Marie-Claude Lorne in memoriam. Un suicide, dans les règles (1)

Academia publie une série de billets en mémoire de Marie-Claude Lorne, maîtresse de conférences à l’Université de Bretagne Occidentale, qui s’est jetée dans la Seine le 22 septembre 2008. Elle venait d’apprendre que l’université refusait sa titularisation, plus de deux mois après la décision. Son corps est retrouvé le 3 octobre. À l’époque, Yves Michaud, professeur de philosophie, avait dénoncé les circonstances scandaleuses de ce suicide dans l’émission L’esprit public sur France-Culture Cela lui avait valu une procédure pour diffamation, dont l’Université de Bretagne occidentale a été déboutée. Il était revenu en détail sur ce drame dans Traverses, le blog qu’il tenait sur le site de Libération — fermé depuis —, pour exposer les méandres malodorantes de l’affaire. Nous remercions Yves Michaud  qui nous a autorisés à reproduire ces textes, aujourd’hui dépubliés1.

  • par Yves Michaud, Traverses, 28 octobre 2008

Il ne suffit pas pour devenir fonctionnaire de réussir un concours. Il faut après une période comme fonctionnaire stagiaire être titularisé. À quelques rarissimes exceptions près, il s’agit d’une formalité. Sauf… J’ai parlé il y a quelques temps à la fin de l’Esprit public, dans ma “brève”, de ce qui est arrivé à l’université de Brest à une jeune maître de conférences en philosophie, madame Marie-Claude Lorne. Il me faut y revenir tant l’affaire est grave… et étouffée.

Excellente chercheuse selon ceux qui l’ont dirigée, ayant donné toute satisfaction comme enseignante, Madame Lorne vit sa titularisation refusée lors de ce qu’on appelle « une commission de spécialité » le 13 juin dernier. J’ignore quelle fut la raison de ce refus de titularisation, mais il n’est même pas sûr qu’il y ait eu à donner une raison: les procès-verbaux sont aujourd’hui normalisés et demandent juste le résultat du vote. Elle ne fut pas titularisée à l’unanimité. Soit. L’étrange, c’est que cette unanimité fut de 2 votes sur 2 présents.

À ce qu’il semble, Madame Lorne fut prévenue de la décision fort tard — début septembre, je crois. J’attends qu’on me démente sur ce point. C’est fou ce que dans une administration on ne sait jamais comment trouver ses administrés!

Toujours à ce qu’il semble, Madame Lorne ne sut apparemment pas comment faire recours contre cette décision. Peut-être son possible appel était-il forclos.

Madame Lorne s’est jetée dans la Seine le 22 septembre, de la passerelle Simone de Beauvoir. Son corps fut retrouvé début octobre. Ça au moins c’est certain.

Passerelle Simone de Beauvoir. Crédit: Jean-François Gornet, 2009

Tout s’est passé dans les règles

Ceux qui s’indigneraient sont priés de se taire sous peine de poursuites puisque, encore une fois, la procédure fut respectée. Les deux membres, je crois brestois, qui statuèrent, siégeaient régulièrement et décidèrent en leur âme et conscience. Il s’agissait d’une seconde convocation de la commission, sans nécessité de quorum. Ils avaient donc tout pouvoir pour décider à deux et rien qu’à deux. Rien à redire !

Tout universitaire sait qu’il est difficile de réunir au complet ces fameuses commissions qui se prononcent sur les recrutements. Elles comportent beaucoup de membres extérieurs qui peuvent ou ne peuvent pas venir. Les réunions ont, en plus, l’inconvénient d’avoir lieu toutes au même moment, en fin d’année, quand il y a beaucoup de charges de jury. Calendrier des procédures oblige.

Et puis tous les membres ne mesurent pas l’importance des enjeux — surtout quand il s’agit d’une formalité comme la titularisation d’un maître de conférences. Il serait intéressant sur ce point de savoir quel était le libellé exact de l’ordre du jour et s’il mentionnait la gravité de la décision.

Tout universitaire sait aussi comment transformer une pesanteur administrative en opportunité. Vous convoquez une première réunion — qui ne peut se tenir faute de quorum et vous convoquez aussitôt la suivante, qui pourra se tenir validement sans quorum. Je connais beaucoup d’universités où l’on envoie même deux convocations à la fois, une pour 14h, où il n’y aura pas le quorum, et une autre pour 14h30 qui pourra se tenir validement avec les mêmes membres qui, à 14h, étaient trop peu nombreux pour siéger. C’est parfaitement irrégulier mais pratique. J’espère que ce ne fut pas le cas à Brest. Toujours est-il que madame Lorne ne fut pas titularisée.

Quand on sait la difficulté à trouver un poste dans l’université aujourd’hui, la décision était un peu plus grave qu’une simple formalité, très grave même. Elle revenait à briser une carrière. Elle a même brisé une vie. Je suppose que les deux «décideurs» ne mesurèrent pas la gravité de ce qu’ils faisaient. Ils doivent être bien embêtés. J’espère que la présidence de leur Université leur a financé les soins d’un psychologue pour accompagner leur trauma. (à suivre)


NB : Je reprends ce blog après une longue interruption. Celle-ci a tenu à la difficulté que j’ai eu à encaisser les réactions violentes et souvent insultantes de certains lecteurs. J’avais décidé, par naïveté démocratique, de ne pas modérer les réactions. J’ai compris mon malheur. Pour ne rien dire de toutes les insultes reçues sur mon mail… Apparemment il est aujourd’hui impossible de parler sereinement de pas mal de sujets et il y a même une minorité de lecteurs fascisants qui pensent que la meilleure dialectique consiste à interdire de parole ceux qui ne sont pas de leur avis. J’ai décidé de surmonter ces attaques. Je regrette cependant d’avoir à modérer désormais les réactions. Je ne publierai que celles qui sont courtoises et contribuent à un échange. Les autres peuvent se passer de réagir.


Commentaires

Nous reproduisons quelques uns des très nombreux commentaires publiés à la suite de ce texte, les replaçant par ordre chronologique.

Rédigé par: ed | le 28/10/2008 à 11:28

Cette affaire est un gâchis. Pour elle, pour l’université de Brest, pour ces “deux personnes” qui sont sans doute brisées aussi. Ne serait-ce qu’en mémoire de cette femme, vous avez raison de poursuivre vos efforts.
Que sa mort nous aide à améliorer l’université et à comprendre que les guéguerres de cénacle peuvent faire des victimes.

l’article et les commentaires reposent sur le postulat implicite qu’une personne se suicide en fonction d’événements CONJONCTURELS: certes, ils peuvent en être le CATALYSEUR, mais les RACINES PROFONDES d’un tel acte sont bien plus lointaines: des dizaines d’années, voire… plusieurs générations, dont chacune transmet cette quasi injonction à prendre congé.
De plus, les décisions de suicide correspondent à des systèmes “d’hystérisation” : le scénario qui “passe pour insupportable” ne l’est que parce qu’il fait écho, dans la fantasmatique de la personne, ANALOGIQUEMENT, à une autre situation “non traitée”, qui n’apparaît qu’après transformations complexes (déplacement / condensation / symbolisation).
Il est donc NON-JUSTE (au triple sens de l’exactitude, de la musique et de la Loi !) de corréler une situation Institutionnelle & une telle décision.
Seule l’Histoire personnelle de cette dame -inconnue, et dont nous n’avons pas à connaître !- peut, si quelqu’un s’en donne la peine,
montrer les ANALOGIES, les métonymies subtiles (manque de “narcissisation” archaïque sinon dans le domaine Performatif ? destin familial des Femmes ? etc…,la Clinique nous dit une bonne douzaine d’hypothèses, sans compter la maladie mentale -schizophrénie-……)
D’autre part, c’est toujours navrant de constater que la Culture (ici, “philosophique”) ne suffit pas à étayer des décisions de Vie/non Vie: le poids des “ressentis” (légitimes!) est bien plus prégnant que les belles analyses: cette Dame avait travaillé sur l’Intentionnalité: à
l’évidence ce Savoir n’a pas été, le moment venu, été de quelque “utilité”. Cela me navre, pour elle et pour la Philosophie… Et ses amis-collègues n’ont pas su “entendre

Rédigé par: Chassaing J-F | le 28/10/2008 à 11:54

Il manque un élément à votre récit. La décision de non titularisation est prise par le Conseil d’administration de l’Université. La commission de spécialiste ne donne qu’un avis, qui n’est jamais (d’après mon expérience) suivi en cas de refus de titularisation même
pleinement justifié.

Rédigé par: Barenton | le 28/10/2008 à 14:28

Bon courage pour la suite et continuez à vous intéresser à l’humain comme vous le faites.

Rédigé par: roussignol | le 28/10/2008 à 14:20

Ce que vous racontez est horrible mais il est toujours plus facile de regarder la paille dans l’oeil de son voisin que la poutre …. Quid de la merveilleuse université de Rouen?

Rédigé par: haltux | le 28/10/2008 à 14:18

L’arbitraire de la titularisation n’a rien a envier à l’arbitraire de toute la procédure de recrutement des enseignants chercheurs, fondé sur d’obscures tractations dans le secret des “commissions de spécialistes”.Etre broyé par des décisions arbitraires, c’est le lot d’innombrables jeunes chercheurs chaque année.

Toutes mes condoléances à madame Lorne.

Rédigé par: -HF | le 28/10/2008 à 13:57

Quasiment 4000 signes pour en venir où ? J’ai du mal à vous suivre.
Donc il suffit de menacer de se suicider pour obtenir un poste ?
Si c’est une formalité, alors pourquoi voter ? Pourquoi réunir une commission. Cela ne vous choque pas d’être titularisé d’office ? Dans le privé quand vous passez un entretien, faut-il réunir toute la société pour vous refuser le poste ? En plus vous n’avez pas ne serait-ce que le début d’une explication, de preuve de son refus de titularisation.
Vous donnez votre avis sur un fait divers que vous ne semblez pas maîtriser. C’est dommage.
Je suis toujours étonné par la capacité d’indignation des gens…

Rédigé par: jérôme | le 28/10/2008 à 14:08

Cette histoire est terrifiante.
Merci d’oser en parler.

Rédigé par: Cathy | le 28/10/2008 à 13:29

“J’avais décidé, par naïveté démocratique, de ne pas modérer les réactions. J’ai compris mon malheur”

Bienvenue dans le monde réel… Je partage le même désespoir que vous. Pendant longtemps, une forme d’idéalisme, d’humilité, fait que l’on donne crédit à la parole d’autrui. Et puis, n’est-ce pas, il y a toujours cette prompte petite voix “Mais pour qui tu te prends ? Tu te crois supérieur ?”.

Et puis un jour, on ne peut plus fermer les yeux, il faut bien se rendre compte que, que helas, le monde est dominé par les cons. Je ne parle pas de petites animosités, du genre “on est toujours le con de quelqu’un”, non, je parle de la vraie bonne grosse connerie, bien épaisse, bien lourde, bien confite d’autosuffisance, de certitudes grasses et de “bon sens” lourdaud, de l’ignorance et de la stupidité érigées en valeurs, en mode de vie, en idéal, que l’on est sommé d’approuver. Cette Betise dont parlaient deja Musil et Flaubert…

Au début, on s’en suprend, on s’en revolte, on s’en desespère… Et puis on finit par comprendre que la connerie est une loi de la nature, comme la gravité universelle, une donnée du problème. Alors on la gère, comme un parametre, sans se sentir directement concerné, sans le prendre pour soi, et on se concentre sur ce qui est vraiment important. Je vous donne un truc, qui marche bien : chaque fois qu’un con se vexe et proteste de son “innocence”, je lui répond “prouve le !”

Courage, j’aime bien votre blog, et il mérite que vous le continuiez ! Ne vous laissez pas abattre. Tous mes encouragements !!!

Rédigé par: Gilles Delmas | le 28/10/2008 à 13:09

Merci d’être de retour, et ne vous laissez pas entamer par le ‘n’importe quoi’ ambiant!
Gilles

Rédigé par: alphonse | le 28/10/2008 à 12:34

Le Point du 28/08/08 sur la persistance de la Monarchie, en France, mentionnait l’opinion de G. Pompidou sur l’accession aux diplômes supérieurs dans la République qu’il présida. “On ne devient pas normalien.On naît normalien comme on naissait prince de sang….” Lui-même normalien… (Continuez bien à “conserver votre être”, Monsieur, comme en parlait Spinoza; ce faisant, vous en conserverez bien d’autres…)

Rédigé par: pyun | le 28/10/2008 à 12:01

Je ne remets absolument pas en cause le dysfocntionnement administratif tel que vous avez démontré. Au contraire, je suis tout à fait d’accord avec vous. Nénamoins, il est intéressant de se demander sur la vraie raison qui a conduit Mme Lorne à son suicide. Car, pour une philosophe, se suicider pour la non titularisation m’étonne beaucoup. Selon moi et d’autres philosophes grecs et romains, philosopher, c’est penser à la vie. A partir de cette définition, il est normal de se demander quel sens Mme Lorne donnait à sa vie. Quand l’on sait quela vie n’a pas de sens en elle-même et que c’est nous qui le donnons, le suicide de Mme Lorne me laisse penser que pour elle, le sens de sa vie était d’être titularisée comme maître de conférences. Dans ce cas, je comprends son désarroi face au refus de titularisation. Or, par la matière qu’elle enseigne, elle aurait dû également savoir que rien n’était absolu et tout était éphémère. Ce refus n’était donc pas absolu.  Partant de ce raisonnement, il lui restait de savoir quel chemin à prendre pour arriver à se donner du sens. Là, elle a décidé de se donner  la mort. Par cet acte, elle a montré qu’elle n’avait plus de sens à se donner. C’était bien son choix pour moi. Je pense qu’il faut respecter ce choix au lieu de le polémiser. Culpabiliiser les deux personnes en commission pour le suicide de Mme Lorne me semble fort déplacé. Bien cordialement.

La stimilation intellectuelle que me procure votre lecture me manquait.

Autres commentaires

Rédigé par: michael | le 04/11/2008 à 17:49

COMMENTAIRE qui fâchera et/ou peinera certain(e)s: Agoravox (puis d’autres média, y compris le Nouvel Obs, Libé etc…) pointe la difficulté à mener une étiologie fine du suicide; il est manifestement plus aisé, même sous la plume de “philosophes” (précisons: “enseignants en/de Philosophie”), de focaliser sur UN BOUC ÉMISSAIRE, en l’occurence l’Université. La Clinique propose d’autres pistes:

Rédigé par: Rémy | le 04/11/2008 à 18:34

merci pour cet article courageux. Les jeunes universitaires qui n’ont pas trop d’attaches familliales ou financiaires choisiront l’exile. mes condoleances a la famille.

Rédigé par: Zénon | le 15/11/2008 à 00:38

La titularisation, autrefois systématique, est devenue un prétexte pour manifester un petit pouvoir de médiocre. A l’université de Poitiers, ce sont des PAST (enseignants associés) qui émettent un avis défavorable, et qui sont régulièrement suivis par la commission de spécialistes. Le cas se produit en particulier dans les sites délocalisés comme Niort, l’universitaire y étant bien plus sollicité pour établir les emplois du temps, consoler les étudiants, ou compter les chaises que pour faire de la recherche, et les nouvelles mesures ne vont certainement améliorer la situation. Bon courage aux nouveaux ! Enfin, la remise au pas est devenue systématique : silence dans les rangs ! Moi, j’ai changé de métier.

Rédigé par: yves michaud | le 15/11/2008 à 13:14

Une remarque de Zénon, que je regrette de n’avoir pas eu l’intelligence de faire moi-même, me semble condamner définitivement les arguments des deux membres du jury croupion: comment pouvait-on reprocher à madame Lorne de ne pas résider à Brest…alors qu’elle n’avait pas encore été titularisée? Je pense que cet argument devrait avoir des conséquences juridiques importantes.

Je suis bien d’accord avec votre remarque sur la responsabilité inhérente au fait de s’accommoder sans barguigner d’agir dans un cadre qui est structurellement inique. Accepter un système qui promeut intrinsèquement l’irresponsabilité et les abus de pouvoir c’est, de fait, accepter par avance de couvrir ses conséquences criminelles (un minimum de culture historique suffit pour s’en convaincre). Par ailleurs, on notera l’incohérence consistant à reprocher à une enseignante de ne pas avoir déjà déménagé (avec tous les coûts et les contraintes que cela implique)… alors même qu’on ne l’a même pas encore titularisée dans son poste ! Vous avez mon total soutien : tenez bon. (un jeune docteur)

D’autres commentaires sont disponibles  sous ce lien.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 9 février). Marie-Claude Lorne in memoriam. Un suicide, dans les règles (1). Academia. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj3j

  1. La rédaction remercie Olivier Martin d’avoir mis ses archives à notre disposition. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.