Retour sur un conflit social sur le campus Jussieu – Où comment une société de nettoyage exploite et persécute son personnel avec la complicité de l’université

Depuis février 2021, la société Arc-en-Ciel assure le nettoyage du campus Jussieu pour le compte de Sorbonne Université.

Toutes les universités ne recourrent pas à la sous-traitance. C’est le premier élément qui nous semble important de souligner : certaines universités — ou parfois certains composantes d’université — ont décidé de ne pas externaliser ce service. Contrairement à ce que certain·es aimeraient le faire croire, ce n’est pas une règle ; qui plus est, ce n’est général pas souhaité par les salarié·es1

Grève de septembre 2021, Jussieu. Tous droits réservés

Grève du ménage à Jussieu – Rassemblement 21 septembre (Crédit Photo CGT FERC Sup Sorbonne Université)

En septembre 2021, une grève de l’ensemble des agent·es qui a duré plusieurs jours a permis d’obtenir, sur le papier, une avancée non négligeable sur leurs conditions de travail. Iels dénonçaient la maltraitance dont iels faisaient l’objet et ont obtenu la signature d’un protocole d’accord.  Désormais, c’est de persécution qu’est accusée la société Arc-en-ciel.

Quatre mois plus tard, les inquiétudes restent vivent. Non seulement, ce protocole signé n’est pas respecté mais lun des chefs d’équipe solidaire de ses collègues dans la grève est convoqué pour une procédure disciplinaire pouvant conduire à son licenciement.

Photo: Serge d’Ignazio, janvier 2022

Suite à ces mauvaises nouvelles, une intersyndicale large de Sorbonne Université a appelé à une manifestation devant le siège de la société Arc-En-Ciel et une pétition a été relayée par SUD Éducation2

“Stop sous-traitance”. Manifestation sur la dalle de Jussieu, 27 jnavier 2022. Tous droits réservés.

De manière plus globale, les externalisations au sein des services publics augmentent, ce qui implique évidemment l’appel à des sociétés privées pour faire du travail qui pourrait être fait par des fonctionnaires, avec un vrai statut protecteur.

C’est ici l’occasion pour Académia de faire un peu de publicité à l’excellent livre de Julie Gervais, Claire Lemercier et Willy Pelletier, La Valeur du service public. Iels ont accepté que nous reproduisions un extrait : nous les remercions vivement.


Quand le service public lavait plus blanc. Pourquoi des éboueurs ou des blanchisseuses fonctionnaires ?

Extrait de Julie Gervais, Claire Lemercier et Willy Pelletier, La Valeur du service public, Paris, La Découverte, 2021.

Le fonctionnaire stéréotypé, c’est celui qui dort à son bureau, ou une guichetière désagréable. Rares sont les personnes qui savent qu’il y a aussi des ouvriers dans la fonction publique, pas seulement des cadres et des employés. Il faut dire qu’il y en a de moins en moins. Altadis, fabricant de cigarettes (dont les Gauloises), c’est aujourd’hui une entreprise privée, filiale d’un groupe anglais. Au XIXe et pendant une bonne partie du XXe siècle, c’étaient des ouvriers et ouvrières « d’État » qui fabriquaient allumettes et cigarettes pour une « régie » publique. De même, Safran, comme quelques autres grands groupes de fabrication d’armes, d’avions ou de navires militaires, n’appartient plus que pour 10 % à l’État ; mais auparavant, c’étaient des « ouvriers d’État » qui fabriquaient tout cela pour la défense de la France ou d’ailleurs. Fabrique de mort dans les deux cas, sans doute ; mais niveau de vie honnête pour le personnel.

Fin de la liste des ouvriers du public ? Non : longtemps, une bonne partie du personnel du nettoyage – éboueurs dans les rues, femmes de ménage dans les bureaux, blanchisseuses dans les hôpitaux– a bénéficié de protections statutaires. Ou s’est battu pour en obtenir. C’est ainsi qu’en 1991, après de fortes luttes syndicales, a été créé le corps d’« ouvriers de blanchisserie », avec à la clé notamment la retraite à 55 ans (du fait de la pénibilité) et une clarification des conditions d’embauche et de recrutement. Un statut dans ces métiers, ce n’est malheureusement pas pour tout le monde, ni partout : les éboueurs étrangers, notamment, nombreux à la Ville de Paris dans les années 1960 et 1970, sont exclus du statut ; idem pour les blanchisseuses d’hôpital. Mais pour les personnes qui l’obtiennent, avoir ce statut, c’est très important. Pouvoir dire « je travaille à la Ville », je suis « agent de service public », c’est important quand on fait ce que beaucoup considèrent comme un « sale boulot ». Avoir un statut, et rendre régulièrement des services qui ne se limitent pas au nettoyage – les éboueurs renseignent souvent les passants –, c’est ce que les sociologues appellent une source d’« honorabilité populaire ». Avoir un statut, quand on a été auparavant précaire dans le privé (ce qui est souvent le cas des ouvriers et ouvrières du public), c’est aussi être assuré de son emploi et de sa paye, donc pouvoir mieux se loger, même quand le salaire n’est pas haut. Au moins, il montera avec l’ancienneté : en 1980, un éboueur à Paris pouvait terminer sa carrière à trois fois le SMIC. « C’est un travail sûr ». Ou plutôt, c’était : ce sont de plus en plus des entreprises qui nettoient les rues des villes et les draps des hôpitaux.

Pourquoi ces externalisations ? Pour « moderniser » bien sûr, et diminuer le nombre de fonctionnaires. Résultat ? Un personnel plus précaire et moins payé, et un nettoyage souvent moins bien fait. Est-ce que cela permet au moins à l’État d’économiser l’argent des contribuables ? Pas sûr du tout, si on prend en compte tout ce que coûte l’externalisation. Des économistes ont fait le calcul dans le cas de l’entretien des collèges, que de plus en plus de départements, libres de ce choix depuis 2003, ont confié à des grandes entreprises : la Sodexo, par exemple, dans les Yvelines. Si on regarde le coût en salaire d’une heure de nettoyage, pas de doute : l’entreprise demande moins d’argent, parce qu’elle paye moins bien ses salariés. Mais il y a d’autres coûts à prendre en compte : le travail d’encadrement des femmes de ménage ne disparaît pas quand elles sont externalisées ; et il est aussi coûteux que si le nettoyage est fait par des fonctionnaires. S’y ajoute un travail administratif pour mettre en place et suivre le contrat avec l’entreprise. Surtout, parce que les femmes de ménage du privé gagnent moins, elles reçoivent plus de prestations sociales : allocations de logement, de retour à l’emploi, primes d’activité. Si on considère ainsi l’ensemble des coûts pour les contribuables, on s’aperçoit que les femmes de ménage du privé devraient nettoyer beaucoup plus vite et mieux pour que passer par Sodexo, ou un de ses concurrents, fasse vraiment faire des économies. Globalement, externaliser ne coûte pas moins cher. En revanche, cela rapproche celles qui nettoient du seuil de pauvreté.

Inspiré de textes de François-Xavier Devetter et Julie Valentin et de Barbara Prost.

  • François-Xavier Devetter et Julie Valentin, « Externaliser les services d’entretien des collèges: une économie pour les finances publiques? », Revue française d’administration publique, n172, 2019, p. 1059‑1075.
  • Barbara Prost, « Titulaires et “saisonniers” puis municipaux face au privé. Les statuts des éboueurs de Paris dans les cinquante dernières années », in Marie Cartier, Jean-Noël Retière et Yasmine Siblot (dir.), Le salariat à statut. Genèses et cultures, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2010, p. 231‑243.

Et pour aller plus loin :

  • Delphine Corteel, « Devenir éboueur à la “Ville de Paris” et s’en accommoder. Éléments d’analyse des combinaisons possibles du métier et du statut », in Marie Cartier, Jean-Noël Retière et Yasmine Siblot (dir.), Le salariat à statut. Genèses et cultures, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2010, p. 61‑173.
  • Yasmine Siblot, « “Jeunes” et “anciennes” des blanchisseries de l’hôpital public. De la défense du statut ouvrier au détachement », in Marie Cartier, Jean-Noël Retière et Yasmine Siblot (dir.), Le salariat à statut. Genèses et cultures, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2010, p. 201‑212.


Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 30 janvier). Retour sur un conflit social sur le campus Jussieu – Où comment une société de nettoyage exploite et persécute son personnel avec la complicité de l’université. Academia. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj32

  1. Le recours à l’externalisation est désormais devenu le premier poste budgétaire étatique, à hauteur de 160 milliards d’euros, selon Nos Services publics, qui  en démontrent le caractère très dispendieux dans une analyse récente. []
  2. Dans la presse, voir “En grève, des agents de nettoyage du campus Jussieu sous les fenêtres de leur direction à Champigny-sur-Marne“, Le Parisien, 19 janvier 2022. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.