Les objectifs et missions du CNRS

« Le CNRS n’est pas là pour permettre aux bons de devenir très bons, mais pour aider les très bons à devenir encore meilleurs au niveau international. Il est certes important d’aider les bons à devenir très bons, mais ce n’est pas le rôle du CNRS. » — Antoine Petit

À l’occasion de l’audition d’Antoine Petit, préalable à sa reconduite comme pdg du CNRS, Sylvestre Huet a isolé quelques éléments de la pensée profonde aux relents pseudo-darwiniens du petit-fils de Jean Maitron, thuriféraire de l’ « excellence»1.

C’est l’occasion, pour le journaliste, de reprendre un avis du comité éthique du CNRS (Comets) datant de 2014. Intitulé « La politique de l’excellence en recherche», l’avis

souligne à quel point la soi-disante politique « d’excellence » cache le rabougrissement des ambitions scientifiques sur une liste de « priorités« , en général consensuelles et convenues au point que tous les pays ont les mêmes.

Corollaire moins encensé, l’excellence crée les conditions de possibilité pour la tenue de « pratiques non conformes à l’éthique sont susceptibles d’apparaitre dans certains laboratoires. [Le Comets]  les attribue en grande partie à la compétition acharnée pour l’excellence ».

Pour notre part, rappelons ici les objectifs et missions attribués au CNRS par le législateur en son décret 82-993 du 24 novembre 1982 modifié en son article 2, portant sur l’organisation et sur le fonctionnement du Conseil national de la recherche scientifique.

Dans le cadre de la politique scientifique définie par le Gouvernement, en relation avec les besoins culturels, économiques et sociaux de la nation et en liaison avec les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, le Centre national de la recherche scientifique a pour missions :

  •  d’identifier, d’effectuer ou de faire effectuer, seul ou avec ses partenaires, toutes recherches présentant un intérêt pour l’avancement de la science ainsi que pour le progrès économique, social et culturel du pays ;
  • de contribuer à l’application et à la valorisation des résultats de ces recherches ;
  • de développer l’information scientifique et l’accès aux travaux et données de la recherche, en favorisant l’usage de la langue française;
  • d’apporter son concours à la formation à la recherche et par la recherche ;
  • de participer à l’analyse de la conjoncture scientifique nationale et internationale et de ses perspectives d’évolution en vue de l’élaboration de la politique nationale dans ce domaine ;
  • de réaliser des évaluations et des expertises sur des questions de nature scientifique.

Plutôt que de continuer à réduire le nombre de postes, on pourrait attendre du Pdg du CNRS qu’il connaisse la réglementation fondant l’organisme et plutôt qu’agiter Darwin et excellence, de s’intéresser à l’ « avancement de la science ». À moins qu’à la tête du CNRS, comme ailleurs, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

Pour lire l’article de Sylvestre Huet


Sur Academia



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 15 février). Les objectifs et missions du CNRS. Academia. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj3y

  1. Voir également l’entretien qu’Antoine Petit a accordé à David Larousserie, ce 14 février 2022. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.