Université de Lorraine : jugement et sanction exemplaires

Le 2 septembre 2020, les parents d’une étudiante remettent à l’Université de Lorraine une lettre que celle-ci a laissé : la doctorante a mis fin à ses jours en raison du comportement de son directeur de thèse. Le geste et la raison du geste, tenus sous silence très longtemps par la présidence, auraient-ils pu etre disparaître dans l’omerta qui caractérise les violences masculines à l’université ? Nous ne le saurons jamais, car en médiatisant la toxicité des relations que son directeur de thèse entretenait avec ses doctorantes, Camille Zimmermann a fait preuve d’un courage inouï et voit aujourd’hui l’aboutissement de sa prise de parole, qui a signifié pour elle abandon de sa thèse.

Academia a relaté dans plusieurs billets les mécanismes de l’omerta : la première tentative de minorer les faits, voire célébrer le travail du directeur malfaisant sur les réseaux sociaux ; la complexité des procédures enchevêtrées, qui étaient autant d’occasions de protéger l’institution, plutôt que les victimes passées, présentes et à venir. Les étudiant·es ont pu changer de directeur au cours de l’automne 20201, lorsque le président de l’Université de Lorraine a demandé d’abord une enquête administratives puis engagé des poursuites contre lui le 15 décembre 2020 et l’a suspendu de ses fonctions d’enseignement et de recherche. Nous n’avons pas eu le temps de publier l’information selon laquelle  le 3 novembre 2021, le directeur de thèse incriminé, pourtant suspendu de ses fonctions de recherche et d’enseignement, se trouvait à enseigner dans la faculté Lettres et humaines de l’Université de Lille, dont le doyen, informé, a demandé à ce qu’il soit mis fin aux vacations.

Le jugement disciplinaire, sur la demande de l’Université auprès du CNESER, a été dépaysé à l’Université de Bourgogne dont la section disciplinaire a entendu le professeur de Lorraine le 13 décembre 2021.

Nous publions intégralement ce jugement et par la sanction que Mme Maryse Gaimard, président, Mme Catherine Vergely-Vandriesse, et M. Patrick Charlot et Gwenaël Massuyeau, assisté·es de M. Pierre-Alexandre Falbaire, ont prise et fait publier aujourd’hui à l’Université de Lorraine.

Disons-le simplement : le jugement et la sanction sont exemplaires, à l’image sans doute de l’instruction conduite par le CHSCT, qui a recueilli “de nombreux témoignages”, concordants. Les juges soulignent d’abord que le directeur de thèse n’assurait pas correctement la mission qui lui était impartie ni selon l’article 16 de l’arrêté du 25 mai 2016, ni selon la charte du doctorat de l’Université de Lorraine ; que le professeur des universités a enfreint, par son comportement, l’article 25 de la loi 83-634 portant droit et obligation des fonctionnaires, selon lequel “Le fonctionnaire exerce ses fonctions avec dignité, impartialité, intégrité et probité“. Iels ont considéré que la personne jugée n’avait fait “preuve d’aucune remise en question de ses agissements, mais au contraire invoqué un complot contre sa personne” et que les enseignements à Lille représentaient une circonstance aggravante, motivant une décision immédiatement exécutoire nonobstant appel.

“Considérant la nécessité de protéger les étudiant·es du service public de l’enseignement supérieur de tout comportement inopportun du corps enseignant”, la section disciplinaire de l’Université de Bourgogne a condamné le professeur des universités de l’Université de Lorraine a sa mise à la retraite d’office2.

https://www.flickr.com/photos/104342908@N08/39205348361/in/photolist-22JrEb6-LGTBCk-iYFyuW-5xEkbB-bpLHJk-ApCKu-PWZtXE-qawc1d-21ZAkd9-rkmLcQ-QBirn1-QcdFk2-pM9DKn-Ebgc3o-QZGV7W-28rgLF7-24aKr6z-FEWt3F-PNxczn-JzvzPv-8WAhEx-7tqgFh-23mLnax-22WSjJH-rcM9Sk-SjLn6X-7PPrcd-21HgurJ-RkfXQK-R34kLu-SeDz9E-RUPQRf-NBYMPD-243QEUD-BhCVzG-PSi13H-2cZmHjV-RAgtry-DxH88F-LbmfJN-BgNtrb-EaBYhP-HV2WyP-Q3cfXd-ycLWP-irzF44-97oMNF-BYKBrU-7ye3cE-PtBqbn

Rose und Schnee, par Michael Mueller, 2017

Concluons en disant notre émotion : notre tristesse au souvenir d’une étudiante qui a mis fin à ses jours et au désespoir de ses proches, la colère de voir les contorsions de la présidence de l’Univrsité de Lorraine avec des faits aussi graves, sur une telle durée, notre solidarité aux collègues de l’Université de Lorraine, élu·es du CHSCT particulièrement, qui ont œuvré pour la protection des étudiant·es.  Disons enfin notre admiration à ces victimes qui ont dit non, et particulièrement à Camille Zimmerman, à qui nous devons aujourd’hui une décision exemplaire. Merci

Sur Academia

Pour aller plus loin

  1. Les étudiant·es qui en avaient fait la demande ont pu bénéficier de trois mois de financement supplémentaires.; voire d’une aide psychologique sur le campus. []
  2. La sanction “mise à la retraite d’office” est la dernière sanction par ordre de gravité, avant la révocation pure et simple, selon l’article L952-8 du Code de l’éducation. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.