Pour les libertés académiques, contre Blanquer et Coulhon. Motion de la section 17, 9 février 2022

Motion de la 17e section (Philosophie) du CNU

Adoptée à l’unanimité moins un bulletin blanc

En ces temps où l’intolérance et la violence, absolument condamnables d’où qu’elles viennent, menacent le débat démocratique et la liberté académique, nous souhaitons rappeler des principes constitutifs de notre mission de service public dans l’enseignement et la recherche.

Les attaques médiatiques venues d’une fraction du monde intellectuel, mais aussi du monde politique contre l’autonomie de la recherche dans le domaine des sciences humaines et sociales témoignent d’une intrusion inquiétante – et inédite – du pouvoir politique dans le monde universitaire de la formation et de la recherche.

Il est inacceptable que le ministre de l’éducation nationale et le président du HCERES, instance en charge de l’évaluation des formations et des laboratoires de recherche, prennent ouvertement position en participant à des « rencontres » en Sorbonne auxquelles les organisateurs donnent le nom usurpé de colloque « scientifique ». De fait, cet étonnant paradoxe n’a échappé à personne : plusieurs des membres de ce colloque qui prétendait défendre une véritable approche scientifique étaient des essayistes et éditorialistes qui ne connaissent ni de près ni de très loin le monde académique. Il est également inacceptable, pour la section 17 du CNU, quelles que soient les approches et thématiques très diverses que ses membres développent, que des courants philosophiques historiques et importants soient calomniés et accusés auprès du public des pires maux, et leurs représentants parfois littéralement insultés. La section 17 du CNU dénonce les brutalisations qui s’immiscent dans le contexte académique d’où qu’elles viennent et demeure résolument attachée au respect de l’autonomie des institutions de formation et de recherche. Cette garantie d’autonomie et de liberté est la seule manière de préserver, dans un climat de respect mutuel, l’intégrité des débats et des controverses scientifiques qui participent au progrès des connaissances et de la réflexivité.

À Paris, le 9 février 2022


Autre motion (votée le 7 février 2022)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.