Toulouse « Objectif 2022 »: où en est la démocratie universitaire ?

Toulouse est le site d’une vaste expérimentation institutionnelle universitaire et vient d’en vivre d’ultimes péripéties en ce mois de janvier 20221. La COMUE Université fédérée Toulouse Midi-Pyrénée, qui regroupe non seulement Toulouse 1 – Capitole (droit, économie), Toulouse 2 Jean Jaurès (lettres et sciences humaines), Toulouse 3 Paul Sabatier (médecine et sciences) et quelques autres (fig. 1) s’apprête, à l’horizon 2023, à proposer de nouveaux statuts d’une COMUE étendue visant à une plus grande intégration de l’université fédérée des 31 établissements du site. Si, sur le papier, il s’agit bien d’une COMUE étendue, plusieurs membres se demandent si l’objectif inavoué serait d’en faire un Établissement public d’excellence (EPE) dérogatoire au Code de l’éducation, à l’instar de l’Université de LIlle, par exemple, qui a connu une transformation au forceps en EPE.

Fig. 1. La COMUE Université Fédérée de Toulouse Midi-Pyrénée en 2021. Crédit: Julien Gossa

Les établissements toulousains se sont pliés au grand jeu des FinancEx, financements hors dotation dits “d’excellence”, avec un succès mitigé. À la suite de la perte de l’IDEX en avril 2016, les établissements toulousains ont retenté une candidature pour reconquérir celui-ci en mars 2018 avec le projet Uniti. Pour en justifier l’insuccès, le jury international a souligné notamment  « l’absence de réelle adhésion de tous les acteurs à une démarche de transformation » et le trop grand caractère démocratique des processus de décision. Sans céder au découragement, et avec l’aiguillon de la Région Occitanie et Toulouse Métropole, les établissements toulousains ont l’opportunité de retrouver une partie de la manne des projets d’investissement d’avenir avec la 4e campagne — dite PIA4 – pour laquelle les projets devaient être soumis le 1er févirer 2022. Au lendemain du dépôt, la confusion règne.

I.  Objectif : Université de Toulouse !

La Région Occitanie et Toulouse Métropole ont confié à Patrick Lévy, ancien président de l’Université Grenoble Alpes, la mission de « co-construire de nouvelles perspectives collectives » avec les 31 établissements d’enseignement supérieur et de recherche du « site toulousain » en vue de constituer l’Université de Toulouse (fig. 2) Il s’agit ainsi d’élargir le périmètre de l’Université Fédérée de Toulouse Midi-Pyrénées (UFTEMIP). Cette mission est soutenue par l’État à travers le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et les autorités déconcentrées (préfet, recteur, recteur délégué à l’enseignement supérieur).

Fig. 2. La COMUE étendue en préparation “Université de Toulouse”. Crédit: Julien Gossa

Cette mission Lévy dénommée « Objectif 2022 » dispose d’un calendrier serré pour créer formellement l’Université de Toulouse (UT) en janvier 2023 :

  • adoption des « principes fondateurs » en juillet 2021
  • un projet d’établissement et des statuts de la nouvelle UT en novembre 2021
  • dépôt de l’ensemble de l’appel à projet PIA 4 ExcellencES en février 2022.

Où en sommes-nous à quelques jours de déposer le projet ?

II. Le secret de la Garonne

Fort du soutien unanime des autorités politiques locales et nationales, l’ancien président de l’Université Grenoble Rhône-Alpes Patrick Lévy était censé, selon les attentes de donneurs d’ordre, « déployer une méthodologie mobilisant les énergies de toutes les parties prenantes pour faciliter l’expression et l’appropriation par la Communauté scientifique ». Pourtant, son autorité s’est trouvée rapidement minée par des pavés grenoblois dans la Garonne.

Le 24 mars 2021, le Tribunal administratif de Grenoble par son jugement du 25 février 2021 (n°1703926) annule la décision du comité de pilotage de l’IDEX de Grenoble à laquelle Patrick Lévy a avait participé en violation des règles déontologiques : l‘avis de Patrick Levy, alors président de l’université s et co-auteur de longue date d’un candidat, avait manifestement pesé en faveur dudit candidat 2.

Cette décision judiciaire majeure entraîne, par exemple, une consultation des instances de l’Université Toulouse 1 –  Capitole pour avis sur l’opportunité du maintien de l’intéressé à son poste. Les personnes consultées ont souligné la gravité des faits reprochés à Patrick Lévy dès lors qu’ils ont conduit à l’annulation d’une décision d’attribution de financement d’un programme de recherche. En dépit de la fragilisation manifeste de sa mission, les donneurs d’ordre — notamment les acteurs non-universitaires Région Occitanie et Toulouse Métropole — ont maintenu Patrick Levy à son poste. Malgré la réticence des partenaires universitaires devant le manquement de déontologie, le chargé de mission s’emploie à coordonner, d’une part, les statuts de la future “Université de Toulouse”, et d’autre part, la demande de financement PIA4 “Tiris” au cours de l’année 2021.

https://www.flickr.com/photos/pistolero31/25794627866/in/photolist-Fiodcd-6a1hxv-6NvMTF-Fa1xqS-nabnd8-nrHe7A-BTPyx3-qtdatu-8v6FJx-9i15Cy-ZmjumZ-bBan5f-eyZmnU-2hig2M6-BTPy9N-qtdXNL-p4Huzz-qtdXKE-dBoq4c-w41doC-YZUJrF-wkBVEB-dBopPt-eeQ1Vb-8ZuULf-qKH4u5-eeQ17Q-wjXg27-eeJiGD-YZULei-77D5dM-YZUPMR-9ZWASV-wjXfDU-aJZQZe-ercE3d-nTjN1G-w489Br-BTPCVb-ercExw-aJZQNp-aJZQU6-BTPzEo-aJZR64-q4L3uM-8ZrSaT-pP1fRR-w489Qx-8wN293-BTPzkf

Allées Jules Guesde, Toulouse. Crédit: Frédéric Neupont, 2015

III. L’affaire Capitole

La mission Lévy visait à coordonner des partenaires très différents en vue de la rédaction des statuts de l’Université de Toulouse. Pour que ceux-ci voient le jour, les méthodes de travail de la mission Lévy en coordination avec l’UFTEMIP reposaient sur des allers et retours entre le Conseil des Membres de l’UFTEMIP (les chefs d’établissement ou leurs représentants), les groupes thématiques de la mission Lévy et les établissements eux-mêmes, non sans ruptures de communication quelquefois volontaires 3. La confiance envers le chargé de mission se trouvant de facto amoindrie, la question s’est posée de savoir si la nécessaire confiance pour une bonne collaboration entre les acteurs pouvait subsister. En pratique, la délibération démocratique à laquelle étaient attaché·es les élu·es s’est elle aussi affaiblie.Prenons un exemple. Au cours de l’automne 2021, la mission Lévy affiche d’emblée la volonté de transférer le doctorat à l’UT.  Les groupes de travail sur le doctorat ont proposé 5 scenarii concernant l’accréditation du doctorat, allant du maintien de l’accréditation aux établissements au transfert complet à l’UT. Malgré le choix par les Écoles doctorales de l’UT1 en faveur du scénario 1 de maintien de l’accréditation à UT1, ils n’ont voulu travailler que sur les scénarii 4 et 5 de transfert du doctorat à l’UT. Afin de se faire entendre, les directeurs et doyens de la Faculté de Droit et de Science politique, de Toulouse School of Economics (TSE) et Toulouse School of Management (TSM) ont écrit un courrier commun pour soutenir la position des Écoles doctorales de ces trois composantes.

Dans diverses réunions, notamment celle du 10 janvier 2021 avec le président de l’UT1 Capitole et le président de l’UFTEMIP, on a assuré aux trois composantes le maintien de l’accréditation du doctorat à l’UT1 Capitole, l’UT étant l’établissement co-accrédité. Les documents de travail successifs qui émanent des groupes de travail thématiques y compris la dernière version du projet en réponse à l’appel à projet PIA4 démontrent que cette promesse n’a pas été tenue. 

Plus généralement, le choix de confier à la mission Lévy la construction d’un projet inclusif – même sans fusion explicite des établissements – a montré de nombreuses limites, qui touchent au fond mais aussi aux méthodes de travail. Les principes dits « fondateurs » masquent les divergences entre établissements et au sein même de certains établissements sur de nombreux sujets. Depuis plusieurs mois, les rétentions d’informations, la communication de documents incomplets ou inaboutis, la convocation de réunions dans l’urgence – du jour au lendemain –, les vérités successives des porteurs de projet donnent l’ donnent l’impression à celles et ceux qui participent aux réunions et qui suivent les dossiers de travailler en vain ou d’être mené·es en bateau. Certains, partageant les mêmes valeurs et mêmes principes, ont ainsi souhaité sortir leurs œufs de l’omelette Université de Toulouse.

IV. Vol 714 pour Toulouse Tech University

Alors que la préparation du projet PIA4 Tiris est déjà bien avancée, plusieurs établissements et non des moindres – l’université Toulouse-3 Paul Sabatier, Toulouse School of Economics et l’Institut Supérieur de l’Aéronautique et de l’Espace4 – ont causé la surprise en proposant début janvier un projet différent de celui de l’UFTEMIP et de la mission Lévy : la Toulouse Tech University (TTU).

Dans un tweet du 8 janvier 2022, Christian Gollier, professeur et directeur de la composante informatique à Toulouse School of Economics, lance le bébé TTU sur Twitter, non sans une certaine émotion.

Face au déclassement académique annoncé de Toulouse, les présidences de l’Université de Toulouse 3 et de la Toulouse School of Economics proposent de créer la Toulouse Tech University, en partenariat avec l’ISAE-SUPAERO. Le projet est décrit ici : drive.google..com/..

La Toulouse Tech University a vocation à rejoindre le top-100 du classement de Shanghai, en assemblant les meilleures pépites scientifiques du site, plus de 80% des chercheurs du CNRS à Toulouse et l’essentiel des PI de l’ERC.  La gouvernance de la Toulouse Tech U se fera sur la base des standards académiques qui ont fait leurs preuves dans le monde : CA indépendant, autorité allouée au plus proche de la responsabilité de projet, non-endo-recrutement, évaluation bibliométrique de l’excellence, …

La Toulouse Tech U. sera une marque attractive au niveau national et international, en fédérant des équipes d’enseignants de tout premier plan, sur base des valeurs académiques de l’excellence, au service de ses étudiants et de la science, pour notre ville et notre pays.

J’en appelle au sens des responsabilités de nos dirigeants. Pour la 1e fois nait l’espoir de construire à Toulouse une grande université de recherche au niveau de son extraordinaire capital humain scientifique, créateur de forte valeur sociale.

Ne tuez pas cet espoir!

En mettant le grappin sur les disciplines économiques et mathématiques d’UT1 et l’ingéniérie aérospatiale, l’Université Paul Sabatier (médecine et sciences ) exclut brutalement les établissements partenaires — comme l’Université de Toulouse Jean Jaurès, spécialisée en “papier-crayon” (lettres et sciences sociales). Le projet écarte aussi, au sein même de UT1, le droit, rarement réduit à la marginalisation institutionnelle, et ce, alors que le président de l’université, Hughes Kenfack, est professeur de droit privé.

Qui plus est, ce nouveau projet TTU a provoqué beaucoup de remous dans le Landerneau occitan et ESR. TTU — pour preuve, l’annonce faite par Christian Gollier plus haut — déploie une idéologie politique, jugée pourtant dès 2020 par Nature, comme dépassée.

Même le Hcéres, pourtant membre actif de l’ “église de scientométrie“, venait de signer la Declaration on Research Asessment (DORA), opposée à l’évaluation bibliométrique quantitative5. Quant au classement de Shangaï qu’on sait avoir été le moteur des politiques universitaires depuis plusieurs années, tous en reconnaissent la vacuité6. Au sein de UT1, l’exaspération est extrême.

Fronton corrigé de Toulouse School of Economics. Twitter, 9 janvier 2022

Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche ayant indiqué ne pas s’opposer au dépôt de plus d’un projet de réponses à un PIA4, l’idée de déposer deux projets concurrents au titre du site universitaire toulousain fait son chemin. Sur demande du président de l’UT1 Capitole, Hughes Kenfack, le Conseil d’administration de cet établissement, convoqué en urgence le 10 janvier, a voté contre la participation de la composante Toulouse Schoole of Economics au projet TTU.

V. Le projet de Toulouse la rouge

Depuis la rentrée de janvier 2022, et plus encore après, le lancement de la fusée concurrente Toulouse Technology University, l’ensemble des équipes est mobilisée pour amender le projet alternatif Toulouse Initiative for Research Impact on Society (TIRIS) de la COMUE Université Fédérée Toulouse Midi-Pyrénée (UFETMIP) . Les partenaires potentiels croulent sous diverses versions de documents, communiqués et présentés à de multiples réunions. Au cours de la semaine du 24 janvier, différentes assemblées générales et autres réunions d’information — présentées comme “de concertation” — sont menées dans l’urgence dans les établissements.

À l’UT1 Capitole, contrairement à des affirmations répétées, il n’y a jamais eu de véritables concertations sérieuses7. Les composantes de l’UT1 – Capitole ont donné leurs avis sur le projet TIRIS , préalablement à la tenue du Conseil d’administration prévu le 27 janvier.

  • Le Conseil de la Faculté de Droit l’a rejeté à une très large majorité (23 contre, 3 pour, 4 abstentions).
  • Le Conseil d’administration de Toulouse School of Medecine l’a rejeté également à une très large majorité (26 non, 1 OUI, 2 abstentions, 1 refus de vote)
  • Le Conseil d’administration de Toulouse School of Economics l’a rejeté également à une très large majorité (14 voix contre et 3 pour).
  • Le Conseil d’administration du département de Mathématiques l’a rejeté à une très large majorité (16 voix contre, 2 voix pour).
  • Le Conseil d’administration de l’IUT de Rodez l’a rejeté également (chiffres non communiqués).
  • Le Conseil d’UFR de l’Administration économique et sociale l’a approuvé (9 voix pour et 2 contre).
  • Le Conseil du département d’informatique l’a approuvé (chiffres non communiqués).

Le président de l’UT1 n’a pas fait voter la Commission de la Recherche et la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire et Etudiante compte tenu des oppositions au projet TIRIS au sein de ces deux conseils. Le juriste a fait voter le Comité technique — composé de représentant·es du personnel administratif et technique — pour obtenir l’accord du dépôt du projet TIRIS et de l’engagement d’associer ce comité à la rédaction des statuts de la future COMUE Expérimentale de l’UT.

Même si juridiquement le Conseil d’administration dispose de la compétence de voter favorablement le dépôt du projet TIRIS, cela est susceptible de provoquer politiquement un malaise et des troubles au sein de l’UT1 – Capitole. Cela témoignerait d’une coupure entre l’équipe présidentielle et son conseil d’administration d’une part et les autres composantes, représentant prioritairement les enseignant·es-chercheur·ses et les étudiant·es, d’autre part..

Dans ces conditions, la poursuite coûte que coûte d’un projet inclusif qui ne fait pas l’unanimité et dont on connaît les péripéties pourrait conduire à des turbulences dans certains établissements universitaires toulousains. Les désaccords masqués derrière un projet rempli de flous constituent une bombe à retardement pour les politiques comme pour les universités et établissements du site toulousain.

VI. L’oreille cassée

Le 27 janvier 2022, le Conseil d’administration de l’Université Toulouse 1 – Capitole a voté favorablement pour le projet TIRIS (22 voix pour, 9 contre, 1 abstention). Les Conseils d’administration de l’Université Paul Sabatier et de l’Université Jean Jaurès ont également voté favorablement pour le projet TIRIS. Idem pour l’INSA. Comme un seul homme, les Conseils d’administration des établissements partenaires ont ainsi approuvé le projet Tiris sans tenir aucun compte des avis des composantes.

Après le vote du Conseil d’administration, plusieurs universitaires dont le Directeur de TSE, le Directeur de l’Ecole Doctorale Droit et Science politique, l’ancienne présidente de l’Université Toulouse 1 – Capitole ont commenté les résultats des votes des conseils des composantes et du Conseil d’administration de l’UT1.

Joël Andriantsimbazovina, directeur de l’École Doctorale Droit et Science politique a exprimé sur Twitter son regret le passage en force du Conseil d’administration contre les votes de la majorité des composantes.  Aussitôt la vice-présidente du conseil régional d’Occitanie, en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche, Nadia Pellefigue, est montée sur ses grands chevaux, interprétant “interlocutrices” du second tweet non comme les composantes auxquelles elles réfèrent, mais comme des victimes de violences masculines : “Ce tweet est absolument honteux. Ces comparaisons hors de propos sont insultantes et méprisantes des victimes d’actes criminels. Je suis scandalisée et espère que leur condamnation sera unanime” a tweeté l’élue en retour. Nadia Pellefigue a été vite rejointe dans la polémique par le président de l’Université Toulouse Capitole, tandis que l’affaire se trouvait aussitôt médiatisée dans la Dépêche, détournant ainsi l’attention du déni de démocratie qui venait de se jouer. Toustes deux se sont félicité·es bruyamment des votes des Conseils. De son côté le vice-président Gouvernance de UT1 a informé de sa démission sur Twitter en contestation non du déni de démocratie, mais de la “culture du viol”8

.

Tweet de Lukas Rass-Masson, vice-président Gouvernance de l’UT1, 28 janvier 2022 [archive – le compte ayant été supprimé entre temps]

Les démissions se multiplient, alors que le projet Tiris semble sur les rails. Le 28 janvier 2022, le vice-président de la Commission de la Recherche a démissionné de sa fonction. Auparavant, l’un des vice-présidents chargés des relations avec le monde économique et professionnel avait démissionné à la fin de l’année 2021.

*
*   *

 La séquence toulousaine ressemble terriblement à celles d’autres sites comme Lille, Rennes, Bordeaux ou Lyon. aux destins bien souvent semblables. Pour les Toulousain·es, il y a même un arrière-goût de réchauffé, dans le déni de démocratie universitaire manifeste.

2017-2018. L’Université de Toulouse Jean Jaurès se souvient douloureusement encore des grèves dures contre la précédente fusion COMUE à laquelle les composantes étaient violemment opposées, le président Daniel Lacroix ayant été élu sur un programme hostile à la fusion. La fusion a pourtant eu lieu grâce à un vote favorable du Conseil d’administration le 12 décembre 2017, et ce, en dépit de votes négatifs des personnels et étudiant·es. Ce vote a ensuite entraîné six mois de blocage du campus, comme dernier outil, fruste et coûteux, de l’opposition démocratique.Sans succès, et avec évacuation par les CRS.

Communiqué SneSup – 22 décembre 2017

L’université Toulouse Jean Jaurès en grève :
Personnels et étudiant.e.s en colère demandent
la démission du président Daniel Lacroix

Extrait. Les personnels de l’université Toulouse Jean-Jaurès, réunis en assemblée générale mercredi 13 décembre, ont voté très majoritairement la grève à partir d’aujourd’hui, jeudi 14 décembre à 8 heures. Ils s’opposent au projet de fusion/intégration des universités Toulouse 2 et Toulouse 3, de l’INP et de l’Insa, et dénoncent notamment le déni de démocratie lors du conseil d’administration de l’université Jean Jaurès du mardi 12 décembre. Pour mémoire, les 6 et 7 décembre derniers, la communauté universitaire s’était exprimée très défavorablement sur ce projet (62 % de voix contre chez les personnels et 94 % de voix contre chez les étudiant.e.s). Un recours devant le Tribunal Administratif sera par ailleurs déposé dans les prochaines heures concernant les conditions déplorables dans lesquelles le président Lacroix a fait procéder au vote du CA du 12 décembre.

De plus, l’assemblée générale des personnels du 13 décembre a voté une motion de défiance à l’égard du président de l’université Jean Jaurès et a même exigé sa démission. Les personnels se sont réunis ce jeudi à 8h30 dans le hall d’accueil de l’université et un cortège de 250 personnes s’est rendu à la présidence pour y déposer le résultat des votes issus de l’assemblée générale. La délégation a pénétré dans la salle où le président était en réunion en scandant le slogan « Démission démission ». Des étudiant.e.s et personnels estimant que le président avait trahi ont successivement pris la parole, redemandant explicitement sa démission. Le président Lacroix a affirmé qu’il ne cèderait pas à ces pressions et que sa volonté était de demeurer à la tête de l’université Jean Jaurès.

Un appel a été en outre lancé pour un rassemblement le vendredi 15 décembre à 8h30 devant l’ENSEEIHT 2 rue Charles Camichel à Toulouse, lieu où se tiendra à 9H ce jour-là le conseil d’administration de la COMUE, laquelle doit entériner par un vote la fusion/intégration des universités.

La question se pose alors si le déni de démocratie est devenu un mode de gouvernement de l’enseignement supérieur et de la recherche française. Déni de démocratie, mais aussi loi du silence et omerta comme mode de gouvernement dans les débats universitaires en France. Le gouffre qui sépare désormais la plupart des président·es d’université avec la communauté universitaire dont iels sont issues — Daniel Lacroix, Hugues Kenfack à Toulouse, mais aussi Michel Deneken à Strasbourg, par n’en donner qu’un exemple non toulousain — qui se réunissent dans le club Select de marque France Universités (CPU) et applaudissent sans contradiction le chef de l’État, n’est qu’un des symptômes d’une gangrène avancée.

L’ESR est en train de se faire dépouiller de toutes ses instances d’évaluation entre pairs, déplorait Un chercheur à l’INRIA.

On l’a vu l’an dernier quand [Antoine] Petit a décidé de ne plus publier les listes d’admissibilité au CNRS, de réduire le nombre d’élu·s au CoCNRS. On le voit avec la CNU qui perd ses prérogatives de promotions, on le voit avec ces postes CPJ [chaires de professeurs junior]. […]

Et finalement, dans tout ça, c’est la liberté académique qui est attaquée. Pour avoir un poste, une promotion, ce sont les dirigeants qui décident de ce sur quoi vous devez bosser. Plus vos pairs. On devrait être horrifiés.

Sceau du Grand-Maître de l’Université, nd. Crédit: Pierre Verschueren

À côté des attaques sur les recrutements par les pairs sur des postes protégés par le statut conféré par le décret de 1984, c’est aussi la délibération politique au sein des établissements qui se trouve amoindrie. Julien Gossa a raconté ici et comment être administrateur de l’opposition à l’Université de Strasbourg permettait de mesurer le mépris dans lequel les agent·es sont tenu·es. Non seulement les composantes ne décident plus, mais le Conseil d’administration pas davantage. La délibération, si délibération décisionnaire il y a se fait dans le bureau du nouveau Grand Maître de l’Université, ou à la rigueur dans le Comité de pilotage de la présidence.

La délibération démocratique s’est considérablement affaiblie depuis la loi Pécresse, tant dans les EPST qu’à l’université. Comme le fait remarquer Un chercheur à l’INRIA plus haut, les espaces de recrutement entre pairs n’ont eu de cesse d’être mités par la contractualisation, le procédures arbitaires de la direction — qu’Academia n’a cessé de documenter — mais aussi les  modifications récentes apportées, comme la diminution du nombre d’élu·es et l’absence de transparence sur les classements. Une autre stratégie a consisté à limiter les fora de discussion. Nous pouvons évoquer un jour les stratégies de listes de communication au sein des établissements, dont l’objectif est bien souvent d’interdire ce qui pourrait initier réflexion et débat.

Février 2022. Partisan des projets “établissements publics d’excellence” et, partant, acteur de la sortie volontaire de la communauté universitaire toulousaine du Code de l’éducation,  Christian Gollier s’inquiétait du devoir de réserve qui menaçait, au détour d’une charte sur l’usage des réseaux sociaux.9. La réinstauration du devoir de réserve et la limitation des libertés académiques ne tiendrait-elle pas tant à une méconnaissance des libertés académiques qu’à leur disparition pure et simple, au profit de l’obligation employé-employeur10?

Deux ans auparavant, l’Université de Toulouse Jean-Jaurès était la cible de graves accusations d’entrave au droit de grève et de  fichage des personnels engagé·es dans la grève. Sur la suggestion de l’adjoint du Directeur général des services, François Pelisset, la directrice de l’UFR Sciences espaces et sociétés (SES), Michèle Saint-Jean, avait dressé “une liste nominative de 24 personnes (10 enseignants du département de sociologie, 8 de Sciences de l’éducation, 1 d’éco/gestion et 5 personnels administratifs) « en prévision de la réouverture de l’université et en vue de restreindre la capacité de leur badge Salto »”11.

On connaît mal les modalités d’action des Directeurices générales des service, dans l’application d’une politique indépendante de la délibération universitaire. On sait néanmoins qu’elle n’est pas dénuée de toxicité : pour preuve ce fichage demandé à Toulouse. Mais ces éminences grises ne peuvent pas grand chose sans le soutien actif des enseignants- et enseignantes-chercheuses, chargé·es pourtant de la protection de la démocratie universitaire. “À grande liberté académique, grande responsabilité démocratique” : avoir fait le choix de passer les procédures délibératives universitaires par pertes et profits pourrait bien in fine affecter la qualité de la science.

VII. Les universitaires au pays des soviets

On aimerait faire l’hypothèse, en conclusion de ce long billet, que la qualité de la science telle qu’elle se fait est fonction du régime politique qui la gouverne, régime mis en œuvre dans les instances de délibérations, de recrutement des pairs, des règles de débat interne à l’université.

À Toulouse, “Objectif 2022” documente une nouvelle fois  le déni de démocratie du processus d’adoption d’une modification institutionnelle, dont on peine à comprendre l’intérêt, sinon que les politiques — État, de l’Élysée au préfet, en passant par le MESRI,  Région Occitanie et Toulouse Métropole — y tiennent.  Il n’est pas propre à Toulouse sans doute. Depuis dix ans, les espaces de délibération académique ont singulièrement rétréci. Les ancien·nes du CNRS se souviennent de la puissance de l’Assemblée des directeurices de laboratoire toutes matières confondues, des échanges professionnels et institutionnels, ainsi que de la capacité de résistance et de propositions collectives. L’Assemblée des directions de laboratoire représente, sans doute, une tentative de retrouver ce collectif attaqué par le découpage de l’organisme unique en instituts-silos. Pour les universités, cela s’est produit en cassant le cadre d’expérience institutionnelle de gouvernement de l’université ou l’inféodant à quelques-un·es. Désormais, il s’agit même de leur disparition, par la sortie EPEx du Code de l’éducation — bien souvent contre l’avis des personnels statutaires, comme à Lille12.De fait, en échappant au Code de l’éducation, les EPEx suppriment les garanties du statut protecteur réaffirmé par le décret de 1984. En sautant à pieds joints dans la néolibéralisation de l’université, ne passe-t-on pas par pertes et profits notre liberté d’expression académique ?

https://www.flickr.com/search/?license=2%2C3%2C4%2C5%2C6%2C9&text=toulouse

Graffitis, Toulouse, Aucamville. Credit: Thierry llansades, 2016

L’épisode toulousain — les péripéties, pourrait-on dire plutôt — laisse pourtant entrevoir quelque chose de plus grave, dont on saisissait mal les effets jusqu’à présent : la déqualification du savoir universitaire et de ses agent·es. Dans cette France de fin de mandat macronien, le lecteur et la lectrice ont en tête les déflagrations qui ont exposé les universitaires sur la scène médiatique : l’affaire Raoult, la mise sur la touche du Conseil scientifique par l’Élysée, les appels à la traque maccarthyste, la commission Bronner. Le législateur a souhaité renforcé l’intégrité scientifique, alors que Frédérique Vidal, pourtant encore Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, est accusée d’avoir falsifié des résultats ou couvert des fraudes graves.

Les aventures de Tintin, reporter du Petit Vingtième, au pays des Soviets, 1929.

En conclusion d’un récent non-colloque en Sorbonne,  inauguré par le Ministre de l’Éducation nationale et conclu par le président du Hcéres, Dominique Schnapper-Aron s’inquiétait “du risque de dévoiement de la rationalité porté par les sciences humaines et le risque de dévoiement de la démocratie représentative, les deux risques de dévoiement étant liés”13. Les comparant au lyssenkisme communiste, Dominique Schnapper récuse la pertinence des travaux qu’elle résume sous le terme de “culture woke”, sans plus la définir et les épistémologies post-1980, féministes, notamment, qui spécifient que tout savoir est situé et ne peut prétendre à l’universel ; selon elle, ces travaux s’affranchissent de toute étude empirique et promeuvent la variable explicative unique, se déclinant selon l’époque en “classe”, “domination”, et — “apothéose” — “colonialité”. Prenant l’exemple du racisme, la sociologue retraitée explicite ce “dévoiement” qu’elle craint : les racisé·es empêcheraient les non-racisé·es d’étudier le racisme ou de le combattre. Arborant ses lunettes d’innocence blanche (white innocence), la présidente du Comité des sages de la laïcité de l’Éducation nationale dénie ainsi tout rôle à l’expérience dans l’élaboration du savoir mais aussi la possibilité même de toute violence subie par les dominé·es14.

Quant au dévoiement de la démocratie représentative — second point de son exposé — D. Schnapper ne juge pas qu’elle est le fait du dévoiement des institutions par les gouvernants eux-mêmes — corruption, abus de pouvoir, coup de force — mais des partisans d’une certaine “radicalité” qui non seulement useraient de leur esprit critique — inhérent à l’exercice de la citoyenneté — mais mettant “radicalement” en cause les insitutions elles-mêmes15. Jugeant que ce sont les institutions qui déterminent la démocratie et la rendent efficiente, elle oblitère les principes qui fondent ladite démocratie, notamment la justice et l’égalité entre citoyen·nes, principes qui motivent les mouvements de droits civiques antiracistes, fémininistes, antivalidistes dans le monde.

Peut-être son grand âge, et son expérience au Conseil constitutionnel, donne-t-elle à Dominique Schnapper le droit d’oublier la défaite en cours de l’État de droit, qui inquiète jusqu’au procureur près la Cour de cassation — qu’on ne peut qualifier de militant radical. On ne peut reprocher à cette femme vénérable, fille d’un universitaire renommé, à la carrière scientifique et politique exceptionnelle, d’être moins sensible que ses concitoyen·nes plus jeunes aux inégalités, à la catastrophe climatique, aux violences dénoncées par les féministes ou les citoyen·nes racisé·es. On ne peut pas davantage, vu son statut de retraitée, lui reprocher de ne pas être au fait des riches travaux en sciences humaines et sociales récents ou d’être en capacité d’évaluer leur rigueur ou leur créativité théorique, méthodologique et empirique. En revanche, ne pas s’informer de l’état de la corruption, des dénis de démocratie et ignorer que la France est désormais jugée “démocratie défaillante” en raison, précisément, des manquements à l’État de droit, est pour le moins … curieux. Sa crainte, ramassée en une formule conclusive, est que :

“le non-respect des institutions émancipatrices risquent de déboucher sur les deux dérives tragiques du 20e : le nazisme et le communisme”

— nazisme et stalinisme qui ont précisément gardé les atours d’institutions démocratiques mais vidé leurs principes de leur sens. Là réside le vrai dévoiement, dévoiement qu’on voit prospérer dans une institution démocratique majeure, l’université.

À comprendre l’exemple toulousain, le musellement de toute contestation, le coup de force a rodé ses outils — effet Matilda, harcèlement comme mode de gouvernement, bureaucratisation, loi du silence. James McAuley écrivait en décembre 2021

Éric Zemmour est une mauvaise nouvelle pour la France. Il est l’opposé de la France, la haine de la France.” Il est sans conteste une mauvaise nouvelle, mais il n’est pas l’opposé de la France. De façon révélatrice et déconcertante, Éric Zemmour est la France.16

Compte tenu des pratiques largement anti-démocratiques qui traversent l’université et le CNRS, depuis les listes de diffusion jusqu’à la tête du Hcérès, on voit que l’université contribue à nourrir la bête.

S’inquiétant de la perte de crédibilité de la science chez les gouvernants et le grand public, Noami Oreskes, dans Why Trust Science ? (Princeton, 2019) a exploré sans l’approfondir, la dimension politique de l’autorité de la science. Selon elle, la solidité d’un savoir par essence continuellement critique tiendrait à la serait la délibération commune, l’évaluation entre pairs, la collégialité . En ce sens, Noami Oreskes prend le contrepied du récit longtemps proposé par Simon Shapin (A History of Truth, Chicago UP, 1985) qui fondait aussi l’autorité scientifique sur l’ordre moral et politique curial de l’Angleterre des 17e et 18e siècles, À chaque régime politique, sa  science, pourrait-on dire. Peut-être, suivant Naomi Oreskes, pouvons-nous explorer l’idée de l’université comme laboratoire démocratiqueA minima, l’université — créative, laborieuse, critique, bavarde — mérite-t-elle une compréhension plus approfondie des mécanismes politiques, démocratiques et non-démocratiques, qui la traversent, afin de qualifier au mieux un espace social et civique d’une telle solidité — si l’on ignore les attaques néolibérales nqu’elle a reçus depuis la fin de la Guerre froide17

Peut-être est-il également urgent de comprendre que l’université fabricante de science, est également fileuse de démocratie, si on s’en donne la peine. Nous devrions, quant à nous universitaires, accompagner nos étudiant·es et nos collègues dans l’apprentissage et la pratique de la collégialité, l’intégrité, de respect ďémocratique et du débat (libre et non-faussé), qui fondent l’autorité du discours universitaire.Voire les y accueillir comme citoyen·nes de plein droit — et ainsi retisser les liens entre université et République.

Sur Academia



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 5 février). Toulouse « Objectif 2022 »: où en est la démocratie universitaire ? Academia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj3b

  1. Ce billet doit beaucoup à une note très complète rédigée par des économistes, juristes et gestionnaires de l’Université Toulouse I-Capitole. La rédaction d’Academia, qui les remercie vivement, reste seule responsable du texte du billet. []
  2. « En privé, plusieurs collègues admettaient sans ambages que, dans cette histoire, le conflit d’intérêts était patent, mais officiellement ils se taisaient, probablement au moins en partie pour éviter de compromettre leurs chances de succès lors de futurs appels à projets », constate Didier Piau, professeur de mathématiques à l’UGA, membre du conseil académique, dont il démissionnera quelques mois plus tard à cause de cette affaire.” Source : David Larrousserie, Le Monde. Voir également le dossier FSU sur l’affaire Patrick Lévy à Grenoble. []
  3. Les nombreuses réserves de certains acteurs ne trouvent pas toujours écho ni auprès de certains chefs d’établissement ni auprès du Conseil des membres. []
  4. Dans la version originale, nous avions par erreur indiqué INSA Toulouse. []
  5. Son président, Thierry Coulhon, reste profondément convaincu, à l’encontre du consensus désormais mondial sur le sujet, de la norme quantitative en matière d’évaluation ; les dernières demandes administratives pour la vague C en manifestent la vraie jouissance bureaucratique. []
  6. Sur la particularité du classement de Shangaï et les conséquences toxiques de son instrumentalisation par le gouvernement français, voir Hugo Harari-Kermadec, Le classement de Shanghai: l’université marchandisée, Latresne, Le Bord de l’eau, 2019. []
  7. Pour une analyse du projet, voir la note d’économistes, juristes et de gestionnaires d’UT1. []
  8. Update 9/2/2022. L. Mass-Rasson a contacté la rédaction pour nous informer qu’il avait fourni le 29 janvier 2022 une justification sur Twitter de la suppression du Tweet. « En anticipant une communication à venir de notre président (@hugueskenfack), je supprime l’historique de mes tweets, hormis celui-ci, avant de fermer mon compte twitter./ Une large partie, ou certains en tout cas, des codes de twitter sont incompatibles avec l’exercice de notre métier.Cela n’enlève rien à la nécessité d’une réflexion et d’un débat de fond sur des concepts importants, ainsi que du besoin de prise de conscienceet de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. (…)/ Je m’excuse de l’avoir utilisé dans ce contexte, au risque de blesser  les victimes et au risque de blesser ou heurter collègues et toutes celles et tous ceux attachés à l’université comme lieu du savoir et de la culture de l’argumentation, du dialogue et de la controverse.// Pour le reste, il faut être en mesure de trouver l’équilibre entre savoir nommer les choses et savoir se taire. ». []
  9. Rappelons que le “devoir de réserve du fonctionnaire” a disparu depuis 1983. Sur le devoir de réserve comme outil de management, voir le guide du collectif Nos services publics. []
  10. Cette réflexion est en partie inspirée/partagée par celle de Cédric Brun. []
  11. La révélation d’une liste noire de grévistes jette un froid à la fac de Toulouse, par Emmanuel Riondé, Mediapart, 11 janvier 2020. []
  12. On pourrait aussi continuer la démonstration au niveau national, comme Academia l’a fait avec son analyse-vidéo du processus d’adoption de la Loi de programmation de la recherche 2021-2030 “Déni de démocratie“, 14 octobre 2020. []
  13. Elle ajoute “puisqu’il n’y a de développement de sciences humaines que dans la démocratie” (sic). Pour consulter le programme du #colloquedelahonte, voir le site du Collège de Philosophie et l’enregistrement video de la session 3. “ Enjeux institutionnels : politique, droit, laïcité “, avec le code secret: yX82xH%r []
  14. Gloria Wekker, White innocence: paradoxes of colonialism and race, Durham, Duke University Press, 2016. []
  15. D. Schnapper fait allusion dans son exposé au seul islamisme. []
  16. James McAuley, What Does Zemmour Stand For ?The New York Review of Books, 16 décembre 2022. Du même auteur, voir aussi Europe’s War on Woke.  Why elites across the Atlantic are freaking out about the concept of structural racism, The Nation, 29 novembre 2022. []
  17. sur ce sujet, voir le remarquable The Good University. What universities actually do and why it’s time for radical change de Raewyn McConnel, .Monash University Publishing, 2019. []

Une réflexion sur « Toulouse « Objectif 2022 »: où en est la démocratie universitaire ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.