Accueillir, écouter et entendre la souffrance. Une to-do list

Il y a quelques temps, j’évoquais mon besoin de formaliser comment accueillir et soutenir collègues ou étudiantEs en souffrance arrivant dans mon bureau.
Avec mon père médecin de père et Renaud Le Goix, nous sommes arrivé·es à un document, si cela peut vous servir
Myriam Houssay-Holzschuch, 14 février 2022

Academia reproduit ci-dessous le document concocté par Myriam Houssay-Holzschuch et Renaud Le Goix, avec l’aide de Dr. Houssay.

Version .pdf

INTRODUCTION

En cette période de crises sanitaire, sociale, économique et politique, l’institution universitaire accentue la pression sur les personnels de moins en moins nombreux pour que « ça passe ». Malheureusement, de plus en plus souvent, « ça casse ».

Un ouvrage récent (Combes, 2022) a mis en lumière la souffrance et la maltraitance systémique des études doctorales à l’université, de nombreux témoignages en France et à l’étranger (plusieurs billets Académia y sont consacrés) rendent compte d’évènements, de harcèlement, autant de pratiques injustifiables et condamnables.

La difficulté à laquelle un·e universitaire peut être confronté·e est de prendre en charge, dans l’urgence, une personne en situation de souffrance et/ou de harcèlement. Pour elle.eux, se tourner vers les services d’aide de l’institution est exclu et les numéros verts ne suffisent évidemment pas : les personnes qui n’y arrivent plus n’ont comme ressources immédiates que de s’appuyer sur leurs collègues, parfois trouvent une porte ouverte et amicale. Si celleux-ci sont solidaires, ils ne savent pas toujours comment s’y prendre, d’autant que les causes du mal-être sont nombreuses et sont souvent difficiles à identifier.

Il peut s’agir du classique burn out parfois trompeur, d’une situation de harcèlement, mais aussi d’une étudiante qui décompense son mal-être par une anorexie mentale ou plus terre à terre d’un étudiant sans ressources financières qui ne peut plus payer son loyer ou même sa nourriture et qui a faim ; sans parler des étudiant·es étranger·es privé·es de contacts avec leur famille. Et c’est à nous que l’on demande de l’aide. Cette demande nous honore car on nous croit solidaires et intelligents.

Elle nous embarrasse aussi car on n’apprend pas forcément la psychiatrie quand on est employé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Première chose à savoir :
cette demande peut être vitale, dernier espoir avant le suicide
.

Il est donc primordial d’accueillir immédiatement la personne en souffrance. Les aides à fournir varient en fonction de la cause mais il est capital d’avoir engagé un parcours d’aide ferme, clair et proche dans le temps, avant la fin du premier entretien : c’est ouvrir un espace d’espérance.

Cela peut être la sollicitation d’une aide financière ; la construction d’un cadre thérapeutique comme par exemple un rendez-vous avec un médecin généraliste (en particulier pour accueillir un·e étudiant·e qui n’a pas de médecin attitré) ; l’obtention d’un rendez-vous proche d’un psychiatre ou d’un psychologue. Tout cela peut être compliqué.

Aussi il est important de s’assurer au préalableque les personnes ressources dans ces divers domaines sont efficaces et accueillantes et si possible les connaître personnellement pour travailler en équipe.

Une do list a été établie pour aider à prendre conscience de certains chemins possibles mais rien ne remplace le fait d’accueillir , d’écouter et d’entendre la souffrance. Certaines actions doivent être mises en œuvre immédiatement. Être un·e aidant·e est une remise en cause personnelle et un engagement qui ne doit pas être trop lourd à porter mais qui doit être tenu.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.