Construire son « CV analytique » pour candidater aux concours de MCF : quelques conseils

Update 20/3/2022

  • par Ninon Blond, maîtresse de conférences (géographie) depuis septembre 2021

En ces temps de reprise de la campagne MCF, voici quelques éléments sur le fameux « CV analytique » que j’ai rassemblés lors de précédentes campagnes, soit qu’ils m’aient été donnés directement, en réponse à des questions, soit qu’ils proviennent de la lecture des rapports du jury, soit que je les aie glanés au cours de consultations de diverses ressources (par exemple sur le carnet Academia).

Je suis géographe, qualifiée en section 23 du CNU, j’ai fait deux campagnes MCF (où j’ai postulé sur quatre postes), produit quatre dossiers et reçu trois rapports de jury. Je suis MCF depuis septembre 2021. C’est surtout du dossier que j’ai établi pour ce poste que je vais parler ici.

« CV analytique »: de quoi parle-t-on ?

Je me suis trouvée très démunie quand il s’est agi de produire un « CV analytique », ne sachant vraiment pas ce que l’institution mettait derrière ce terme mystérieux. À vrai dire, je ne comprends toujours pas pourquoi « CV analytique ». J’ai commencé par consulter quelques ressources en ligne : sur le site de l’Association des Jeunes chercheurs et chercheuses en histoire et sur le carnet Academia. J’ajouterais aussi cette référence un peu plus générale, concernant la plateforme Galaxie, que j’ai découverte plus tard.

Concernant les deux références de l’AJC et d’Academia, je dirai qu’il faut les consulter en première intention, pour dégrossir l’idée qu’on a (ou pas) de ce « CV analytique », mais je les ai trouvées un peu courtes ou rapides, et j’avais encore beaucoup d’interrogations après leur lecture. Elles présentent toutefois l’avantage de proposer des exemples à consulter.

Si on dispose d’un réseau de collègues, connaissances et/ou ami·e·s dans le monde académique, il ne faut pas hésiter à poser des questions sur ce que c’est. On connaît généralement une ou plusieurs personne·s ayant participé à des comités de sélection (les COS), qui ont déjà discuté de dossiers, qui auront des conseils sur ce qui est pratique et sur ce qu’on n’aime pas dans les commissions. Les avis peuvent diverger, mais ça permet de poser quelques premiers jalons, en termes d’organisation (du CV, mais aussi du temps de préparation dudit CV), de longueur, de ce qui est essentiel ou dispensable (sachant que cela varie entre les sections).

Prendre bien connaissance du profil de poste (si tant est qu’un profil détaillé et précis ait été préparé) permet d’une part d’évaluer si on a des chances sur le poste en question et d’autre part de préparer un dossier le plus adapté possible. Dans ce sens, il ne faut pas hésiter à prendre contact avec les personnes indiquées, pour la recherche comme pour l’enseignement, et à poser des questions

  1. sur ce qui n’est pas clair à la lecture du profil
  2. pour préciser les attentes des collègues vis-à-vis de la personne recrutée : effectifs des promos ; répartition du service d’enseignement entre les semestres, entre TD et CM, entre licence et master ; besoins en encadrement, en implication sur des charges administratives ; ambiance générale du département ; dynamique collective, tant dans l’enseignement que dans la recherche ; groupes/équipes/ateliers de travail au sein du laboratoire ; orientations actuelles de recherche etc.

Mieux on cible les attentes, plus on fera un CV adapté au profil. Car non, il ne s’agit pas de faire un CV générique qu’on envoie à tous les postes sur lesquels on candidate, mais bien un CV adapté à chaque profil.

Un CV adapaté à chaque profil de poste

Pour faire ressortir son dossier ou laisser une impression dans l’esprit du jury qui va évaluer des dizaines de candidatures, on peut se démarquer visuellement, par une charte graphique ou une identité visuelle liée à la couleur, déployée sur l’ensemble des documents de candidature. Dans l’ensemble, une présentation soignée et une organisation claire et précise du dossier et du propos en général sont toujours un plus.

Quelle longueur ?

Parmi les questions centrales : la longueur. Analytique ne signifie pas synthétique. Exit donc les CV de deux pages. Les recommandations les plus communes que j’ai pu trouver indiquaient une vingtaine de pages et conseillaient fortement de ne pas dépasser la soixantaine de pages (ça devient très indigeste sinon). Comme je l’ai déjà dit, le jury va recevoir des dizaines (parfois plus d’une centaine !) de dossiers. Tout ce qui facilitera le travail des rapporteurices, qui mettra bien en avant les informations principales sera donc apprécié et donnera plus facilement au COS envie de nous entendre. Il ne faut donc pas oublier les éléments factuels sur les parcours académique et professionnel, sur ce qu’on a déjà fait en enseignement (qui permette de voir qu’on pourra faire tout ce que réclame le profil) et des détails sur la recherche déjà effectuée ainsi que des pistes de projets de recherche en adéquation avec le profil.

https://www.flickr.com/photos/rod_waddington/45565025181/in/photolist-2cqqEwr-2k4bBoD-2k3Vkbx-2aZLnS6-TqDDo1-K1SveT-2dGFcsx-2k2iEkD-2jFM5i8-2iyAcqh-fpK3tG-2ms6Mar-2k2hjZk-2giaCok-2hMPJhn-Thkqha-2jo31y4-o2heYQ-2mGkxH4-98R7h-WqREbY-U1UM6B-U13y4K-2kB4ETm-2kTayXT-2kTbQQu-2kTaz7q-2kTazZH-2kTbRRN-2kTaySc-2kT8Vy4-2kTfVEL-2kTazJT-TLZeR3-2kT8WA9-2kT8VK6-2kTbRWT-2kTaAja-2kTbSpm-2kTaAs1-TqTC6U-2kTaBfi-TqTn1o-JdmzYu-2kTfXh8-2kTbSHn-2kTfXsU-TX5FKw-TXi6DQ-TXihY3

Tigray, Éthiopie. Crédit: Rod Waddington, 2018

Dans mon cas, ça s’est traduit par un dossier de 40 pages. C’est un peu long, mais

  1. aucun des rapports ne fait de remarque à ce sujet et
  2. cela m’a permis d’ajouter plein de petites choses qui, je crois, ont facilité la vie des personnes qui m’ont lue.

Notamment, j’ai inséré une introduction récapitulant le contenu du dossier (pour les non-rapporteurices qui ne voudraient/pourraient pas tout lire), des cartes (de mes terrains par exemple), des tableaux, des illustrations.

Comme le CV analytique est long, j’ai pu joindre un CV synthétique de deux pages, là aussi pour les non rapporteurices. La charte graphique (bleu et gris) du CV se retrouvait dans les couleurs de titres de parties dans le reste du dossier. Pour faciliter la navigation dans le dossier, j’ai mis une table des matières, numéroté les pages, mis les éléments principaux en gras, glissé quelques encadrés. Et j’ai aéré la présentation : paragraphes, sauts de lignes, indentations etc. L’idée est de produire un document facile à lire (à défaut d’être agréable). Il ne faut pas oublier qu’il y a deux rapporteurices par dossier, qui lisent tout et font ensuite un debrief aux autres pour leur dire si le dossier mérite d’être entendu en audition ou non. Les non rapporteurices passent généralement moins de temps sur les dossiers qu’iels ne rapportent pas. Donc, pour ces personnes-là, il vaut mieux faire ressortir visuellement les éléments clefs.

Plan du dossier

Au bout du compte, voici le plan de mon dossier :

Plan du dossier

    • Introduction ;
    • CV synthétique ;
    • Liste des productions classées par type (cf. les classifications du CNRS) et rangées dans l’ordre chronologique, numérotées, avec des liens (+ un signe devant celles qui seront transmises au jury en cas d’audition, par exemple un astérisque) ;
    • Formation universitaire ;
    • Recherche antérieure ;
    • Vie scientifique / vie collective ;
    • Expérience d’enseignement ;
    • Adéquation au profil.

Ce plan n’est pas un universel applicable partout. Il est indicatif et a vocation à donner une idée, à être adapté si besoin, etc. Il dépend aussi du profil pour lequel il a été établi : ainsi, le choix de traiter de la recherche d’abord répond à la structure de la fiche de poste, où la recherche était mentionnée avant l’enseignement.

Dans la rubrique enseignement, j’ai classé les cours que j’avais donnés dans des catégories qui permettaient de montrer que je pouvais faire ce qui était recherché : géographie environnementale, outils, préparation à l’agrégation etc. Cela m’a aussi permis de mettre un nombre d’heures équivalent TD (HETD) en face de chaque catégorie, en précisant aussi les niveaux (L1/M2) et types (CM/TD). Sous forme de tableaux, ça facilite la vie du jury, qui n’a pas à sortir sa calculatrice pour savoir combien d’heures de licence ou de CM on a fait. Ces tableaux (heures d’enseignement, nombre de publications classées par types) ont souvent été repris tels quels dans les rapports.

Dans la vie scientifique / vie collective, qui est une partie courte relativement aux autres, j’ai évoqué la dimension collective de la recherche que je mène (projets, laboratoire junior, missions), mon implication dans la vie de département et de laboratoire. Mon engagement associatif (associations scientifiques, association promouvant la place des filles et femmes dans les sciences), que je mentionnais en passant, a attiré l’attention dans un rapport. Cela me semble révélateur d’un des aspects principaux de ce « CV analytique » : donner à voir la personne et la/le collègue que l’on est. Un collègue du laboratoire, lors d’une session de préparation aux concours de l’ESR, avait dit : « on ne veut pas recruter un connard ». Aussi simple que ça semble, c’est en fait essentiel : il y a si peu de postes qu’il n’y a pas de place pour une erreur de casting. En gardant cela en tête en préparant son dossier, on a normalement déjà une idée de ce qu’on veut y donner à voir.

La partie recherche antérieure et projet de recherche a beaucoup bénéficié du travail fait au moment du dossier CNRS : ça m’a permis de mettre en ordre mes idées, d’identifier des axes de recherche, et donc d’aller plus vite au moment de faire un projet de recherche en cohérence avec le profil.

Coller au profil

Je termine sur l’adéquation au profil : elle me semble très importante, car une grande partie du CV analytique a été consacrée à ce qui a été fait jusqu’alors (formation, cours, conférences, articles, thèse, post-docs etc.). Cette partie est l’occasion de montrer ce qu’on veut faire, en quoi l’équipe de recherche / le département va nous permettre de les réaliser, et en quoi les structures d’accueil vont en bénéficier, comment on va s’intégrer dans des programmes existants, collaborer avec des collègues, co-animer des parcours de master, des axes de recherche ou des plateformes techniques etc. C’est une occasion supplémentaire de bien montrer quel·le collègue on va être.

https://www.flickr.com/photos/rod_waddington/45565025181/in/photolist-2cqqEwr-2k4bBoD-2k3Vkbx-2aZLnS6-TqDDo1-K1SveT-2dGFcsx-2k2iEkD-2jFM5i8-2iyAcqh-fpK3tG-2ms6Mar-2k2hjZk-2giaCok-2hMPJhn-Thkqha-2jo31y4-o2heYQ-2mGkxH4-98R7h-WqREbY-U1UM6B-U13y4K-2kB4ETm-2kTayXT-2kTbQQu-2kTaz7q-2kTazZH-2kTbRRN-2kTaySc-2kT8Vy4-2kTfVEL-2kTazJT-TLZeR3-2kT8WA9-2kT8VK6-2kTbRWT-2kTaAja-2kTbSpm-2kTaAs1-TqTC6U-2kTaBfi-TqTn1o-JdmzYu-2kTfXh8-2kTbSHn-2kTfXsU-TX5FKw-TXi6DQ-TXihY3

Tigray, Éthiopie. Crédit: Rod Waddington, 2018

Un dernier conseil : lire les dossiers des collègues et se faire relire. Dans l’idéal, il vaut mieux éviter de solliciter des personnes qui postulent sur le même poste ou des titulaires qui seraient dans le COS, voire dans le labo / l’université concernée par le recrutement. Il ne faut pas hésiter à solliciter des collègues des institutions où on a été en thèse, où on a occupé des fonctions d’ATER, vacataire etc. ou d’ancien·nes collègues doctorant·es.

Enfin, que ça fonctionne ou non, qu’il y ait audition ou non, il ne faut pas oublier que les RH sont tenues de faire parvenir les rapports si on les demande1. Alors demandez-les. Vous verrez peut-être qu’il y a des choses à améliorer dans le dossier. Ou alors, plus probablement, vous verrez que votre dossier est très bon, voire excellent, mais qu’il y avait quelqu’un de plus adapté sur le profil, d’encore plus excellent·e.

Et que si le recrutement n’a pas fonctionné, c’est « simplement » parce qu’on manque de postes.


Autre exemple:

 


Sur Academia

  1. « Au vu de rapports pour chaque candidat présentés par deux de ses membres, le comité établit la liste des candidats qu’il souhaite entendre. Les motifs pour lesquels leur candidature n’a pas été retenue sont communiqués aux candidats qui en font la demande ». Article 9-2, décret 84-431 du 6 juin 1984. []

2 réflexions sur « Construire son « CV analytique » pour candidater aux concours de MCF : quelques conseils »

  1. Merci, très instructif ce témoignage ! Et oui, bien d’accord, le manque de postes reste toujours le plus implacable des membres du jury..

Répondre à Pierre Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.