Doctorante à l’Université de Lille-3. De l’abus de pouvoir au mépris de la loi. Un témoignage

Lorsque l’on explique comment l’université broie les jeunes chercheurs, la levée de bouclier de l’institution est quasi immédiate : non, l’université ne broie personne. Les rares cas de maltraitance relèveraient d’évènements isolés. Pourtant les témoignages se multiplient pour illustrer de quelles façons, certaines universités laissent dépérir étudiants et (jeunes) chercheurs.

Négligence ou intérêt politique ? L’Université de Lille saura probablement nous éclairer. Alors que son site internet regorge de documents invitant à lutter contre le harcèlement et reconnaître les signes de violences psychologiques, l’une de ses doctorantes subit harcèlement et injustices sans que personne n’y trouve visiblement à redire. L’université de Lille serait-elle incapable d’appliquer à elle-même ce qu’elle recommande à ses étudiants ? Harcèlement de la part de sa directrice de thèse, abus de pouvoir, refus manifeste d’appliquer une décision de justice, une doctorante témoigne1.

Update. 11/02/2022 Réponse du président de l’Université de Lille, Régis Bourdet

La soutenance de thèse, un rituel
Pas pour moi, ce fut l’un des pires jours de ma vie. Ma soutenance en neuropsychologie le 27 septembre 2017 à Lille n’avait a priori rien de suspect : je suis Hollandaise et mon parcours universitaire avait été validé par des mentions bien ou très bien dans trois pays (Pays-Bas, Royaume-Uni, France). Le manuscrit fini, ma directrice de thèse était favorable à l’organisation de la soutenance. Les avis des deux rapporteurs étaient enthousiastes. La soutenance s’annonçait comme le couronnement de plusieurs années de travail : ma famille et mes amis avaient fait le déplacement depuis l’étranger. Ce serait festif, comme toutes les autres soutenances, d’autant plus que la grossesse de mon deuxième enfant venait de commencer, comme le savait ma directrice de thèse.
Cependant, dans les jours qui ont précédé la soutenance, ma directrice de thèse m’a subitement redemandé une nouvelle archive détaillée et expliquée de tout mon travail de thèse de quatre ans. Même bien organisée, ces quelques jours étaient trop courts pour tant de travail si soudain. Je proposais les semaines d’après, il fallait que ce soit avant. Le jour de la soutenance, la pression est montée au point que ma directrice de thèse a influencé le jury pour qu’il prononce un « ajournement temporaire » de la thèse.
Selon les textes qui définissent la procédure de soutenance de thèse — soit l’arrêté du 25 mai 2016 — le jury prononce soit une admission, soit un ajournement (définitif) du doctorat : l’ajournement « temporaire » n’est pas une possibilité.
Toujours selon la loi, la directrice de thèse n’a pas le droit de prendre part à la délibération.
Enfin, le jury doit écrire un rapport de soutenance justifiant sa décision. Dans mon cas, ce rapport n’a jamais été écrit, ce qu’a reconnu l’Université.

https://www.flickr.com/photos/infomastern/15904857534/in/photolist-qesy2C-dAs1jK-DAUTFH-wxYGtP-4PnoZ7-2mPtLQT-3Hm6m-4rXpuJ-2inNcx2-D75PXk-PS17xo-Rosd4Q-CCbSto-2mHznm4-4jiJMu-2i9avbB-2ksfFxV-AWYRiz-NoPLPt-4t1zfy-4qYYFV-2kv7XFd-2inNcqy-6MJa8A-2hP1CxJ-DUMwAW-qVTZQn-235HceQ-Cvo3Zf-2kb53jn-PzUzfF-PGSCmY-NbwPA7-2mQ7oq2-2mT1Gqe-7LsshM-7uV9gb-2dWa5qg-2mTpbsB-2ki8YCd-QSEQL7-2n1rT9r-2kdnCkX-EP2ajd-2mMVz9q-2mZSTni-5mJZ5k-4ycY7c-tphGx-bVG2X
Frosty, by Suzanne Nisson, 2015

Au-delà de l’humiliation publique de ne pas obtenir le diplôme, je suis entrée ce jour-là dans le cauchemar d’une « thèse après la soutenance ». La liste des tâches pour le bénéfice de ma directrice de thèse et de ses propres recherches s’allongeait : analyses supplémentaires, extra publications, formation d’étudiants, etc. Elle se comportait comme un employeur qui me paierait avec la promesse du diplôme que j’aurais dû avoir sans son intervention. L’École Doctorale, censée être un médiateur de la situation, me conseilla de ne rien contester, parce que ma directrice de thèse « avait le bras long ».

Peu de temps après, je cherchais un avocat. Le 30 avril 2021, le tribunal administratif de Lille a condamné l’Université de Lille 3 en annulant la décision d’ajournement temporaire. Toutefois, l’Université refuse d’exécuter le jugement, ce pour quoi j’ai saisi à nouveau le tribunal administratif en déposant un « recours pour excès de pouvoir ». J’ai aussi demandé à l’Université de prendre des mesures pour éviter des situations de harcèlement similaires, mais sans effet à ma connaissance.
L’humiliation publique et la passivité de l’Université et du jury ont engendré chez moi un syndrome anxiodépressif et d’épuisement professionnel (burn-out).

Je témoigne aujourd’hui pour montrer à l’extrême à quel point le/la directeur/trice de thèse et l’Université peuvent être juge et partie: ils tirent profit d’un travail gratuitsous un prétexte pédagogique, et ce pour moi, jusqu’après la soutenance de thèse.

*
*   *

Avec l’autorisation de la plaignante, nous reproduisons le jugement

Concluons :

 


Update. 11/02/2022. Academia a fait parvenir le 9 février 2022 un courriel informant le président de Lille de notre publication. Après un accusé de réception du premier vice-président, la réponse nous est parvenue le 11 février.

À la rédaction d’Academia,

Vous avez attiré mon attention sur l’article « Doctorante à l’Université de Lille-3. De l’abus de pouvoir au mépris de la loi. Un témoignage », publié le 8 février dernier sur votre site.

Comme j’ai eu l’occasion de l’exprimer à l’automne dernier, en amont de mon élection à la Présidence de l’Université de Lille, j’accorde une grande importance à ce que les jeunes chercheuses et jeunes chercheurs bénéficient des meilleures conditions pour entamer leur carrière scientifique et que la thèse, en particulier, constitue un moment d’épanouissement intellectuel et personnel.

Concernant la situation de Madame H., la décision du Tribunal administratif du 9 avril 2021 reproduite dans votre article a relevé le vice de procédure ayant accompagné la soutenance du 27 septembre 2017.

Au regard des éléments évoqués dans l’article, il me semble important de préciser que l’École doctorale, par le biais de sa directrice de l’époque, n’a pas ménagé ses efforts pour trouver une solution à la situation de Madame H., entre le début d’octobre 2017 et l’été 2018, moment auquel a été notifié à l’Université le dépôt d’un recours en annulation.

Pour faire suite à la demande du Tribunal administratif de réexaminer la situation de Madame H., la directrice actuelle de l’Ecole doctorale lui a proposé, en juillet 2021, une procédure adaptée, passant par la réunion d’un jury composé de nouveaux membres  et par des modalités aménagées de soutenance. Une telle procédure paraissait à même de répondre à la fois aux exigences réglementaires encadrant le doctorat et à cette situation spécifique.

Cette démarche n’a apparemment pas reçu de réponse, raison pour laquelle, ayant pris mes fonctions au début de l’année 2022, je fais part aujourd’hui à Madame H. de mon souhait de la rencontrer au plus vite, afin d’apporter une solution satisfaisante à sa situation et de prendre toutes les mesures qui s’avéreraient nécessaires à l’issue de cet échange.

Bien cordialement,

Régis Bordet
Président de l’Université de Lille

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 8 février). Doctorante à l’Université de Lille-3. De l’abus de pouvoir au mépris de la loi. Un témoignage. Academia. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj3i

  1. Interpellée à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux, l’Université de Lille, EPE qui a intégré l’Université de Lille-3 depuis 2021 — Article 9, chap. III du décret 2012-1206 portant création de l’Université de Lille et approbation de ses statuts n’a pas encore répondu à nos questions. []

6 réflexions sur « Doctorante à l’Université de Lille-3. De l’abus de pouvoir au mépris de la loi. Un témoignage »

  1. J’ai aussi vécu la même chose mais aussi d’un autre établissement (une autre université).
    Rapports élogieux et positifs, autorisation de soutenance mais directeur “apparement au bras longs”. Celui-ci a convaincu le jury de ne pas me faire soutenir.
    Nous avons enregistré le délibéré puisque, quelques jours avant, nous avons compris son jeu…celui-ci faisait tout pour que le jury prononce l’ajournement. L’ajournement a été prononcé en toute froideur.
    Chacun est partie, le moment festif s’est transformé en cauchemars.

      • Un recours a été fait auprès de l’école doctorale mais la personne (mon ancien directeur) à le numéro deux de l’école doctorale dans ces mains.
        Donc tout le monde fait semblant de ne rien voir, de ne pas être au courant.
        A votre avis, le cas qui nous est décrit en haut de cette page, pourquoi c’est arrivé jusqu’au tribunal administratif ? l’école doctorale a probablement fait semblant de ne rien voir.

  2. Bonjour, j’ai vécu la même chose, il y a 4 ans! C’était très humiliant et j’ai cru que j’allais y laisser ma santé. Votre témoignage m’a beaucoup aidé merci. Ça vient confirmer que j’ai également subi le même problème à Lille 3.

    • Bonjour, avez-vous initié une procédure ? Dans le cas contraire, souhaitez-vous informer la présidence de l’Université de Lille, voire ou faire un recours gracieux auprès d’elle, de façon à ce que le problème soit traité dans sa profondeur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.