L’insoutenable légèreté de la bureaucratie : comment (ne pas) aider un étudiant

  • Frédéric Le Roux, enseignant-chercheur à Sorbonne Université

L’histoire qui suit est probablement tristement banale. C’est l’histoire d’une tentative modeste, mais sans doute un peu trop optimiste, pour aider un étudiant dans le besoin. Une histoire dans laquelle toustes les collègues impliqué·e·s ont soutenu ma démarche, malgré son aspect inhabituel ; ce qui n’a pas empêché l’échec final, provoqué par l’alliance de la précarité et de la bureaucratie ordinaire.

Voici quelques détails.

À la fin du mois d’aout dernier a eu lieu la soutenance de M2 de O., étudiant étranger dont j’avais co-encadré le mémoire. O. a une proposition de thèse au Canada pour janvier 2022. En discutant avec lui, je découvre qu’après avoir bénéficié d’un financement prestigieux pour son M2, il est sans ressource depuis.

Je me tourne vers l’entité qui a financé son M2. Aucun prolongement de bourse n’est légalement possible, mais l’entité est disposée à accorder une gratification de stage pour quatre mois, environ 400€/mois, à condition qu’il soit inscrit à l’université. Je peux encadrer un tel stage. Problème : O. ne peut pas se réinscrire dans un M2 qu’il a validé. Après diverses discussion, le responsable de l’unité suggère de l’inscrire dans un autre de nos M2. Nos efforts pour faire aboutir cette idée sont résumés par la chronologie suivante  :

  • 17/09. O. tente de s’inscrire à la formation sur le site de l’université. Impossible car hors délai.
  • 17/09. Tentative avec un code différent, fourni par le responsable du M2. Impossible car nombre maximum d’inscriptions en master atteint. Le  responsable se tourne vers l’administration.
  • 1/10. Accord de l’administration pour l’inscription à l’Université.
  • 10/10. Demande d’information : inscription en cours de traitement.
  • 20/10. Inscription proche d’être finalisée, mais il faut payer 243€, et O. ne peut pas. J’avance l’argent.
https://www.flickr.com/photos/wolfsavard/3515272567/in/photolist-6mCG4H-8mWPzg-oQYioG-8mXn1F-7npLQf-6mCz4D-8n13Pb-skQwqo-JpdZzT-s4qztQ-2WByRk-nKiNgc-MZBGd-KqzuJ-83xhTY-MWpCk-nHigZU-snfNNU-nsSwVG-8n1ycN-8ab1qt-ozjKhT-ueubLU-he33JT-njXhAx-nHkFGQ-8n1JNo-ozoq59-nK1FJe-sJJipA-51BqE2-9QnEBj-nKkzL7-8mXyY6-MZBJb-ftKvHs-ny9Ud3-nK2WAg-sZEsTe-8n1WgG-KyEqX-833Jqo-3YbGn-nKc2qQ-eJDnvw-7zEmSw-nsXNX9-51FCZf-rsxGnu-6fN79S

Canadian geese, by Lara La Rose, 2009

  • 26/10. Réunion en visio avec 3 secrétaires et un responsable de formation pour s’expliquer.
  • 27/10. Inscription validée !
  • 1-11/11. Echanges de mails pour remplir la convention de stage.
  • 16/11. O. passe signer la convention. Problème : il faut fournir une assurance en responsabilité civile, qu’il n’a pas.

O. n’a plus de logement, après avoir squatté à divers endroits il doit quitter Paris. Ce qui ne pose pas de problème pour le stage, qui peut avoir lieu à distance (peut-être pas officiellement, mais je ne cherche pas à me renseigner sur ce point).

  • 6/12. O. Obtient une assurance pour décembre seulement. On change les dates de la convention de stage pour le seul mois de décembre (et donc un financement de 400€). La convention est transmises au différents responsables (labo, formation) pour signature, et tout est rapidement signé.
  • 1/02. Le financeur me signale que le projet d’où est issu le financement n’autorise que des stages de 2 mois minimum. Les derniers 400€ s’envolent en fumée. Le secrétariat me dit que le master pourrait peut-être payer, mais sans donner suite.

En parallèle à cette histoire, O.  se débat avec la bureaucratie canadienne pour obtenir le permis d’étude. À la date du 29/01, il ne l’a toujours pas obtenu, et ne peut pas commencer sa thèse.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.