas, ce flou et l’aveuglement institutionnel qui le permet me touchent intimement. Un des signataires notables de la seconde lettre de soutien à Comaroff (hors Harvard) publié dans The Chronicle la semaine dernière, Arjun Appadurai, est un professeur parti récemment à la retraite, anciennement attaché à un département où j’assure 49% de mon travail à NYU. Il s’agit du Département de Media, Culture et Communication (MCC). Alors qu’il n’est pas rare, pour des enseignant∙es titulaires dans nombre d’universités, d’avoir des affiliations dans de multiples départements ou écoles, bien peu ont une affiliation avec un pourcentage aussi bizarrement configuré. Comment expliquer cette différence de 1% ? La réponse est qu’il me manque 1% pour devenir une membre à part entière d’un département dans ma propre spécialité parce qu’il y a dix ans Arjun Appadurai a fait injustement dérailler ma carrière en mobilisant les collègues du département MCC pour empêcher ma titularisation au motif que je n’étais personne dans son univers. Son univers s’étend à l’anthropologie et aux études aréales (Asie du Sud, différentes des études africaines de Comaroff), deux champs étroits et fermés où des mandarins en fin de carrière exercent un pouvoir disproportionné, notamment sur l’accès à leur discipline. Selon lui, je ne m’illustrais dans aucun de ces champs.

Ainsi, ce qui représente habituellement une procédure formelle pour un∙e enseignant∙e qui a été préalablement titularisée dans une autre institution est devenue une intrigue politique tournant autour du statut et du pouvoir d’Appadurai. Ainsi qu’Arjun Appadurai a pu me le confesser plus tard, son opposition à mon affiliation pleine et entière au département n’avait guère à voir avec la qualité ou la quantité de ma recherche — en fait, il ne connaissait guère mes sujets d’études ou même une de mes publications, son opposition résidait entièrement dans mon « défaut de pedigree ». La question du pedigree, toujours saillante dans les universités d’élite, représente un caractère particulièrement saillant pour des universitaires indiens de caste supérieure comme Appadurai qui font la police dans leurs rangs avec une férocité que la plupart de nos collègues américains trouvent époustouflante et choquante3 Appadurai ne pouvait m’identifier comme une membre de son univers — je n’avais pas été « formée » par une personne de sa connaissance. Mes lettres de recommandation venaient de personnes et de départements, d’universités même, sortant de son cadre de référence élitiste et étroit. Comment était-il possible que moi, une femme indienne formée dans une université publique en dehors de son champ de vision, travaillant sur les médias d’Asie du Sud (et d’ailleurs) puisse être autorisée à entrer dans SON département sans SA bénédiction explicite ? Comment pouvais-je avoir la présomption de prendre un poste qu’aurait pu être occupé par un∙e des nombreux∙ses jeunes candidat∙es qualifé∙es, à la réussite garantie par sa personne, par ses ami∙es et leurs puissants réseaux mandarins ?

Quoi qu’il en soit, j’ai réussi à arriver à NYU tout de même et je remercie la Gallatin School of Individualized Sutdy de m’avoir adoptée à 51%, me pourvoyant ainsi en nourritures intellectuelles et sociales. Pour autant, après mon arrivée à NYU, Arjun Appadurai a continué à m’harceler, m’intimider, manipuler, et m’humilier en public et en privé. Au cours des huit dernières années, Appadurai m’a dévalorisée, me jugeant comme sans intérêt. Il m’a hurlé dessus lors de réunions de faculté, conduit des attaques publiques à mon endroit sur des listes de diffusion et les réseaux sociaux, tandis qu’il m’a humiliée dans des courriels et des textes envoyés à des collègues. Mon « crime » ? Ma désobéissance et ma mauvaise volonté à accepter « ma place ». Pour cela, on m’a qualifiée sans fantaisie de « dangereuse » ou de « sorcière » qui pouvait mener en même temps des « chasses aux sorcières ». Au-delà de la furie dirigée vers moi, les doctorant∙es du département ont été menacé∙es de refus de lettre de recommandation s’iels voulaient m’inviter dans leur comité, Des collègues éloignés m’ont fait part de commentaires désobligeants à mon égard, venus de nulle part.

https://www.flickr.com/photos/carolannie/28895252087/in/photolist-L2nHKv-NAAbQ3-zpR3wq-Mu1Kkd-ddGv5v-AdaM7q-zXFDp7-29k5oQb-qPEvxf-CJt6yk-Q5Lhac-29dBNr1-oTnkpa-mFYdWZ-rebC67-HNk1Qk-G1AiGt-a6fLvy-NnJKqG-sutXQc-AP6MSy-5D9B1o-Ak993x-dUvP7w-C36Q1q-NxyNTM-HuMnXT-EjGi8s-apwX9P-PS2fUS-oQ8f1D-g2UKNq-eEYWzQ-E46HQr-sgyDKU-tjEBoY-2apkKx3-9heFr1-PbeXFA-bjsVaP-okdjCV-qQCrCU-6V5tDz-Q75g8v-yaDmSX-k2Kjft-NnB11a-mjogii-NfPFfc-q1Sqez

Sarrasin souffré. Crédit: CAJC: in the PNW, 2018

Il n’existe pas beaucoup de voies de recours contre ce genre de harcèlement hiérarchique professionnel, par exemple de professeur∙es expérimenté∙es visant des enseignant∙es plus jeunes et non-titularisé∙es. De même que la procédure au titre du Titre IX [de la Education Amendments Act de 1972] institutionnellement opaque, échoue à faire rendre responsables les professeurs de faits de harcèlement sexuel, protégeant les intérêts de l’université sur ceux des plaignantes, elle n’a quasiment aucune conséquence en matière de responsabilité pour le harcèlement professionnel par des professeurs envers d’autres professeurs. Alors que la hiérarchie professorale se traduit par des différentiels de pouvoir de notre vie professionnelle quotidienne, nos collègues plus âgé∙es ne sont pas nos chef∙fes, ou nos encadrant∙es, ce qui veut dire qu’il n’y a guère de canaux pour rapporter le harcèlement professionnel que nous subissons, s’il n’a pas de dimension sexuelle.

Je n’ai pas été surprise de voir, aux côtés de bien d’autres noms très connus, la signature d’Arjun Appadurai en soutien de Comaroff et contre les plaintes déposées par les trois doctorantes qui avaient beaucoup à perdre. J’étais et je suis en colère. J’ai mis dix ans à pouvoir écrire publiquement sur mon expérience. Pourquoi, demanderez-vous ? On pourrait logiquement penser que cela a à voir avec la honte ou la peur de représailles #MeToo ou de l’exposition sur les réseaux sociaux. Mais bien plus que de la honte, je ressens la colère et l’épuisement que j’ai retenus parce que le pouvoir de ces universitaires « réputés » à la vie longue dans une profession où vous êtes éternellement évalué∙es par celleux dont la place est hiérarchiquement supérieure à la vôtre ou dont le nom a plus de poids que le vôtre. C’est pour cette raison précise que le préjudice subi par les doctorantes confrontées au harcèlement sexuel ou au harcèlement sur le lieu de travail touche leur vie même. Parce que la mauvaise volonté du harceleur plus âgé représente un danger de tous les instants — potentiellement à chaque financement ou fellowship auquel vous candidatez, à chaque colloque auquel vous espérez participer, à chaque manuscrit d’article ou de livre que vous souhaitez publier, et bien sûr, à chaque poste ou promotion que vous pourrez jamais chercher à obtenir. Si vous parvenez à être titularisée, ce qui vous donne le privilège unique de vous faire entendre au sujet de nombreuses injustices, comme je me suis prudemment efforcée de le faire, même dénoncer publiquement un collègue plus expérimenté, même un collègue retraité, est risqué et professionnellement peu judicieux.

Le harcèlement sexuel et le harcèlement professionnel épuisent, au-delà de tout. Les subir épuise et, comme des féministes comme Sara Ahmed l’ont écrit, la bureaucratie des procédures judiciaires semble conçue pour vous user. Ce faisant, elle affecte votre capacité à effectuer votre recherche, à présenter vos idées à vos pair∙es et en affirmant votre autorité dans vos publications. Au contraire, vous vous sentez obligé∙e de documenter chaque détail, de répéter votre histoire et de rédiger sans fin des rapports and dans la plupart des cas, cela ne mène à rien, tout juste un blâme bien léger. Ce travail épuisant explique pourquoi tant de doctorant∙es, de contractuel∙les ou de jeunes universitaires, qui subissent harcèlement sexuel et harcèlement professionnel, quittent le milieu universitaire, et pourquoi celleux qui l’affrontent plus tard dans la carrière ralentissent ou changent de voie. Je comprends que le coût de cet épuisement a des conséquences tout-à-fait différentes pour la fraction d’entre nous plus petite encore titularisée à l’université. C’est précisément pourquoi les lettres de soutien aux professeurs réputés contre des étudiantes suscite un désarroi aussi palpable chez celleux qu’inspire la nouvelle génération d’étudiantes, qui dénonce la frontière floue entre harcèlement sexuel et harcèlement professionnel.

C’est le moment pour nous, semble-t-il, d’en faire davantage des combats individuels sur sur le front de la justice et sur celui des réseaux sociaux. Nous devons nous organiser collectivement contre le harcèlement professionnel au sein de nos universités et entre elles, si nous voulons défier la légitimité et le pouvoir des réseaux pernicieux des « stars » mandarinales.

Traduction Christelle Rabier4

Paula Chakravartty, Associate Professor, Gallatin School of Individualized Study & Department of Media, Culture and Communication, New York University



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 23 février). De John Comaroff, d’Arjun Appadurai, des hiérarchies universitaires et du harcèlement. Academia. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj49

  1. NDLR : semaine du 7 au 13 février 2022. []
  2. NdT : J’ai choisi de traduire workplace harassment par « harcèlement professionnel » plutôt que « harcèlement au travail » par ce que la géographie est tout autant une géographie physique qu’un espace symbolique des interactions directes et indirectes, comme le précise Paula Chakravartty plus bas. Harcèlement sexiste a semblé trop réducteur à l’autrice. []
  3. Alors que le privilège de caste est souvent invisible pour des universitaires qui ne viennent de l’Asie du Sud, un collègue américain blanc a pu me demander après mon audition si j’étais une « Dalit », au vu de l’attitude des hommes brahmanes dans le département à mon endroit. Comme je suis une femme issue d’une caste élevée dotée de nombreux privilège mais avec le mauvais pédigree, j’ai frémi à la pensée de leur manière de se comporter vis-à-vis de collègues et d’étudiant∙es dalit et bahujan dont le pedigree est sans aucun doute suspect tout aussi souvent. []
  4. Je remercie Alexandra Sippel pour ses heureuses suggestions. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.