La politique de la citation

  • Kecia Ali, professeure religion à Boston University.  Publié sur GenderAvengers, 31 mai 2019. Traduction Ch. Rabier

Ces deux dernières années, j’ai travaillé à la préparation d’un livre sur les politiques de genre des études islamiques à l’université. Les études islamiques représentent un champ de controverses et d’échanges, où se côtoient la philologie, les études aréales, les études religieuses et la théologie. C’est aussi un microcosme où se tiennent des débats plus généraux au sujet de la formation professionnelle, sur la discrimination et sur ce qui constitue la légitimité d’une recherche.

https://unsplash.com/photos/ZslFOaqzERU

Back to School, by Siora Photography, 2019

Les recherches, les unes après les autres, documentent les préjugés, de race ou de genre, dans le monde académique dans toutes les disciplines. Il y des préjugés dans les notations des examens, le recrutement, les invitations à donner des conférences, la présence sur Wikipedia, l’inclusion dans ouvrages collectifs, et, dans ce qui relève du statut professionnel, les citations1 . Je ne suis ni une sociologue, ni une statisticienne, mais personne n’a besoin d’entreprendre une analyse bibliométrique to démontrer ce qui, même avec une réflexion minimale mais honnête, relève de l’évidence  : les préjugés de genre opèrent dans notre champ au quotidien, jusque— et peut-être tout particulièrement — dans ce que Sara Ahmed appelle la politique of citation.

La citation est la monnaie d’échange du monde de la recherche. Les mesures actuelles, sont, au mieux, des indicateurs imprécis d’impact, notamment dans les sciences humaines. Les index de citations sont particulièrement mauvais à donner l’exacte mesure des livres, qui ont de l’importance dans la plupart des études islamiques. Pour autant, bien que je ne souhaite pas encourager la culture de la génuflexion à la métrique toute puissante, un peu de quantification élémentaire peut montrer l’étendue du problème.

Après quelques essais infructueux, j’ai choisi une approche mixte pour évaluer comme les études islamiques traitent les femmes comme des agentes historiques et comme autorités savantes. J’ai compté à la main les femmes mentionnées dans les index, dans le corps du livre et dans les citations et dans les citations et/ou les bibliographies. Je me suis efforcée de rendre un compte qualitatif de la manière dont le travail des femmes est commenté, par comparaison avec celui des hommes. Aucun indicateur ne peut capturer toutes les manières selon lesquelles les vies, les histoires, les recherches et les idées sont ignorées, rabaissées, ou discréditées, mais ces mesures croisées donnent une impression acceptable des pratiques communes.

Ne pas citer le travail de femmes et les chercheureuses non binaires est un écueil commun. En pratique, cela signifie écrire au sujet de la violence domestique dans la tradition islamique, en consultant seulement les sources et en ne tenant pas compte de la principale monographie et du numéro spécial de revue sur la violence domestique dans la tradition islamique. Ou encore citer des travaux vieux de plusieurs décennies écrits par des hommes sur le droit islamique de la famille en évitant les travaux d’avant-garde de femmes qui les ont renouvelés.

Autre écueil :  citer le travail d’universitaires non masculines dans les notes, sans les nommer explicitement dans le corps du texte, alors que c’est le cas pour les hommes dont on commente le travail. C’est mieux que de simplement prétendre que nous n’avons rien écrit d’intéressant, mais cela ne permet pas de saisir le sens des pourcentages de citations/ travaux dans la bibliographie. Cela surestime l’attention donnée réellement aux recherches de femmes et rabaisse l’autorité savante des femmes. (Les index, qui ne sont en aucun cas des indicateurs parfaits pour mesurer la présence dans un livre, adoptent ce biais quand ils incluent les individus mentionnés dans le texte principal, mais pas dans les seules notes.)

Quelques hommes ont avancé que le vrai problème ne résidait pas dans l’incapacité à discuter des publications des femmes, mais celle de prendre en considération les travaux en langue arabe, persane, ourdou et autres idiomes du monde islamisé. Cela est bel et bon — et je fais partie des coupables en la matière — mais cela établit une fausse opposition : des femmes écrivent tout aussi bien dans ces langues. Leurs travaux comptent parmi les plus négligés.

La citation, comme le rappellent Jenn Jackson et les membres du Cite Black Women Collective, représente un élément essentiel de la construction de nos champs disciplinaires. Jackson plaide pour « inclusion structurelle » plutôt qu’une simple citation additionnelle. Cela a de l’importance, comme le remarquent les organisateurices du défi « Un an de citations », nos pratiques de citation font et refont nos champs, en marginalisant certaines formes de savoir, et en, comme toujours, mettant en exergue d’autres.

Même si je devais consacrer l’essentiel de mon énergie professionnelle des prochaines années à raffiner une méthodologie à l’évaluation des citations à grande échelle, il est peu probable que je parvienne à convaincre tout le monde qu’il existe bien une discrimination genrée dans les pratiques de citations. Si je prenais en compte la localisation géographique, la langue de la publication et le statut universitaire, et si je considérais, qui plus est, la race, le genre, le diplôme préparé et la formation traditionnelle des auteurs et autrices, and si j’ajoutais le facteur des invitations à participer aux colloques ou à donner des conférences, la place consacrée à l’éducation des enfants et aux autres responsabilités familiales, ainsi que la faculté d’affectation actuelle, serais-je capable de convaincre tout le monde ? Encore une fois, sans doute non. On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif.

Alors, que suis-je en train d’essayer de faire? J’aimerais convaincre mes collègues, sceptiques mais ouverts d’esprit, de marquer une pause, de réfléchir et de penser différemment. Je veux qu’iels examinent leurs bibliographies de recherche et qu’iels regardent les noms qu’iels ont oublié dans la liste et pourquoi. Et, parce que la citation n’est qu’un élément d’un écosystème académique, je veux qu’iels regardent qui iels invitent à donner des conférences ou à participer à des tables-rondes et à qui iels demandent d’écrire une contribution à un numéro spécial de revue, à un ouvrage collectif, ou à un festschrifts. Je veux faire évoluer le sens que nous donnons collectivement à notre champ disciplinaire quant à la manière de mener nos activités à bon escient. Je veux que nous lisions différemment, que nous écrivions différemment. Je veux que nous puissions faire remarquer aux autres — et que nous acceptions les remarques des autres — quand nous n’y parvenons pas. Et alors je veux que nous fassions mieux.


Kecia Ali est professeure de religion à Boston University. Ses recherches portent sur la période allant de la formation de l’Islam à nos jours, et se concentrent sur le droit islamique, le genre et la sexualité. Elle est l’autrice de plusieurs ouvrages, dont The Lives of Muhammad et Sexual Ethics and Islam. Pour en savoir plus sur ses travaux, consultez le site www.keciaali.com

  1. NDLR: Un échange sur Twitter nous incite à expliciter qu’il s’agit ici d’un “effet Matthieu Matilda” (Rossiter, 1993), qui étend à d’autres dimensions professionnelles l’invisibilisation des femmes. Un effet Matilda étendu, en quelque sorte. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.