Université de Genève: une enquête dévoile un système académique à bout de souffle

Dans un article du 20 janvier 2022, le journal suisse Le Temps analyse le résultat d’une enquête commandée par l’Université de Genève sur la situation professionnelle du corps intermédiaire, c’est-à-dire le personnel non-titularisé (post-doctorant·es, collaborateurs et collaboratrices scientifiques, maître·sses-assitant·es, etc.).

La parole est notamment donnée à Mathilde Matras, membre du comité de l’Association commune du corps intermédiaire des collaborateur·rice·s de l’enseignement et de la recherche (Accorder) à l’Université de Genève. Elle déclare:

«Les conclusions de cette enquête montrent que les problèmes pesant sur les personnels du corps intermédiaire ne sont pas des cas individuels, mais bien un mal structurel»

L’enquête relève aussi un nombre jugé “inquiétant” par le journal suisse de cas de harcèlements: “22% des répondants disent y avoir été confrontés personnellement. Par ailleurs, 3,4% des sondés ont affirmé être victimes de harcèlement sexuel et 12,9% signalent avoir été témoins de tels agissements.”

Mathilde Matras ajoute: “Une grande partie des personnes qui se disent précaires sont âgées de 35 à 40 ans et ont parfois derrière elles sept à huit ans de contrats courts; 50% ne prennent pas l’intégralité de leurs congés et 95% disent travailler sur leur temps libre. Le système académique actuel résume l’excellence scientifique d’un chercheur à sa productivité», commente Mathilde Matras.”

> Pour lire l’article paru dans Le Temps, cliquez ici.

> Pour télécharger l’enquête “Conditions de travail et de carrière du corps intermédiaire à l’Université de Genève”, cliquez ici.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.