Résistance universitaire + cryptage des données = nouvelles arrestations en Turquie

L’association À Ta Turquie a fait paraître hier  – 10 juillet 2017 – la nouvelle suivante.

Le Figaro avec Reuters, le 10/07/2017
La justice turque a ordonné l’interpellation de 72 universitaires, annonce, aujourd’hui, l’agence de presse Anatolie, dont un ancien conseiller du principal dirigeant de l’opposition.

Les mandats d’arrêt ont été émis dans le cadre de l’enquête sur le mouvement du prédicateur musulman Fethullah Gülen, lequel vit en exil aux Etats-Unis depuis 1999 et qui est accusé d’avoir organisé le coup d’Etat manqué dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016 en Turquie, annonce la même agence de presse.

Kemal Kilicdaroglu, qui dirige le parti laïque CHP (Parti républicain du peuple), a déclaré hier soir devant une foule immense à Istanbul que la Turquie vivait sous la dictature. Il a promis de poursuivre son mouvement de protestation commencé il y a plus d’un mois à Ankara.

La police a pour l’heure interpellé 42 personnes des université Bogazici et Medeniyet d’Istanbul, précise Anatolie. Sur les 72 devant au total être arrêtés, 64 sont de Medeniyet et huit de Bogazici dont l’universitaire Koray Caliskan, qui a travaillé autrefois comme conseiller bénévole de Kemal Kilicdaroglu, selon un responsable du CHP.

Selon Anatolie, les 64 de Medeniyet sont tous utilisateurs de ByLock, un système de messagerie codé dont le gouvernement dit qu’il est utilisé par les partisans de Fethullah Gülen.

Dans le cadre de la répression qui a suivi la tentative de putsch de juillet 2016, 50.000 personnes ont été arrêtés et 150.000 professeurs, juges, militaires et autres membres de la fonction publique ont été suspendus de leurs fonctions.


3 réflexions au sujet de « Résistance universitaire + cryptage des données = nouvelles arrestations en Turquie »

  1. La Société Mathématique de France, quant à elle, persiste dans son engagement aux côtés des universitaires turcs, dans la lettre de son président à ses membres, datée du 13 juilet 2017.
    « La situation de nos collègues universitaires turcs n’évolue pas favorablement. La SMF a co-signé une lettre qui sera envoyée à diverses institutions les incitant à agir pour manifester explicitement leur désapprobation sur la politique menée en Turquie. »

Laisser un commentaire