Une réforme des CS, mais quelle réforme ?

Dans leur billet, Pour une réforme des comités de sélection, Claire Crignon et Véronique Le Ru prennent l’occasion de l’annulation de deux recrutements par les CA des universités concernés pour appeler à une, je les cite « révision du statut des comités qui viserait, toujours en respectant la parité entre membres internes et externes, à leur donner un réel pouvoir décisionnaire et non pas simplement consultatif ». Il me semble que cette proposition pose deux questions :

1) La première, à laquelle, n’étant pas juriste, je ne suis pas capable de répondre, est de savoir si, dans le cadre de la LRU, il est possible de procéder à cette révision. En effet, comme le rappellent Claire et Véronique, le Conseil constitutionnel et le Conseil d’Etat ont affirmé que le jury du concours était bien le comité de sélection et que le conseil d’administration ne pouvait pas modifier ni remettre en cause le classement proposé par le comité à moins de pouvoir faire état d’un non-respect de la procédure sur un plan administratif ou bien d’être en mesure de montrer que les candidatures retenues compromettent la stratégie de l’établissement. Mais les cas connus montrent que la porte de sortie pour un CA pas trop scrupuleux est simple : il suffit de dire que, la couverture budgétaire n’étant pas suffisante, le poste ne peut — finalement — pas être ouvert. (C’est ce que je conclus de mes échanges avec un autre candidat lésé, dans les commentaires au billet de Claire et Véronique). La question est donc : peut-on aller plus loin que les avis du Conseil d’Etat et du Conseil constitutionnel, c’est-à-dire défaire totalement le CA d’un établissement autonome de ses prérogatives en matière de recrutement en faisant des comités de sélection une instance totalement décisionnelle, y compris alors que le CA affirme que sa couverture budgétaire n’est pas suffisante ? Je crains, mais, vraiment, il nous faudrait ici un juriste pour savoir ce qu’il en est, que la réponse à cette question soit négative, autrement dit que l’alternative soit :
— ou bien revenir sur la LRU (et un certain nombre d’universitaires, sans même compter le gouvernement socialiste en place, n’y semblent pas vraiment prêts),
— ou bien s’en remettre aux « bonnes pratiques » comme on dit, des CA. Ce qui est revient implicitement à accepter qu’il existera de « mauvaises pratiques », et que les candidat.e.s qui subissent les injustices qui en résultent n’auront que leur mouchoir pour pleurer.

[Mise à jour du 31 décembre 2012 : on trouve ici une mise au point sur la situation actuelle par un juriste. Je continue cependant de me demander comment une université pourrait être dite autonome si elle n’était pas capable d’avoir un certain contrôle de ces recrutements, autrement dit à penser qu’une université autonome contrôle nécessairement ses recrutements.]

2) La seconde de ces questions, et, là, j’en appelle à l’expérience de tou.te.s, est de savoir quelles seraient les révisions nécessaires du décret instituant les Comités de sélection pour aller, du point de vue des procédures, vers plus de justice et de transparence. Je pense pour ma part qu’un certain nombre de CS travaillent dans de bonnes conditions, mais qu’il pourrait y avoir quelques mesures simples obligeant ceux qui sont tentés de ne pas le faire à travailler un peu mieux. Bien sûr, il serait illusoire de penser que toutes les injustices et tous les ressentiments seraient ainsi évités, le problème principal dans un certain nombre de disciplines étant actuellement le très petit nombre de postes par rapport au très grand nombre de très bon.ne.s, voire d’excellent.e.s, candidat.e.s. Mais du moins aurait-on fait ce qui peut être fait pour fixer des procédures vertueuses, faute d’avoir pu distribuer à tou.te.s les universitaires une dose de vertu. Les mesures simples que je propose sont selon moi les suivantes :

a) interdire absolument tous les recrutements locaux,
b) supprimer les régimes de concours spécifiques, par exemple les postes ouverts au titre de l’article 26.1.2,
c) rétablir l’obligation pour les candidats d’envoyer un dossier complet (non pas toutes leurs publications, mais du moins un ensemble de pièces plus substantielles que le dossier actuel),
d) limiter le nombre d’auditionné.e.s. et rembourser à ces dernier.e.s leur voyage.

Certaines de ces propositions ne sont pas nouvelles, on les retrouvera par exemple dans un article, souvent caustique et presque toujours juste, que Jean-François Kervégan avait donné à la revue Esprit, au moment où la LRU était votée. Je donne à ma manière quelques arguments en leur faveur.

a) Le cœur de l’argument est ici que, s’il y a assurément de bons recrutements locaux, mais le principe même du recrutement local est mauvais. D’une part, il fausse toujours la donne d’une manière ou d’une autre ; d’autre part, il n’est pas bon en matière de recherche de rester trop longtemps au même endroit — ce dernier point ne doit évidemment pas être tourné en un argument en faveur de la précarité. Il y a une différence entre changer deux ou trois fois dans sa carrière d’équipe de recherche ou d’université, et en changer tous les ans, voire tous les six mois !

Ensuite, on pourrait bien sûr introduire des nuances ou des questions. Il me semble par ex. que le recrutement local des MCF est plus grave que celui des PR. Il me semble aussi que l’interdiction de recrutement local est plus facile dans les disciplines à gros effectifs : dans les disciplines à petits effectifs, les flux étant par définition moins importants, il est presque impossible de ne pas être local en quelque manière. Il me semble enfin que passer d’une université parisienne à une autre ne relève pas au sens strict du localisme, mais l’est souvent en fait (parce qu’il y a des équipes communes à plusieurs universités), et est beaucoup moins lourd en termes de vie personnelle que de passer d’une université parisienne à une université non-parisienne, ou le contraire.

Mais, tout bien réfléchi, je ne vois pas ce que nous perdrions à interdire pendant une dizaine d’années le recrutement local.

[Mise à jour du 31 décembre 2012 : malgré le ton assuré de ma conclusion, je continue à me poser des questions sur le localisme. On trouvera ici un débat documenté et argumenté sur la question. Mes doutes à moi ont pour origine (outre les modulations dont je faisais état au second paragraphe, dont je me demande si, ajoutées l’une à l’autre, elles ne font pas un gros doute…), des considérations très générales, qui devraient être étayées par des recherches d’historiens. Il me semble que la catégorie de localisme, toujours employée négativement, est une catégorie très française, et relativement récente. Je me demande donc ce qu’elle dit des normes et des pratiques de notre système… Bref, c’est le point sur lequel j’ai le plus de doute.]

b) L’article 26.1.2 permet d’ouvrir des postes réservés à des PRAG dans le supérieur, ou à d’anciens membres des écoles françaises à l’étranger. On n’y prête pas attention, jusqu’au moment où l’on se trouve confronté à cette situation, dont on comprend assez vite qu’elle est quand même assez spéciale. C’est ce qui m’est arrivé cette année. J’ai reçu un jour un courrier des services administratifs d’une université, m’informant des dates d’un CS et de la procédure pour retirer les dossiers des candidats au poste : premier étonnement, je n’avais même pas été sollicitée en amont pour savoir si j’acceptais de participer à ce comité (une telle sollicitation est de règle, non seulement par politesse, mais surtout pour vérifier que la personne sollicitée ne siège pas déjà dans trois comités de sélection et que les dates sont en pratique conciliables). Deuxième étonnement : je vais sur le site regarder les candidatures, et je constate qu’il y a deux candidatures et deux seulement (dont, qui s’en serait douté, un candidat local !), alors qu’il y en a en moyenne 80 dans ma discipline, la philosophie… On peut aller voir ce dont il s’agit, c’est ici.

Je n’en revenais pas, c’est Bruno, co-rédacteur d’Academia qui m’a fait remarquer que c’était un poste 26.1.2, et Claire, co-rédactrice, m’a appris qu’il y avait cette année deux cas de 26.1.2 en histoire. C’est sûrement pareil ailleurs… On dira peut-être qu’un poste en philo, et deux postes en histoire, ce n’est pas beaucoup : mais, comparé au nombre de postes existants, c’est quantitativement énorme, surtout une fois défalqués les recrutements à la mutation. C’est surtout, si l’on peut dire, qualitativement énorme : qu’on considère seulement la différence entre un concours à deux candidats, et un concours à 81 candidats… Le problème en amont est celui des PRAG ou des PRCE de l’enseignement supérieur, qui font le même boulot que les universitaires, avec des heures de cours en plus, mais ce problème en amont n’autorise pas, me semble-t-il, une telle anomalie.

c) Je reprends ici la description assez juste donnée par Jean-François Kervégan dans l’article cité plus haut :

« […] contrairement à ce qu’il en va au CNU, les rapporteurs, au moins dans un premier temps, ne disposent pas des travaux du candidat pour se faire eux-mêmes une opinion sur la qualité et la pertinence de la candidature. Le rapport de thèse acquiert, du même coup, une importance démesurée, surtout lorsqu’on sait dans quelles conditions et avec quelle prudence académique il est souvent rédigé. Et comme les pratiques d’euphémisation sont bien connues de ceux qui eux-mêmes les mettent en œuvre par ailleurs, tout l’art du rapporteur va être de déceler dans le tombereau de fleurs qu’est un rapport de thèse la remarque vénéneuse qui anéantit (ou permet à celui qui s’en empare d’anéantir) les espoirs du candidat qui aurait exagérément pris à la lettre les louanges dont son jury de thèse l’a couvert. Il faut tout l’art d’un herméneute professionnel pour faire le tri entre l’éloge de convenance, la vacherie camouflée en compliment, le règlement de comptes par personnes interposées (les jeunes docteurs ne savent pas toujours quelles haines obscures peuvent avoir orienté le jugement qui a été porté sur leur travail) et (pourquoi pas !) l’évaluation sincère et rigoureuse d’une production textuelle prétendant à la vérité. Bien entendu, on peut espérer une moralisation progressive des mœurs universitaires, qui permettrait de croire sans réserve à la fiabilité et à la pertinence des rapports de thèse. En attendant, il me paraît impératif (la loi donne aux universités toute latitude pour organiser à leur gré la procédure du recrutement) de restaurer la pratique traditionnelle, toujours en vigueur au CNU, de communication du dossier scientifique du candidat aux rapporteurs, seul moyen permettant à ceux-ci, s’ils s’en donnent la peine et s’ils ont la compétence pour le faire, de se faire un avis pertinent sur la candidature et de proposer ou non « l’audition » du postulant par la commission, deuxième étape de la procédure interne à l’université. […] Dans l’état actuel des choses, tout me paraît confirmer ce jugement accablant pour nos méthodes de recrutement : au moins dans sa première phase, le recrutement par des universitaires de leurs futurs collègues relève presque entièrement de la connaissance du premier genre, ce qui n’est pas sans inconvénients, même si l’on n’est pas spinoziste. »

De nouveau, il y a peut-être quelques nuances à apporter. Grâce à tous les papiers qui sont actuellement mis en ligne (sans même compter le cas des universités qui, « dématérialisant » totalement le recrutement, permettent le dépôt de pièces du dossier dès la candidature), il est tout à fait possible aujourd’hui, avant même la première réunion d’un CS (celle qui décide des auditionné.e.s) de prendre aisément connaissance des dossiers de quelques candidats. Pas de tous évidemment ! Mais, comme le note aussi Jean-François Kervégan, on peut se dire que, si les candidat.e.s devaient envoyer des dossiers assez complets, il en enverrait sur moins de postes. (Cela dit, la dématérialisation dont je faisais état tend au contraire à augmenter le nombre de candidatures, puisqu’elle les rend plus faciles.)

En tout état de cause, je pense que l’obligation de déposer un dossier substantiel signifierait clairement aux universitaires qui siègent dans des CS sans prendre la peine de lire un seul article des candidat.e.s dont il.elle.s « examinent » les dossiers qu’ils.elle.s n’ont plus rien à faire dans notre boutique.

d) On pourrait dire que c’est bien d’auditionner plus de candidats, parce que ça laisse plus longtemps ouvert le jeu des possibles. En pratique cependant, mon expérience m’incline à penser que ce n’est pas le cas. Même sans compter les cas où, lorsque, en tant que membre d’un CS, on a suffisamment d’oreille pour comprendre rapidement qui va être le.a candidat.e classé.e premier.e (et où, en tant que candidat.e, on y va sans y croire, parce que la vox populi vous a bien fait comprendre que le poste n’était pas pour vous…), lorsque plus de quatre ou cinq candidat.e.s sont auditionné.e.s, on sait que certaines sont tout au plus faites « pour voir », et je n’ai jamais vu dans ces cas de renversement significatif de situation… Ça me paraît donc un peu outrageant de demander à ces candidat.e.s de venir faire de la figuration ! Diminuer le nombre de candidats auditionnés permettrait de mettre en place un remboursement systématique des frais de voyage par les universités : rapporté au budget d’une université, ce n’est vraiment pas important.

En conclusion, on a beaucoup parlé, et on parlera vraisemblablement encore beaucoup d’évaluation en matière d’enseignement et de recherche. Si, ne serait-ce que pour les recrutements, ces mesures simples étaient mises en place, nous aurions quelques gardes fous du point de vue des procédures. Elles ne feraient certainement pas disparaître le sentiment d’injustice que suscite le fait de n’être pas recruté, et peut-être n’auraient-elles en fait que des effets marginaux. Mais on peut espérer qu’elles éviteraient d’être tenté de conclure en nietzschéen que tout est affaire de volonté de puissance, ou, en poujadiste, que tout est pourri.


2 réflexions au sujet de « Une réforme des CS, mais quelle réforme ? »

  1. L’expérience à l’INRIA montre sur 30 ans que le recrutement local n’est pas mauvais en soi, en particulier pour la promotion CR->DR. Le problème vient de ce que les concours sont locaux, et donc :
    – la concurrence n’est souvent pas si forte que ça, une fois enlevés les hors profil et les candidatures « pas très bonnes ».
    – les évaluateurs locaux dans les CS pèsent trop (ou : ont jusqu’à récemment pesé trop)., et les membres extérieurs restent proposés par les membres internes, à ce que j’ai pu observer.

    Mobilité et situation du conjoint…. un beau débat : une université proposera d’autant plus une promotion interne à un MC que ce MC est mobile (et donc preneur d’un poste PR à l’extérieur). Un MC de valeur mais que sa hiérarchie sait bloqué par la situation familiale est là, pourquoi le payer plus pour faire pareil…. voilà le raisonnement qu’on a vu apparaître depuis que les entités universitaires sont « financièrement responsabilisées pour leurs RH ».

    • Je dois reconnaître mal comprendre où vous allez. Vous affirmez que le « recrutement local n’est pas mauvais en soi », mais, ensuite, vous donnez deux arguments pour défendre l’idée que les recrutements locaux ne sont pas très bons (ce n’est pas être une apôtre de la concurrence que de noter que, là il n’y a pas ou peu de concurrence, les candidat.e.s finalement retenu.e.s seront sans doute en moyenne moins bon.ne.s ; et, si les évaluateurs pèsent beaucoup, ils auront assez naturellement tendance à favoriser le.a candidat.e dont ils connaissent les qualités.).
      Ma position est simple. Bien sûr, il y a de bons recrutements locaux, ce sont les cas où le.a candidat.e retenu.e a effectivement été retenu.e ailleurs également. Mais, dans un certain nombre de cas, les candidat.e.s localement promus ne sont pas élu.e.s ailleurs : dans ce cas, ce ne sont pas de bons recrutements (pour les candidat.e.s qui « pourraient » être retenu.e.s ailleurs, sans l’avoir effectivement été, ça me fait rigoler : je ne crois que ce que je vois). Donc, s’il y a des cas où les recrutements locaux sont de bons recrutements, et des cas où ce sont pas de bons recrutements, en moyenne, ce ne sont pas de bons recrutements. Ça c’est au niveau individuel.
      Au niveau collectif maintenant, je sais d’expérience qu’une équipe de recherches ou une université qui a une politique de recrutement local perd toute notion de ce qui se fait ailleurs, je ne dis même pas internationalement, mais seulement nationalement : elle en vient naturellement à évaluer les choses selon ses critères propres. En un sens pourquoi pas ? Mais, on a beau dire, c’est en général assez rare d’avoir raison tout seul contre tous, et c’est plus vrai encore en matière de savoirs…

Laisser un commentaire